Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Bons plans et avis Gearbest: Xiaomi Mi Mix2, OnePlus 5T
Code promo Gearbest: réduction, coupon, livraison...
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
Posté par Isabelle le Mercredi 23/11/2011 à 12:00
Les boissons énergisantes et la bipolarité: un cocktail dangereux?
La consommation excessive de boissons énergisantes pourrait jouer un rôle dans le déclenchement des phases maniaques ou dépressives chez des patients souffrant d'un trouble bipolaire et de problèmes de toxicomanie. C'est ce que présument des chercheurs en psychiatrie (La psychiatrie est une spécialité médicale traitant de la maladie mentale ou des maladies mentales. L'étymologie du mot psychiatrie provient du grec psyche...) de l'Université de Montréal qui ont rapporté les résultats d'une étude de trois cas dans le dernier numéro de Bipolar Disorders.

«C'est un phénomène que nous observons depuis plusieurs années. Nous avons des patients qui présentent une humeur stable et ne consomment plus de substances psychotropes et qui, subitement, revivent des hauts et des bas», remarque Élie Rizkallah, étudiant à la maitrise à la Faculté de médecine et évaluateur clinique à la clinique Nouveau Départ, fondée par le Dr Jean-Pierre Chiasson.

Quand on les questionne, ces patients révèlent souvent avoir consommé de grandes quantités de boissons énergisantes dans les jours précédents. Or, ces boissons sont reconnues pour contenir d'importantes doses de caféine, un psychostimulant qui module la transmission de la dopamine comme le font aussi les drogues telles que la cocaïne et les amphétamines.

Jusqu'à tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) récemment, une seule canette de boisson énergisante pouvait contenir l'équivalent de cinq tasses de café. Au mois (Le mois (Du lat. mensis «mois», et anciennement au plur. «menstrues») est une période de temps arbitraire.) d'octobre, Santé Canada a imposé aux fabricants une limite de 180 mg de caféine par canette, soit environ un café moyen. «On sait qu'une intoxication (Une intoxication est un ensemble de troubles du fonctionnement de l'organisme dus à l'absorption d'une substance étrangère, dite toxique.) à la caféine survient lorsqu'on en boit 250 mg et plus», précise M. Rizkallah, dont les travaux sont supervisés par le professeur Stéphane Potvin.


Élie Rizkallah
Les cas relatés dépassaient largement cette dose. Dans les semaines précédant leur hospitalisation, M. A buvait jusqu'à six petites canettes par jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil éclairent le ciel. Son...), Mme B en consommait un maximum de huit et M. C en avalait neuf au plus.

Mme B a même affirmé que la consommation de boissons énergisantes faisait naitre chez elle des envies de cocaïne, ce qui l'a ultimement conduite à en prendre de nouveau.

Malgré leur passé de toxicomanes, MM. A et C n'avaient touché à aucune drogue (Une drogue est un composé chimique, biochimique ou naturel, capable d'altérer une ou plusieurs activités neuronales et/ou de perturber les communications neuronales. La...) au moment de leur hospitalisation. La caféine aurait peut-être interagi avec leur médication en inhibant leurs effets. Notons que ces deux patients sont toujours suivis et n'ont plus connu d'épisodes maniaques ou dépressifs. Ils ont par ailleurs arrêté de consommer des boissons énergisantes. Quant à Mme B, elle a rechuté et n'a plus donné signe de vie (La vie est le nom donné :).

«Deux cas similaires ont été signalés récemment, mais aucun ne faisait référence à la toxicomanie (A l'origine "la" toxicomanie est un terme qui vient du grec toxikon, « poison » et mania, « folie » et qui signifie que quelqu'un use de manière répétée et excessive d'une ou...), mentionne Élie Rizkallah. Pourtant, c'est une composante majeure de la maladie (La maladie est une altération des fonctions ou de la santé d'un organisme vivant, animal ou végétal.) affective bipolaire: environ 56 % ou plus des patients qui en souffrent ont des problèmes d'alcool ou de drogue. Comme la probabilité d'accoutumance (L'accoutumance ou tolérance est un processus d'adaptation de l'organisme à un stimulus extérieur, un environnement nouveau ou même un produit toxique. Cette accoutumance...) est élevée, il est normal que la caféine et les autres stimulants contenus dans les boissons énergisantes représentent un risque.»

M. Rizkallah ne peut toutefois établir un lien de causalité. «Nous avons fait des observations (L’observation est l’action de suivi attentif des phénomènes, sans volonté de les modifier, à l’aide de...) cliniques, dit-il. Nous ne pouvons en tirer de conclusions hâtives. Notre but était de sensibiliser le public aux effets des boissons énergisantes, particulièrement les jeunes, qui en sont les plus gros consommateurs. Ces boissons sont certes attrayantes et en vente libre, mais elles peuvent induire des phases maniaques ou dépressives chez une population fragile.»

Il se propose maintenant d'examiner le lien entre les boissons énergisantes et la sensibilisation comportementale, qui est une sorte de mémoire par rapport à une drogue - dans ce cas-ci la caféine. «Notre hypothèse est la suivante: la consommation de ces boissons peut provoquer une réponse plus grande chez les toxicomanes que chez les non-toxicomanes. En d'autres termes, pourquoi certaines personnes accrochent et d'autres pas?» À suivre...

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: Marie Lambert-Chan - Université de Montréal