Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Bons plans et avis Gearbest: Xiaomi Mi Mix2, OnePlus 5T
Code promo Gearbest: réduction, coupon, livraison...
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
Posté par Publication le Lundi 23/05/2011 à 00:00
Une bactérie contribuerait à la maladie de Parkinson
Helicobacter pylori -
Illustration: USGov-HHS-NIH
La maladie de Parkinson est une maladie neurologique chronique affectant le système nerveux central et débutant habituellement chez des individus ayant plus de 45 ans. Des résultats présentés au 111ème congrès de l’American Society for Microbiology suggèrent qu’une bactérie de l’estomac (L’estomac (en grec ancien στόμαχος) est la portion du tube digestif en forme de poche, située entre l’œsophage et le duodénum....) impliquée dans les ulcères, Helicobacter Pylori, jouerait également un rôle dans le développement de la maladie de Parkinson (La maladie de Parkinson est une maladie neurologique chronique affectant le système nerveux central responsable de troubles essentiellement moteurs d'évolution progressive.). C’est en tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) cas les conclusions d’une étude récente réalisée sur un modèle expérimental de souris (Le terme souris est un nom vernaculaire ambigu qui peut désigner, pour les francophones, avant tout l’espèce commune Mus musculus, connue aussi comme animal de compagnie ou de laboratoire, mais...).

Depuis les années 60, les médecins ont observé une corrélation entre les ulcères de l’estomac et la maladie (La maladie est une altération des fonctions ou de la santé d'un organisme vivant, animal ou végétal.) de Parkinson. Plus récemment, les chercheurs ont montré que la bactérie était plus fréquemment retrouvée chez les patients souffrant de la maladie de Parkinson et que ceux qui étaient traités contre l’infection par Helicobacter pylori avaient une légère amélioration de leur état de santé au contraire de ceux ne recevant pas de traitement anti-bactérien.

Dans cette étude les scientifiques ont infecté des souris jeunes et âgées avec différentes souches d’Helicobacter pylori puis ils ont suivi l’activité locomotrice de ces souris et le taux de dopamine dans leur cerveau (Le cerveau est le principal organe du système nerveux central des animaux. Le cerveau traite les informations en provenance des sens, contrôle de nombreuses fonctions du corps, dont la...). Les résultats montrent que l’infection par une des souches bactériennes entraine une réduction significative du taux de dopamine et de l’activité locomotrice des souris dès 3 à 5 mois (Le mois (Du lat. mensis «mois», et anciennement au plur. «menstrues») est une période de temps arbitraire.), des symptômes habituellement retrouvés chez les individus souffrant de la maladie de Parkinson. De plus, cette diminution est encore plus marquée chez les souris âgées suggérant que le vieillissement (La notion de vieillissement décrit une ou plusieurs modifications fonctionnelles diminuant progressivement l'aptitude d'un objet, d'une information ou d'un organisme à assurer ses fonctions.) augmente la susceptibilité de la maladie de Parkinson chez les souris comme chez les humains.

Enfin, dans le but de déterminer si des substances bactériennes peuvent contribuer au développement de la maladie de Parkinson, les scientifiques ont donné de la nourriture aux souris âgées dans laquelle ils ont introduit des extraits d’Helicobacter pylori. Ces souris ne s’infectent pas mais développent les mêmes symptômes de la maladie de Parkinson que les souris infectées par la bactérie. Ces données suggèrent que certains produits bactériens pourraient contribuer au développement de la maladie de Parkinson. En particulier, des travaux chez certaines populations ayant un fort risque de développer une maladie proche de celle de Parkinson avaient déjà montrés qu’un composé ressemblant au cholestérol, et produit par la bactérie Helicobacter pylori, était neurotoxique et pouvait donc jouer un rôle dans cette maladie.

Auteur de l’article : Pierre-Alain RUBBO
Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
 
Jeudi 23 Novembre 2017 à 00:00:06 - Vie et Terre - 0 commentaire
» Un bon odorat pour une bonne croissance
Mardi 21 Novembre 2017 à 12:00:21 - Physique - 0 commentaire
» Photosynthèse: de l’huile dans les rouages