Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
 A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z | +
Ver parasite

Introduction

Le terme de vers parasites rassemble des espèces appartenant à de divers groupes des helminthes (divisés en plathelminthes ou vers plats et en némathelminthes ou vers ronds), comme les cestodes (ténia, bothryocéphale, etc.), les trématodes (douves) et les nématodes.

ankylostomes attaché à la muqueuse (Les muqueuses (du latin mucus) sont des minces couches de tissus d'origine ectodermique constituées de cellules épithéliales, et de tissu conjonctif sous-jacent qui se nomme chorion qui tapissent les cavités...) intestinale
2 vers du genre Enterobius (captés alors qu'ils émergeaient d'un anus (L'anus est l'orifice par lequel le rectum, la partie terminale du gros intestin (le côlon), abouche à l'extérieur du corps. L'anus est doté de sphincters lui permettant, en temps normal, de rester...)

De nombreuses espèces de vers sont parasites, mais la plupart ne le sont pas.
Par exemple, chez les Rhabditophores, qui font partie des plathelminthes, on trouve des vers libres ou parasites.

Les vers parasites ont besoin (Les besoins se situent au niveau de l'interaction entre l'individu et l'environnement. Il est souvent fait un classement des besoins humains en trois grandes catégories : les besoins...) d'un hôte, homme (Un homme est un individu de sexe masculin adulte de l'espèce appelée Homme moderne (Homo sapiens) ou plus simplement « Homme ». Par distinction, l'homme prépubère est appelé un...), animal (Un animal (du latin animus, esprit, ou principe vital) est, selon la classification classique, un être vivant hétérotrophe, c’est-à-dire qu’il se nourrit de substances organiques. On...) ou plante (Les plantes (Plantae Haeckel, 1866) sont des êtres pluricellulaires à la base de la chaîne alimentaire. Elles forment l'une des subdivisions (ou...).

Le ver (Les vers constituent un groupe très hétérogène d'animaux invertébrés qui partagent une caractéristique commune, à savoir un corps mou, flexible, de forme allongée et ne...) peut être un parasite intestinal tel l'Enterobius vermicularis (oxyure) ou Trichomonas intestinalis, un flagellé parasite du tube digestif chez l'Homme. Dans ce cas, le ver peut être absorbotrophe, il se nourrit par absorption ( En optique, l'absorption se réfère au processus par lequel l'énergie d'un photon est prise par une autre entité, par exemple, un atome qui fait une...) des nutriments à travers sa paroi externe.

On parle parfois, improprement, de vers parasites pour décrire certaines myases (car, au premier stade (Un stade (du grec ancien στ?διον stadion, du verbe ?στημι istêmi, « se tenir droit et ferme ») est un équipement sportif.) certaines larve (La larve est le premier stade de développement de l'individu après l'éclosion de l'œuf ou la naissance chez un grand nombre d'espèces animales, ayant un développement post-embryonnaire...) des mouches responsables de ces myases ont la forme de vers).

Maladies

Le ver parasite (Le terme de vers parasites rassemble des espèces appartenant à de divers groupes des helminthes (divisés en plathelminthes ou vers plats et en némathelminthes ou vers ronds), comme les cestodes (ténia, bothryocéphale,...) peut développer des maladies appelées « parasitoses », telles :

  • la dracunculose,
  • les distomatoses :
    • Clonorchis sinensis
    • Dicrocoelium dendriticum, petite douve du foie (Le foie est un organe abdominal impair et asymétrique, logé chez l'homme dans l'hypocondre droit, la loge sous-phrénique droite, la partie supérieure du...)
    • Fasciolopsis buski responsable de distomatose intestinale chez l'homme.
  • l'hydatidose :
    • Echinococcus granulosus,
  • Echinococcus multilocularis responsable de l'échinococcose alvéolaire
  • les Hymenolepididae responsables de tæniasis
  • l'ankylostomose :
    • Necator americanus responsable d'une ankylostomose humaine qui est un parasite obligatoire de l'espèce humaine.
  • la filariose :
    • la loase, une forme de filariose transmise par un taon.
  • Trichinella spiralis

Soigner avec des helminthes ?

Des recherches récentes ont efficacement testé la possibilité de traiter des maladies auto-immunes (inflammation de l'intestin), et peut-être bientôt diabète de type I, lupus, polyarthrite rhumatoïde...) en provoquant chez les malades des infections parasitaires à bas niveau. Des traitements de ce type (encore controversés) existent pour soigner la maladie de Crohn (La maladie de Crohn est une maladie inflammatoire chronique de l'ensemble du tube digestif, suspectée d'être de nature auto-immune.) et la colite ulcéreuse.
Ces travaux sont basés sur l'hypothèse ou la théorie que ces vers intestinaux pourraient tempérer des réponses immunitaires anormalement élevées, qui sans eux peuvent se retourner contre l'organisme en provoquant les pathologies auto-immunes qui ne semblent exister que dans les pays (Pays vient du latin pagus qui désignait une subdivision territoriale et tribale d'étendue restreinte (de l'ordre de quelques centaines de km²), subdivision de la...) riches et là où l'hygiène antiparasitaire est la plus poussée. Si cette hypothèse est bonne, il faudrait à l'avenir considérer la santé de la flore (La flore est l'ensemble des espèces végétales présentes dans un espace géographique ou un écosystème déterminé...) bactérienne intestinales de concert avec l'effet modulateur immunitaire de vers plus ou moins commensaux, et certains œufs de vers pourraient peut-être faire partie des probiotiques.

Les vers parasites semblent protéger leur hôte des maladies auto-immunes

Les immunologistes ont d'abord constaté que les maladies auto-immunes sont très rares dans les régions où les infections parasitaires intestinales sont fréquentes, et qu'elles sont au contraire les plus fréquentes chez les personnes n'ayant jamais déclaré de parasitoses intestinales.
Ils ont constaté des vers intestinaux amélioraient des paramètres biologiques et d'imagerie (L’imagerie consiste d'abord en la fabrication et le commerce des images physiques qui représentent des êtres ou des choses. La fabrication se faisait jadis soit...). On a d'abord pensé que la parasitose permettait soit de détourner l'action auto-immune des globules blancs contre les parasites plutôt que contre le propre système nerveux du patient (Dans le domaine de la médecine, le terme patient désigne couramment une personne recevant une attention médicale ou à qui est prodigué un soin.), soit de faire bénéficier indirectement l'organisme du patient de substances produites par les parasites pour se faire oublier du système immunitaire de l'hôte. En fait, c'est peut- être parce que le trio mammifères – bactéries intestinales – vers parasite a co-évolué depuis des millions d'années. On suppose que certains vers font en effet depuis très longtemps partie de l'écosystème intestinal et qu'ils pourraient même y jouer un rôle utile ;
Plusieurs espèces d'helminthes ont développé des interactions vitales (Les Vitales sont un ordre de plantes dicotylédones. Cet ordre a été réintroduit dans la Angiosperm Phylogeny Website et ne comprend qu'une seule famille :) avec nos bactéries intestinales ou celles d'autres mammifères.
Par exemple, les vers parasites du genre Trichuris sont des hôtes fréquents du gros intestin (L'intestin est la partie du système digestif qui s'étend de la sortie de l'estomac à l'anus. Chez les humains et la plupart des mammifères, il est divisé en...) de nombreux mammifères. Quand ils ne pullulent pas (on parle alors de « portage asymptomatique ») , ils semblent jouer un rôle actif dans l'entretien et la modulation du système immunitaire, comme le font certains virus (Un virus est une entité biologique qui nécessite une cellule hôte, dont il utilise les constituants pour se multiplier. Les virus existent sous une forme extracellulaire ou intracellulaire. Sous la forme...) (chez la souris (Le terme souris est un nom vernaculaire ambigu qui peut désigner, pour les francophones, avant tout l’espèce commune Mus musculus, connue aussi comme animal de compagnie ou de laboratoire, mais...), quand le système immunitaire est en formation) ou certaines bactéries (dont le prototype sont des bactéries filamenteuses segmentées qu'on ne sait pas cultiver, proche des clostridia). On a récemment montré que ces vers dépendent - totalement - de la flore bactérienne normale de leur hôte (dont E. coli) pour pouvoir se reproduire normalement dans le gros intestin. Les œufs des Trichuris qui infectent habituellement les souris, n'éclosent qu'en présence de cellules bactériennes, qui se regroupent autour (Autour est le nom que la nomenclature aviaire en langue française (mise à jour) donne à 31 espèces d'oiseaux qui, soit appartiennent au genre Accipiter, soit...) d'une petite ouverture de l'œuf, par laquelle le vers doit normalement sortir lors de l'éclosion. Sans ces bactéries l'éclosion avorte. On ignore si le vers rend des services aux bactéries, mais la présence de bactéries typiques du gros intestin pourrait être le signal ( Termes généraux Un signal est un message simplifié et généralement codé. Il existe sous forme d'objets ayant des formes particulières. Les signaux lumineux sont...) pour l'œuf qu'il est dans l'environnement (L'environnement est tout ce qui nous entoure. C'est l'ensemble des éléments naturels et artificiels au sein duquel se déroule la vie humaine. Avec les enjeux écologiques actuels, le terme environnement tend...) qui lui convient (la larve mourrait si elle éclosait dans l'estomac (L’estomac (en grec ancien στόμαχος) est la portion du tube digestif en forme de poche, située entre l’œsophage et le...) ou serait condamnée si elle apparaissait dans les selles expulsées).
Or, des Trichuris infectent environ 1 milliard (Un milliard (1 000 000 000) est l'entier naturel qui suit neuf cent quatre-vingt-dix-neuf millions neuf cent quatre-vingt-dix-neuf mille...) d'êtres humains, surtout en régions subtropicales, mais avec la plupart du temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.) un faible taux d'infestation par intestin. Cette situation (En géographie, la situation est un concept spatial permettant la localisation relative d'un espace par rapport à son environnement proche ou non. Il...) favoriserait la survie du parasite qui modulerait l'immunité de l'hôte à son propre avantage, comme le font les « bonnes bactéries » de l'intestin.

Source: Wikipédia publiée sous licence CC-BY-SA 3.0. Vous pouvez soumettre une modification à cette définition sur cette page.

La liste des auteurs de cet article est disponible ici.
Vendredi 23 Février 2018 à 00:00:10 - Vie et Terre - 5 commentaires
» Une bouffée d'air frais contre l'insomnie
Vendredi 23 Février 2018 à 00:00:08 - Physique - 1 commentaire
» Collimateurs: les gardes du corps du LHC
Jeudi 22 Février 2018 à 00:00:30 - Physique - 0 commentaire
» Quand les électrons partent en vrille