Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Bons plans et avis Gearbest: Xiaomi Mi Mix2, OnePlus 5T
Code promo Gearbest: réduction, coupon, livraison...
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
Posté par Michel le Jeudi 17/03/2011 à 00:00
Un nouveau gène de la longévité ouvre de nouvelles pistes pour vieillir mieux
Depuis 1999, on sait que l'ablation de la lignée germinale, les cellules à l'origine des spermatozoïdes et des ovules, induit un accroissement substantiel de la longévité du ver nématode C. elegans. Des chercheurs du Laboratoire de biologie moléculaire de la cellule (CNRS/Ecole normale supérieure de Lyon/Université Claude Bernard (Claude Bernard, né le 12 juillet 1813 à Saint-Julien (Rhône) et mort le 10 février 1878 à Paris, est un médecin et physiologiste français.) Lyon 1) viennent de mettre en lumière l'un des principaux mécanismes moléculaires à la base de ce phénomène. Ils ont ainsi découvert un puissant gène de la longévité, nhr-80, qui pourrait permettre de trouver des cibles thérapeutiques pour lutter contre les maladies associées à la vieillesse (La vieillesse est l'âge ultime de l'être humain, qui succède à l'âge mûr, appelé aussi par euphémisme « troisième âge » (on nomme parfois...) sans affecter la reproduction (La Reproduction. Eléments pour une théorie du système d'enseignement est un ouvrage de sociologie co-écrit par Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron paru en 1970 aux...). Ces résultats sont publiés le 15 mars 2011 dans Plos Biology.

L'accroissement de la longévité induit (L'induit est un organe généralement électromagnétique utilisé en électrotechnique chargé de recevoir l'induction de l'inducteur et de la transformer en...) par la suppression des tissus reproducteurs a été observé chez la drosophile et chez le ver (Les vers constituent un groupe très hétérogène d'animaux invertébrés qui partagent une caractéristique commune, à savoir un corps mou, flexible, de...) nématode C. elegans. Chez ce dernier, modèle incontournable de la génétique du vieillissement (La notion de vieillissement décrit une ou plusieurs modifications fonctionnelles diminuant progressivement l'aptitude d'un objet, d'une information ou d'un organisme à assurer ses fonctions.), l'opération lui donne 60% de vie (La vie est le nom donné :) en plus et lui permet un vieillissement harmonieux et en bonne santé. Les chercheurs ont de bonnes raisons de penser que ces observations (L’observation est l’action de suivi attentif des phénomènes, sans volonté de les modifier, à l’aide de moyens...) sont extrapolables aux mammifères.

Les mécanismes moléculaires qui induisent cette réponse font l'objet (De manière générale, le mot objet (du latin objectum, 1361) désigne une entité définie dans un espace à trois...) d'intenses recherches. Si certains gènes étaient déjà connus pour être associés à l'accroissement de la longévité des vers sans lignée germinale, l'équipe du Laboratoire de biologie (La biologie, appelée couramment la « bio », est la science du vivant. Prise au sens large de science du vivant, elle recouvre une partie des sciences naturelles et de l'histoire naturelle des êtres vivants...) moléculaire de la cellule (CNRS/Ecole normale supérieure de Lyon/Université Claude Bernard Lyon 1) menée par Hugo Aguilaniu a montré qu'il existe une voie parallèle impliquant le gène nhr-80. Celui-ci s'est révélé être un puissant gène de la longévité. Appelés aussi gérontogènes, ils sont impliqués dans de très nombreux processus liés notamment au métabolisme et à la résistance au stress (Le stress (« contrainte » en anglais), ou syndrome général d'adaptation, est l'ensemble des réponses d'un organisme soumis à des...). De ce fait, leur manipulation a de profondes conséquences sur la qualité du vieillissement.

Les chercheurs ont effectué un crible génétique sur des C. elegans dépourvus de lignée germinale et montré que les vers dont nhr-80 est muté ne voient pas leur longévité augmenter. En outre, ils ont observé qu'une surexpression du gène allonge encore plus leur vie: elle est 150% plus longue que celle de leurs congénères sauvages ! Cela démontre l'importance de nhr-80, qui code pour un récepteur nucléaire dont l'activation (Activation peut faire référence à :) par une hormone (Une hormone est un messager chimique véhiculé par le système circulatoire qui agit à distance de son site de production par fixation sur des récepteurs spécifiques.) encore inconnue enclenche l'expression ou la mise sous silence de centaines d'autres gènes.

Les chercheurs se sont alors demandé quels étaient les gènes les plus importants placés sous la tutelle de nhr-80. Ils ont ainsi trouvé le gène fat-6, cible de nhr-80, qui code pour une enzyme (Une enzyme est une molécule (protéine ou ARN dans le cas des ribozymes) permettant d'abaisser l'énergie d'activation d'une réaction et...) qui transforme un acide (Un acide est un composé chimique généralement défini par ses réactions avec un autre type de composé chimique complémentaire, les bases.) gras saturé (l'acide stéarique) en un acide gras insaturé (l'acide oléique, par ailleurs composant principal de l'huile (L'huile est un terme générique désignant des matières grasses qui sont à l'état liquide à température ambiante et qui ne...) d'olive). Cette « désaturation » des acides gras est fondamentale (En musique, le mot fondamentale peut renvoyer à plusieurs sens.) puisque les vers dépourvus de lignée germinale ne présentent plus aucun gain en longévité lorsqu'ils sont incapables de transformer l'acide stéarique en acide oléique à cause d'une mutation de leur gène fat-6. Reste à présent aux chercheurs à comprendre comment une augmentation du taux d'acide oléique induit une réponse adaptative débouchant sur une longévité accrue.

Le but de ces recherches est de récapituler les effets de l'ablation de la lignée germinale chez un organisme fertile, c'est à dire, d'induire les réarrangements génétiques et métaboliques qui ont lieu suite à cette opération afin d'en tirer les effets positifs sur la longévité et la santé. Selon Hugo Aguilaniu, il est tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) à fait possible d'envisager une telle possibilité dans un futur proche. Lorsque les cascades de régulations desquelles nhr-80 et fat-6 font partie seront mieux connues, il est très probable que de nouvelles cibles se dévoileront pour concevoir des médicaments capables de lutter d'un coup contre un ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble désigne intuitivement une collection d’objets (les éléments de l'ensemble), « une multitude qui peut...) des maladies liées à la vieillesse: neurodégénérescence, cancer (Le cancer est une maladie caractérisée par une prolifération cellulaire anormalement importante au sein d'un tissu normal de l'organisme, de telle manière que la survie de ce dernier est menacée. Ces cellules dérivent...), ostéoporose, fonte musculaire…


Référence:

Fatty Acid Desaturation Links Germ Cell Loss to Longevity Through NHR-80/HNF4 in C. elegans
Jérôme Goudeau, Stéphanie Bellemin, Esther Toselli-Mollereau, Mehrnaz Shamalnasab, Yiqun Chen and Hugo Aguilaniu.
PLoS Biol. 15 mars 2011.


Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: CNRS