[News] Le chat céleste rencontre le homard cosmique

Observation du ciel et technologies relatives...

Modérateur : Modérateurs

Adrien
Site Admin
Messages : 17178
Inscription : 02/06/2004 - 18:58:53
Activité : Ingénieur
Localisation : 78
Contact :

[News] Le chat céleste rencontre le homard cosmique

Message par Adrien » 02/02/2017 - 0:00:26

Les astronomes étudient depuis fort longtemps les nuages de gaz brillant et de poussière cosmique référencés NGC 6334 et NGC 6357. Cette nouvelle et gigantesque image acquise par le Télescope de Sondage du Very Large Telescope de l'ESO en constitue simplement la plus récente. Dotée de quelque deux milliards de pixels, elle est l'image la plus vaste publiée à ce jour par l'ESO. Les formes suggestives qu'arborent ces nuages expliquent leurs appellations respectives: la Nébuleuse de la Patte de Chat et la Nébuleuse du Homard.

NGC 6334 se situe à quelque 5500 années-lumière de la Terre. NGC 6357 est quant à elle plus éloignée - distante d'environ 8000 années-lumière. L'une et l'autre appartiennent à la constellation du Scorpion, et se situent non loin de l'extrémité de sa redoutable queue.

Le scientifique britannique John Herschel fut le tout premier à repérer les traces de l'existence de ces deux objets, après plusieurs nuits d'observation en juin 1837, lors de son expédition de trois ans au Cap de Bonne Espérance en Afrique du Sud. La puissance limitée des télescopes de l'époque permirent à Herschel, qui effectuait ses observations à l'oeil nu, de décrire l'extrémité la plus brillante de la Nébuleuse de la Patte de Chat. Les véritables contours des deux nébuleuses n'apparaîtront que des décennies plus tard sur les photographies, scellant à tout jamais leurs noms de baptême respectifs.

Les télescopes modernes permettent d'apercevoir trois coussinets, ainsi que des motifs semblables à des pinces au sein de la Nébuleuse du Homard toute proche. Ce sont en réalité des régions constituées de gaz - principalement d'hydrogène - dont les atomes sont excités par la lumière en provenance des étoiles nouvellement nées. Ces étoiles chaudes et brillantes, dont la masse équivaut à quelque 10 masses solaires, émettent un intense rayonnement ultraviolet. Lorsque ce rayonnement interagit avec les atomes d'hydrogène qui subsistent au sein de la pépinière stellaire, les atomes deviennent ionisés. Ces objets semblables à de vastes nuages dont l'éclat résulte de l'excitation des atomes d'hydrogène (et d'autres éléments) ont été baptisés nébuleuses en émission.

La puissance de la caméra OmegaCAM de 256 mégapixels installée sur le Télescope de Sondage (VST) du Très Grand Télescope a permis de générer cette image très détaillée sur laquelle apparaissent, pour la toute première fois, des filaments de poussière - de véritables pièges à lumière - serpentant entre les deux nébuleuses. Ce cliché, doté de 49511 x 39136 pixels, est le plus vaste publié à ce jour par l'ESO.

OmegaCAM succède à la célèbre caméra grand champ  (WFI pour Wide Field Imager) de l'ESO, qui équipe actuellement le télescope MPG/ESO de 2,2 mètres à La Silla. L'instrument WFI a photographié la Nébuleuse de la Patte de Chat en 2010, dans le domaine visible également, mais au moyen d'un filtre rehaussant l'éclat des nuages de gaz d'hydrogène (eso1003). Entre temps, le Very Large Telescope de l'ESO a acquis une vue profonde de la Nébuleuse du Homard, capturant les nombreuses étoiles chaudes et brillantes qui lui confèrent couleur et forme (eso1226).

Des instruments à la pointe de la technologie sont utilisés pour observer ces phénomènes. Toutefois, l'épaisse poussière présente au sein de ces nébuleuses masque la quasi-totalité de leur contenu. La Nébuleuse de la Patte de Chat est l'une des pépinières stellaires les plus actives du ciel nocturne: elle abrite des milliers de jeunes étoiles chaudes dont la lumière visible ne peut nous parvenir. L'observation dans le domaine de l'infrarouge, au moyen de télescopes tel VISTA de l'ESO, permet toutefois de traverser la poussière et de mettre en évidence la formation d'étoiles en son sein.

Le fait d'observer les nébuleuses dans différents domaines de longueur d'onde donne lieu à diverses comparaisons visuelles. Ainsi, une partie de NGC 6357 évoque une colombe, une autre un crâne, dans l'infrarouge ; ce qui lui a valu cette autre appellation: la Nébuleuse de la Guerre et de la Paix.

Source: ESO

Répondre