Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Bons plans et avis Gearbest: Xiaomi Mi Mix2, OnePlus 5T
Code promo Gearbest: réduction, coupon, livraison...
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
Posté par Michel le Mercredi 29/06/2011 à 00:00
Pourquoi les femmes survivent-elles à la ménopause ?
La longue période de survie après la ménopause chez les êtres humains a été longtemps considérée comme un paradoxe évolutif. Comment justifier cette longévité prolongée qui semble inutile du point de vue de l'évolution car les individus survivant ne se reproduisent plus ? Plusieurs théories ont été avancées, basées sur l'idée que les grand-mères peuvent contribuer indirectement à la propagation de leurs gènes en favorisant par exemple la survie et la reproduction (La Reproduction. Eléments pour une théorie du système d'enseignement est un ouvrage de sociologie co-écrit par Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron paru en 1970 aux éditions de Minuit.) de leurs enfants et de leurs petits-enfants via des soins maternels ou grand-maternels. Dans une étude publiée par Evolution, deux chercheurs français (UMR 7625 et 7599 du CNRS) proposent une nouvelle idée: grâce à cette période post-reproductive, le vivant se laisse une marge pour s'assurer que tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) le potentiel de reproduction a pu être exploité. Un modèle testé avec succès sur des arthropodes.


Les auteurs de l'étude s'appuient sur l'exemple des collemboles, ici une femelle âgée
©Thomas Tully

Si l'on pensait que la survie après la fin de la reproduction était une caractéristique spécifique de l'espèce humaine, de plus en plus d'études ont montré que d'autres animaux peuvent, dans certaines conditions, survivre après l'arrêt de leur période de reproduction. C'est le cas des orques qui vivent en groupes sociaux dans lesquels la présence de vieilles femelles non-reproductrices peut être bénéfique aux animaux apparentés au cours, par exemple, des chasses coopératives. Mais chez d'autres espèces sans soin parental ni vie (La vie est le nom donné :) sociale organisée, l'existence d'une vie post-reproductive reste difficile à expliquer.

L'article publié dans Evolution propose une nouvelle théorie permettant de résoudre ce paradoxe (Un paradoxe est une proposition qui contient ou semble contenir une contradiction logique, ou un raisonnement qui, bien que sans faille apparente, aboutit à une...) évolutif. Les auteurs montrent que l'imprévisibilité de la durée de vie peut générer une pression (La pression est une notion physique fondamentale. On peut la voir comme une force rapportée à la surface sur laquelle elle s'applique.) de sélection favorisant les individus programmés génétiquement pour survivre après la fin de leur période de reproduction, comme s'ils se laissaient une marge de manoeuvre pour être sûrs de ne pas mourir avant d'avoir pu exploiter en totalité leur potentiel de reproduction. Ce processus est comparable au cahier des charges (Un cahier des charges est un document visant à définir exhaustivement les spécifications de base d'un produit ou d'un service à...) dictant les normes de qualité dans la fabrication des avions. Etant donné la difficulté de prévoir la date d'un accident lié à l'usure des pièces d'un appareil, les avions sont conçus pour durer en moyenne (La moyenne est une mesure statistique caractérisant les éléments d'un ensemble de quantités : elle exprime la grandeur qu'auraient chacun des membres de...) bien plus longtemps que leur durée d'exploitation.

Les auteurs s'appuient sur un exemple biologique qui semble confirmer leur prédiction. En comparant la durée de vie post-reproductive de différentes lignées d'un collembole - petit arthropode du sol étudié en laboratoire - les auteurs montrent que les lignées chez lesquelles la durée de vie est la plus imprévisible sont les lignées chez lesquelles la durée de vie post-reproductive moyenne est la plus longue. Afin d'éviter que des mères encore fertiles ne meurent avant la fin de leur période de reproduction, la sélection naturelle semble donc avoir pu favoriser chez les collemboles l'émergence et la survie de grands-mères « inutiles ».

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: CNRS-INEE