Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Posté par Isabelle le Jeudi 28/04/2011 à 00:00
AMS à la recherche de l'antimatière
Ce vendredi 29 avril, la navette Endeavour emmènera le spectromètre AMS-02 jusqu'à la Station spatiale internationale (ISS). Les analyses que cet appareil permettra de réaliser déboucheront sur des enseignements cruciaux au sujet des rayons cosmiques, de l'antimatière, de la matière noire et des mini (MINI est une marque automobile de BMW Group. L'ancien modèle Mini était construit par MG Rover.) trous noirs que contient l'Univers (L'Univers est l'ensemble de tout ce qui existe et les lois qui le régissent.).

Le détecteur partira à destination de l'ISS, avec ce qui pourrait être le dernier vol de la navette spatiale (Une navette spatiale, dans le domaine de l’astronautique, est un véhicule aérospatial réutilisable conçu pour assurer la desserte des stations spatiales en orbite basse mais pouvant aussi...) de la NASA (La National Aeronautics and Space Administration (« Administration nationale de l'aéronautique et de l'espace ») plus connue sous son abréviation NASA, est l'agence...). AMS-02 sera le premier détecteur de ce type à être installé sur ISS. Si l'antimatière primordiale existe bel (Nommé en l’honneur de l'inventeur Alexandre Graham Bell, le bel est unité de mesure logarithmique du rapport entre deux puissances, connue pour...) et bien, cette installation devrait pouvoir la détecter et résoudre ainsi l'un des mystères de la science (La science (latin scientia, « connaissance ») est, d'après le dictionnaire Le Robert, « Ce que l'on sait pour l'avoir appris, ce...). Plus de 60 instituts et 700 physiciens ont collaboré pour réaliser le détecteur AMS-02, un outil (Un outil est un objet finalisé utilisé par un être vivant dans le but d'augmenter son efficacité naturelle dans l'action. Cette augmentation se traduit par la simplification des actions entreprises, par une plus grande...) de grande sensibilité et de haute résolution. Il a entre autres bénéficié du savoir-faire du Département de physique (La physique (du grec φυσις, la nature) est étymologiquement la « science de la nature ». Dans un sens général et ancien, la physique désigne la connaissance de la...) nucléaire et corpusculaire (DPNC) de l'UNIGE. Après la construction du coeur de l'expérience AMS-02 dans les locaux de la Section de physique, tous les éléments ont été assemblés au CERN, puis emmenés par avion (Un avion, selon la définition officielle de l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI), est un aéronef plus lourd que l'air, entraîné par un organe...) en Floride au Kennedy Space Center.


Endeavour de retour de la mission STS-130

Les physiciens du monde (Le mot monde peut désigner :) entier cherchent les preuves de l'antimatière avec des équipements toujours plus performants. L'expérience AMS (Alpha Magnetic Spectrometer) conjugue les dernières technologies orientées vers cet objectif. Son but consiste à améliorer l'observation (L’observation est l’action de suivi attentif des phénomènes, sans volonté de les modifier, à l’aide de moyens d’enquête et d’étude appropriés. Le plaisir...) des particules dans l'espace. Le spectromètre a été construit à cet effet ; il sera par la suite installé sur la station ISS.

L'être et le non-être, sous l'angle de la physique

Les objectifs scientifiques de la mission vont de la recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par...) de la matière noire à la recherche d'antimatière primordiale. Si la théorie du Big Bang (Le Big Bang est l’époque dense et chaude qu’a connu l’univers il y a environ 13,7 milliards d’années, ainsi que l’ensemble des...) implique que matière et antimatière étaient également abondantes à l'origine de l'Univers, jusqu'à présent, on n'a pu qu'exclure la présence de grandes quantités d'antimatière dans le voisinage (La notion de voisinage correspond à une approche axiomatique équivalente à celle de la topologie. La topologie traite plus naturellement les notions...) de notre amas de galaxies (Un amas de galaxies est l'association de plus d'une centaine de galaxies liées entre elles par la gravitation. En deçà de 100, on parle plutôt de groupe de...). Mais qu'en est-il ailleurs ? L'expérience AMS-02 sera capable de détecter la moindre trace (TRACE est un télescope spatial de la NASA conçu pour étudier la connexion entre le champ magnétique à petite échelle du Soleil et la géométrie...) d'antimatière primordiale, à condition bien sûr que cette dernière existe et... Qu'elle puisse atteindre notre Terre (La Terre est la troisième planète du Système solaire par ordre de distance croissante au Soleil, et la quatrième par taille et par masse croissantes. C'est la plus grande et la plus massive des quatre planètes...).

L'événement depuis la Terre... A Genève!

A l'attention du grand public, avec l'événement intitulé «De la terre à l'espace», l'UNIGE et la RTS développeront, samedi 30 avril, des présentations pour faire saisir les enjeux du lancement d'AMS.02. En commençant par une explication de la mission spatiale Endeavour STS-134 et du projet (Un projet est un engagement irréversible de résultat incertain, non reproductible a priori à l’identique, nécessitant le concours et...) AMS-0 par des astronomes, puis par un exposé sur la recherche spatiale telle qu'elle est menée à l'UNIGE, ainsi que sur le rôle d'une telle recherche quant à la société.

Le public est ensuite invité au journal télévisé de 12h45, durant lequel seront diffusées les images du décollage de la veille ; des simulations visuelles des activités qui seront ultérieurement déployées par la mission étofferont alors le programme, ainsi que des démonstrations de la manière dont sont enregistrées et traitées les données récoltées par AMS. Une collation sera offerte au public présent, qui pourra poser des questions aux experts astrophysiciens Stéphane Berthet (membre de la commission fédérale des affaires spatiales), Thierry Courvoisier (professeur à l'UNIGE, physicien), Sylvie Rosier-Lees (directrice de recherche), Frank Cadoux (ingénieur) et Philippe Azarello (physicien).

Voir aussi sur le même sujet: AMS: prêt pour le lancement vers l'ISS

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: UNIGE - Université de Genève
Illustration: NASA/ Tom Farrar Jr.