[News] Arrêt cardiaque et lésions cérébrales: l'hypothermie à la rescousse

Biologie, géologie, histoire naturelle, etc...

Modérateur : Modérateurs

Adrien
Site Admin
Messages : 17077
Inscription : 02/06/2004 - 17:58:53
Activité : Ingénieur
Localisation : 78
Contact :

[News] Arrêt cardiaque et lésions cérébrales: l'hypothermie à la rescousse

Message par Adrien » 17/07/2017 - 23:00:30


Illustration: Benoit Leblanc
Avec une population sans cesse vieillissante, nos aînés font face à un spectre sournois : l'arrêt cardiaque, deux mots bien anodins qui, une fois réunis, donnent l'effroi. Seulement au Canada, on recense une crise cardiaque à toutes les sept minutes totalisant 16 000 victimes chaque année. Dès l'arrêt du coeur, le manque d'oxygène au cerveau crée un ravage en provoquant la mort de millions de neurones. À ce moment, si aucune action n'est entreprise, les chances de survie s'amoindrissent chaque seconde. Bien que dans certains cas le coeur peut se remettre à battre, trop souvent les dommages irréversibles causés au cerveau ne permettent qu'un retour à une vie végétative. Heureusement, des chercheurs du groupe INOLIVENT de l'Université de Sherbrooke s'intéressent à ce problème. Ce groupe de chercheurs formé d'ingénieurs, de physiologistes et de médecins a mis au point une technique qui tire ses principes de gens noyés en eau glaciale puis réanimés sans aucune séquelle.

L'hypothermie pourrait aider

Dans un article publié récemment, signé par Mathieu Nadeau, étudiant au doctorat en codirection génie-médecine, on y décrit une méthode prometteuse permettant de refroidir le corps humain de façon ultra-rapide en lui administrant un liquide froid dans les poumons. Le refroidissement corporel, défini comme l'hypothermie thérapeutique, est une technique reconnue pour prévenir les dommages cérébraux des suites d'un arrêt cardiaque.  Les effets sont d'autant plus bénéfiques lorsqu'elle est induite rapidement. Hélas, l'humain étant fondamentalement conçu pour combattre les pertes de chaleur, il va de soi qu'il n'est pas simple d'en abaisser la température. Les techniques actuellement utilisées sont lentes et difficiles à contrôler. Alors, que faire lorsqu'on se retrouve dans une situation où l'on doit induire une hypothermie contre le gré du corps, à l'encontre de ses mécanismes et que le temps presse ?

La solution : un respirateur liquidien

Le respirateur liquidien
Photo: Fournie
C'est donc avec ce mandat que l'équipe a conçu et fabriqué un respirateur liquidien. Un appareil qui prend en charge la respiration avec un liquide plutôt qu'avec de l'air. En contrôlant la température du patient, on s'en sert alors pour induire l'hypothermie thérapeutique de façon ultra-rapide, précise et sécuritaire. Ce concept, en apparence peu orthodoxe, prend tout son sens lorsqu'on sait que le liquide utilisé, un perfluorocarbone, permet de transporter près de 15 fois plus d'oxygène que l'eau et 1600 fois plus de chaleur que l'air. C'est donc l'appareil qui se charge d'introduire le liquide qui apporte l'oxygène dans les poumons tout en retirant le gaz carbonique lors de l'expiration. La surface d'échange entre les alvéoles pulmonaires et le sang équivaut à un terrain de tennis, ce qui fait du poumon un véritable échangeur gazeux et thermique. Ainsi, comme un radiateur, il est possible de contrôler la température corporelle par la température du liquide qu'on y insère. C'est donc dans un délai de cinq minutes qu'on arrive à l'hypothermie contrairement aux techniques traditionnelles qui nécessitent des heures.

Plus de transplantations d'organes possible

En plus de sauver des vies par action directe, l'hypothermie possède un avantage indirect moins bien connu mais tout aussi important. En effet, la préservation des organes par le froid telle que décrite par le modèle pourrait permettre la conservation et la transplantation de plus d'organes. À l'heure où l'attente chez les patients-receveurs augmente, toute technique visant à accroître le nombre de dons disponibles est la bienvenue. Ainsi l'impact potentiel de l'hypothermie thérapeutique induite par la ventilation liquidienne est indéniable. Les recherches vont bon train et nous devrions assister aux premiers essais chez l'humain avant la prochaine décennie ce qui est très encourageant.

D'ici là, la meilleure façon de prévenir un arrêt cardiaque c'est encore de manger santé et de pratiquer l'activité physique.

Source: Université de Sherbrooke

Avatar de l’utilisateur
cisou9
Messages : 8797
Inscription : 12/03/2006 - 15:43:01
Activité : Retraité
Localisation : Pertuis en Lubéron

Re: [News] Arrêt cardiaque et lésions cérébrales: l'hypothermie à la rescousse

Message par cisou9 » 18/07/2017 - 9:07:08

_________________ :_salut:
Formidable !!
Dès que je sais que j'ai un arrêt cardiaque, je cours vers l'hôpital équipé de ce dispositif !! ___ :lol: ___
Combien de personnes seront dans un hôpital lors d'un arrêt cardiaque; 1% ou 0.0001% ? ___ :_grat2: ____
Un homme est heureux tant qu'il décide de l'être et nul ne peux l'en empêcher.
Alexandre Soljenitsyne.

Avatar de l’utilisateur
QJ
Messages : 630
Inscription : 18/04/2007 - 8:47:23
Activité : Ingénieur
Localisation : Belgique

Re: [News] Arrêt cardiaque et lésions cérébrales: l'hypothermie à la rescousse

Message par QJ » 28/07/2017 - 19:35:40

Vivement ma première crise cardiaque que je puisse avoir cette merveilleuse sensation de "respirer du liquide" ! :haaa:
L'esprit c'est comme un parachute: s'il reste fermé, on s'écrase. -Franck Vincent Zappa-

Répondre