[News] Peindre vite et bien: les secrets des innovations du 19e siècle

L'étude des phénomènes naturels...

Modérateur : Modérateurs

Adrien
Site Admin
Messages : 17076
Inscription : 02/06/2004 - 17:58:53
Activité : Ingénieur
Localisation : 78
Contact :

[News] Peindre vite et bien: les secrets des innovations du 19e siècle

Message par Adrien » 10/01/2017 - 0:00:18

Afin de pouvoir peindre vite avec des effets de texture et de volume exceptionnels, J. M. William Turner et d'autres artistes anglais de sa génération ont bénéficié de la mise au point de gels innovants. Ajoutées à la peinture à l'huile, ces matières, très en vogue au 19e siècle et encore utilisées aujourd'hui, modifient les propriétés de la peinture. Des chercheurs du CNRS, de l'UPMC et du Collège de France (1) ont, pour la première fois, révélé les secrets chimiques de ces mélanges. Le plomb ici sous forme d'acétate est l'un des ingrédients indispensable à la formation de ces gels. Leurs travaux sont publiés le 9 janvier 2017 dans la revue Angewandte Chemie International Edition.


Appliqués sur la toile: le gel et le mélange peinture-gel ont une consistance très différente de la peinture seule qui s'étale, sans effet de volume.
© Hélène Pasco, LAMS (CNRS/UPMC)
Les peintures à l'huile sont traditionnellement constituées de pigments broyés dans de l'huile de lin, de noix ou de graines de pavot. Elles réclament des temps de séchage très longs, amenant le peintre à achever une toile en plusieurs mois voire plusieurs années s'il a besoin de superposer plusieurs couches de couleurs. Au 19e siècle, les artistes, parmi lesquels J. M. William Turner, modifient ces pratiques, dans l'objectif de réduire ce temps de réalisation mais aussi de rendre compte de la lumière et du mouvement dans leurs tableaux, en marquant leur geste créatif dans la matière. Aidés par des chimistes, ils combinent alors les matériaux pour obtenir de nouvelles formulations innovantes qui répondent à leurs attentes: ce sont des gels à base d'huile, de résine et de plomb, introduits le plus souvent sous forme d'acétate de plomb en solution aqueuse ou sous forme solide. Adoptés par les peintres anglais de l'époque sous le nom « gumtion », ils permettent de peindre plus vite – en quelques jours – avec des effets de volume et de texture inégalés.

Mais, dans quelles conditions ces matériaux se forment-ils ? Comment se lient-ils à la peinture et évoluent-ils avec le temps ? Pour le savoir et proposer des solutions de conservation adéquates, il est indispensable d'étudier leur nature, leur organisation et leurs propriétés chimiques. Reconstituant les recettes originales du 19e siècle, les scientifiques ont synthétisé ces gels puis considéré leurs propriétés, notamment rhéologiques (écoulement et déformation). Un ajout, même en faible quantité, de ce gel à des pigments suffit à modifier les propriétés de la peinture: les propriétés élastiques obtenues sont bien supérieures à la peinture traditionnelle. Autre résultat: l'huile n'est pas indispensable pour obtenir un gel, seuls sont nécessaires la résine et l'acétate de plomb.


Le gel à l'échelle macroscopique
© LAMS (CNRS/UPMC)
Les chercheurs ont également étudié ce gel, véritable médium à peindre (2), en combinant plusieurs techniques spectroscopiques (3) permettant une approche multi-échelles. Ils ont réussi à déterminer les interactions entre les molécules au sein de ce système hybride organique-inorganique et les mécanismes qui induisent la gélification. En particulier, des processus similaires à ceux intervenant lors des processus de séchage et de vieillissement des huiles ont été mis en évidence. Connus pour être accélérés notamment en présence de plomb, ils expliquent la formation du gel. Ces résultats indiquent que le plomb n'est pas seulement le catalyseur de la gélification, il intervient également dans l'architecture de ce médium.

Une thèse débutée en novembre dernier permettra de mieux comprendre la chimie des gels hybrides. Il s'agit notamment de préciser comment le plomb se lie à la résine ainsi que les conditions de conservation et de dégradation de ces mélanges.


Organisation du gel à l'échelle supramoléculaire (observation par microscopie électronique, après cryofracture qui consiste à fracturer un échantillon congelé, puis à en observer l'empreinte par microscopie électronique en transmission).
© LAMS (CNRS/UPMC)
Notes:

(1) Ces travaux ont été portés par le Laboratoire d'archéologie moléculaire et structurale (CNRS/UPMC) et le laboratoire « Chimie de la matière condensée de Paris » (CNRS/Collège de France/UPMC), menés en collaboration avec le laboratoire « Sciences et ingénierie de la matière molle » (CNRS/ESPCI Paristech), l'Institut de sciences des matériaux de Mulhouse (CNRS/Université de Haute-Alsace), ainsi que le département Innovation matériaux de LVMH Recherche Parfums et Cosmétiques.
(2) Un médium à peindre est ajouté à la peinture à l'huile pour modifier certaines de ses propriétés, comme sa texture et sa brillance.
(3) Ont été utilisées les spectroscopies RMN (résonance magnétique), RPE (résonance paramagnétique électronique) et FTIR (infrarouge à transformée de Fourier).


Source: CNRS

Victor
Messages : 16086
Inscription : 05/06/2006 - 20:30:44
Activité : Retraité
Contact :

Re: [News] Peindre vite et bien: les secrets des innovations du 19e siècle

Message par Victor » 10/01/2017 - 7:16:48

Qu'en est il de la peinture acrylique ?
une forme de peinture très utilisée de nos jours
En ce qui concerne la recherche en sciences, Je dirais: Cherche encore!

Avatar de l’utilisateur
cisou9
Messages : 8846
Inscription : 12/03/2006 - 15:43:01
Activité : Retraité
Localisation : Pertuis en Lubéron
Contact :

Re: [News] Peindre vite et bien: les secrets des innovations du 19e siècle

Message par cisou9 » 10/01/2017 - 10:44:54

____________ :_salut:
Une partie de la réponse : Medium pour l'acrylique :rD ___
Un homme est heureux tant qu'il décide de l'être et nul ne peux l'en empêcher.
Alexandre Soljenitsyne.

Avatar de l’utilisateur
POB
Messages : 557
Inscription : 08/05/2011 - 7:16:13
Activité : Retraité

Re: [News] Peindre vite et bien: les secrets des innovations du 19e siècle

Message par POB » 10/01/2017 - 12:29:20

Etude très intéressante.
Le problème - que ne connaissaient pas Turner ou Delacroix pour leurs aquarelles - est que les peintures acryliques utilisent l'eau comme solvant, donc nécessitent des pigments et des supports hydrophiles.
Il faut donc une interface, ce qui est simple quand on peint sur toile : on la prépare avec un enduit spécial sinon la peinture va passer au travers et on verra surtout la trame du support, effet artistique discutable.
Peindre à l'acrylique sur des supports hydrophobes, comme par exemple les métaux ou des anciennes toiles à l'huile grattées, n'est pas possible, la peinture ne mouille pas le support et elle s'assemble en gouttes.

J'ai donc développé une astuce en utilisant quelques connaissances de base en chimie : préparer les supports avec une couche très mince à molécules mixtes comportant une extrémité hydrophobe capable de se lier à ce type de support, et une extrémité hydrophile capable de se lier aux pigments acryliques.
Et cela marche parfaitement, avec si on le désire des effets de volume saisissants.
"Ma" technique n'est pas brevetée mais nous sommes ici sur un site technico-scientifique et je vous laisse le soin de vous triturer les neurones.
Exemple d'une peinture que j'ai réalisée en 1998 sur plaque d'AG3 de 3mm d'épaisseur :


Un oeil très affûté pourra deviner sans trop de peine la technique employée.
On peut aussi se contenter d'en faire des fonds, sur lesquels on peindra ensuite "à l'huile", technique mise au point par feu mon ami Pec (1930-2000) avec laquelle il composa des toiles extraordinaires et qu'il eut le temps de m'apprendre.
Et tout ça sans plomb, bien entendu. Turner, Bonington ou Delacroix n'en connaissaient pas la toxicité, nous nous savons qu'il ne faut plus s'en servir.
:bieres:
C'est une grande misère de n'avoir pas assez d'esprit pour parler, ni assez de jugement pour se taire. (La Bruyère)

Victor
Messages : 16086
Inscription : 05/06/2006 - 20:30:44
Activité : Retraité
Contact :

Re: [News] Peindre vite et bien: les secrets des innovations du 19e siècle

Message par Victor » 10/01/2017 - 13:14:02

Pob! Ta peinture on dirait presque une photo satellite
du genre des atolls complexes dans la mer,
les couleur étant juste une convention
En ce qui concerne la recherche en sciences, Je dirais: Cherche encore!

Avatar de l’utilisateur
POB
Messages : 557
Inscription : 08/05/2011 - 7:16:13
Activité : Retraité

Re: [News] Peindre vite et bien: les secrets des innovations du 19e siècle

Message par POB » 10/01/2017 - 13:36:09

Ouaip, on voit dans mes peintures ce qu'on y voit quand on y voit quelque chose, et réciproquement.
J'en ai fait des abstraites torturées comme celle que j'ai présentée ci-dessus, d'autres plus figuratives à l'huile, d'autres représentant des figures impossibles, à la manière d'Escher (sans son talent évidemment) et globalement j'ai toujours connu un succès d'estime lors de mes 3 expositions et j'ai offert pas mal de peintures à des amis qui me faisaient l'honneur de les aimer, il ne m'en reste plus assez pour faire une autre expo, sauf à participer à une expo de groupe.

Mon problème, c'est que j'ai du génie mais pas de talent. C'est ce qui me différencie de pas mal de barbouilleurs qui "vendent" bien et qui n'ont ni talent ni génie, mais qui savent putasser auprès des marchands, exploitant la dramatique absence de goût de nos contemporains. Pec avait un talent fabuleux mais il ne savait pas se vendre et il est mort fauché, sa peinture ne se vendra que dans un siècle ou deux. La mienne ne se vendra jamais et quand je mourrai ma fille en fera don au musée d'art moderne de la Ville de Paris.
Je n'ai pas peint en me prenant pour une artiste mais pour faire plaisir à Pec, qui m'y encourageait parce que j'avais beaucoup d'idées et que je lui donnais souvent des impulsions créatives. Depuis son décès, je n'ai plus peint, sauf une toile que j'ai finie en 2000 pour l'offrir à mon père lors de ses 75 ans et que j'ai récupérée après son décès.

On s'est éloigné du thème de l'article, alors je relance ma question : comment peindre à l'acrylique sur support métallique ? Interroger Turner (j'adore sa peinture) avec un guéridon, même peint par moi, n'aurait pas grand avenir.
:bieres:
C'est une grande misère de n'avoir pas assez d'esprit pour parler, ni assez de jugement pour se taire. (La Bruyère)

Victor
Messages : 16086
Inscription : 05/06/2006 - 20:30:44
Activité : Retraité
Contact :

Re: [News] Peindre vite et bien: les secrets des innovations du 19e siècle

Message par Victor » 10/01/2017 - 17:00:59


Une photos d'un cratère de volcan au sud de l'Australie photo satellite Google Earth
En ce qui concerne la recherche en sciences, Je dirais: Cherche encore!

Répondre