[News] Un essai clinique sur une nouvelle approche pour traiter l'ostéoporose

Biologie, géologie, histoire naturelle, etc...

Modérateur : Modérateurs

Adrien
Site Admin
Messages : 17189
Inscription : 02/06/2004 - 18:58:53
Activité : Ingénieur
Localisation : 78
Contact :

[News] Un essai clinique sur une nouvelle approche pour traiter l'ostéoporose

Message par Adrien » 09/01/2018 - 0:00:05

Les résultats d'un essai clinique international, multicentrique, à grande échelle, de phase 3 démontrent qu'une combinaison novatrice de médicaments peut réduire considérablement le risque de fracture chez les patients à haut risque atteints d'ostéoporose.

Un traitement comportant un nouvel anabolisant osseux (qui accroît la masse osseuse) suivi d'un inhibiteur de la résorption osseuse (qui maintient la masse osseuse) s'est avéré réduire considérablement le risque de fracture chez les femmes ménopausées atteintes d'ostéoporose grave, selon les résultats d'un essai clinique publié dans le New England Journal of Medicine.

Sur une période de deux ans, 4 093 femmes atteintes d'ostéoporose et présentant une fracture de fragilisation ont été réparties au hasard dans deux groupes. Le premier groupe a reçu du romosozumab pendant un an, un nouvel anticorps monoclonal contre la sclérostine efficace pour la reconstruction rapide de la masse osseuse en augmentant la formation osseuse et en diminuant la résorption osseuse. Celui-ci était suivi par l'alendronate, un inhibiteur de la résorption osseuse couramment utilisé comme traitement de première intention dans l'ostéoporose, qui maintient les niveaux actuels de masse osseuse. Le deuxième groupe a seulement reçu l'alendronate. Les femmes qui ont reçu le romosozumab suivi par l'alendronate ont présenté un taux 48 % plus faible de nouvelles fractures vertébrales comparativement à celles ayant seulement reçu l'alendronate. De plus, le premier groupe avait 19 % moins de risque de fractures non vertébrales et 38 % moins de risque de fracture de la hanche que le deuxième groupe.

« Maintenir une masse osseuse constante chez les patientes n'est pas une stratégie adéquate lorsqu'elles souffrent déjà d'ostéoporose et que leurs os ne sont pas assez solides pour résister à une fracture », a déclaré le docteur Andrew Karaplis, professeur de médecine à l'Université McGill qui étudie la maladie osseuse métabolique à l'Institut Lady Davis et traite les patients atteints d'ostéoporose à l'Hôpital général juif, l'un des centres participant à cet essai clinique de phase 3. « Nous avions prévu observer moins de fractures si nous étions d'abord en mesure d'augmenter la masse osseuse de la patiente pour ensuite administrer un traitement pour la maintenir. »

Le docteur Karaplis a qualifié les résultats de l'étude comme une « percée majeure » dans le traitement de l'ostéoporose, ajoutant que les résultats influenceraient la façon dont il traite ses patients.

Un problème d'innocuité est apparu au cours de l'essai. Au cours de la première année, de graves incidents cardiovasculaires ont été observés plus fréquemment dans le groupe romosozumab-alendronate (50 patientes sur 2040, soit 2,5 %, comparativement à 38 patientes sur 2014, ou 1,9 %, dans le groupe recevant seulement l'alendronate).

« Bien que les chiffres soient relativement faibles, c'est un signal qui nécessite des éclaircissements supplémentaires », a déclaré le docteur Karaplis. « Il existe des considérations théoriques selon lesquelles l'inhibition de la sclérostine est associée à un risque de complications cardiovasculaires. D'un autre côté, l'alendronate pourrait avoir un effet cardioprotecteur, comme le démontrent certaines études. Donc, nous devons chercher plus loin la cause du déséquilibre observé dans les incidents cardiovasculaires et être prudents dans le choix des patients à traiter avec le romosozumab, du moins pour l'instant. »

L'ostéoporose est une maladie grave qui touche les femmes et les hommes, les femmes ménopausées étant particulièrement à risque. La perte progressive de masse osseuse rend les personnes atteintes plus à risque de fractures. À ce jour, il n'y a pas de traitement ou de remède efficaces, c'est pourquoi les promesses soulevées par cette étude, qui démontre que la masse osseuse peut être régénérée avec le romosozumab et maintenue avec des inhibiteurs de la résorption osseuse, a tellement d'importance.

Source: Université McGill

Pendesinialessandro
Messages : 167
Inscription : 04/08/2015 - 11:34:31
Activité : Enseignant ou Chercheur

Re: [News] Un essai clinique sur une nouvelle approche pour traiter l'ostéoporose

Message par Pendesinialessandro » 09/01/2018 - 16:15:50

Bonjour
Il serait très intéressant savoir qui FINANCE les études citées dans l’article ! Car certaines affirmations me semblent plus que discutables ! :grrr:

A noter que la densité osseuse mesurée n’est pas le reflet de la solidité osseuse (comme certains soignants prétendent) au moment de l’examen jusqu’à quelques mois après ! Le densitomètre mesure comparativement la perte du tissu osseux, mais ne donne pas l’état de la microstructure (ou architecture) des os qui est un facteur fondamental de la solidité et, -surtout- l’élasticité –qui détermine en grand partie-la solidité osseuse. L’os rigidifié à l’aide de calcium, par ex. et/ou certaines substances devient plus dur et, de ce fait, il perd de son élasticité et peut devenir vulnérable comme le….verre !
Une majorité de femmes classées « ostéoporotiques » ne présentent aucune fracture.
L’ostéopenie physiologique, (perte naturelle de sels minéraux osseux pendant sa vie), n’est pas la genèse d’une maladie.
La période périménopausique des femmes est une période de perte de masse osseuse, certes, mais qui se rétablit naturellement après.
Les causes de l’ostéoporose sont généralement le résultat d’une négligence ou mauvaise hygiène physique, tout au long de sa vie ,le manque activité physiques ou la sédentarité, notamment du monde occidental dit évolué, ainsi que l’alimentation avec son lot de poison, trop acidifiante avec les excès de viande des pays riches, de céréales mutées et de produit laitiers d’origine animale, sont plus que probablement à l’origine de l’ostéoporose, mais pas seulement….. :houla2:

Avatar de l’utilisateur
POB
Messages : 578
Inscription : 08/05/2011 - 8:16:13
Activité : Retraité

Re: [News] Un essai clinique sur une nouvelle approche pour traiter l'ostéoporose

Message par POB » 10/01/2018 - 12:58:59

Hé bé ! Ce n'est pas demain la veille que mon ostéoporose sera résolue !

J'aurai bientôt 70ans et je me suis rendu compte en 2007, suite à une fracture épouvantable d'un genou, que je faisais probablement de l'ostéoporose, comme cela arriva à ma mère qui se cassa le col du fémur à 53ans.
Dans les faits, le choc que je subis, et qui causa ma fracture, fut tout à fait bénin, j'en avais subi de bien plus violents quand je courais en moto sur les circuits de vitesse, ou quand je faisais de la descente à skis.
10ans plus tard, j'ai perdu 10cm (ma mère en avait perdu 15) et pris 10kg de gras (ce qui n'a rien à voir avec les os mais beaucoup avec le THS qui les maintient - théoriquement - en état acceptable).
Je me suis cassé un poignet en 2010 sur un autre choc, violent mais pas plus que ça, les deux malléoles droites en 2011 à l'atterrissage en tapant le pied sur une petite bosse, et tassé 3 vertèbres sur un choc tout à fait bénin (arrivée dans l'eau avec la voile en chiffon).
Ce n'est pas pour autant que je cesserai de voler en parapente, mordious !


Mon endocrinologue, le meilleur de Paris et consultant pour Act'Up, me prescrit un traitement qui évolue régulièrement chaque année en fonction des avancées de la recherche et qui, surtout, NE PRESENTE PAS D'EFFETS SECONDAIRES NEFASTES.
Pour moi qui n'ai JAMAIS été malade et qui n'ai jamais avalé d'autre médicament qu'un cachet d'aspirine de temps en temps, ce traitement continu ad vitam aeternam me gonfle vilain mais je n'y peux rien.
:bieres:
C'est une grande misère de n'avoir pas assez d'esprit pour parler, ni assez de jugement pour se taire. (La Bruyère)

Avatar de l’utilisateur
cisou9
Messages : 9095
Inscription : 12/03/2006 - 15:43:01
Activité : Retraité
Localisation : Pertuis en Lubéron
Contact :

Re: [News] Un essai clinique sur une nouvelle approche pour traiter l'ostéoporose

Message par cisou9 » 10/01/2018 - 15:03:59

POB a écrit :
10/01/2018 - 12:58:59
me prescrit un traitement qui évolue régulièrement chaque année en fonction des avancées de la recherche et qui, surtout, NE PRESENTE PAS D'EFFETS SECONDAIRES NEFASTES.
Pour moi qui n'ai JAMAIS été malade et qui n'ai jamais avalé d'autre médicament qu'un cachet d'aspirine de temps en temps, ce traitement continu ad vitam aeternam me gonfle vilain mais je n'y peux rien. :bieres: _
_ Je prend une flopée de médocs pour pour différentes pathologies qui n'évoluent quasiment pas, je prend les mêmes médocs avec les mêmes dosages depuis plus de 30 ans. le seuls qui évolue très peu et en diminution c'est mon anticoagulant ou je fais une de prise sang toutes les 2 semaines; en fonction du résultat, je réajuste la posologie pour me maintenir proche de 2,5 pour l'INR.__ :_jap: ____
Un homme est heureux tant qu'il décide de l'être et nul ne peux l'en empêcher.
Alexandre Soljenitsyne.

Répondre