Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Bons plans et avis Gearbest: Xiaomi Mi Mix2, OnePlus 5T
Code promo Gearbest: réduction, coupon, livraison...
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
Posté par Isabelle le Samedi 07/05/2011 à 12:00
Nouveau test sanguin pour Alzheimer
Le CUSM met au point une technique qui permet de détecter précocement la maladie. Un nouveau test sanguin qui permet de dépister la maladie d'Alzheimer pourrait bientôt être mis sur le marché grâce à une étude innovante menée par l'Institut de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension...) du Centre universitaire de santé McGill (CUSM). Les résultats ont mis en évidence un diagnostic (Le diagnostic (du grec δι?γνωση, diágnosi, à partir de δια-, dia-, „par, à travers, séparation, distinction“ et...) biochimique unique, qui permet d'identifier les patients atteints par cette maladie (La maladie est une altération des fonctions ou de la santé d'un organisme vivant, animal ou végétal.) dévastatrice. Cette recherche publiée dans l'édition de ce mois-ci du Journal of Alzheimer's Disease touche un demi-million de personnes au Canada et plusieurs autres millions dans le monde (Le mot monde peut désigner :).

«Jusqu'à présent, à l'exception d'une analyse post mortem des tissus cérébraux, aucun outil (Un outil est un objet finalisé utilisé par un être vivant dans le but d'augmenter son efficacité naturelle dans l'action. Cette augmentation se traduit par la simplification des actions entreprises, par une...) ne permettait de diagnostiquer la maladie d'Alzheimer de façon définitive, déclare le DrVassilios Papadopoulos, directeur de l'Institut (Un institut est une organisation permanente créée dans un certain but. C'est habituellement une institution de recherche. Par exemple, le Perimeter Institute for Theoretical...) de recherche du CUSM. Notre étude clinique démontre qu'un test sanguin non-invasif basé sur un processus biochimique peut permettre de diagnostiquer cette maladie de façon précoce, et de la différencier des autres types de démences. »

La biochimie à des fins de dépistage

Le DrPapadopoulos et ses collaborateurs ont basé leur test sanguin de la maladie d'Alzheimer sur une hormone (Une hormone est un messager chimique véhiculé par le système circulatoire qui agit à distance de son site de production par fixation sur des récepteurs spécifiques.) sécrétée par le cerveau (Le cerveau est le principal organe du système nerveux central des animaux. Le cerveau traite les informations en provenance des sens, contrôle de...): la déhydroépiandrostérone (DHEA). Cette hormone est présente en concentration élevée dans le cerveau où elle a de nombreux effets biologiques.

À l'aide d'un processus chimique appelé oxydation, les chercheurs ont réussi à favoriser la production de DHEA dans des prélèvements sanguins effectués chez des patients non atteints de la maladie d'Alzheimer. Cependant, l'oxydation du sang (Le sang est un tissu conjonctif liquide formé de populations cellulaires libres, dont le plasma est la substance fondamentale et est présent chez la plupart des animaux....) chez les patients atteints de la maladie n'a pas conduit à une augmentation de la DHEA.

«Il existe une nette (Le terme Nette est un nom vernaculaire attribué en français à plusieurs espèces de canards reconnaissablent à leurs calottes. Le terme est un emprunt au grec ancien...) corrélation entre l'incapacité à produire suffisamment de DHEA par oxydation dans le sang et le degré de détérioration cognitive des patients atteints de la maladie d'Alzheimer », explique le Dr Papadopoulos. Nous avons démontré que nous pouvions détecter cette maladie, de façon précise et répétée, avec de petits échantillons sanguins. Ce test nous a également permis de poser un diagnostic différentiel à des stades précoces de la maladie, ce qui signifie qu'il peut également être utilisé pour diagnostiquer la maladie d'Alzheimer à ses débuts.

Implications du traitement

«De nombreux traitements envisageables qui modifient la maladie d'Alzheimer tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) en en ciblant le développement sous-jacent font actuellement l'objet (De manière générale, le mot objet (du latin objectum, 1361) désigne une entité définie dans un espace à trois dimensions, qui a une fonction précise, et qui peut être...) d'études cliniques, ajoute le DrPapadopoulos. Toutefois, la mise en place d'un traitement dépend de la fiabilité du diagnostic.»

À l'heure (L’heure est une unité de mesure du temps. Le mot désigne aussi la grandeur elle-même, l'instant (l'« heure qu'il est »), y compris en sciences...) actuelle, la maladie d'Alzheimer est diagnostiquée selon les critères suivants: les antécédents familiaux, les renseignements sur le patient (Dans le domaine de la médecine, le terme patient désigne couramment une personne recevant une attention médicale ou à qui est...) ainsi que l'évaluation de l'état mental et l'examen physique (La physique (du grec φυσις, la nature) est étymologiquement la « science de la nature ». Dans un sens général et ancien, la physique...) en nous concentrant sur les signes neurologiques.

«Il est vital d'effectuer un test biochimique précis, simple, spécifique et non-invasif qui appuie les résultats cliniques. Nos résultats démontrent que l'oxydation de la DHEA au cours du test sanguin peut permettre le diagnostic de la maladie d'Alzheimer à un stade (Un stade (du grec ancien στ?διον stadion, du verbe ?στημι istêmi, « se tenir droit et...) très précoce, de contrôler l'effet des traitements et l'évolution de la maladie.»

Au sujet de l'étude

L'étude «A lead study on oxidative stress-mediated dehydroepiandrosterone formation in serum: The biochemical basis for a diagnosis of Alzheimer's disease » a été coécrite par Georges Rammouz, Laurent Lecanu et Vassilios Papadopoulos de l'Institut de recherche du CUSM et de l'Université McGill à Montréal et par Paul Aisen de l'Université de Californie à San Diego.

Financement

Cette étude a été rendue possible grâce à des subventions des National Institutes of Health (NIH) et Samaritan Pharmaceuticals.

Article: http://www.j-alz.com
Institut de recherche du CUSM: http://muhc.ca/research/dashboard
Université McGill: http://mcgill.ca

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: Université McGill
 
Jeudi 23 Novembre 2017 à 00:00:06 - Vie et Terre - 0 commentaire
» Un bon odorat pour une bonne croissance
Mardi 21 Novembre 2017 à 12:00:21 - Physique - 0 commentaire
» Photosynthèse: de l’huile dans les rouages