Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
 A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z | +
Quatre éléments

Introduction

Les quatre éléments. Gravure de l'ouvrage Daniel Stolz von Stolzenberg, Viridarium chymicum (1624) réprésentant de gauche à droite les quatre éléments : 'la terre, l'eau, l'air et le feu (Le feu est la production d'une flamme par une réaction chimique exothermique d'oxydation appelée combustion.). Les sphères du bas indiquent leur représentation en alchimie (L'alchimie est une discipline qui recouvre un ensemble de pratiques et de spéculations en rapport avec la transmutation des métaux. L'un des...).

Dans le cadre de la philosophie naturelle, la théorie (Le mot théorie vient du mot grec theorein, qui signifie « contempler, observer, examiner ». Dans le langage courant, une théorie est une idée ou une connaissance spéculative,...) des quatre Éléments est une façon traditionnelle de décrire et d'analyser le monde (Le mot monde peut désigner :).

Histoire

À l’origine il s’agissait d’une hypothèse de certains philosophes grecs et notamment d'Empédocle (Empédocle est un philosophe, ingénieur et médecin grec du Ve siècle av. J.-C..) au Ve siècle av. J.-C., selon laquelle tous les matériaux (Un matériau est une matière d'origine naturelle ou artificielle que l'homme façonne pour en faire des objets.) constituant le monde seraient composés de quatre Éléments :

  • L'Eau ;
  • La Terre ;
  • Le Feu ;
  • L'Air.

Chaque substance présente dans l’univers (L'Univers est l'ensemble de tout ce qui existe et les lois qui le régissent.) serait constituée d’un ou plusieurs de ces Éléments, en plus ou moins grande quantité (La quantité est un terme générique de la métrologie (compte, montant) ; un scalaire, vecteur, nombre d’objets ou d’une autre manière de...). Ce qui expliquerait le caractère plus ou moins volatile, chaud, froid (Le froid est la sensation contraire du chaud, associé aux températures basses.), humide, ou sec (= les quatre qualités élémentales) de chaque matière (La matière est la substance qui compose tout corps ayant une réalité tangible. Ses trois états les plus communs sont l'état solide, l'état liquide, l'état gazeux. La...). La théorie repose sur des arguments philosophiques et spéculatifs.

Les philosophes présocratiques ont imaginé une essence première en toute chose. Héraclite voyait dans le feu l'élément premier à l'origine de toute matière, Anaximène lui envisageait l'air comme essence de toute chose alors que Thalès préférait l'eau (L’eau est un composé chimique ubiquitaire sur la Terre, essentiel pour tous les organismes vivants connus.). Enfin, Empédocle, au début du Ve siècle (Un siècle est maintenant une période de cent années. Le mot vient du latin saeculum, i, qui signifiait race, génération. Il a ensuite indiqué la durée d'une génération...) avant notre ère, admis que les quatre éléments (Dans le cadre de la philosophie naturelle, la théorie des quatre Éléments est une façon traditionnelle de décrire et d'analyser le monde.) réunis composaient l'univers. Pour Démocrite, l'univers était composé d'« atomes » (en grec « a-tomos », qui ne peut être coupé), c'est-à-dire de particules microscopiques insécables et éternelles, qui composeraient la matière comme des briques forment un mur (Un mur est une structure solide qui sépare ou délimite deux espaces.) et qui auraient la forme générale de l'objet (De manière générale, le mot objet (du latin objectum, 1361) désigne une entité définie dans un espace à trois dimensions, qui a une fonction précise, et qui peut être désigné par une étiquette...) (rond, pointu (Le pointu est une famille de barques de pêche traditionnelles de Méditerranée.), concave...).

C'est à l’époque des croisades, au XIIe siècle en Terre (La Terre est la troisième planète du Système solaire par ordre de distance croissante au Soleil, et la quatrième par taille et par masse croissantes....) Sainte, et de la reconquista en Espagne, que le savoir des Grecs et la théorie aristotélicienne des Éléments a pénétré en Occident (L'Occident, ou monde occidental, est une zone géographique qui désignait initialement l'Europe. L'extension de l'espace considéré a varié au cours de...) par l’intermédiaire des Arabes. Or, ces derniers ont essentiellement conservé dans leurs écrits l'enseignement (L'enseignement (du latin "insignis", remarquable, marqué d'un signe, distingué) est une pratique d'éducation visant à développer les connaissances d'un élève par le biais de communication verbale et...) d'Aristote (Aristote (en grec ancien Ἀριστοτέλης / Aristotélês) est un philosophe grec né à Stagire (actuelle Stavros) en Macédoine...). Celui de Démocrite ne s'est pas transmis, et aujourd'hui encore, nous ne connaissons les textes de Démocrite que de manière lacunaire, à travers ce que certains auteurs, en particulier Aristote, nous en disent. Les scolastiques du Moyen Âge reprendront cette théorie à leur compte et l’incluront dans leur vision chrétienne du monde.

Empédocle

Le texte fondateur se trouve chez Empédocle (vers -460):

"Connais premièrement la quadruple racine
De toutes choses : Zeus aux feux lumineux,
Héra mère de vie (La vie est le nom donné :), et puis Aidônéus,
Nestis enfin, aux pleurs dont les mortels s'abreuvent."

Premièrement il y a le problème de l'interprétation. Zeus, dieu de la lumière (La lumière est l'ensemble des ondes électromagnétiques visibles par l'œil humain, c'est-à-dire comprises dans des longueurs d'onde de 380nm...) céleste, désigne le Feu ; Héra, épouse de Zeus, désigne l'Air ; Aidônéus (Hadès), dieu des enfers, désigne la Terre ; Nestis (Perséphone ?) désigne l'Eau. Cependant, pour Stobée, qui semble moins crédible, Héra est la Terre, Aidônéus est l'Air. Deuxièmement, Empédocle ajoute aux quatre Éléments, matériels, deux Forces, spirituelles. Diogène Laërce le dit à propos d'Empédocle : "Ses théories étaient les suivantes : il y a quatre élements, le feu, l'eau, la terre et l'air. L'Amitié les rassemble et la Haine les sépare" (VIII, 76). Troisièmement, il y a le problème de l'ordre. Empédocle dit Feu/Air/Terre/Eau. Plus logiquement, Aristote établit la série : Feu, Air, Eau, Terre. Quatrièmement, il y a le problème de la complétude (On parle de complétude en mathématiques dans des sens très différents. On dit d'un objet mathématiques qu'il est complet pour exprimer que rien ne peut lui être ajouté, en un sens qu'il faut préciser dans chaque contexte. Dans le cas...). Combien d'Eléments ? Le jeune Aristote et Philippe d'Oponte (l'auteur de l'Épinomis) ajouteront un cinquième Élément, qui est donc la quinte essence : l'Éther.

Les Solides de Platon

Platon, dans le Timée, pense que les quatre Éléments sont faits de particules cubiques (Terre), icosaédriques (Eau), octaédriques (Air), tétraédriques (Feu) (Timée, 56), et la sphère (En mathématiques, et plus précisément en géométrie euclidienne, une sphère est une surface constituée de tous les...) du monde (le Tout) est un dodécaèdre (Un dodécaèdre est un solide composé de 12 faces. Le préfixe dodéca-, d'origine grecque, fait référence au nombre de faces.) (Timée, 55e-56a). Les Éléments sont donc liés aux surfaces des solides, les quatre polyèdres réguliers alors connus : tétraèdre (Le tétraèdre (du grec tétra : quatre), est un solide composé de quatre triangles, de la famille des pyramides, donc des cônes.) (pyramide) (Timée, 56b), hexaèdre régulier (cube), octaèdre (Un octaèdre (du grec oktô, huit et hedra, face) est un polyèdre à huit faces. Si ses faces sont triangulaires, il possède alors douze arêtes et six sommets.), icosaèdre ; le Tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) est un dodécaèdre (Phédon, 110b ; Timée, 55c). Le Feu, l'Air et l'Eau sont faits de triangles équilatéraux (24, 48, 129 triangles élémentaires scalènes), la Terre de carrés (24 triangles élémentaires isocèles), le Tout de pentagones (12 pentagones irréductibles aux triangles). Dans son enseignement oral ésotérique, Platon veut "établir des correspondances" (prosphérein) entre dimensions (unité ou nombres ou lignes insécables, lignes ou longueurs, surfaces ou plans, volumes ou solides), figures (lignes insécables, lignes, triangle (En géométrie euclidienne, un triangle est une figure plane, formée par trois points et par les trois segments qui les relient. La dénomination de...), pyramide) et nombres (1, 2, 3, 4 : les nombres de la Décade), mais aussi Éléments. Ainsi, derrière l'analogie entre dimensions, figures, nombres, Éléments, s'établissent les correspondances entre unité/lignes insécables/un/Feu, entre longueurs/lignes/deux/Air, etc. "Ce qui est absolument indivisible, mais avec position, est un point ; ce qui est divisible selon une dimension (Dans le sens commun, la notion de dimension renvoie à la taille ; les dimensions d'une pièce sont sa longueur, sa largeur et sa profondeur/son épaisseur, ou bien son...) est une ligne ; ce qui est divisible selon deux dimensions est une surface ; ce qui est absolument divisible en quantité et selon trois dimensions est un corps [un volume (Le volume, en sciences physiques ou mathématiques, est une grandeur qui mesure l'extension d'un objet ou d'une partie de l'espace.)]" (Aristote, Métaphysique, Delta, 6, 1016 b).

Symbolique et qualités élémentaires

L’apport le plus décisif à la théorie des quatre éléments fut celui d'Aristote qui y ajouta la notion de Quatre qualités élémentales. L'interprétation symbolique des quatre éléments repose sur leur décomposition (En biologie, la décomposition est le processus par lequel des corps organisés, qu'ils soient d'origine animale ou végétale dès l'instant qu'ils sont...) en quatre qualités élémentales, suivant deux axes d'analyse que sont le chaud et le froid d'une part (deux qualités actives) et le sec et l'humide d'autre part, (deux qualités passives). (voir ici)

  • Le chaud est d'une manière générale un principe d'énergie (Dans le sens commun l'énergie désigne tout ce qui permet d'effectuer un travail, fabriquer de la chaleur, de la lumière, de produire un mouvement.), d'activité (Le terme d'activité peut désigner une profession.) et d'impulsion. Par opposition, le froid est un principe de passivité et de résistance.
  • Le sec est un processus d'analyse, de séparation (D'une manière générale, le mot séparation désigne une action consistant à séparer quelque chose ou son résultat. Plus particulièrement il est employé dans plusieurs domaines :), d'individualisation, de contraction et de repli sur le détail ou sur soi. Il se déroule dans une atmosphère (Le mot atmosphère peut avoir plusieurs significations :) rigide et cassante, allant aux extrêmes. Par opposition, l’humide est un processus de synthèse, de liaison et de collectivisation, d'ouverture sur la globalité et le collectif. Il est conduit dans une atmosphère de détente et de souplesse.

La conjonction d'une qualité active et d'une qualité passive agissant sur une matière première indifférenciée génère l'un ou l'autre des éléments. Dans cette analyse, la terre hérite des qualités froides et sèches (ce sont les qualités de la cendre), le feu est sec et chaud, l'air est chaud et humide (qualités du souffle exhalé) et l'eau est froide et humide. (voir ici)

À côté de ces quatre qualités élémentales, il existe aussi des qualités secondaires et dérivées, toujours opposées deux à deux, comme le subtil et l'épais (c'est-à-dire la disposition sous forme de fragments de grande ou petite dimension), le lourd et le léger, l'amer et le doux, le fluide (Un fluide est un milieu matériel parfaitement déformable. On regroupe sous cette appellation les gaz qui sont l'exemple des fluides compressibles, et...) et le visqueux...

D'autre part, cette génération des éléments par une interaction (Une interaction est un échange d'information, d'affects ou d'énergie entre deux agents au sein d'un système. C'est une action réciproque qui suppose l'entrée en contact de sujets.) de qualités élémentales implique une dynamique (Le mot dynamique est souvent employé désigner ou qualifier ce qui est relatif au mouvement. Il peut être employé comme :) des éléments. La réalité n’est pas figée : les éléments qui ont une qualité élémentale en commun peuvent se transformer l'un dans l'autre. Le feu peut donc se transformer par la modification d'une de ses deux qualités soit en air, soit en terre ; la terre en feu ou en eau ; l'eau en terre ou en air ; et ce dernier en eau ou en feu. (voir ici)

Enfin, chaque élément se subdivise en variétés, selon les mesures de la participation et des mélanges. On distingue par exemple trois sortes de feu : la flamme brûlante, la lumière et les résidus incandescents de la flamme (braises).

Aristote met en correspondances les sens (SENS (Strategies for Engineered Negligible Senescence) est un projet scientifique qui a pour but l'extension radicale de l'espérance de vie humaine. Par une évolution progressive allant du ralentissement du vieillissement,...) et les éléments. La vue (La vue est le sens qui permet d'observer et d'analyser l'environnement par la réception et l'interprétation des rayonnements lumineux.), la couleur (La couleur est la perception subjective qu'a l'œil d'une ou plusieurs fréquences d'ondes lumineuses, avec une (ou des) amplitude(s) donnée(s).) est liée au feu, "l'intermédiaire des sons est l'air", l'odorat s'exerce au moyen d'un médium qui est l'air ou même l'eau, 'rien ne produit une sensation de saveur sans humidité (L'humidité est la présence d'eau ou de vapeur d'eau dans l'air ou dans une substance (linge, pain, produit chimique, etc.).)", le toucher (Le toucher, aussi appelé tact ou taction, est l'un des cinq sens de l'homme ou de l'animal, essentiel pour la survie et le développement des êtres vivants, l'exploration, la...) est lié à la terre. Aristote donne toujours la suite éther, feu, air, eau, terre, et c'est l'ordre qui prévaudra, l'éther (et non le feu) étant alors considéré comme la matière des astres et l'élément où ils séjournent.

Information icon.svg

Applications à la cosmologie (La cosmologie est la branche de l'astrophysique qui étudie l'Univers en tant que système physique.)

L'univers est composé de quatre éléments, terre, eau, air et feu. Chacun d'entre eux possède un lieu naturel, c'est-à-dire un endroit où il réside naturellement, sachant qu'il peut aussi se trouver parfois également à un endroit qui ne correspond pas sa place naturelle. Les lieux naturels où l’on rencontre habituellement les éléments sont disposés en sphères concentriques. Au centre de l'univers se trouve la sphère de la terre, puis viennent celles de l'eau, de l'air et enfin du feu. Entre l'air et le feu, on trouve les sphères des sept planètes, soit, de la plus proche à la plus éloignée, la Lune (La Lune est l'unique satellite naturel de la Terre et le cinquième plus grand satellite du système solaire avec un diamètre de 3 474 km. La distance moyenne...), Mercure, Vénus, le Soleil (Le Soleil (Sol en latin, Helios ou Ήλιος en grec) est l'étoile centrale du système solaire. Dans la classification astronomique,...), Mars, Jupiter, et Saturne (un ordre qui ne correspond que d’assez loin avec la réalité astronomique, telle qu’on la connaît actuellement); puis vient la sphère des étoiles fixes. Au-delà de la sphère du feu, se situe le primum mobile, le moteur (Un moteur (du latin mōtor : « celui qui remue ») est un dispositif qui déplace de la matière en apportant de la puissance....) de l'univers, pour les théologiens du Moyen Âge et les scholastiques qui s’approprieront la pensée d’Aristote, ce sera Dieu.

Répartition des éléments dans leur lieux naturels disposés en sphères concentriques

Lorsque les éléments ne sont pas dans leur lieu naturel, ils tendent à le rejoindre. C'est ainsi que l'on peut expliquer les phénomènes que les Anciens appellent météorologiques (le sens de ce terme possède une plus grande extension que dans son acception moderne) : la pluie (La pluie désigne généralement une précipitation d'eau à l'état liquide tombant de nuages vers le sol. Il s'agit d'un hydrométéore...) est de l'eau de la sphère du ciel (Le ciel est l'atmosphère de la Terre telle qu'elle est vue depuis le sol de la planète.) qui cherche à redescendre vers son lieu naturel ; les comètes sont du feu de la sphère du ciel qui cherche à remonter vers son lieu naturel ; les météorites sont composées de terre qui cherche à redescendre vers son lieu naturel, etc.

Le cinquième Élément

Parfois, l'on ajoute à ces quatre Éléments un cinquième, au statut ambigu, l'Ether, dans lequel baignerait le cosmos. Dans ce cas, son lieu naturel se situe entre l'air et le feu, ou bien au-delà du feu. Mais le plus souvent, cet élément additionnel est rattaché tantôt à l'air, tantôt au feu.

Il existe également dans la tradition indienne puis ésotérique un cinquième Élément, parfois appelé Akasha, qui signifie, en sanskrit, éther ou esprit.

L'éther représente également ce cinquième Élément. On l'appelle aussi quintessence.

Application en biologie (La biologie, appelée couramment la « bio », est la science du vivant. Prise au sens large de science du vivant, elle recouvre une partie des sciences...)

De même que l'univers est divisé en quatre éléments, les êtres vivants sont classés en quatre règnes : minéral (les pierres sont considérées comme faisant partie des êtres vivants au Moyen Âge, sinon dans l’Antiquité), végétal, animal et humain. Les animaux sont eux-mêmes répartis en quatre catégories selon leur appartenance à l'un ou l’autre des quatre éléments. Il existera dans la pensée religieuse du Moyen Âge l'idée que plus on monte vers le ciel, plus on se rapproche de Dieu, et que plus on descend, plus on se rapproche du diable et de l’enfer. On trouve au sommet de la pyramide (Une pyramide (du grec pyramis) à n côtés est un polyèdre formé en reliant une base polygonale de n côtés à un point, appelé...) le phénix, un oiseau (Un oiseau (ou classe des Aves) est un animal tétrapode appartenant à l'embranchement des vertébrés. S'il existe près de 10 000 espèces d'oiseaux, très différentes...) fabuleux lié au feu, puis les oiseaux ordinaires, simples volatiles voyageant dans les airs, suivis des poissons nageant dans l’eau, pour terminer en bas de l'échelle par les quadrupèdes qui vivent sur l'élément terre. À l'intérieur d'une même catégorie animale, il existe également une hiérarchisation des êtres en fonction de l’élément dont ils se rapprochent le plus : les oiseaux incapables de voler et marchant sur le sol comme la poule (Poule est un nom vernaculaire ambigu en français. Une « poule » est une femelle de plusieurs espèces de galliformes, en particulier la poule domestique. Chez les autres espèces,...) sont moins bien considérés que le gibier d’eau comme le canard (Les canards sont des oiseaux aquatiques au bec caractéristique, domestiqués ou non. Le terme « canard » est un terme générique qui désigne des espèces qui...), proche de l'élément aquatique, lui-même moins noble que les oiseaux de plein ciel comme le passereau ou l’épervier.(Au Moyen Âge la fauconnerie, chasse noble par excellence était réservée à la noblesse). De la même manière, les poissons de fond tel que le turbot sont inférieurs aux poissons de surface (Une surface désigne généralement la couche superficielle d'un objet. Le terme a plusieurs acceptions, parfois objet géométrique, parfois...) et d’eau vive tel que le saumon (Le terme saumon est un nom vernaculaire ambigu désignant en français plusieurs espèces de poissons de la famille des salmonidés qui compte onze genres et soixante-six...). Les végétaux sont également généralement associés à la terre, mais les épices au feu. Une telle répartition entre les divers éléments existe également pour les minéraux.

Application en médecine (La médecine (du latin medicus, « qui guérit ») est la science et la pratique (l'art) étudiant l'organisation du corps humain (anatomie), son fonctionnement normal...)

Les médecins grecs comme Hippocrate (Hippocrate le Grand ou Hippocrate de Cos (en grec : Ἱπποκράτης), né vers 460 av. J.-C dans l’île de Cos et mort...) (v. 460-v. 370 av. J.C.) et Claude Galien (131-201 ap. J.C.) ont intégré la théorie des éléments, qu'Hippocrate a complétée par la théorie des humeurs, systématisée par Galien. Il s’agissait de la reprise d’une vieille conception grecque qui établissait une correspondance (La correspondance est un échange de courrier généralement prolongé sur une longue période. Le terme désigne des échanges de courrier personnels plutôt qu'administratifs.) entre le microcosme et le macrocosme, le corps humain (Le corps humain est la structure physique d'une personne.) étant le reflet (Un reflet est, en physique, l'image virtuelle formée par la réflexion spéculaire d'un objet sur une surface. La nature spéculaire de la réflexion est...) en miniature de l'univers. La physiologie humaine est commandée par les éléments dans leur transposition sous une forme organique (La chimie organique est une branche de la chimie concernant la description et l'étude d'une grande classe de molécules à base de carbone : les composés organiques.), qu’on appelle les quatre humeurs. Chaque humeur est dominée par un couple de qualités : la bile (La bile est un fluide jaune-verdâtre, basique (pH compris entre 7,6 et 8,6) qui favorise la digestion, plus spécifiquement celle des graisses. Elle est...) jaune (Il existe (au minimum) cinq définitions du jaune qui désignent à peu près la même couleur :) (colera en latin) est chaude et sèche comme le feu, la bile noire (colera nigra) est froide et sèche comme la terre, le flegme (flegma ou phlegma) est froid et humide comme l'eau, et le sang (Le sang est un tissu conjonctif liquide formé de populations cellulaires libres, dont le plasma est la substance fondamentale et est présent chez la plupart des animaux. Un humain adulte est doté...) (sanguis), contenant un peu des autres humeurs, est chaud et humide comme l'air.

théorie des humeurs élaborée par Hippocrate d'après la théorie des quatre éléments d'Aristote

De même que le chaos règne dans l'univers lorsque les éléments sont en déséquilibre, le corps humain va tomber malade lorsque l'une ou l'autre des humeurs se trouve en excès par rapport aux autres. La santé (La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité.) et la maladie (La maladie est une altération des fonctions ou de la santé d'un organisme vivant, animal ou végétal.) dépendent donc de l'équilibre des humeurs et de leur quantité. Chez l'homme (Un homme est un individu de sexe masculin adulte de l'espèce appelée Homme moderne (Homo sapiens) ou plus simplement « Homme ». Par distinction, l'homme prépubère est appelé un garçon,...) sain, la prédominance d'une humeur se nomme complexion et détermine le tempérament. À chaque humeur prédominante correspond un tempérament : bilieux ou colérique pour la bile jaune, sanguin pour le sang, flegmatique pour le phlegme et mélancolique pour la bile noire. Si le déséquilibre s'aggrave, il entraîne des maladies (chaudes, froides, sèches ou humides), que l'on guérit par l'administration d'un remède qui rétablit l'équilibre des humeurs : une maladie froide et humide, par exemple, requiert un remède chaud et sec (traitement par les contraires), ou encore un excès de sang sera traité par la saignée, traitement dont on usera et abusera sans discernement jusqu’aux début de l’époque moderne. Il existera aussi les tenant du traitement par les semblables dont on peut retrouver l’origine dans la médecine égyptienne et dont l’initiateur à l’époque moderne sera Paracelse dont les théories conduiront ultérieurement à l’apparition de l’homéopathie (L’homéopathie ou homœopathie (du grec όμοιος / hómoios, « similaire » et πάθος / páthos,...).

Notre civilisation a été profondément marquée par la théorie hippocratique des humeurs. Il en reste de nombreux témoins dans le langage courant: : "Être de bonne, ou de mauvaise humeur". Lorsqu'on définit une personne comme "sèche" ou "chaleureuse", lorsqu'on se sent "mélancolique", ou que l'on réagit avec "flegme" on fait, sans le savoir, de la médecine hippocratique.

Application en diététique (La diététique est la science de l'alimentation équilibrée. Si la nutrition se définit comme la science qui analyse les rapports entre la nourriture et la santé, la diététique y intègre...)

La maladie résultant du déséquilibre des humeurs peut s'éviter au moyen d'un programme d'équilibre entre complexion individuelle et monde extérieur. Cet équilibre passe avant tout par la diététique, discipline annexe de la médecine élaborée en particulier par Celse et Dioscoride au Ier siècle, et par Galien, en application de la théorie des humeurs d'Hippocrate. Pour les grecs de l’Antiquité la digestion (La digestion est le processus au cours duquel un organisme vivant reçoit du milieu extérieur des aliments (eau, molécules organiques et minéraux), les modifie afin de les transformer en nutriments et sélectionne les...) est une cuisson des aliments qui aboutit à la formation des humeurs. La composition en quatre éléments et quatre qualités s’applique en effet aux aliments, comme à toutes les autres matières de l’univers. Leur classification et leur répartition en ce qui correspond aux complexions et tempéraments a été réalisée à partir d'une observation (L’observation est l’action de suivi attentif des phénomènes, sans volonté de les modifier, à l’aide de moyens d’enquête et d’étude appropriés. Le plaisir procuré...) de simple bon sens des caractéristiques des aliments : le poivre (Le poivre est une épice obtenue à partir des baies de différentes espèces de poivriers, des plantes de la famille des...), la moutarde et les épices en général brûlent comme le feu (ils sont chauds et secs), la laitue (Les laitues (genre Lactuca) sont des plantes annuelles de la famille des Astéracées (Composées) dont certaines espèces sont cultivées pour...) et la pêche et certains fruits et légumes rafraîchissent comme l'eau (ils sont froids et humides). Accessoirement on classe aussi les aliments entre deux autres couples d’opposition le cuit et le cru, le doux et l’amer. Le Moyen Âge a également hiérarchisé les aliments de la même manière que les êtres vivants, suivant qu’ils sont proches de la terre, de l’eau ou du ciel. L'exemple des oiseaux et des poissons a été exposé au paragraphe biologie; Il peut être transposé aux plantes, une betterave (La betterave est une plante cultivée pour sa racine charnue utilisée comme légume dans l'alimentation humaine, comme plante fourragère et pour la production du sucre.), plus proche de la terre, comme ce qu’on appelait alors les racines (tubercules, navets, carottes…) sera plus suspecte et moins bien considérée que la cerise (La cerise est le fruit comestible du cerisier. C’est, après la fraise, le plus populaire des petits fruits rouges. Il s'agit d'un petit fruit charnu à noyau, de forme sphérique, de couleur généralement rouge...) qui est suspendue dans les airs...

Les qualités des aliments s’échelonnent en quatre degrés sur les deux axes principaux, celui du chaud et du froid et celui du sec et de l’humide. Cette complication de la théorie par l’ajout de degrés est l’œuvre de Galien qui a donné son architecture (L’architecture peut se définir comme l’art de bâtir des édifices.) finale à la théorie des humeurs. Le miel, par exemple, est chaud au premier degré (Le mot degré a plusieurs significations, il est notamment employé dans les domaines suivants :) et sec au deuxième degré. Ces qualités influent sur la façon dont l'aliment se transforme dans le corps et sur la qualité et la consistance des humeurs qu'elles engendrent dans l’organisme. La chaleur (Dans le langage courant, les mots chaleur et température ont souvent un sens équivalent : Quelle chaleur !) de la digestion les transforment en lymphe qui, elle-même, se transforme en humeurs ou agit sur leur qualité et leur équilibre.

Classification des qualités des aliments en quatre degrés pour chacune d'entre elles d'après la théorie des humeurs d'Hippocrate revue par Galien

Pour rester en bonne santé, au fil des saisons il faut avoir une nourriture équilibrée. Pour cela, certains médecins recommandent à leurs patients de consommer des aliments qui correspondent à leur tempérament, mais d'autres médecins conseillent de manger des aliments qui sont contraires au tempérament.

Par exemple, le Tacuinum Sanitatis (texte arabe du 11e siècle écrit par Ibn Butlan, traduit en latin au 13e siècle), le vin rouge (La couleur rouge répond à différentes définitions, selon le système chromatique dont on fait usage.) corsé (chaud et sec au 2e degré), comme la viande de lièvre (chaude et sèche au 2e degré) sont recommandés aux personnes âgées, aux flegmatiques et aux mélancoliques, de nature froide. Par contre, le poisson (Les Poissons sont une constellation du zodiaque traversée par le Soleil du 12 mars au 18 avril. Dans l'ordre du zodiaque, elle se situe entre le Verseau à l'ouest et le Bélier...) frais (froid et humide au 3e degré), les prunes ou les poires (froides au 1e degré et humides au 2e degré) conviennent plutôt aux colériques et aux sanguins, ainsi qu'aux jeunes, de tempérament chaud. La médecine hippocratique se méfie des fruits et des légumes crus : il est recommandé de cuire les aliments.
Il n’existe plus actuellement en Occident de tradition de médecine hippocratique. Mais il existe encore aujourd’hui en Inde des praticiens de médecine Yunâni qui se réclament de cet héritage.

La diététique hippocratique a dominé la médecine en Occident pendant plus de 2000 ans. Connaissance empirique, elle a été rejetée avec l’avènement de la chimie (La chimie est une science de la nature divisée en plusieurs spécialités, à l'instar de la physique et de la biologie avec lesquelles elle partage des espaces...) médicale avec la découverte des vitamines, des glucides ou des lipides, puis du cholestérol (Le cholestérol est un lipide de la famille des stérols qui joue un rôle central dans de nombreux processus biochimiques. Le cholestérol tire son nom du...). Mais cette doctrine médicale savante, est ensuite tombée dans le domaine populaire. Elle survit dans certaines pratiques culinaires (manger du melon avec du jambon cru, en début de repas, des poires au vin en dessert, boire un digestif en fin de repas) ou dans certains conseils diététiques de nos grands-mères (ne pas boire en mangeant). On trouve également une survivance des croyances hippocratiques chez certains théoriciens de l'alimentation saine et végétarienne.

Source: Wikipédia publiée sous licence CC-BY-SA 3.0. Vous pouvez soumettre une modification à cette définition sur cette page.

La liste des auteurs de cet article est disponible ici.