Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Partenaires
Organismes
 CEA
 ESA
Sites Web
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
Posté par Adrien le Vendredi 22/04/2011 à 12:00
Des fossiles d'une espèce inconnue de tarsier
Une équipe internationale comprenant deux chercheurs de l'UMR 6046 (CNRS-Université de Poitiers) vient d'annoncer la découverte d'une nouvelle espèce de tarsier qui vivait il y a 13 millions d'années en Thaïlande. Cette découverte a été présentée dans les Proceedings of the Royal Society B.


Une reconstitution de Tarsius sirindhornae - © Mana Rugbumrung

Les tarsiers, petits primates asiatiques nocturnes caractérisés par des orbites énormes, partagent avec les anthropoïdes (singes et humains) plusieurs caractères morpho-anatomiques importants qui indiquent que ces deux branches dérivent d'un ancêtre commun, ce qui a conduit les systématiciens à les réunir au sein (Le sein (du latin sinus, « courbure, sinuosité, pli ») ou la poitrine dans son ensemble, constitue la région ventrale...) d'un groupe unique: les Haplorhiniens. Cette relation de parenté confère une grande importance à la connaissance de l'histoire évolutive des tarsiers puisqu'elle nous apporte des compléments précieux quant à l'histoire de notre propre lignée. Malheureusement, les fossiles de tarsiers sont très rares et, jusqu'à présent, seuls des restes fragmentaires découverts en Chine et remontant à 45 millions d'années et quelques dents isolées documentaient a minima le passé (Le passé est d'abord un concept lié au temps : il est constitué de l'ensemble des configurations successives du monde et s'oppose au futur sur une échelle des temps centrée...) de ces animaux.


Les zones colorées montrent les aires de répartition des espèces actuelles de tarsiers et l'étoile (Une étoile est un objet céleste émettant de la lumière de façon autonome, semblable à une énorme boule de plasma comme le Soleil, qui est l'étoile la plus proche de la Terre.) bleue indique l'endroit où la nouvelle espèce (Dans les sciences du vivant, l’espèce (du latin species, « type » ou « apparence ») est le taxon de base de la systématique....) a été découverte (carte adaptée de Groves & Shekelle (2010)

Cela devrait changer grâce à la découverte d'une riche collection de mâchoires et de dents appartenant à une nouvelle espèce de Tarsius, découverte que vient de faire une équipe internationale dans une mine de lignite thaïlandaise. Cette nouvelle espèce, décrite sous le nom de Tarsius sirindhornae, est l'une des plus grandes connues et confirme que, par le passé, l'extension géographique des Tarsius était plus vaste. Elle se caractérise également par une morphologie particulière de ses orbites et de ses dents, celles-ci témoignant d'une nourriture abrasive alors que les tarsiers actuels sont insectivores.

Dans leur étude, les chercheurs ont pu reconstituer la face de ce tarsier du Miocène, lequel présentait des orbites courtes et un museau allongé, ce qui le distingue des espèces actuelles. Du coup, l'hypothèse selon laquelle les tarsiers seraient des fossiles vivants, à cause de leur faible évolution au cours du temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.), est peut-être la conséquence d'une documentation paléontologique incomplète. Cette nouvelle espèce témoigne donc d'une lignée aujourd'hui éteinte de Tarsius et d'une plus grande diversité morphologique de ce genre dans le passé, à mettre en rapport avec sa plus grande extension géographique.

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: CNRS-INEE