Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Bons plans et avis Gearbest: Xiaomi Mi Mix2, OnePlus 5T
Code promo Gearbest: réduction, coupon, livraison...
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
Posté par Isabelle le Vendredi 22/04/2011 à 12:00
Les personnes schizophrènes vivent mieux qu'on ne le croit

Dans l'étude, la majorité des sujets ayant été victimes d'une première crise de schizophrénie ont vu leur situation évoluer de manière favorable. (Photo: iStockphoto)
On imagine souvent les individus souffrant de schizophrénie comme des personnes ultra (ULTra (pour (en)« Urban Light Transport ») est un système de transport individuel de type Personal Rapid Transit (PRT), autrement dit un moyen...) médicamentées, souvent hospitalisées, toujours à deux doigts du suicide (Le suicide (du latin suicidium, du verbe sui caedere « se massacrer soi-même ») est l’acte délibéré de mettre fin à sa propre vie. Dans le domaine médical, on...)... Nous ne sommes pas les seuls. Les cliniciens ont aussi leurs préjugés.

Pourtant, il est possible de bien vivre malgré cette maladie (La maladie est une altération des fonctions ou de la santé d'un organisme vivant, animal ou végétal.), comme le montre une récente recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension métonymique, la recherche...) d'Amal Abdel-Baki, professeure au Département de psychiatrie (La psychiatrie est une spécialité médicale traitant de la maladie mentale ou des maladies mentales. L'étymologie du mot psychiatrie provient du grec psyche...) de l'Université de Montréal.

La chercheuse a rassemblé les données relatives à 142 patients admis pour un premier épisode de schizophrénie à l'hôpital Louis-H. Lafontaine en 1983. Elle a par la suite suivi leur parcours jusqu'en 1999.

Au terme de l'étude, 15 % des patients toujours vivants ne recouraient à aucune aide médicale et 25 % ne prenaient pas d'antipsychotiques. Environ un cinquième de la cohorte a réussi à demeurer sur le marché du travail. Presque le quart des sujets vivaient seuls, de façon autonome, et le tiers habitaient avec leur famille.  Bref, la majorité des sujets ayant été victimes d'une première crise de schizophrénie ont vu leur situation (En géographie, la situation est un concept spatial permettant la localisation relative d'un espace par rapport à son environnement proche ou non. Il inscrit un lieu dans un cadre plus général afin de le...) évoluer de manière favorable. Malheureusement, 10 patients de l'étude se sont enlevé la vie (La vie est le nom donné :).

Plusieurs facteurs peuvent assurer un avenir plus heureux aux patients. Les sujets qui, à la première admission, étaient âgés de 35 ans et plus, étaient mariés et de sexe (Le mot sexe désigne souvent l'appareil reproducteur, ou l’acte sexuel et la sexualité dans un sens plus global, mais se réfère aussi aux différences physiques distinguant les hommes et les femmes....) féminin et possédaient une plus grande autonomie résidentielle s'en sortaient généralement mieux que les autres.

Des mythes tenaces


Amal Abdel-Baki
«Il existe très peu d'études qui se penchent sur l'évolution à long terme de la schizophrénie, observe la Dre Abdel-Baki. Souvent, les recherches de ce genre durent un ou deux ans et se concentrent sur des sujets qu'on voit fréquemment à l'hôpital, c'est-à-dire des patients qui sont très malades. Ceux qui vont bien nous consultent peu ou ne nous consultent pas. Nous avons donc tendance à les oublier au profit des cas plus lourds. Cela déforme notre vision de la maladie et nourrit des mythes qui teintent forcément la pratique médicale.»

Ainsi, plusieurs croient à tort que les schizophrènes doivent prendre des médicaments pour le restant de leurs jours (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil...). «Je le pensais aussi, reconnait la chercheuse. Il est vrai qu'au début de la maladie les médicaments sont généralement essentiels. Mais nous avons réalisé que bien des patients finissent par arrêter leur médication et que certains ne sont jamais hospitalisés de nouveau. Leur évolution fonctionnelle (En mathématiques, le terme fonctionnelle se réfère à certaines fonctions. Initialement, le terme désignait les fonctions qui...) semble d'ailleurs bien meilleure.»

La recherche de la Dre Abdel-Baki prouve que la schizophrénie n'est pas un trouble mental monolithique (Un monolithe est un élément fait d'un seul bloc de pierre de grande dimension. Son nom vient du grec ancien λιθος -lire...). «Certains praticiens agissent comme si tous les schizophrènes étaient pareils et qu'ils étaient donc tous condamnés à progresser ou à régresser de la même façon, remarque-t-elle. Pourtant, à l'image d'autres maladies comme le diabète, la schizophrénie présente différents niveaux de gravité. Et l'engagement des patients dans leur traitement peut beaucoup améliorer la situation.»

La psychiatre (Un psychiatre est un médecin spécialisé en psychiatrie et psychothérapie, qui diagnostique, traite et tente de prévenir les maladies...) lutte contre la croyance voulant qu'un diagnostic (Le diagnostic (du grec δι?γνωση, diágnosi, à partir de δια-, dia-, „par, à travers, séparation,...) de schizophrénie condamne à une invalidité prolongée sans espoir de rémission. «Grâce à d'autres recherches, je démontre qu'un soutien hâtif pour favoriser le retour des patients aux études ou sur le marché du travail constitue une intervention efficace. En effet, ils ont plus de chances d'y retourner rapidement et d'y rester longtemps.»

Elle mentionne qu'une accessibilité facilitée aux soins en santé mentale est un facteur non négligeable dans cette équation. «Plus tôt on détecte la schizophrénie, plus grandes sont les chances que les patients gardent leur emploi sans que la maladie ait causé trop de ravages. Actuellement, le taux d'emploi ou d'études chez les personnes suivies dans un programme d'intervention précoce intensive va de 47 % à l'admission jusqu'à 70 % après trois ans de suivi. Mais ces services ne sont cependant pas offerts partout au Québec. Nous tentons de convaincre les décideurs d'y investir davantage.»

Recommandations

À la lumière des résultats de son étude, Amal Abdel-Baki estime que l'intervention précoce est de mise. «La condition des personnes atteintes de schizophrénie change beaucoup au cours des deux années suivant la première admission, signale-t-elle. Après, leur état se stabilise. D'où l'importance d'agir rapidement afin d'influer sur l'évolution à long terme.»

Toutefois, il y a une minorité de patients dont la condition s'améliore plus tardivement. «Et il ne faut pas les oublier, déclare la Dre Abdel-Baki. Il est toujours possible d'intervenir dans les phases tardives de la schizophrénie.»

Les soins doivent être adaptés en fonction de la gravité de la maladie, ajoute-t-elle. «En traitant tous les gens de la même manière, on risque de nuire au rétablissement de ceux qui sont plus autonomes et de ne pas aider suffisamment les autres.»

Enfin, elle considère qu'un changement d'attitude s'impose en psychiatrie. «Notre conception de la schizophrénie est parfois trop pessimiste, affirme-t-elle. Pourtant, la condition de la majorité des patients s'améliore. C'est notre devoir de médecin de leur communiquer l'espoir.»

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: Marie Lambert-Chan - Université de Montréal