Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Bons plans et avis Gearbest: Xiaomi Mi Mix2, OnePlus 5T
Code promo Gearbest: réduction, coupon, livraison...
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
Posté par Adrien le Lundi 16/08/2010 à 00:00
Cocktail d'enzymes de plantes parasites pour la production de biocarburants
Les deux chercheurs, Hanne Risan Johnsen et Kristen Krause de l'institut de biologie arctique et marine à l'Université de Tromsø (UIT) ont reçu le prix de l'énergie "Phase verte" 2010, mis en place par le "FME-tankesmia Grønn Fase" (atelier de réflexion "phase (Le mot phase peut avoir plusieurs significations, il employé dans plusieurs domaines et principalement en physique :) verte"), sous l'égide du ministère norvégien du pétrole et de l'énergie. Elles ont obtenu ce prix pour leur idée d'utiliser les enzymes de plantes parasites pour produire des biocarburants de 2ème génération. Le travail des deux lauréates s'intitule: "Production d'enzymes pour la dégradation de parois cellulaires végétales à partir d'une plante (Les plantes (Plantae Haeckel, 1866) sont des êtres pluricellulaires à la base de la chaîne alimentaire. Elles forment l'une des subdivisions...) parasite, la Cuscute: de nouveaux outils pour la production de biocarburants".

Kirsten Krause, professeur à l'UIT et Hanne Risan Johnsen, doctorante, étudient depuis plusieurs années les processus de communication (La communication concerne aussi bien l'homme (communication intra-psychique, interpersonnelle, groupale...) que l'animal (communication intra- ou inter-...) entre les cellules des plantes hôtes et celles des plantes parasites et leur interaction (Une interaction est un échange d'information, d'affects ou d'énergie entre deux agents au sein d'un système. C'est une action réciproque...) avec l'environnement (L'environnement est tout ce qui nous entoure. C'est l'ensemble des éléments naturels et artificiels au sein duquel se déroule la vie humaine....). Les deux chercheurs ont utilisé 5 plantes parasites différentes originaires d'Asie (L'Asie est un des cinq continents ou une partie des supercontinents Eurasie ou Afro-Eurasie de la Terre. Il est le plus grand continent (8,6 % de la surface totale terrestre ou 29,4 % des terres émergées)...) et d'Afrique (D’une superficie de 30 221 532 km2 en incluant les îles, l’Afrique est un continent couvrant 6 % de la surface terrestre et 20,3 % de la surface des terres...) pour étudier l'activité des enzymes. Ces plantes parasites ont été placées sur des pelargoniums.

Lors du processus d'infestation des cellules de la plante hôte par la plante parasite, cette dernière utilise certaines enzymes particulières qui "décomposent les parois végétales de la plante hôte avec une grande efficacité et permettent à la plante parasite d'établir des suçoirs pour pomper eau (L’eau est un composé chimique ubiquitaire sur la Terre, essentiel pour tous les organismes vivants connus.) et nutriments", indique Krause qui estime que "ces enzymes pourraient faciliter le processus de décomposition et que des biocarburants pourraient être produits à partir de mauvaises herbes, à basse température et avec un procédé moins énergivore".

La description de ces nouvelles enzymes qui, jusqu'à présent, n'étaient connues que chez les moisissures et les champignons, intéresse fortement les producteurs de biocarburants. L'amélioration de la productivité des souches microbiennes sécrétant les enzymes permettant de transformer la cellulose en sucres est en effet l'un des enjeux majeurs du développement de la filière éthanol de deuxième génération (biomasse ligno-cellulosique).

Le président du jury Peter Heyerdahl (université des sciences de la vie (La vie est le nom donné :) à As) a remis ce prix lors de la conférence ("Renewable Energy Research Conference 2010"), organisée les 7 et 8 juin dernier à Trondheim par le Centre norvégien pour les énergies renouvelables. Les autres membres du jury étaient Sverre Gotass de Statkraft, Bjørg Andresen d'IFE (institut de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension métonymique, la recherche scientifique...) sur l'énergie) et Christer Heen Skotland du Centre pour les énergies renouvelables.

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: BE Norvège numéro 95 (23/07/2010) - Ambassade de France en Norvège / ADIT - http://www.bulletins-electroniques.com/ ... /64132.htm