Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Bons plans et avis Gearbest: Xiaomi Mi Mix2, OnePlus 5T
Code promo Gearbest: réduction, coupon, livraison...
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
Posté par Adrien le Jeudi 23/12/2010 à 12:00
Une équipe de recherche fait un grand pas dans la création de micro-puces
Du plastique chauffé dans un simple four à micro-ondes. C'est bel et bien sur cette technique que des chercheurs de l'Université d'Alberta et de l'Institut National pour les Nanotechnologies d'Edmonton (NINT) travaillent, dans l'espoir de repenser la fabrication de puces informatiques.

Jillian Buriak, professeur de chimie (La chimie est une science de la nature divisée en plusieurs spécialités, à l'instar de la physique et de la biologie avec lesquelles elle partage des espaces d'investigations communs ou proches.) à l'Université d'Alberta et chercheuse au NINT, assure que son équipe a atteint ses objectifs de réduction de la taille des puces tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) en augmentant la rapidité de leur production. "Lorsque nous chauffons des blocs de plastique constitués de deux différentes sortes de plastique assemblés, les molécules commencent par se séparer puis à s'auto-assembler naturellement", dit Buriak. Elle décrit l'auto-assemblage des molécules du copolymère en formation comme un processus naturel identique au processus d'assemblage des molécules d'ADN humain. Ces dernières se reconnaissent entre-elles et se lient pour former des structures complexes bien définies.


L'Intel 4004, considéré comme le premier
microprocesseur de l'histoire… en silicium (Le silicium est un élément chimique de la famille des cristallogènes, de symbole Si et de numéro atomique 14.)

"Dans le cas de blocs de plastique copolymères chauffés, les molécules s'alignent spontanément et créent des lignes de taille nanométrique. Ces "lignes" peuvent servir de modèle pour des circuits imprimés complexes sur silicium, dans le but de fabriquer des puces informatiques". Le processus de production consisterait alors à placer des pistes nanométriques composées de métaux conducteurs le long des lignes de circuits gravés dans le modèle mis au point (Graphie) dans la technique de Pr. Buriak.

Pour la production de masse (Le terme masse est utilisé pour désigner deux grandeurs attachées à un corps : l'une quantifie l'inertie du corps (la masse inerte) et l'autre la contribution du corps à la force de...) des puces informatiques, l'industrie utilise généralement la photolithographie, dans laquelle la lumière grave des schémas de circuit sur le substrat en silicium. Ken Harris, un chercheur (Un chercheur (fem. chercheuse) désigne une personne dont le métier consiste à faire de la recherche. Il est difficile de bien cerner le...) au NINT, explique qu'aujourd'hui l'industrie recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension...) une technologie (Le mot technologie possède deux acceptions de fait :) capable de réduire la taille des puces de manière pratique et pour un moindre coût. "Les industriels souhaitent un processus de fabrication qui soit moins onéreux que la photolithographie et plus rapide", dit Buriak. "Ils cherchent également un auto-assemblage qui puisse s'effectuer en moins de quatre minutes. Avec notre technique, nous produisons un modèle en une minute ( Forme première d'un document : Droit : une minute est l'original d'un acte. Cartographie géologique ; la minute de terrain est la carte originale, au crayon, levée sur le terrain. ...) uniquement".

Harris explique quant à lui que la technique de chauffage (Le chauffage est l'action de transmettre de l'énergie thermique à un objet, un matériau.) et d'auto-assemblage de l'équipe du Pr. Buriak produit un réseau de pistes plus dense sur la puce, ce qui signifie une augmentation de la cadence et de la capacité de stockage pour les prochaines générations d'ordinateurs.

L'équipe de recherche a des contacts avec des partenaires industriels potentiels pour développer leur technologie. "Nous sommes vraiment contents de cette nouvelle technique, qui n'est pas seulement réservée aux puces informatiques mais également pour des applications en ingénierie tissulaire et interface (Une interface est une zone, réelle ou virtuelle qui sépare deux éléments. L’interface désigne ainsi ce que chaque élément a besoin de...) silicium-cellules vivantes", termine Pr. Buriak.

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: BE Canada numéro 376 (21/12/2010) - Ambassade de France au Canada / ADIT - http://www.bulletins-electroniques.com/ ... /65456.htm
 
Jeudi 23 Novembre 2017 à 00:00:06 - Vie et Terre - 0 commentaire
» Un bon odorat pour une bonne croissance
Mardi 21 Novembre 2017 à 12:00:21 - Physique - 0 commentaire
» Photosynthèse: de l’huile dans les rouages