Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
 A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z | +
Platine

Symbolique

  • Les noces de platine symbolisent les 70 ans de mariage dans la tradition française (symbole de stabilité).
  • Le platine est le 12e niveau dans la progression de la sarbacane sportive.
  • Le disque de platine (Le platine est un élément chimique de symbole Pt et de numéro atomique 78.) est une récompense honorifique remise aux artistes ayant atteint le million (Un million (1 000 000) est l'entier naturel qui suit neuf cent quatre-vingt-dix-neuf mille neuf cent quatre-vingt-dix-neuf (999 999) et qui précède un million un (1 000 001). Il vaut un millier de...) d'albums vendus.
  • Sur les jeux PlayStation 3, un trophée (fictif) de platine est obtenu après qu'un joueur ait obtenu tous les trophées de bronze (Le bronze est le nom générique des alliages de cuivre et d'étain. Le terme airain désigne aussi le bronze, mais est plutôt...), d'argent (L’argent ou argent métal est un élément chimique de symbole Ag — du latin Argentum — et de numéro atomique 47.) et d'or du jeu.

Impacts écologiques et toxicologiques

Quand il est pur et massif (Le mot massif peut être employé comme :), le platine ne pose a priori aucuns problèmes de santé environnementale.
Mais tous ses composés sont hautement toxiques.

Sous leurs formes biodisponibles, les platinoïdes se sont montrés bioassimilables chez les plantes et animaux expérimentalement exposés. Ceci a été démontrée chez diverses plantes terrestres ou aquatiques, pour des composés solubles et pour des particules liée au Pt, Pd et Rh.
Le platine des pots catalytiques, rare et couteux tend à être remplacé par le palladium (ou associé à ce dernier). Dans les mêmes conditions, le palladium semble aussi voire plus bioassimilable que le platine.

- Le Palladium et le platine ont été dosés chez 22 espèces d'algues du littoral californien, avec une technique analytique nouvelle, très sensible ; les teneurs dans ces algues variaient de de 0,09 à 0,61 ng/g pour le palladium et 0,25 à 1,75 ng/g pour le platine (en matière sèche).
- Le ratio moyen de Pt/Pd trouvé dans ces algues était de 3,5 alors qu’il était de 4,5 dans la mer (Le terme de mer recouvre plusieurs réalités.). On suppose donc que ces algues accumulent le palladium et le platine de l'eau de mer (L'eau de mer est l'eau salée des mers et des océans de la Terre.), sans discrimination, en raison de la similitude chimique de ces métaux.

Chez les animaux (espèces aquatiques principalement) expérimentalement exposés à des sels solubles ou à des substances catalytiques, la bioconcentration est également démontrée.

- Par exemple, le platine sous forme de H2PtCl6 provoque chez le poisson (Les Poissons sont une constellation du zodiaque traversée par le Soleil du 12 mars au 18 avril. Dans l'ordre du zodiaque, elle se situe entre le Verseau à l'ouest et le Bélier à l'est. Bien qu’assez grande, elle...) Danio rerio une lyse et nécrose des cellules de la muqueuse (Les muqueuses (du latin mucus) sont des minces couches de tissus d'origine ectodermique constituées de cellules épithéliales, et de tissu conjonctif sous-jacent qui se nomme chorion qui tapissent...) intestinale, des changements dans la sous-muqueuse, et la fusion (En physique et en métallurgie, la fusion est le passage d'un corps de l'état solide vers l'état liquide. Pour un corps pur, c’est-à-dire...) des villosités entre elles. Cet effet était d'autant plus marqué que la concentration ou le temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.) d’exposition était élevé. Lors d’une exposition de 15 jours (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil éclairent le ciel....) à une concentration sublétale de 16 µg/L, suivie d'un période de non-exposition de 64 jours, ces lésions étaient toutefois réversibles.
- Les animaux filtreurs y sont notamment vulnérables  : À titre d'exemple et de comparaison avec d'autres "métaux lourds", pour la moule zébrée (Dreissena polymorpha) vivant en eau (L’eau est un composé chimique ubiquitaire sur la Terre, essentiel pour tous les organismes vivants connus.) douce, la biodisponibilité des platinoïdes issus de poussières routières se situe entre celle du cadmium (Le cadmium est un élément chimique de symbole Cd et de numéro atomique 48.) et du plomb (Le plomb est un élément chimique de la famille des cristallogènes, de symbole Pb et de numéro atomique 82. Le mot et le symbole viennent...)., avec - peut-on supposer - des effets synergiques.
Des vers parasites des poissons ont également montré une capacité à bioaccumuler les platinoïdes (ils pourraient donc être utile à la biosurveillance fine de milieux aquatiques.
La bioassimilabilité et bioconcentrtion sont également observées quand ce sont des sédiments de rivières urbaines, de la poussière routière ou de tunnel (Un tunnel est une galerie souterraine livrant passage à une voie de communication (chemin de fer, canal, route, chemin piétonnier). Sont...) qui sont utilisés comme sources de platinoïdes pour l'expérience)

Parmi les platinoïdes, c’est le palladium qui semble le plus bioassimilable par la faune comme par la flore (La flore est l'ensemble des espèces végétales présentes dans un espace géographique ou un écosystème déterminé (par opposition à la faune). Le terme...).

Sous forme de micro ou nanoparticules, le platine devient très actif, même à très faible dose.

Les composés du platine biodisponibles étaient très rares dans la nature. Mais ils sont maintenant produits en grandes quantités par l'industrie et largement répandus dans l'environnement (L'environnement est tout ce qui nous entoure. C'est l'ensemble des éléments naturels et artificiels au sein duquel se déroule la vie humaine. Avec les enjeux écologiques actuels, le terme environnement...), notamment via l'incinération et lors du vieillissement (La notion de vieillissement décrit une ou plusieurs modifications fonctionnelles diminuant progressivement l'aptitude d'un objet, d'une information ou d'un organisme à...) des pots catalytiques.

- On en trouve une quantité croissante dans les poussières des zones où la circulation (La circulation routière (anglicisme: trafic routier) est le déplacement de véhicules automobiles sur une route.) automobile (Une automobile, ou voiture, est un véhicule terrestre se propulsant lui-même à l'aide d'un moteur. Ce véhicule est conçu pour le transport terrestre de personnes ou de...) est importante. Par exemple à Mexico (Mexico (en espagnol Ciudad de México) est la capitale du Mexique ; elle est située dans les hauteurs du centre du pays à une altitude de 2200 m. Elle est souvent désignée par l'appellation...) où les véhicules ont commencé à être équipés de pots catalytiques qu'en 1991.
-Il en allait de même à Boston aux USA, les taux de platinoïdes sont en forte augmentation parmi les particules PM10 inhalées par la population.
- En Italie, dans le sol de Naples et d'une zone périphérique de 120 km2, les taux de Pt et Pd (dosés dans 195 échantillons) variaient de moins de 2 μg/kg à 52 μg/kg pour le platine et de moins de 10μg/kg à 110 μg/kg pour le palladium. Or, les teneurs sont considérées comme anormales au dessus de 6,2 μg/kg de platine et de 17,2 μg/kg de palladium.
Plus la circulation était intense, plus le taux de ces métalloïdes était élevé.
La cartographie (La cartographie désigne la réalisation et l'étude des cartes géographiques. Le principe majeur de la cartographie est la représentation de données sur un support réduit...) de la pollution (La pollution est définie comme ce qui rend un milieu malsain. La définition varie selon le contexte, selon le milieu considéré et selon ce que l'on peut entendre par...) était fortement corrélée à celle du réseau routier et de la densité de circulation.
Bien qu'ils ne soient obligatoires en Europe (L’Europe est une région terrestre qui peut être considérée comme un continent à part entière, mais aussi comme l’extrémité occidentale du...) que depuis 1993 l'identité et les proportions respectives de platinoïdes (Pt / Pd / Rh) correspondent à celles des pots d'échappement catalytiques, ce qui laisse supposer qu'ils sont bien à l'origine des valeurs de plus en plus élevées (même en Italie où l'État a autorisé les pots non-catalytiques jusqu'en Janvier 2002.).
- Les tunnels sont des zones où l'air (L'air est le mélange de gaz constituant l'atmosphère de la Terre. Il est inodore et incolore. Du fait de la diminution de la pression de l'air avec...) est - plus qu'ailleurs- « enrichi » en particules de platinoïdes de petite et très petite taille (PM10 and PM2.5), ce qui laisse penser qu'elles peuvent pour partie passer (Le genre Passer a été créé par le zoologiste français Mathurin Jacques Brisson (1723-1806) en 1760.) dans le sang (Le sang est un tissu conjonctif liquide formé de populations cellulaires libres, dont le plasma est la substance fondamentale et est présent...) via les poumons. Dans un tunnel étudié en Autriche, les taux variaient selon le point (Graphie) de prélèvement (distance par rapport à l'entrée), le taux de renouvellement de l'air par la ventilation, et le nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) de véhicules empruntant le tunnel. Les taux variaient de 38 ± 5.9 à 146 ± 13 ng émis en moyenne (La moyenne est une mesure statistique caractérisant les éléments d'un ensemble de quantités : elle exprime la grandeur qu'auraient chacun des membres de l'ensemble s'ils étaient tous identiques sans...) par véhicule et kilomètre, alors que les facteurs d'émission de palladium variaient de 13 ± 2.1 à 42 ± 4.1 ng veh-1 km-1. La plus grande partie du Pt et Pd étaient présent forme d'aérosol dont la taille particulaire dépassait le PM10, mais 12% et 22% respectivement de ces platinoïdes était émis sous forme de particules assez fine (PM2) pour être inhalées et passer dans le système sanguin et d'autres organes.
- Les platinoïdes ont également augmenté dans les sédiments de rivières ou lacs. Par exemple, dans un lac (En limnologie, un lac est une grande étendue d'eau située dans un continent où il suffit que la profondeur, la superficie, ou le volume...) proche de Boston
- L'analyse de 3 platinoïdes (Pt, Pd, Rh) dans les couches de sédiment montre une nette (Le terme Nette est un nom vernaculaire attribué en français à plusieurs espèces de canards reconnaissablent à leurs calottes. Le terme...) augmentation depuis l'apparition des pots catalytiques (teneurs 6 à 16 fois plus importantes en 1992-2002 qu'avant l'introduction des catalyseurs). Les rapports de proportion entre ces éléments signent leur origine automobile (C'est la même que celle de ces produits dans les pots catalytique des environ 500 million de véhicules équipés de pots catalytiques circulant dans le monde (Le mot monde peut désigner :) vers 2004. Les teneurs en iridium (L'iridium est un élément chimique de symbole Ir et de numéro atomique 77.) et le ruthénium (Ru) ont aussi augmenté après l'introduction des catalyseurs (En chimie, un catalyseur est une substance qui augmente la vitesse d'une réaction chimique ; il participe à la réaction mais il ne fait partie ni des produits, ni des réactifs et n'apparaît donc pas...).
- Le Pt, Pd et Rh ont été dosés dans des échantillons de neige (La neige est une forme de précipitation, constituée de glace cristallisée et agglomérée en flocons pouvant être ramifiés d'une...) fraîche prélevés à 14 endroits de la vallée d'Aspe (Pyrénées, France) durant deux d'hiver (L'hiver est une des quatre saisons des zones tempérées.), (Février 2003 et Mars 2004). Les limites de détection étaient de 0,05, 0,45, et 0,075 pg/g respectivement pour le Pt, Pd et Rh.
La neige fraîche contenait de 0,20 à 2,51 pg/g pour le Pt,de 1,45 à 14,04 pg/g pour le palladium et de 0,24 à 0,66 pg/g pour Rh. les teneurs les plus élevées étaient dans la plupart des cas trouvées près des axes routiers, sans lien direct ou évident avec le trafic routier (La circulation routière (anglicisme: trafic routier) est le déplacement de véhicules automobiles sur une route.). Durant l'étude la direction et l'origine des masses d'air atteignant la vallée ont été enregistrées, de manière à fournir des indices sur l'origine de ces platinoïdes.
Les teneurs étaient plus élevées en 2004 qu'en 2003. Les auteurs estiment que les platinoïdes trouvés dans la neige des pyrénées en 2004 provenait du parc (Un Parc est un terrain naturel enclos,[1] formé de bois ou de prairies, dans lequel ont été tracées des allées et chemins destinés à la chasse, à...) des véhicules européen, et certaines activités minières russes.
- Le taux de platine et platinoïdes catalytiques mesuré dans les neiges et glaces du pôle Nord (Le nord est un point cardinal, opposé au sud.) a fortement augmenté entre 1990 et 2000 ; et les taux mesurés dans les couches de neige formées au milieu des années 1990 sont 40 à 120 fois plus élevés que ceux mesurés dans la glace (La glace est de l'eau à l'état solide.) datant de 7000 ans, ce qui indique une contamination à large échelle de toute la troposphère de l'hémisphère Nord par les platinoïdes. Ici aussi, le rapport massique Pt/Rh des échantillons de neige la plus récente est proche du rapport moyen de ces catalyseurs dans les pots catalytiques, ce qui suggère aux auteurs de cette étude « qu'une grande partie de l'augmentation récente du Pt et Rh pourrait provenir de convertisseurs catalytiques d'automobiles ».
- Alors que la contamination par l’osmium (Os) était autrefois associée aux tanneries, les changements récents de composition isotopique de l'osmium (également présent dans les pots catalytiques neufs, comme impureté) montrent une autre source anthropique pour cet élément. L’hypothèse que les catalyseurs automobiles sont une source d’iridium et d’osmium est encore renforcée par le fait que ces éléments sont les plus concentrés dans la poussière de tunnels routiers.

Bien que leur potentiel toxicologiques et écotoxicologiques soit encore mal connu, et qu'on n'ait pas encore détecté d'effets écologiques majeurs ou aigus attribuables avec certitude à ces platinoïdes anthropiques, des effets chroniques sur la biosphère sont suspectés, notamment car :

  • sous forme de très petite particules, ce sont de puissants catalyseurs ;
  • leur augmentation est rapide et cumulative (effets synergiques potentiels) ;
  • Leur augmentation semble déjà concerner tous les compartiments de l'environnement, et au moins tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) l'hémisphère-nord ;
  • leur disponibilité biologique est bien plus importante qu'on ne le pensait il y a quelques décennies ;
  • leur bioaccumulation est avérée pour de nombreuses espèces et plausible pour les autres.

La question d'éventuels effets sanitaires - via l'alimentation ou via l'inhalation de particules - se pose donc.

Dans tous les cas, les études sont compliquées par les difficultés techniques d'analyse des traces (TRACES (TRAde Control and Expert System) est un réseau vétérinaire sanitaire de certification et de notification basé sur internet sous la responsabilité de la Commission européenne...) de Pt, Pd et Rh (bien que des techniques récentes permettent des mesures très précises en Pg/g d'échantillon) et surtout par d'importantes lacunes en matière de connaissance de leurs impacts environnementaux.
De plus, les émissions (industrielles ou des pots cataytiques) changent dans leur composition. Par exemple, à Mexico, on a noté un pic en 1993, puis une moindre augmentation des taux de Pt-Pd-Rh, ce qui suggère que les premiers pots catalytiques perdaient plus rapidement qu'aujourd'hui une partie de leurs catalyseurs, soit parce que la technologie (Le mot technologie possède deux acceptions de fait :) ne permettait pas une bonne adhésion des catalyseurs à la matrice du pot (POTS est un sigle anglais qui signifie Plain Old Telephone System que l'on peut traduire en français par le bon vieux téléphone. Dans certains pays on parle de...), soit parce que les conducteurs utilisaient des carburants inappropriés, ou pour ces deux raisons à la fois.

Source: Wikipédia publiée sous licence CC-BY-SA 3.0. Vous pouvez soumettre une modification à cette définition sur cette page.

La liste des auteurs de cet article est disponible ici.