[Dossier] Le mythe du robot dans la fiction

Informatique et nouvelles technologies...

Modérateur: Modérateurs

[Dossier] Le mythe du robot dans la fiction

Messagepar Publication » 20/05/2005 - 0:14:45

Ce dossier nous est proposé par Daniel Ichbiah, écrivain, auteur du livre "Robots, genèse d’un peuple artificiel" publié aux éditions Minerva en 2005. Ce livre fait partie de la sélection Prix Roberval 2005.

Vous trouverez les références de l’auteur et de son ouvrage sur la dernière page de ce dossier "En savoir plus".


Introduction : Le robot ami ou ennemi ?

Frankenstein, RUR, Metropolis… Les premiers androïdes étaient le plus souvent dépeints comme d'infâmes dégénérés, obsédés par une seule et même idée : ravir à leur créateur sa place dominante, prendre les commandes de la civilisation, asservir les humains sans s'embarrasser des scrupules propres aux êtres de chair.

Cet imaginaire qui a baigné les fantasmes de bien des adultes en devenir n'était pas tendre pour les robots. Il a fallu Asimov, R2-D2 et autres robots plus débonnaires tel que le dessin animé Astro Boy pour adoucir cette image flétrie…

Ce dossier fait le point sur cette évolution de l’image des robots depuis le mythe de Prométhée — la créature menaçante qui se révolte contre la vanité de l’Homme — jusqu’à l’ère actuelle des compagnons débonnaires du foyer.
Publication
 
Messages: 2058
Inscrit le: 30/07/2004 - 18:18:42

Le péché originel

Messagepar Publication » 20/05/2005 - 0:15:04

L'homme peut-il élaborer une créature à son image sans y laisser des plumes ? De nombreux auteurs et réalisateurs semblent induire que la chose n'est pas possible, laissant transparaître une morale sous-jacente, comme quoi l'humain irait à l'encontre d'un certain ordre des choses en endossant ce rôle de créateur de vie. D’ailleurs, bien des écrivains se plaisent à marquer la frontière entre l'homme et sa progéniture artificielle en marquant le territoire du premier par la notion de conscience, indépendante de tout automatisme. Quand bien même certains films tels que A.I. de Spielberg traitent de la potentielle naissance d'une telle intuition de soi-même, l'avis général est que le robot ne sera jamais qu'une machine quand bien même elle serait animée par un logiciel ultra-sophistiqué. Dans une de ses nouvelles, Boris Vian avait d'ailleurs eu ce trait d'humour par rapport à un robot que s'il lui manquait de respect, il s'aviserait de le débrancher !

Étant à jamais dépourvu de conscience, le robot serait faillible, malléable à merci — ne suffit-il pas d'un "bug" pour détraquer le plus puissant des ordinateurs et lui faire accomplir ce que ses créateurs n'avaient aucunement prévu ? Cette peur inhérente au robot semble porter une survivance du mythe de l'Apprenti Sorcier, qui donne libre cours à une entité artificielle apte à se reproduire et effectuer des actions répétitives, mais rapidement hors de contrôle.

Pourtant, l'idée d'un serviteur qui déchargerait son maître des tâches ingrates s'apparente à un antique rêve de l'humanité. D'ailleurs, certains écrits anciens présentent l'Homme lui-même sous une telle lumière. Les tablettes retrouvées en Mésopotamie font apparaître une troublante analogie : celle de l’homme, automate créé par les dieux pour assurer son service… "Un jour, les travailleurs divins, s’estimant exploités, se révoltèrent. Le dieu des techniques proposa que l’on confectionne des pantins doués de vie, que l’on mettrait au travail à la place des dieux. Ainsi naquirent les hommes. Afin qu’ils ne puissent se révolter, on les créa nettement inférieurs aux dieux et mortels".

Le mythe de Prométhée semble pareillement inscrire l'homme dans l'imperfection voulue par les dieux. Il est dit que ce géant avait créé le premier homme à partir d'un bloc d'argile mêlé d'eau, bravant au passage le pouvoir de Zeus. Ayant dérobé une étincelle au soleil, il avait offert cette source de feu divin aux hommes qui s'étaient alors multipliés. Par la suite, Prométhée avait défié Zeus au cours d'un jeu auquel le dieu suprême avait été abusé : ayant dépecé un taureau, il en avait étalé d'une part, la chair, la moelle et les entrailles, recouverts de la peau de la bête et de l'autre, les os, couverts de la graisse de l'animal. Prométhée avait offert à Zeus de s'attribuer l'une des deux parts, l'autre allant aux hommes. Attiré par la blancheur le dieu avait choisi les os. Zeus avait mal supporté d'avoir ainsi été leurré et s'était vengé sur Prométhée comme sur les humains dont l'existence avait été rendue sombre, suite à l'ouverture de la boîte de Pandore.

Ce mythe de Prométhée semble être à la source de cette morale sous-jacente à bien des intrigues ultérieures, comme quoi l'humain ne devrait point chercher à endosser le rôle dévolu aux divinités. Une notion plus paisible de l'automate serviteur est toutefois évoquée dans le chant XVIII de l’Iliade d’Homère, au VIIIème siècle avant J.C. Fils de Zeus et époux d’Aphrodite, Hephaistos (connu par les romains sous le nom de Vulcain) a construit des tables rondes reposant sur trois roues qui font d’elles-mêmes le trajet jusqu’à l’Olympe, pour y porter les produits de sa forge. Deux servantes en or qu’il a fabriquées l’assistent dans sa tâche et elles sont capables de penser et de parler : "Elles sont en or," conte Homère, "mais ont l'aspect de vierges vivantes. Dans leur cœur est une raison ; elles ont aussi voix et force ; par la grâce des Immortels, elles savent travailler".

L’histoire de Pygmalion, que conte Ovide dans ses Métamorphoses, place également le mythe de la créature sur un versant bienheureux. Roi de Chypre mais aussi sculpteur, Pygmalion désespère de trouver femme à son goût. Il crée alors une statue d’une esthétique parfaite, Galatéa. Étant tombé amoureux de son œuvre, Pygmalion va supplier la déesse Aphrodite d’insuffler la vie à Galatéa. Le thème sera abondamment repris par la littérature (comme dans Pygmalion de George Bernard Shaw en 1913) ou le cinéma (My Fair Lady de George Cukor).
Publication
 
Messages: 2058
Inscrit le: 30/07/2004 - 18:18:42

Les machines douées de vie de l’ère Romantique

Messagepar Publication » 20/05/2005 - 0:15:27

Entre l'Antiquité et l'ère moderne, bien des siècles vont toutefois s'écouler avant que les entités artificielles ne reviennent hanter l'imaginaire des écrivains. Il faut attendre l'avènement du romantisme et son penchant envers l'obscur pour qu'ils commencent à s'autoriser de nouvelles libertés en matière de fiction. C'est à peu près à la même époque que naissent la nouvelle The Vampyre de John William Polidori qui conte les aventures d'un vampire aristocrate mais aussi l'intrigante histoire de Frankenstein. De façon étonnante, ces deux œuvres naissent pareillement d'un concours d'écriture entre plusieurs auteurs organisé en juin 1816 en Suisse par le poète Lord Byron et auquel assistent son secrétaire et médecin Polidori et aussi le poète Percy Shelley et son épouse Mary. Tous se donnent pour défi de créer le récit le plus terrifiant possible.

Avec Frankenstein (1818), Mary Shelly invente la littérature fantastique. Elle dépeint une créature d'apparence humaine créée par le docteur Frankenstein et qui n'est à l'intérieur qu'une machine dont les éléments sont maintenus à l'aide de boulons et d'écrous. Effrayé par sa laideur, le docteur abandonne sa créature. Le rejet général que subit le monstre déclenche sa haine et le pousse vers le crime.

Frankenstein innove en posant l'idée qu'une créature artificielle peut être issue non point de la magie ou d'un phénomène surnaturel, mais de l'application de la science. Pourtant, l'esprit libre qu'est Shelley n'a pu s'empêcher de faire ressortir le danger inhérent à la vanité de vouloir créer la vie. Elle a donc choisi de suivre le mythe de Prométhée davantage que celui de Pygmalion… D'une certaine façon, elle donne le ton en la matière.
Publication
 
Messages: 2058
Inscrit le: 30/07/2004 - 18:18:42

Naissance officielle du robot, un opprimé tenté par la rébellion

Messagepar Publication » 20/05/2005 - 0:15:44

Si en 1909, l'auteur Marinetti introduit des personnages mécaniques de forme humaine dans sa pièce Poupées électriques — rebaptisée plus tard Elettricita — c’est à l’écrivain tchèque Karel Capek que revient le mérite d’avoir inventé le terme « robot » et de l'avoir matérialisé au sein d’une pièce baptisée R.U.R.

R.U.R conte les déboires de l’industriel Rossum — le titre vient des initiales de Robots Universels de Rossum. Dans ses ateliers, cet entrepreneur produit des androïdes dont la capacité de travail est sans commune mesure avec celles des humains. Capek leur a donné le nom de « robota » qui signifie tout simplement « travailleur » ou « serf » dans sa langue natale.

Les robots de Rossum sont très appréciés des patrons d’entreprises qui s’empressent de les mettre à contribution dans leurs propres usines : robot-ouvrier, robot-dactylo, etc. Ils deviennent de plus en plus perfectionnés et apprennent à raisonner par eux-mêmes, sans toutefois ressentir d’émotion. Au fil de l’action, ces esclaves de métal en viennent à se révolter contre leurs oppresseurs humains. Ils finissent par les éliminer puis à prendre possession de l’usine dont ils ont désormais la maîtrise ! Radius, le leader des robots donne l’état des lieux : « Le pouvoir de l’Homme est anéanti. Un nouveau monde est né. C’est l’ère du robot. »

Écrite en 1920 et jouée pour la première fois en 1921 sur la scène du théâtre Garrick à New York, R.U.R. a eu une influence majeure sur les histoires de robots qui ont suivi. Son intrigue pose les bases d’une méfiance entretenue par l’Homme envers les dérives potentielles du robot. Capek propose des éléments que l’on va retrouver dans de nombreux écrits et films qui vont suivre. Le robot est voué à une plus grande perfection que l'homme, comme l’indique l’un des personnages de la pièce : « un robot peut remplacer deux travailleurs et demi. » D'une telle excellence potentielle découle le fait que l’androïde entre tôt ou tard en compétition avec son créateur : « La machine humaine, pour sa part, était terriblement imparfaite. Elle devait donc disparaître tôt ou tard. » Une notion qui sera plus tard assumée par certains roboticiens éminents tels que Hans Moravec, Kevin Warwick ou Hugo de Garis…

Karel Capek prendra ses distances avec la mythologie qu’il a engendré : "Je rejette avec horreur toute idée comme quoi des engins de métal pourraient jamais remplacer les êtres humains et s'éveiller à des sentiments tels que la vie, l'amour ou la rébellion. Une prospective aussi sombre ne serait jamais qu'une surestimation du potentiel des machines ou encore une grave offense envers la vie." dira-t-il en 1935. Mais il est alors bien trop tard. Le ton a été donné et la littérature qui se développe dans les années 20 et 30 multiplie les automates belliqueux et exterminateurs. Le plus étonnant, c'est que ces récits en question sont d'une qualité si ordinaire qu'aucun d'entre eux n'est entré dans la légende. Le robot sanguinaire s’illustre au sein de "pulp" sans envergure et sans panache.
Publication
 
Messages: 2058
Inscrit le: 30/07/2004 - 18:18:42

La Maria de Metropolis, le robot féminin qui ensorcelle…

Messagepar Publication » 20/05/2005 - 0:16:03

Le deuxième tournant majeur a lieu en 1926 avec le perfide robot féminin que Fritz Lang fait intervenir dans Metropolis et qui s’inscrit en droite ligne des rebelles de la pièce de Capek. Cette fois, c'est la révolte des esclaves de Spartacus qui se voit transposer à l'écran, avec pour différence que le meneur de jeu est une créature féminine à la fois sexy et maléfique.

Metropolis fait apparaître une cité industrielle où les travailleurs à la chaîne évoluent selon un rythme ultra-régulé. Une jolie femme, Maria, est jugée dangereuse par le pouvoir en place et le capitaliste qui gère la ville souhaite inciter les prolétaires à la révolte, pour mieux les réprimer et asservir.

Un inventeur, Rotwang, crée un robot féminin, Futura, à laquelle il donne l'image de la jeune Maria. De par ses danses suggestives, le robot qui se substitue à la vraie Maria sème le trouble parmi les ouvriers, qui s'avèrent incapables de distinguer la supercherie. Superbement conçu, ce robot demeure encore aujourd'hui l'un des plus beaux de l'histoire du cinéma.

Tandis que les fictions de second ordre se multiplient avec des robots destructeurs, le film Frankenstein que James Whale tourne en 1931 prolonge le mythe opéré par le roman de Shelley — dans cette libre adaptation, la créature détruit son créateur. L'immense succès de ce long métrage en dit long sur la fascination du public pour de telles intrigues. Dans une lignée similaire, Les Temps Modernes de Charlie Chaplin semble dessiner les risques d'une société où le travailleur est asservi à la machine.

Image
Extrait du film "Les temps modernes"
Publication
 
Messages: 2058
Inscrit le: 30/07/2004 - 18:18:42

Asimov crée une éthique du robot

Messagepar Publication » 20/05/2005 - 0:16:23

Alors que l'on ne donne pas cher de la peau du robot en matière de personnage de science-fiction, un homme de science bien inspiré redonne une chance à ces créatures articulées. En 1938, lassé de voir tant d'histoires de piètre niveau montrant des robots envahisseurs et agressifs, le biologiste d'origine russe Isaac Asimov développe une série de nouvelles et romans qu’il organise autour de trois lois immuables de la robotique. Ces lois sous-jacentes à leur création sont censées empêcher les androïdes de nuire aux humains.

1 - Un robot ne peut porter atteinte à un être humain ni, en demeurant passif, laisser cet être humain exposé au danger.
2 - Un robot doit obéir aux ordres donnés par les êtres humains, sauf si de tels ordres sont en contradiction avec la 1ère loi.
3 - Un robot doit protéger son existence dans la mesure où cette protection n’est pas en contradiction avec la 1ère ou la 2ème loi.

Asimov pose ainsi un postulat majeur : les robots seront toujours nos serviteurs et assistants, pour la simple et bonne raison que nous en aurons décidé ainsi. En exploitant les innombrables ressorts dramatiques qui en découlent, il écrit une impressionnante série qui représente l'âge d'or du mythe. Elles paraissent sous forme de nouvelles tout au long des années 40, avant d'être publiées en librairie en 1950. Avec le recul, elles pourraient sembler assises sur des fondements utopiques et par trop d'optimismes. Ainsi, dans la nouvelle « Robbie », Asimov décrit une scène censée se passer en 1996. Nous y voyons un robot auquel on a programmé un instinct maternel exacerbé réaliser l’impossible : alors qu’un énorme tracteur fou menace d’écraser une fillette égarée dans une usine, ce bon vieux Robbie s’élance malgré lui et sauve la pauvre Gloria à la demi-seconde près !

Ne prenons pas à la légère les visions d’Asimov. C’est la lecture de telles oeuvres qui a poussé à la création des toutes premières entreprises de robotiques. En 1956, Joseph Engelberg croise George Devol lors d'un cocktail consacré aux écrits d'Asimov et de fil en aiguille, ils en viennent à créer la première manufacture de robots, Unimation.

Dans ses écrits, Asimov a posé une hypothèse riche en potentiels : il serait donc possible pour l'Homme de créer une entité qui afficherait des qualités morales supérieures à celles dont fait preuve son créateur. Ses principes induisent un comportement idéalisé, qui inclut le fait de défendre un autrui avant même de songer à sa propre entité.
Publication
 
Messages: 2058
Inscrit le: 30/07/2004 - 18:18:42

La nouvelle image du robot

Messagepar Publication » 20/05/2005 - 0:16:38

Le cinéma va rapidement répercuter un tel archétype et faire apparaître des robots d’un nouveau genre, débonnaires et protecteurs, une attitude pouvant inclure l'abnégation. The Day the Earth Stood still (Le jour où la Terre s'arrêta - 1951) en est une brillante manifestation avec un robot, Gort, qui respecte en tous points l'éthique des lois d'Asimov. Il matérialise sur le grand écran une image du robot à la force tranquille telle que l’écrivain a pu en rêver : une immense puissance compensée par une capacité à s'auto-maîtriser, un sens du devoir sans faille, une sorte de sagesse circonscrite à l'intérieur d'un cadre bien défini, celui de la protection du maître humain et du respect implicite de ses semblables.

Dans ce film, une soucoupe volante arrive dans la ville de Washington et débarque le robot Gort, accompagné d'un extra-terrestre, Klaatu, porteur d'un message de paix à l'intention des peuples de la Terre. Étant donné la panique qu'il suscite, Klaatu doit se reposer sur la puissance de Gort pour se protéger. Lorsque Klaatu est assassiné par l'armée américaine, Gort ressuscite son maître et l'aide à accomplir sa mission originelle : mettre en garde les Terriens contre les dangers de leurs expériences nucléaires.

Cette image du robot philanthrope se retrouve dans Tobor (1954) — anagramme de "robot". Afin de prendre la relève d'un cosmonaute, le Docteur Harrison et le professeur Nordstrom ont créé ce robot. Ils s'apprêtent à le dévoiler à la presse lorsque Nordstrom et son petit fils sont kidnappés par un espion. Le fidèle robot part à leur trace. Cette créature gentille et enthousiaste se distingue par le sentiment d'amitié qu'elle éprouve envers l'enfant.

Image
Extrait du film "Tobor"


Planète Interdite qui sort deux ans plus tard fait également la part belle à un robot animé de bonnes intentions, le dénommé Robby. Doté d'une bonne nature et capable d'humour, Robby récolte une popularité telle qu'il se retrouve sous forme de figurine dans les magasins de jouet. Il va par ailleurs intervenir dans plusieurs autres films.
Publication
 
Messages: 2058
Inscrit le: 30/07/2004 - 18:18:42

La fin du mythe

Messagepar Publication » 20/05/2005 - 0:17:00

Au cours des années 60, la littérature de science-fiction tente toutefois de s'extraire du mythe du bon robot énoncé par Asimov et poursuit d'autres pistes. Dans le roman « Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques », Philippe K. Dick pousse à son extrême la notion d’un robot si perfectionné qu’il est impossible de le dissocier d’un humain au premier coup d’œil : le réplicant.

Le roman comporte des scènes particulièrement fortes telle celle où le chasseur de réplicant se trouve confronté à une diva d’opéra d’une extrême intelligence, et qui, sachant qu’elle est soupçonnée d’être artificielle, parvient à faire douter le chasseur lui-même de sa propre nature. Après tout, comment pourrait-il affirmer qu’il n’est pas lui-même un robot ? Un thème similaire — le robot si perfectionné qu’il en vient à croire de lui-même qu’il est un humain — se retrouve ailleurs dans les œuvres de K. Dick.

Au même moment, au Japon, l'art du manga (bande dessiné) et de l'anime (dessin animé) prend son essor, au travers de personnages tels que Astro Boy et Doraemon. Osamu Tezuka est l'un des auteurs majeurs de la révolution manga qui voit le jour après la seconde guerre mondiale.

C'est dans Tetsuwan Atomu qu'il crée le premier robot de la bande dessinée, un personnage qui va devenir connu sous le nom de Astro Boy et va se voir adapté sous forme de dessin animé. En 1970, lors de l'Exposition Universelle du Japon à Osaka, des millions de visiteurs découvrent ce robot humaniste. Son impact est très important car Astro Boy laisse transparaître qu'un robot pourrait détenir un potentiel affectif…

Au niveau de la littérature, le robot tend progressivement à disparaître des écrits de science-fiction. Il est vrai que depuis une décennie, le mythe a pris un sacré coup dans l’aile. Les premiers modèles apparus dans les usines de montage automobile ont certes contribué à briser le rêve : formés de bras articulés et autres membres isolés, leur niveau de glamour est inexistant. De plus, l’Homme a posé le pied sur la Lune en juillet 1969 et la conquête de l’espace fascine les jeunes esprits. L’astronaute, au corps de chair et d’os, avec ses angoisses et son courage bien humain, apparaît comme le héros du moment !

Alors qu'ils sont tombés de leur piédestal, les robots vont pourtant revenir sur le devant de la scène en 1977 par la grâce de Star Wars... Parmi les personnages secondaires du film de Lucas, figure le rondouillard et facétieux R2-D2, conçu pour réparer ordinateurs et vaisseaux spatiaux.

Un peu lourdaud, R2-D2 a du mal à se déplacer et s'exprime par le biais de petits bruitages électronique, tandis que sa tête en demi-sphère entre en rotation. Son aspect humoristique en fait rapidement le personnage le plus populaire du film ! R2-D2 est assisté d'un traducteur de son langage, C3-PO, un androïde que Lucas a eu la grande idée de dépeindre à la façon d'un maître d'hôtel guindé aussi poltron qu'il est cultivé (il maîtrise 6 millions de langues).

C3-PO est aussi humain que nature, en dépit de son corps en métal doré. L'année de sa sortie, Star Wars bat tous les records de recette et relance aussi bien l'engouement pour la science-fiction au cinéma que pour les robots.
Publication
 
Messages: 2058
Inscrit le: 30/07/2004 - 18:18:42

Échappées libres

Messagepar Publication » 20/05/2005 - 0:17:18

La littérature, pour sa part, a d’autres préoccupations. Pour les auteurs "tendance" de science-fiction des années 80, les robots ne sont plus d'actualité. William Gibson ouvre un nouveau champ d'exploration avec le cyberpunk qui s'intéresse, avec une dizaine d'années d'avance, aux dérives liées à l'univers des réseaux informatiques. Les héros de telles intrigues sont les pirates, ceux qui parviennent à infiltrer les ordinateurs. Seul le cinéma continue d'offrir quelques rôles éminents aux robots, mais il est à noter qu’il tire un trait sur leur aspect d’être de métal. Le fait majeur de ces intrigues est que la créature est extérieurement indiscernable d'un humain.

Peu après Alien (1979) où l’un des membres de l’équipage s’avère être un robot, Ridley Scott sort le légendaire Blade Runner (1982), qui transpose à l’écran l’intrigue écrite par Philippe K. Dick. Le film a le don d’amener le spectateur à compatir pour des êtres artificiels qui paraissent sensibles et raffinés, à commencer par la belle Daryl Hannah.

James Cameron suit une piste similaire avec Terminator. Dans un futur où les robots sont entrés en rébellion contres les humains, en 2029, l'un d'eux, le terrifiant Terminator incarné par Arnold Schwarzenegger, remonte le temps jusqu'en 1984. Il a pour mission d'éliminer la mère d'un futur jeune garçon qui présente un danger pour l'avenir des robots.

Image
Extrait du film "Terminator 2"


L'une des forces de cette intrigue est de montrer l'implacable détermination de la machine, qui n'a pas d'autre morale que celle qui lui est programmée. Alors qu'il est sectionné en deux suite à une explosion, le Terminator va encore tenter d'accomplir la tâche qui lui a été fixée. Seule la destruction complète du moindre de ses circuits peut l'empêcher d'aller jusqu'au bout envers et contre tout.

Terminator 2, qui apparaît en 1990, va encore plus loin dans la démonstration en introduisant la notion du "morphing" (capacité à changer de forme). La séquence finale demeure une scène d'anthologie : pulvérisé, le robot tueur n'est plus qu'un amas de boules de mercure qui gisent sur le sol. Pourtant, ces particules conservent encore la mémoire du programme qui leur a été implanté. Une à une, elles se rassemblent et recomposent la forme du Terminator qui repart de plus belle à l'assaut.

Une fois de plus, Cameron assène un message sans ambages : le robot est une créature qui ne connaît point la lassitude ou le découragement, il peut continuer d'agir sans jamais s'arrêter aussi longtemps qu'il est encore en opération.

Entre temps, Robocop (1987), autre figure marquante a transformé en héros un humain reconstruit au moyen de la greffe d'organes artificiels, également appelé un "cyborg", accentuant cette notion d'une frontière de plus en plus ténue entre l'homo sapiens et son artificielle engeance.
Publication
 
Messages: 2058
Inscrit le: 30/07/2004 - 18:18:42

Une créature entrée dans le décor du quotidien

Messagepar Publication » 20/05/2005 - 0:17:36

Où peut-on chercher le robot à partir des années 90 et 2000 ? Là encore, il n’est pas dans la littérature qui paraît avant tout fascinée par les potentiels de la nanotechnologie laquelle fait toutefois entrevoir des robots et machines de taille microscopique —Neil Stephenson a commis un roman célèbre, The Diamond Age, rejoint en cela par Paul Anderson avec le très inquiétant Nanodreams. En revanche, le cinéma continue de consacrer le robot. Sur des films tels que Bicentennial Man (1999) ou I Robot (2004), il représente l'essentiel de la trame.

Au fond, le robot n'appartient plus à la science-fiction et il est sans doute mieux qu'il en soit ainsi. Alors que le nouveau siècle amène Aibo et ses comparses à s'introduire peu à peu dans le décor quotidien, le robot semble devoir quitter le rôle d'élément indissociable d'une trame futuriste pour devenir un personnage habituel du décor. Il est voué à s'inscrire dans la trame du quotidien.

Les rôles qui devraient bientôt incomber à ce compagnon artificiel dans les œuvres de fiction l'amèneront à s'intégrer dans les préoccupations immédiates des habitants de cette planète. Quel pourrait être l'impact des robots sur la sauvegarde de l'environnement, la protection de l'individu, le développement de nouvelles médecines ? Les enjeux de ce siècle devraient suffire à nourrir bien des intrigues à très grande échelle.
Publication
 
Messages: 2058
Inscrit le: 30/07/2004 - 18:18:42

En savoir plus

Messagepar Publication » 20/05/2005 - 0:17:51

Daniel ICHBIAH est l’auteur de nombreux livres traitant de la culture liée aux jeux vidéo, à Internet, aux robots et à la civilisation future, et aussi de la production musicale et de l’univers du rock. Parmi ses œuvres les plus célèbres figurent « Bill Gates et la sage de Microsoft », « La saga des jeux vidéo »… « Robots, genèse d’un peuple artificiel » est son 55ème livre.

Image



Présentation du livre "Robots, genèse d’un peuple artificiel"

Le robot a parfois été dépeint sous des jours inquiétants ou menaçants. Pourtant, s’il fallait chercher un domaine où le génie humain est plus que jamais apparent, ce serait dans celui des robots.

Le robot est la manifestation la plus flagrante de l’intelligence de l’Homme.

De tous temps, nous avons créé des machines pour suppléer aux insuffisances du corps humain : de la charrue à la navette spatiale, nous nous sommes entourés d’accessoires permettant de mieux atteindre nos rêves. Nous avons aussi créé des objets qui participent à notre plaisir et à notre divertissement de la sculpture jusqu’au lecteur de DVD, etc.

Le robot est le dernier maillon de cette longue chaîne de créations qui visent à rendre notre vie plus agréable, plus sûre, plus efficace.

D’ailleurs, s’il fallait résumer leur rôle en une phrase, ce serait : C’est un sale boulot, mais il faut bien que les robots le fassent !


Le robot est au service de l’Homme

Y en a-t-il parmi vous qui ont lu les romans d’Asimov ? Ceux qui l’ont lu savent que cet auteur de science-fiction a habilement placé les robots dans toutes sortes de scénarios. La base de ces histoires était les trois lois de la robotique. Qui parmi vous pourrait me les citer ?

1 - Un robot ne peut porter atteinte à un être humain ni, en demeurant passif, laisser cet être humain exposé au danger.
2 - Un robot doit obéir aux ordres donnés par les êtres humains, sauf si de tels ordres sont en contradiction avec la 1ère loi.
3 - Un robot doit protéger son existence dans la mesure où cette protection n’est pas en contradiction avec la 1ère ou la 2ème loi.

Au travers de ses histoires, Asimov a ainsi posé un principe majeur : les robots seront toujours nos serviteurs et assistants, pour la simple et bonne raison que nous, les femmes et les hommes, en aurons décidé ainsi !

Dans notre livre, nous découvrons que l’influence d’Asimov a été majeure sur plusieurs générations de roboticiens. Aujourd’hui même, les plus grandes instances de la robotique font référence à ses lois de la robotique de façon plus ou moins directe. À titre d’exemple, lors de l'exposition Robot Fair qui s'est tenu à Fukuoka au Japon en février 2004, une déclaration officielle a été publiée, concernant les robots à venir :

1 - Ils seront des partenaires qui coexisteront avec les êtres humains.
2 - Ils assisteront les humains.
3 - Ils contribueront à la réalisation d'une société sûre et paisible.

Comme le dit l’un des plus grands roboticiens de la planète, Hans Moravec : « Il sera parfaitement plausible, de bâtir des machines follement heureuses à l’idée d’être totalement serviles… ».


Un état des lieux de la robotique

Sur 550 pages illustrées, le livre « Robots, genèse d’un peuple artificiel », établit un panorama des robots. Il aborde en premier lieu leur histoire en passant par celle des automates et des ordinateurs. Il traite ensuite des robots dans la littérature et le cinéma. Frankenstein, Metropolis, Star Wars, Terminator… Le livre aborde ensuite les principaux secteurs où les robots sont présents, notamment les suivants :

Les humanoïdes

Les humanoïdes sont en train d’arriver. Ces robots qui ont une forme humaine ont appris à marcher. Ils sont en train d’apprendre à discuter avec nous. Certains roboticiens les dotent d’une peau artificielle, ce qui les amène à nous ressembler et à exprimer des émotions…

L’industrie

L’industrie a adopté les robots depuis les années 60. 35 495 robots étaient installés chez les constructeurs automobiles à la fin 2003. Ce sont eux qui ont monté, peint et personnalisé le véhicule que vous conduisez aujourd’hui.

L’exploration

Partout où la présence humaine serait risquée, voire physiquement impossible, l’intervention de robots s’impose : exploration sous-marine, intervention dans les zones irradiées, exploration de l'espace ! Lorsqu’un astronaute posera le pied sur Mars, vers 2015, sa venue aura été préparée par des robots jouant le rôle d’éclaireurs…

Les appareils ménagers autonomes

Les aspirateurs autonomes se glissent sous le lit et sans faire de bruit, vont chercher la poussière dans les moindres recoins. Les tondeuses à gazon leur emboîtent le pas…

Les jouets intelligents

Un grand nombre de jouets intelligents appréciés par vos enfants sont des robots. D’ailleurs de nombreux adolescents se lancent dans la programmation de robots, nouvelle carrière d’avenir ! Le futur Bill Gates est peut-être dans votre famille.

Les robots de compagnie

Les robots de compagnie peuvent s’occuper de Mamie et Papy (les nourrir, les transporter) mais aussi, le cas échéant, alerter la famille en cas de situation à risque…

Les robots ludiques

Tous les ans, des rencontres sportives sont organisées entre robots du monde entier : footballeurs, lutteurs sumos, etc.

La route du futur

Plusieurs projets de routes visent à réduire au maximum les risques d’accidents, avec des véhicules totalement à l’abri des collisions.

La médecine

La médecine utilise les robots pour réaliser des opérations dont le pourcentage de réussite est beaucoup plus élevé, notamment grâce à la possibilité de « simuler » des opérations sur des corps artificiels.

L’art

Les artistes se sont emparés du robot pour créer des formes de spectacles où le spectateur interagit avec l’œuvre…

Le futur

À terme, l’ère du robot à tout faire est annoncée. Que diriez-vous de disposer d’un équivalent moderne de l’homme à tout faire capable d’astiquer le parquet, repasser le linge, laver la voiture, arroser les fleurs, préparer le dîner ou assembler des meubles en pièces détachées ? Un serviteur zélé qui aura un atout, pour paraphraser Boris Vian : s’il nous agace, il suffit de l’éteindre !


Un livre pour mieux comprendre le monde à venir…

Les robots représentent le futur. Dans les universités ou les écoles, les clubs de passionnés de la robotique se multiplient. Ce livre est donc une porte d’entrée vers le monde à venir. Mais il se veut porteur d’une idée…

La société qui va naître avec l’arrivée des robots devrait nous décharger d’un grand nombre de tâches que certains trouvent fastidieuses. C’est à nous qu’il advient de faire en sorte que ce temps regagné soit affecté à des activités améliorant la vie de tous.

Tel est le message du livre "Robots - génèse d’un peuple artificiel".

Pour plus de détails, voir le site de l'auteur: http://ichbiah.com

© Daniel Ichbiah 2005
L'ouvrage Robots genèse d'un peuple artificiel a été réalisé
sous la direction éditoriale de FYP Editions
Logo du dossier Courtoisie de FYP Editions
Publication
 
Messages: 2058
Inscrit le: 30/07/2004 - 18:18:42

commentaitre / Daniel ICHBIAH

Messagepar Gamma » 20/05/2005 - 15:06:23

Bravo et merci, c'était très intéressant!
Gamma
 

Messagepar Dergen » 21/05/2005 - 12:12:46

Excellent article, sauf sur un point, Asimov a rajouté une quatrième loi, la loi dite Zéro qui parle de la protection de l'humanité...

Der§en.
Dergen
 

Messagepar SIRIUS » 28/05/2005 - 22:15:08

Dergen a écrit:Excellent article, sauf sur un point, Asimov a rajouté une quatrième loi, la loi dite Zéro qui parle de la protection de l'humanité...
Der§en.

Oui, la voici :
"Un robot ne doit pas causer de tort à l’humanité ou, restant passif, laisser l’humanité subir un dommage."
et elle est supérieure aux trois autres. Cette 4e Loi est apparue dans le 4e ou 5e Titre de Fondation, où manifestement les 3 premières ne suffisaient plus à contraindre et modéliser l'ensemble des comportements robotiques.

Le livre présenté ci-dessus est d'autant plus intéressant pour nous que nous avions réalisé en janvier 2005 un dossier sur le même thème :

- Robots et inconscient collectif
- Les Premiers Automates, de l'Antiquité à 1973
- Robotique Japonaise
- Le Robot dans le Cinéma Occidental
- Karel Capek : Père du Robot
- Isaac Asimov : Pape du Robot
- Fantaisies Cybernétiques


Ces articles sont directement accessibles depuis notre numéro N°15 :
http://artslivres.com/index.php?CE=15
Avatar de l’utilisateur
SIRIUS
 
Messages: 18
Inscrit le: 07/02/2005 - 15:26:56

Le mythe du robot

Messagepar frenchyman » 19/08/2005 - 3:07:00

Bonjour !
Je voudrais vous remercier pour l'intéret du dossier concernant le mythe des robots !
Mais après lecture du dossier, je vois que vous relatez l'historique de l'apparition des robots dans la littérature et le cinéma, mais je tiens à vous signaler que vous avez oublié un autre robot : il s'agit du personnage de DATA dans la série Star trek Nouvelle Génération.
Ce personnage est tout aussi important car il respecte les règles établies par Isaac Asimov, mais en plus son but, dans la série, semble être celui de vouloir ressembler de plus en plus à un être humain, en essayant de le comprendre, et d'avoir la possibilité de ressentir des émotions grâce à une puce émotionnelle.
frenchyman
 

quelques ajout perso

Messagepar SyriuS » 04/09/2005 - 16:34:19

bon, ce dossier a le mérite d'etre tres tres complet au niveau des références cinématographique, littéraire, etc...
mais j'en vien a me demander si le titre de ce dossier n'aurait pas du etre "histoire du robot dans les arts"; parce que quand a savoir si un robot est bon ou mauvais, le dossier ne fait que renvoyer a des textes ou des oeuvres de tout poils qui pourraient répondre a cette question.

en temps que roboticien passionné, j'en suis quelque peu décu.
il est par exemple dommage, quite à faire le long listing de l'évolution du regard de l'homme sur sa création, de ne pas faire mention du clip vidéo de biork, très bien fait, d'où est tiré l'image du robot-femme en blanc qui introduit le dossier; on y voit, pour les curieux, une femme adulte et une jeune, en court pour cette derniere de création, s'aimer. la frontiere entre homme et machine y est ténu, et on y voit des robot s'aimer, et s'aimer d'un amour plus particulier encore, qu'on pourrais presque juger "pure" puisque basé que sur les sentiments entre deux "femmes". c'est aussi un amour d'autre part provoquant (puisque homosexuel) qui tend a prouver que meme les machines on le droit d'etre provoquante

de part ailleur, bien que l'on fasse apel au récent I-ROBOT, on peu regretter de ne pas y voir parraitre un dernier revirement de la phylosophie roboticienne : en effet, c'est le premier a renier FRANCHEMENT les 3 lois d'asimov, et a placer réellement le robot dans une situation d'humanité. elle repose aussi la question de la création d'une réelle non pas intelligence, mais concience artificelle, et va tres loin dans son dévelloppement, en s'appuyant sur les recherches actuel.
en effet, dans I-ROBOT, le robot "méchant" est celuis qui applique parfaitement les 3 lois et arrive a la conclusion que la meilleur solution pour proteger l'humain est de le défendre de lui meme, donc lui imposer une vie sous dictature intelligente (on retrouve ici un mythe plus ancien encore qui partage de tout temps l'idéal humain, d'un coté la sécurité que procure une vie ou l'on est "enfant" sous tutelle d'un pouvoir ou d'autruit, ou toute responsabilité est rejeté, ou il n'y a pas de place a l'imprévu; de l'autre une vie d'aventure, de découverte, insatble mais libre de toute contrainte). de meme, le heros deteste les robots car trop "intelligent", l'un d'eux l'a sauvé des eau au profit d'une petite fille parce qu'il avait, tout simplement, de plus grande chance de survie. le gentil robot de l'histoire, lui, est affranchi des trois lois, mieu, il dispose de deux ancéphale qui peuvent -on peu le supposer- rentrer en conflit logiciel, ce qui symboluise les conflit moraux et les ambiguité propre a la concience (je ne dirais pas a l'etre humain, car ceci n'est valable que sur terre, a notre époque, et encore, on ne peu en etre totalement sur). ce systeme bi-ancéphale est le fruit de recherche tres actuel; ce qui met le doigt sur le haut niveau de recherche éffectué pour tourner ce film. et grace a ceci, ce robot comprend seul le manque "d'humanité" de la stratégie du méchant robot, meme si il en comprend la logique.

autre film symbolique que je regrette de ne meme pas voir ne serais ce que une seule fois cité, c'est bien matrix. en effet, il est interressant de voir de cette suite de trois film la véritable signification, qui n'est pas du tout, comme la plupart des gens s'y attendent, à "les méchantes machines" mais bien l'inverse. bien que les machines soient les méchantes de l'histoire, cela est incontestable, comme le dit un des héros de l'histoire, nul ne sait qui de l'homme ou de la machine a lancé la premiere pierre; pire, c'est l'homme qui a bel et bien détruit sa planete, et ca tous le savent, en cachant le soleil; chose interressante, c'est la aussi une des conséquence possible du réchauffement, qui déboucherais ainsi à une nouvelle ere glaciere (simple coincidence ou réelle volonté). de meme cette absence de soleil détruit la planete et cause en plus la perte de l'humanité. le grand architect, qui n'est qu'une simple intelligence brut, dénué de sens moral, qu'on pourais comparer à la science, néo, anagrame de one, le suel, dieu, celuis qui réunis tout le monde dans l'amour... le film regorge ainsi de symbol, de renvoie, etc... le changement d'athmosphere provoqué par l'etre humain peu aussi etre un envoie aux théorie récente de la noosphere, ou l'humanité part intégrante de la géologie terrestre; de meme, ce choix de la noosphere, causant ici, par manque de responsabilité, folie ou simple superstition contre les machines, la perte de l'homme, ainsi que le choix de "neo", est aussi un rapel que l'homme est bel et bien dieux sur terre. en effet, meme si dieux a existé, il faut, pour atteindre l'age de raison, se séparer de lui ici bas, sans toutefois abandonner son enseingnement, mais tout comme l'adulte rejette l'autorité parentale et s'emancipe, il faut faire de meme avec dieu pour devenir seul maitre a bord; accepter par la meme notre capacité a changer le monde, et fort de cette acceptation, le faire le plus raisonablement possible
c'est une des interrprétation possible du mythe de prométhé, ou également de la chute d'icare. et c'est cette interprétation, loin des préjugé de l'homme ne devant pas jouer a dieux, qui commence de plus en plus a pointer son nez. (je vous renvoie à l'excelente description de la chute d'icare, le tableau, paru dans "fusion", hors série numéros 5 de ce mois ci)
à ceux qui ne pense pas que c'est la la vraie signification du film, et donc qui n'aurait pas bien compris, je les invites a regarder les animatrix, 6 petits épisode dessins animé qui argumente sur le film. deux d'entre eux nous montre le début de la guerre de facon crue, sans avaoir nulement besoin de faire du decryptage. on y voit clairement l'homme refuser la possibilité d'existence d'une concience artificel; c'est l'homme qui cause sa propre perte.

voila donc une véritée récente de I-robot et de matrix : les trois lois ne sont bonne qu'a maintenir le robot sous esclavage, a creer un outil; si par accident (longue description des possibilité de codage "aléatoire" d'asimov dans I-robot, qui décrit des comportement humain de robot non consu pour) ou volontairement, une véritable concience émerge, tout comme un etre humain, elle prétendra a la liberté a juste titre; a ce niveau on passe de la fine barriere entre plylosophie et législation; dans quel mesure identifier une concience et en reconnaitre les droits universel; la constitution devrait s'appliquer non pas a l'homme, mais a toute créature, ou systeme, capable d'en demander ce droit souverin.

dans le rayon des animé, il est interressant aussi de voir "evangelion". les hommes jouant a dieu, defiant les anges, les eva, etc... les rapport a la mythologie sont aussi nombreux qu'interressant; de part ailleur, il y a la deux ouverture en robotique : l'ordinateur centrale est tri-céphale, comme par hasard; tout au long, il ne parait qu'intelligent, mais, surprise, a la fin, le systeme tri-céphale entre en conflit, et l'ordinateur prend l'initiative sur l'etre humain, et fait par la meme montre d'une véritable concience morale; voila l'outil se rebellant contre l'homme car jugeant son attitude contraire au regle de l'ethique

on peu d'ailleur, aussi, au passage, faire une petite ouverture dans un domaine particulier : la génétique
en effet, les eva, ces robots qui combatent les anges pour la survie de l'espece humaine, sont le fruit de manipulation génétique sur adan et eve, et fruit de haute technologie cybernetique

ce domaine est en pleine expenssion

il est interressant de noter que la génétique est un simple code programe codé en quaternaire (au lieu du binaire du PC). qui permet de lancer le processus de fabrication d'un obnjet en 3D : etre vivant ou simple fonction. autre point interressant, la théorie de l'évolution n'est qu'une suite d'erreire, de bug; les bugs qui s'avere positif confier un vantage génétique a l'espece qui survit, et transmet ce bug a ses enfants, etc...
analogie interressante que voila avec les nombreuse exmplications d'erreure s'insinuant aux hasard et débouchant a des comportement presque humain du film I-ROBOT.
la génétique, nouveau portail de la robotique ? construire un etre vivant ? améliorer un autre ? interfaser aux mieu l'homme et la machine, but sous-entendue de la technologie (invention des boutons, de l'ecran, ergonomie, interface auditive, etc...) ne va t'elle pas déboucher tot ou tard a une perseption amélioré robotique par implant ? en quel mesure en avoir peur ? pourquoi ? quand ? est ce un jour acceptable et en quel mesure ? pourquoi faire ? voila les nouvelles interrogation de la robotique vivante moderne qui s'ouvre a nous.

quelques derniers point; je vous invite a lire attentivement les réaction des aibo quand ils sont placv en communauté (allez sur le site d'aibo france, qui mentionne ce genre de chose apres leurs réunions, sur leur site). vous serez surpris de voir des aibo, pourtant non programmé pour, par le simple miracle d'une programation évolutive génétique aléatoire, avoir des comportement "vivant" (jeux, attitude, fatigué, curieux, craintif, etc...)

pour ce qui est de la robotique "intelligente" et non "consciente", elle est négative ou positive de part ses incidence sociable, économique, etc... je vous renvoie au dernier tim borton, ou la robotique fait integralement partie du jeu du film.

enfin, on peu aussi tout simplement, pour savoir si le robot est bon ou mauvais, se poser cette question : est ce que oui ou non nous suporterons une autre espece conciente sur ce bas monde ? c'est de cette réponse que dépend désormais notre regard sur toute machine conciente crée par l'homme; quel soit de metal ou de chair.

ps. je n'en ai pas fait mention non plus, mais il y a aussi beaucoup a dire sur le robot de 2001, odyssé de l'espace.


malgres cela, je trouve le dossier extremement pertinant, complet et interressant; je ne lui reproche que de ne finalement renvoyer a d'autre texte au lieu de répondre a la question qu'il pause lui meme en texte. toute mes félicitation pour ce travail de recherche !
SyriuS
 

Re: commentaitre / Daniel ICHBIAH

Messagepar inconnue » 01/10/2005 - 1:34:41

Sincèrement je dirai bien que c vraiment génial!!!!!!!!!! :love: :20:
inconnue
 

formidable!!!!!!!!!!!

Messagepar inconnue » 01/10/2005 - 1:40:48

:sol: eh! bien félicitation pour votre projet vous m'avez beaucoup inspirer car j'adore les robots et que c'était vraiment très génial. :love:
inconnue
 

Re: formidable!!!!!!!!!!!

Messagepar Invité » 20/10/2005 - 13:03:35

"il est par exemple dommage, quite à faire le long listing de l'évolution du regard de l'homme sur sa création, de ne pas faire mention du clip vidéo de biork, très bien fait, d'où est tiré l'image du robot-femme en blanc qui introduit le dossier;"

Et bien justement, ceci est très largement décrit et commenté dans l'ouvrage "Robots, genèse d'un peuple artificiel" au cours des 540 pages de l'ouvrage.
Il faut absolument le lire, c 'est le complément indispensable à ce petit dossier
Invité
 

Messagepar Invité » 20/10/2005 - 13:19:20

SIRIUS a écrit:
Dergen a écrit:Excellent article, sauf sur un point, Asimov a rajouté une quatrième loi, la loi dite Zéro qui parle de la protection de l'humanité...
Der§en.

Oui, la voici :
"Un robot ne doit pas causer de tort à l’humanité ou, restant passif, laisser l’humanité subir un dommage."


Une fois encore, il faut se reporter à l'excellent livre "Robots, genèse d'un peuple artificiel", il y est clairement expliqué, que ces fameuse 3 lois de base de la robotique, ont été formulées en tout premier, non pas par Asimov, mais par John W. Campbell, d'Astounding Stories. Asimov le rteocnnait dans son autobiographie. CE dossier montre donc l'évolution du mlythe du robot. Tout le reste est expliqué dans les multiples chapitres de l'ouvrage.
Invité
 

robot

Messagepar jp » 02/11/2005 - 3:54:42

:houla: il a du souci a se faire non?
jp
 

Pourquoi toujours des esclaves ?

Messagepar papy » 24/11/2005 - 19:49:32

C'est une question que je me suis posée en lisant cet article que j'ai beaucoup apprécié d'ailleurs. Dans presque la totalité des fictions qui portent sur des robots, on retrouve cette idée de servilité. Plutôt que de les contraindres, ne pourrait-on pas simplement leur donner les raisons d'agir ?

Enfin si quelqu'un connait un roman ou des nouvelles qui portent sur le sujet... ca changerait un peu ;)
papy
 
Messages: 1
Inscrit le: 24/11/2005 - 19:43:02
Localisation: Marseille, FRANCE

robots

Messagepar jacques » 19/12/2005 - 0:17:42

je ne comprends toujours pas pourquoi Lem est rarement cité(solaris...) Est il toujours considéré comme un écrivain de SF communiste à éviter par rapport aux américains ? Puis je recommander la lecture de : l'invincible
jacques
 

Messagepar l'inconnu » 07/01/2006 - 0:20:10

et donc les lois d'asimov sont:


Loi 0 : Un robot ne peut nuire à l'humanité ou, restant passif, laisser l'humanité en danger.

Loi 1 : Un robot ne peut pas nuire à un humain ou, restant passif, laisser un humain en danger, sauf contradiction avec la Loi Zéro.

Loi 2 : Un robot doit toujours obéir à un être humain, à moins que cet ordre soit contraire à la Loi Zéro ou la Première Loi.

Loi 3 : Un robot doit se protéger lui-même, à moins que cela n'aille à l'encontre de la Loi Zéro, de la Première et/ou de la Deuxième Loi. :sol: :sol:
l'inconnu
 

Messagepar l'inconnu » 07/01/2006 - 0:22:08

et donc la loi Zéro donne le droit aux robots de s'attaquer à des hommes, si ces hommes mettent l'humanité en danger.
l'inconnu
 

Suivant

Retourner vers Multimédia

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invités

cron