[News] Ce que les pupilles nous disent sur le langage

Biologie, géologie, histoire naturelle, etc...

Modérateur : Modérateurs

Adrien
Site Admin
Messages : 17075
Inscription : 02/06/2004 - 17:58:53
Activité : Ingénieur
Localisation : 78
Contact :

[News] Ce que les pupilles nous disent sur le langage

Message par Adrien » 15/06/2017 - 23:00:26

Le sens d'un mot est suffisant pour déclencher une réaction de notre pupille: quand nous lisons ou entendons un mot avec un sens associé à la luminosité (« soleil », « briller », etc.), nos pupilles se rétractent comme si elles étaient effectivement exposées à une plus forte luminosité. Et l'inverse se produit pour un mot dont le sens est associé à l'obscurité (« nuit », « ténèbres », etc.). Ces résultats, publiés le 14 juin 2017 dans Psychological Science par des chercheurs du Laboratoire de psychologie cognitive (CNRS/AMU), du Laboratoire parole et langage (CNRS/AMU) et de l'université de Groningen (Pays-Bas), ouvrent une nouvelle voie pour mieux comprendre le traitement du langage par notre cerveau.


Face à un mot, les pupilles commencent par se dilater (0 – 0.5 s) suite à l'activation générale du cerveau. Quand cette activation initiale est passée, les pupilles se rétractent (0.5 – 2 s). Mais la taille de la pupille est aussi déterminée par la luminosité évoquée par les mots: quand nous lisons un mot avec un sens associé à la luminosité, les pupilles deviennent plus petites que lorsque nous lisons un mot associé à l'obscurité (1 – 3 s).
© Sebastiaan Mathot, université de Groningen.
Les chercheurs montrent ici que la taille des pupilles ne dépend pas seulement de la luminosité des objets observés, mais aussi de la luminosité des mots évoqués par écrit ou à l'oral. Ils suggèrent que des images mentales des mots lus ou entendus sont créées automatiquement par notre cerveau, comme un rond lumineux dans le ciel pour le mot « soleil » par exemple. Cette image mentale serait la raison pour laquelle les pupilles deviennent plus petites, comme si le soleil était vraiment là devant nos yeux.

Cette nouvelle étude soulève des questions importantes. Ces images mentales sont-elles nécessaires pour comprendre le sens des mots ? Ou ne sont-elles au contraire qu'une conséquence indirecte du traitement du langage dans notre cerveau, comme si notre système nerveux se préparait, par réflexe, à la situation évoquée par le mot entendu ou lu ? Afin de répondre à ces questions, les chercheurs souhaitent poursuivre leur expérience en variant les paramètres du langage, en testant leur hypothèse dans d'autres langues par exemple.

Source: CNRS

Avatar de l’utilisateur
JNem19
Messages : 381
Inscription : 30/10/2008 - 5:19:46

Re: [News] Ce que les pupilles nous disent sur le langage

Message par JNem19 » 16/06/2017 - 19:33:50

Et oui, pas la première fois qu'on voit que le cerveau prend la réalité pour une fiction et la fiction pour une réalité. Tout à apprendre encore quasiment...

Victor
Messages : 16145
Inscription : 05/06/2006 - 20:30:44
Activité : Retraité
Contact :

Re: [News] Ce que les pupilles nous disent sur le langage

Message par Victor » 16/06/2017 - 20:29:33

La psychologie, c'est est une chose encore mal comprises,
et pour un humain l'observation d'un objet, d'un phénomène
elle n'est pas objective à 100%,Il y a là-dedans toutes les interprétations
Un peu comme on regarde une œuvre d'art
En ce qui concerne la recherche en sciences, Je dirais: Cherche encore!

Pendesinialessandro
Messages : 137
Inscription : 04/08/2015 - 10:34:31
Activité : Enseignant ou Chercheur

Re: [News] Ce que les pupilles nous disent sur le langage

Message par Pendesinialessandro » 17/06/2017 - 7:57:15

Bonjour

"Ces images mentales sont-elles nécessaires pour comprendre le sens des mots ? Ou ne sont-elles au contraire qu'une conséquence indirecte du traitement du langage dans notre cerveau, comme si notre système nerveux se préparait, par réflexe, à la situation évoquée par le mot entendu ou lu ?"....Dit l’article.
Oserais-je imaginer que la réponse se trouve dans la deuxième question ? :rD

-Notre perception d’une pomme, par ex, n’est pas juste fondée sur l’intégration de la forme et de sa couleur, ainsi que sur ses autres caracteristiques visuelles, mais aussi sur l’intégration de ces informations avec celles stockées en mémoire sur l’objet et l’expérience que nous en avons, ainsi que la signification présente, passée et à venir qu’elle a pour nous.
Notre introspection n’est pas toujours fondée. Par définition, nous n’avons pas accès à nos processus inconscients -mais cela ne nous empêche pas de nous raconter des histoires à leur sujet. Lorsque nous cherchons à expliquer nos actes, nous inventons souvent toutes sortes d’explications après coup, sans nous rendre compte de nos vraies motivations inconscientes.

NB -L’idée selon laquelle nous saisissons bien ce qu’il est et ce qu’il fait notre cerveau est une pure fantaisie, même si elle est justifiée par le fait que nous en savons toujours plus que l’année précédente, et plus, bien plus qu’il y a dix ans. Toutefois, des problèmes qui semblent intolérablement mystérieux et insupportablement difficiles pourraient être résolus par la biologie. La question n’est pas de savoir s’ils le seront, mais quand. ;)

Avatar de l’utilisateur
nico17
Messages : 12470
Inscription : 28/05/2008 - 12:53:45
Localisation : FRANCE

Re: [News] Ce que les pupilles nous disent sur le langage

Message par nico17 » 17/06/2017 - 10:17:35

Article intéressant... :sol:
A ce sujet, je viens de lire un article intéressant à propos du rôle des pupilles: quand la lumière est constante, on constate en effet une dilatation des pupilles qui trahit le désir & le plaisir. Selon certains chercheurs, elle est plus visible chez les personnes aux yeux clairs...observez par exemple un enfant qui a eu son jouet du désir ou au contraire, qui n'a pas eu son jouet du désir, on voit très bien le changement des pupilles...Idem, pour les adultes! :D

Avatar de l’utilisateur
nico17
Messages : 12470
Inscription : 28/05/2008 - 12:53:45
Localisation : FRANCE

Re: [News] Ce que les pupilles nous disent sur le langage

Message par nico17 » 17/06/2017 - 10:33:03

Quelques écrivains et psychologues ont écrit des choses intéressantes à propos du langage non verbal...savoir observer son interlocuteur sans filtre, dans la réalité, en évitant le filtre des images bien évidemment! Certains individus n'aiment pas du tout cette méthode d'observation car ils se sentent nus et parfois désorientés ou même parfois mis à nus! :_jap:
De toute façon, le corps entier a son langage: on interprète, on devine, on analyse tous les gestes du corps, de la pupille, aux pieds, aux mains, au clignement des sourcils par exemple, enfin tout! :_jap: :_salut:
Pour ma part, j'ai déjà expérimenté ce genre de méthode avec des gens de mon entourage et des personnes étrangères...les résultats sont loin d'être négatifs, bien au contraire! De toute façon, le corps réagit toujours à l'insu de la conscience: les pupilles se dilatent, les jambes s'orientent différemment, énormément de signes subtils se manifestent...à nous d'en faire bon usage! :sol: :_salut:

Avatar de l’utilisateur
JNem19
Messages : 381
Inscription : 30/10/2008 - 5:19:46

Re: [News] Ce que les pupilles nous disent sur le langage

Message par JNem19 » 18/06/2017 - 6:56:53

Pendesinialessandro a écrit :Bonjour

... Par définition, nous n’avons pas accès à nos processus inconscients -mais cela ne nous empêche pas de nous raconter des histoires à leur sujet. Lorsque nous cherchons à expliquer nos actes, nous inventons souvent toutes sortes d’explications après coup, sans nous rendre compte de nos vraies motivations inconscientes.

NB -L’idée selon laquelle nous saisissons bien ce qu’il est et ce qu’il fait notre cerveau est une pure fantaisie, même si elle est justifiée par le fait que nous en savons toujours plus que l’année précédente, et plus, bien plus qu’il y a dix ans. Toutefois, des problèmes qui semblent intolérablement mystérieux et insupportablement difficiles pourraient être résolus par la biologie. La question n’est pas de savoir s’ils le seront, mais quand. ;)

Pour l'inconscient, se souvenir aussi de ce que l'on sait via la neurophysiologie depuis les années 1970, à savoir que nous avons du "firmware" dans le cerveau dont le rôle est de générer du déplaisir dans la monotonie pour nous inciter à explorer notre environnement (au sens très large y compris interne). Il s'ensuit que nous sommes en permanence inondés de propositions de pensées et comportements alternatifs dont le but est de stimuler des centres nerveux (anciens) qui sont des zones de gratifications (zones de "plaisir" disons). Ce schéma a été validé sur 400 millions d'années par des structures cérébrales ayant cet âge, donc notre inconscient n'est plus si mystérieux...

Répondre