[News] Un pas de plus vers la commercialisation de matériaux autoréparables

L'étude des phénomènes naturels...

Modérateur : Modérateurs

Redbran
Messages : 625
Inscription : 16/05/2015 - 9:01:33
Activité : Profession libérale ou Indépendant

[News] Un pas de plus vers la commercialisation de matériaux autoréparables

Message par Redbran » 13/11/2017 - 12:00:10

Image
© SHEMAT
Une initiative de l'UE a évalué le potentiel technique et commercial de divers matériaux autoréparables.

Certains types de matériaux synthétiques, désignés de façon générale comme autoréparables, sont conçus pour réparer de façon chimique les fissures et d'autres défauts de leur structure. Le projet SHEMAT, financé par l'UE, a étudié ces matériaux à des fins de commercialisation.

Les partenaires du projet ont mis en œuvre l'autoréparation dans divers matériaux en vue de commercialiser leurs développements. Ils ont également conçu des méthodes normalisées pour caractériser le potentiel d'autoréparation. L'accent a été mis sur quatre types de matériaux: polymères, composites de polymères renforcés par des fibres, béton et céramiques.

Par le biais de formations et de détachements, 11 étudiants doctorants et 4 postdoctorants ont apporté une contribution active aux progrès scientifiques relatifs aux effets de l'autoréparation pour un large éventail de matériaux. Trois centres de formation ont été mis en place pour le développement, l'évaluation, la commercialisation et la durabilité des matériaux autoréparables.

Les scientifiques ont présenté des solutions pratiques pour différents revêtements autoréparables à base de microcapsules ou de polymères superabsorbants. Les ionomères du commerce ont montré un potentiel en tant qu'additifs pour les mousses de pneu. Pour les polymères en vrac, l'approche supramoléculaire basée sur les liaisons hydrogènes a pu être transférée vers des systèmes époxy et leurs composites. Les chercheurs ont montré que l'intégration d'additifs dotés de caractéristiques d'autoréparation présentant des éléments de conception habituellement rencontrés dans les structures renforcées s'avère très prometteuse.

Des progrès ont également été réalisés pour mettre au point un béton autoréparable commercialisable, en utilisant des bactéries / spores autoprotégées ou protégées par un porteur. La réduction biologique des nitrates s'est révélée être une méthode de nutrition respectueuse de l'environnement et efficace.

L'équipe de SHEMAT a étudié deux catégories différentes de matériaux céramiques. Elle a mis au point des céramiques MAX-phase, qui ont été testées à la fois en laboratoire et en environnement industriel. En utilisant un dopage avec des particules réparatrices à base de carbure, les chercheurs ont obtenu des céramiques oxydées dotées de propriétés de réparation de fissure et capables de récupérer intégralement leur solidité.

D'autres résultats montrent que l'évaluation de l'autoréparation de la restauration mécanique dans différentes classes de matériaux exige des ensembles de paramètres souples mais harmonisés. Pour les différentes classes de matériaux, les chercheurs ont développé et mis en œuvre de nouvelles méthodes de test afin de déterminer de façon quantitative les propriétés mécaniques après réparation de dégâts contrôlés.

En mettant en œuvre des fonctionnalités d'autoréparation dans différents matériaux, les résultats de SHEMAT devraient accélérer l'intégration de ces technologies dans des produits du commerce. Les efforts du projet contribueront également à une meilleure acceptation et à l'exploitation commerciale des matériaux autoréparables.

Pour plus d'information voir:
- Final Report Summary - SHEMAT (Training Network for Self-Healing Materials: from Concepts to Market)


Source: CORDIS-Europa

Avatar de l’utilisateur
POB
Messages : 549
Inscription : 08/05/2011 - 7:16:13
Activité : Retraité

Re: [News] Un pas de plus vers la commercialisation de matériaux autoréparables

Message par POB » 15/11/2017 - 10:40:08

Cela me donne des idées.

Un des gros problèmes rencontrés dans les tokamaks, et qui sera crucial dans le réacteur ITER s'il entre un jour en fonctionnement, réside dans la dégradation des enceintes de confinement par des flux de neutrons rapides.
Quid d'une éventuelle auto-réparation des matériaux de ces enceintes, qui n'ont pas encore été mis au point ?
C'est peut-être là que va résider, dans le futur, une clé d'une éventuelle maîtrise de la fusion thermonucléaire, une autre clé étant la technique, qui n'existe pas encore, pour récupérer l'énergie produite.

Je continue à ne pas croire à la possibilité future de maîtriser la fusion tant les gigantesques problèmes physiques me semblent insurmontables, au-delà des seuls problèmes techniques qui le sont eux aussi... mais je ne croyais pas au boson de Higgs et il a été observé, je ne croyais pas aux ondes gravitationnelles et elles ont été observées.

Il y a peu, je ne croyais pas aux matériaux auto-réparables et on commence à s'en approcher, de même que je ne croyais pas à la supraconductivité à haute température, et les progrès sont constants.

La Science est toujours une source d'émerveillement, même quand on prend de l'âge et qu'on doute de tout, sauf évidemment de la fin qui se rapproche.
:bieres:
C'est une grande misère de n'avoir pas assez d'esprit pour parler, ni assez de jugement pour se taire. (La Bruyère)

Répondre