Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Bons plans et avis Gearbest: Xiaomi Mi Mix2, OnePlus 5T
Code promo Gearbest: réduction, coupon, livraison...
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
Posté par Michel le Vendredi 09/12/2011 à 00:00
Inverser les effets néfastes de la cocaïne ?
Des chercheurs du Département de neurosciences fondamentales de la Faculté de médecine de l'Université de Genève (UNIGE) ont développé une méthode permettant d'effacer l'empreinte laissée par la cocaïne sur le cerveau de souris et donc de rétablir un comportement normal.

En utilisant des commutateurs génétiques sensibles à la lumière, le professeur Christian Lüscher et ses collègues ont réussi à restaurer, chez cet animal (Un animal (du latin animus, esprit, ou principe vital) est, selon la classification classique, un être vivant hétérotrophe, c’est-à-dire...), l'activité normale des neurones et à abolir le comportement hyperactif provoqué par la drogue (Une drogue est un composé chimique, biochimique ou naturel, capable d'altérer une ou plusieurs activités neuronales et/ou de perturber les communications neuronales. La...).

Ce travail de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les...) a fait l'objet (De manière générale, le mot objet (du latin objectum, 1361) désigne une entité définie dans un espace à trois...) d'une publication dans la revue scientifique (Un scientifique est une personne qui se consacre à l'étude d'une science ou des sciences et qui se consacre à l'étude d'un domaine avec la rigueur et...) Nature.

Les effets néfastes et irréversibles de l'usage (L’usage est l'action de se servir de quelque chose.) de drogue dure, telle que la cocaïne, sont connus. Vincent Pascoli, chercheur (Un chercheur (fem. chercheuse) désigne une personne dont le métier consiste à faire de la recherche. Il est difficile de bien cerner le métier de chercheur tant les domaines de...) à l'UNIGE et premier auteur de l'étude, souligne que «chez les toxicomanes,l'empreinte laissée par la cocaïne sur le cerveau (Le cerveau est le principal organe du système nerveux central des animaux. Le cerveau traite les informations en provenance des sens, contrôle de nombreuses fonctions du corps, dont la motricité...) est si profonde que, même après plusieurs années d'abstinence (L'abstinence est un renoncement volontaire et durable à la satisfaction d'un appétit ou d'une envie. Dans la plupart des cas, le terme désigne l'abstention de rapports sexuels, d'alcool, de tabac voire d'un...), ils peuvent rechuter ».

L'équipe du professeur Christian Lüscher s'est penchée sur les traitements potentiels de ces effets nocifs et a développé une méthode qui permet d'effacer l'empreinte laissée parla cocaïne sur le cerveau de souris (Le terme souris est un nom vernaculaire ambigu qui peut désigner, pour les francophones, avant tout l’espèce commune Mus musculus, connue aussi comme animal de compagnie...), afin de rétablir un comportement normal.Le traitement par commutateurs génétiques consiste à stimuler, à l'aide d'un laser (Un laser est un appareil émettant de la lumière (rayonnement électromagnétique) amplifiée par émission stimulée. Le terme laser provient de l'acronyme anglo-américain « light...), les terminaisons nerveuses du cortex (En biologie, le cortex (mot latin signifiant écorce) désigne la couche superficielle ou périphérique d'un tissu organique.) préfrontal dans le noyau accumbens- ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble désigne intuitivement une collection d’objets (les éléments de l'ensemble), « une multitude qui peut être comprise comme un tout »,...) de neurones qui jouent un rôle important dans le circuit de la récompense.Un renforcement de la communication (La communication concerne aussi bien l'homme (communication intra-psychique, interpersonnelle, groupale...) que l'animal (communication intra- ou inter- espèces) ou la machine...) synaptique entre le cortex préfrontal et le noyau accumbens est, en effet, provoqué par la cocaïne, ce qui semble entraîner le comportement pathologique de recherche compulsive de drogue.

C'est en observant le comportement de souris précédemment exposées à la cocaïne que les chercheur sont démontré l'efficacité de leur traitement. Les animaux ont réagi à une nouvelle prise de cocaïne comme si leur cerveau n'y avait jamais été exposé.L'étude suggère que chez l'humain également, les changements de comportements provoqués par la cocaïne pourraient donc être réversibles, ce qui réduirait les risques de rechute.

« Cette découverte  apporte un espoir de traitement pour les malades souffrant d'une addiction (La dépendance est, au sens phénoménologique, une conduite qui repose sur une envie répétée et irrépressible, en dépit de la motivation et des...), en restaurant une communication normale entre les cellules nerveuses », précise le professeur Christian Lüscher,qui a dirigé ces travaux depuis son laboratoire de la Faculté de médecine. « Toutefois,un travail important demeure nécessaire pour traduire cette découverte,obtenue sur la souris, en une application thérapeutique chez l'homme (Un homme est un individu de sexe masculin adulte de l'espèce appelée Homme moderne (Homo sapiens) ou plus simplement « Homme ». Par distinction, l'homme prépubère est...) »,ajoute-t-il. « Il faut développer des méthodes de stimulation (Une stimulation est un événement physique ou chimique qui active une ou plusieurs cellules réceptrices de l'organisme. La cellule traduit la stimulation par un potentiel d'action, qui est transmis par les nerfs...) sélectives et s'assurer de l'efficacité du traitement dans le temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.). »

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: UNIGE - Université de Genève