Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Bons plans et avis Gearbest: Xiaomi Mi Mix2, OnePlus 5T
Code promo Gearbest: réduction, coupon, livraison...
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
Posté par Adrien le Lundi 17/10/2011 à 00:00
La guerre des intestins
Certaines souches de bactéries probiotiques survivent dans l'environnement hostile du tube digestif et parviennent à modifier la composition de la flore intestinale.

La popularité des yaourts additionnés de probiotiques reposerait sur du solide, suggère une étude menée par des chercheurs de l'Institut (Un institut est une organisation permanente créée dans un certain but. C'est habituellement une institution de recherche. Par exemple, le Perimeter Institute for Theoretical Physics...) des nutraceutiques et des aliments fonctionnels (INAF). En effet, la consommation régulière de ces yaourts modifierait l'équilibre de la flore intestinale (La flore intestinale est l'ensemble des micro-organismes qui se trouvent dans le tube digestif. Le terme de flore intestinale n'est guère correct, puisqu'il s'agit surtout de bactéries alors que le terme flore évoque...) en faveur de bactéries bénéfiques pour la santé, rapportent les chercheurs dans un récent numéro de l'International Journal of Food Microbiology.

Les probiotiques sont des micro-organismes vivants qui, lorsque consommés en quantité suffisante, améliorent la santé de l'hôte. Pour y arriver, ils doivent toutefois se rendre sains et saufs, en nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) suffisant, au coeur de l'action et rivaliser avec les bactéries qui y sont déjà établies. Le champ (Un champ correspond à une notion d'espace défini:) de bataille est situé principalement dans le côlon, un segment d'intestin (L'intestin est la partie du système digestif qui s'étend de la sortie de l'estomac à l'anus. Chez les humains et la plupart des mammifères, il est divisé en deux parties...) long de 1,3 mètre, qui abrite des milliers de milliards de bactéries appartenant à plus de 500 espèces. Chez un adulte moyen, le poids (Le poids est la force de pesanteur, d'origine gravitationnelle et inertielle, exercée par la Terre sur un corps massique en raison uniquement du voisinage de la Terre. Elle est égale à l'opposé de la résultante des...) de cette flore (La flore est l'ensemble des espèces végétales présentes dans un espace géographique ou un écosystème déterminé (par opposition à la faune). Le terme « flore »...) intestinale atteindrait environ 1 kg.

Patricia Savard, Benoît Lamarche, Marie-Ève Paradis et Denis Roy, de l'INAF, et Hélène Thiboutot et Émile Laurin, de l'entreprise Aliments Ultima, ont suivi l'évolution de la flore intestinale de 58 adultes qui ont consommé quotidiennement 100 g de yaourt probiotique pendant quatre semaines. Outre les bactéries présentes dans les yaourts ordinaires, ce yaourt contenait deux souches de probiotiques, Lactobacillus acidophilus (LA-5) et Bifidobacterium animalis lactis (BB-12).

Au début de l'expérience, les bactéries BB-12 et LA-5 étaient présentes dans la flore intestinale de 56 % et de 7 % des participants respectivement; après quatre semaines, on les trouvait chez tous les sujets. Les décomptes bactériens effectués dans des échantillons fécaux ont révélé que le nombre de LA-5 et de BB-12 avait augmenté de 73 % et de 13 % respectivement. Par ailleurs, le nombre d'entérocoques, des bactéries potentiellement néfastes pour la santé, avait diminué de 13 %.

«Les deux souches que nous avons testées parviennent à survivre dans l'environnement (L'environnement est tout ce qui nous entoure. C'est l'ensemble des éléments naturels et artificiels au sein duquel se déroule la vie humaine. Avec les enjeux...) hostile du tube digestif et à modifier la composition de la flore intestinale», résume Denis Roy. Elles pourraient donc jouer un rôle dans la prévention des maladies intestinales comme les diarrhées, ainsi que de certains problèmes de santé causés par les entérocoques, mais la chose reste à être démontrée. «Ces probiotiques ne s'établissent pas en permanence dans l'intestin, prévient le chercheur (Un chercheur (fem. chercheuse) désigne une personne dont le métier consiste à faire de la recherche. Il est difficile de bien cerner le...). Il faut donc en consommer régulièrement pour maintenir leur nombre.»

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: Jean Hamann - Université Laval