Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Bons plans et avis Gearbest: Xiaomi Mi Mix2, OnePlus 5T
Code promo Gearbest: réduction, coupon, livraison...
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
Posté par Michel le Lundi 27/09/2010 à 00:00
Des difficultés de concentration ? la Faute aux hormones !
Une recherche de l'Université Concordia de Montréal fait le lien entre les hormones, l'attention et l'apprentissage.

Manque d'énergie et troubles de concentration? La faute pourrait en être aux hormones selon les résultats d'une nouvelle recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par...) de l'Université Concordia publiée dans la revue Brain and Cognition. Cette étude révèle que des taux élevés d'œstrogènes sont associés à des troubles de l'attention et de l'apprentissage (L’apprentissage est l'acquisition de savoir-faire, c'est-à-dire le processus d’acquisition de pratiques, de connaissances, compétences, d'attitudes ou de valeurs culturelles, par l'observation,...). Il s'agit du premier article à expliquer comment ces troubles peuvent être attribués à l'effet direct des hormones sur les structures cérébrales parvenues à maturité.

« Même si l'on sait que les œstrogènes jouent un rôle important dans l'apprentissage et la mémoire, cette question est loin de faire consensus, explique Wayne Brake, professeur adjoint au Centre d'études en neurobiologie comportementale de l'Université Concordia et auteur principal de cette étude. Grâce à un modèle bien établi d'apprentissage du nom d'inhibition latente, nos résultats montrent sans équivoque que des taux élevés d'œstrogènes inhibent la cognition chez les femelles rongeurs. »

Les taux d'œstrogènes augmentent chez la femme au moment de l'ovulation. Des études ont déjà montré que des taux élevés d'œstrogènes nuisaient à la faculté de concentration chez la femme.

« La similitude entre les études menées chez l'humain et nos résultats donne à penser que nous avons ici un bon modèle d'apprentissage humain, explique Matthew Quinlan, premier auteur de cette étude, ancien doctorant (Un doctorant est un chercheur débutant s'engageant, sous la supervision d'un directeur de thèse, dans un projet de recherche sur une durée variable selon les pays et...) à Concordia et aujourd'hui chargé de cours à l'Université de Californie à San Bernadino. Les recherches sur les rongeurs nous sont très précieuses car nous pouvons tester les véritables contributeurs et leurs rôles respectifs dans ces systèmes. Il est par contre beaucoup plus difficile de mener le même type d'expérience chez l'humain. »


Inhibition latente: un modèle de l'apprentissage

L'inhibition latente s'observe chez de nombreuses espèces animales et elle est réputée jouer un rôle important dans l'apprentissage; elle permet notamment aux individus que nous sommes de traiter les informations que nous renvoie le monde (Le mot monde peut désigner :) extérieur. Le test de l'inhibition latente permet d'évaluer la manière dont le cerveau (Le cerveau est le principal organe du système nerveux central des animaux. Le cerveau traite les informations en provenance des sens, contrôle de nombreuses fonctions du corps, dont la motricité volontaire,...) enregistre l'information.

Dans le protocole du professeur Brake, des rats ont été soumis à une phase (Le mot phase peut avoir plusieurs significations, il employé dans plusieurs domaines et principalement en physique :) pré-exposition dans le cadre de laquelle ils ont été exposés à une tonalité à répétition, sans conséquence. Une fois qu'ils ont été habitués à cette tonalité et qu'ils ont fini par l'ignorer, la dynamique (Le mot dynamique est souvent employé désigner ou qualifier ce qui est relatif au mouvement. Il peut être employé comme :) du test a changé et un stimulus a été associé à la tonalité. Les rats dont le taux d'œstrogènes était faible ont rapidement fait le lien entre la tonalité et le nouveau stimulus, alors que ceux dont le taux d'œstrogènes était élevé ont mis plus de temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.) à enregistrer l'information.

« Nous n'avons observé cet effet que chez des rates adultes, explique le professeur Brake. Cette observation (L’observation est l’action de suivi attentif des phénomènes, sans volonté de les modifier, à l’aide de moyens d’enquête et d’étude appropriés. Le plaisir...) et d'autres résultats laissent penser que les œstrogènes agissent directement sur le cerveau, peut-être en interférant avec les molécules de signalisation dans le cerveau. Notre étude permet de lever la controverse sur les effets des œstrogènes. Reste à présent à caractériser leur mécanisme. »

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: Concordia University