[News] Rétro 1933: Recettes de la Vie Pratique (XXXVII)

Les sciences et techniques du passé...

Modérateur : Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
Michel
Messages : 19974
Inscription : 14/07/2004 - 13:48:20
Activité : Ingénieur
Localisation : Cote d'Azur

[News] Rétro 1933: Recettes de la Vie Pratique (XXXVII)

Message par Michel » 04/11/2012 - 0:00:04

La news rétro de ce dimanche nous propose une astuce pratique du siècle dernier.

Avertissement: Cette news rétro retranscrit des connaissances scientifiques, techniques ou autres de 1933, et contient donc volontairement les arguments, incertitudes ou erreurs d'époque.


Pour fabriquer une petite cisaille

Une petite cisaille d'établi est très commode pour couper rapidement des fils métalliques ou des tiges de petit diamètre; mais comme cet outil est assez cher, on peut, pour des travaux d'amateur, en établir un assez simplement, au moyen de deux vieilles limes.


Image
la base de la cisaille est constituée par un fer-cornière dont les ailes ont 8 centimètres. L'aile verticale est entaillée de manière à permettre la fixation d'un morceau de vieille lime plate que l'on a recuite, c'est-à-dire chauffée, puis refroidie lentement, que l'on a percée de trous de différents diamètres, correspondant aux dimensions des fils ou des petites barres à couper et dont la surface qui sera en contact avec la lime mobile a été passée à la meule, de manière à être rendue lisse.

A chaque extrémité, ce morceau de lime ainsi préparé est fixé sur l'aile verticale de la cornière au moyen de deux boulons, le boulon d'extrémité formant axe pour la lime mobile.

Celle-ci est constituée également par une vieille lime recuite dont on aura meulé une face, celle qui vient en contact avec la lime fixe; elle doit être biseautée de manière à former ciseau pour couper les fils ou les petites barres et percée à une extrémité d'un trou qui laissera passer l'axe autour duquel elle doit pivoter; l'autre extrémité sera munie d'une poignée de bois, comme s'il s'agissait d'une lime ordinaire.

Les deux limes ont été recuites afin de pouvoir être facilement percées et meulées; mais pour qu'elles ne se détériorent pas en travaillant, il faut ensuite les retremper. Pour cela, on les chauffe au rouge, tout au moins dans les parties qui doivent couper, c'est-à-dire la partie biseautée de la lime fixe, et le biseau correspondant de la lime mobile, puis on les plonge dans l'eau froide, où elles séjournent jusqu'à ce qu'elles soient complètement refroidies.

On polit enfin la surface au papier émeri, et on donne un certain recuit, c'est-à-dire qu'on chauffe la lime au-dessus de la flamme du gaz jusqu'à ce qu'elle prenne une teinte jaune pâle.

Il est bon que tous les trous soient fraisés vers l'extérieur, afin de permettre l'introduction facile des fils ou des tiges à couper.

La cisaille ainsi constituée est fixée sur une table robuste ou sur un établi, au moyen des deux boulons qui traversent l'aile horizontale de la cornière.

Ajoutons que, si l'on veut couper un certain nombre de fils ou de tiges de longueur semblable, on peut fixer sur l'établi une butée à distance convenable de la barre tranchante, et buter les fils ou les tiges contre ce bloc avant de les couper. Le travail s'exécute plus vite et il est plus régulier.

Source et illustration: Almanach Hachette 1933

Avatar de l’utilisateur
Vanos
Messages : 525
Inscription : 28/09/2006 - 9:24:34
Localisation : Belgique

Re: [News] Rétro 1933: Recettes de la Vie Pratique (XXXVII)

Message par Vanos » 04/11/2012 - 7:27:56

Recettes de la vie pratique, mais la recette d'aujourd'hui me semble bien compliquée, très loin de quelque chose de pratique, quel chipotage !
Connais toi toi-même (devise de Socrate)

Avatar de l’utilisateur
cisou9
Messages : 8913
Inscription : 12/03/2006 - 15:43:01
Activité : Retraité
Localisation : Pertuis en Lubéron
Contact :

Re: [News] Rétro 1933: Recettes de la Vie Pratique (XXXVII)

Message par cisou9 » 04/11/2012 - 9:55:06

:_salut:
Et cela nécessite au minimum un bon chalumeau ou mieux une petite forge, peu répandu. :_grat2:
Un homme est heureux tant qu'il décide de l'être et nul ne peux l'en empêcher.
Alexandre Soljenitsyne.

Répondre