Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Bons plans et avis Gearbest: Xiaomi Mi Mix2, OnePlus 5T
Code promo Gearbest: réduction, coupon, livraison...
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
Posté par Isabelle le Dimanche 23/01/2011 à 12:00
Les Montréalais nourrissent les poissons au Prozac
Environ un Montréalais sur quatre consomme une certaine forme d'antidépresseur et, selon une nouvelle recherche, ces médicaments sont transportés par les canalisations d'eau et ont un effet sur les poissons. Cette découverte revêt une importance à l'échelon international puisque le système de traitement des eaux usées de la municipalité ressemble à ceux des autres grandes villes et qu'il est par ailleurs reconnu comme le troisième plus grand système de traitement au monde (Le mot monde peut désigner :). Dirigée par le professeur Sébastien Sauvé du Département de chimie (La chimie est une science de la nature divisée en plusieurs spécialités, à l'instar de la physique et de la biologie avec lesquelles elle...) de l'Université de Montréal et André Lajeunesse, doctorant (Un doctorant est un chercheur débutant s'engageant, sous la supervision d'un directeur de thèse, dans un projet de recherche sur une durée variable selon les pays et...), l'équipe de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension métonymique, la...) a découvert que les médicaments s'accumulent dans les tissus des poissons (Les Poissons sont une constellation du zodiaque traversée par le Soleil du 12 mars au 18 avril. Dans l'ordre du zodiaque, elle se situe entre le Verseau à l'ouest et le Bélier à l'est. Bien qu’assez grande, elle...) et influencent leur activité cérébrale.

Le Saint-Laurent est une voie navigable internationale de grande importance qui relie l'océan Atlantique aux Grands Lacs, et il entoure l'île de Montréal. Depuis des années, le professeur Sauvé étudie la pollution (La pollution est définie comme ce qui rend un milieu malsain. La définition varie selon le contexte, selon le milieu considéré et selon ce que l'on peut entendre par malsain...) causée par les produits chimiques transportés dans le réseau d'aqueduc (Un Aqueduc désigne un ouvrage destiné à l'adduction d'eau pour la consommation d'une ville.). « Montréal possède un réseau d'égout très rudimentaire, a-t-il expliqué, la Ville (Une ville est une unité urbaine (un « établissement humain » pour l'ONU) étendue et fortement peuplée (dont les habitations doivent être à moins de 200 m chacune, par opposition aux villages)...) ne retirant pratiquement que les matières solides et l'eau (L’eau est un composé chimique ubiquitaire sur la Terre, essentiel pour tous les organismes vivants connus.) ne faisant l'objet (De manière générale, le mot objet (du latin objectum, 1361) désigne une entité définie dans un espace à trois...) d'aucune désinfection. De toute façon, la structure chimique des antidépresseurs les rend extrêmement difficiles à retirer des eaux d'égout, même en utilisant les systèmes les plus sophistiqués qui soient. »

« Nous savons que les antidépresseurs ont des effets secondaires nocifs sur les êtres humains », a déclaré Sébastien Sauvé, « mais nous ne savons pas exactement comment ces produits chimiques ont un impact sur les poissons non plus que sur l'écosystème du fleuve (En hydrographie francophone, un fleuve est un cours d'eau qui se jette dans la mer ou dans l'océan – ou, exceptionnellement, dans un désert, comme pour l'Okavango. Il se...) Saint-Laurent. » Malgré un manque de renseignement sur la toxicité que pourraient causer ces substances, le groupe de recherche propose un outil (Un outil est un objet finalisé utilisé par un être vivant dans le but d'augmenter son efficacité naturelle dans l'action. Cette augmentation se traduit par la simplification des...) intéressant pour retracer les effets biologiques précoces des antidépresseurs. « Puisque la toxicité aiguë des antidépresseurs est moins probable chez les organismes aquatiques, la toxicité chronique demeure possible. Ainsi, le biomarqueur suggéré qui intervient dans la régulation de la sérotonine cérébrale pourrait représenter un moyen prometteur de déterminer les effets biologiques subtils sur les poissons », a expliqué Monsieur Lajeunesse. Une toxicité chronique signifie des dommages résultant d'une exposition à long terme, alors qu'une toxicité aiguë fait référence à des dommages plus immédiats suivant un seul incident à haute dose. La sérotonine est une composante chimique importante qui joue (La joue est la partie du visage qui recouvre la cavité buccale, fermée par les mâchoires. On appelle aussi joue le muscle qui sert principalement à ouvrir et fermer la bouche et à mastiquer.) un rôle dans les sentiments de joie. On l'appelle souvent l'hormone (Une hormone est un messager chimique véhiculé par le système circulatoire qui agit à distance de son site de production par fixation sur des récepteurs spécifiques.) du bonheur.

Monsieur Sauvé a rapidement signalé qu'il n'y avait pas de danger immédiat pour les humains. « La quantité d'antidépresseurs libérés dans notre fleuve se compare approximativement à l'équivalent d'un grain (En météorologie maritime: Un grain est un vent violent et de peu de durée qui s'élève soudainement et qui est généralement accompagné de...) de sel dans une piscine olympique », a-t-il précisé. « Ce n'est pas suffisant pour avoir un effet sur les gens, s'ils sont assez braves pour pêcher dans le fleuve. Je m'inquiéterais davantage des métaux-traces! Néanmoins, nous observons une influence sur l'écosystème du fleuve, ce qui devrait susciter l'attention de toutes les villes. » Des travaux effectués par d'autres équipes examineront ce que pourraient être les conséquences de manière plus précise.

La recherche a été financée par le Plan de gestion des produits chimiques de Santé Canada, le Plan d'action Saint-Laurent et la Fondation canadienne pour l'innovation. Ils ont été publiés en ligne par Chemosphere, le 5 janvier 2011. Christian Gagnon, François Gagné, et Séverine Louis d'Environnement (L'environnement est tout ce qui nous entoure. C'est l'ensemble des éléments naturels et artificiels au sein duquel se déroule la vie...) Canada et Patrick ?ejka de la Station d'épuration des eaux usées de Montréal ont contribué.

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: Université de Montréal