Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
 A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z | +
Déchet radioactif
Production de déchets de la filière électronucléaire
Production de déchets de la filière électronucléaire

Un déchet radioactif est une matière radioactive classifiée comme déchet. Les déchets radioactifs sont essentiellement issus de l'utilisation de l'énergie (Dans le sens commun l'énergie désigne tout ce qui permet d'effectuer un travail, fabriquer de la chaleur, de la lumière, de produire un mouvement.) nucléaire : médecine nucléaire (La médecine nucléaire est l'ensemble des applications médicales des radiotraceurs, ou sources radioactives non scellées.), production d'énergie, propulsion (La propulsion est le principe qui permet à un corps de se mouvoir dans son espace environnant. Elle fait appel à un propulseur qui transforme en force motrice l'énergie fournie par le milieu extérieur ou par un moteur.) navale ou fabrication d'armes atomiques. D'autres déchets radioactifs proviennent d'industries non nucléaires (extraction des terres rares (Les terres rares sont un groupe de métaux aux propriétés voisines comprenant le scandium 21Sc, l'yttrium 39Y et les quinze lanthanides.) par exemple) ou de l'utilisation passée d'éléments radioactifs dans l'industrie classique (paratonnerres à l'américium, peinture au tritium (Le tritium (T ou 3H) est - comme le deutérium - l'un des isotopes de l'hydrogène. Il possède 1 proton et 2 neutrons. Il a été mis en évidence en 1934, par Ernest Rutherford, dans la réaction...), etc.).

La plus grande partie des déchets radioactifs proviennent de l'industrie électronucléaire qui utilise et génère des matières radioactives dans les différentes étapes du cycle du combustible (Un combustible est une matière qui, en présence d'oxygène et d'énergie, peut se combiner à l'oxygène (qui sert de comburant) dans une réaction chimique...) nucléaire (Le terme d'énergie nucléaire recouvre deux sens selon le contexte :). La stratégie (La stratégie - du grec stratos qui signifie « armée » et ageîn qui signifie « conduire » - est :) de cycle diffère selon les pays (Pays vient du latin pagus qui désignait une subdivision territoriale et tribale d'étendue restreinte (de l'ordre de quelques centaines de km²), subdivision de la...) et les périodes : le combustible irradié (dont uranium (L'uranium est un élément chimique de symbole U et de numéro atomique 92. C'est un élément naturel assez fréquent : plus abondant que l'argent, autant que le molybdène ou l'arsenic, quatre fois moins abondant...) et plutonium) est soit considéré comme une matière (La matière est la substance qui compose tout corps ayant une réalité tangible. Ses trois états les plus communs sont l'état...) valorisable (recyclage partiel (Le mot partiel peut être employé comme :) des isotopes fissiles) soit comme un déchet (Un déchet (détritus, résidu..) est un objet en fin de vie ou une substance issue d'un processus, jugés devenus inutiles ou dangereux ou encombrants, et dont on veut se débarrasser.) (stockage direct).

En France, selon la définition (Une définition est un discours qui dit ce qu'est une chose ou ce que signifie un nom. D'où la division entre les définitions réelles et les définitions nominales.) de la loi, un déchet radioactif (Un déchet radioactif est une matière radioactive classifiée comme déchet. Les déchets radioactifs sont essentiellement issus de l'utilisation de l'énergie...) est une matière radioactive ne pouvant être réutilisée ou retraitée (dans les conditions techniques et économiques du moment).

Nature et classification des déchets radioactifs en France

Le système de classification des déchets radioactifs ne dépend pas directement de la façon dont sont générés les déchets. Ils sont classés notamment selon les deux critères suivants :

  • la durée de leur activité (Le terme d'activité peut désigner une profession.) radioactive, qui peut-être calculé à partir de la demi-vie (La demi-vie est le temps mis par une substance (médicament, noyau radioactif, ou autres) pour perdre la moitié de son activité pharmacologique, physiologique ou radioactive. En particulier, la demi-vie est le temps nécessaire pour...) et qui définit la durée de nuisance
  • le niveau de radioactivité (La radioactivité, phénomène qui fut découvert en 1896 par Henri Becquerel sur l'uranium et très vite confirmé par Marie...), qui conditionne la dangerosité des produits.

D'autres critères de classification font intervenir la dangerosité chimique et la nature physico-chimique des déchets.

A partir des critères internationalement reconnus, différents types de déchets ont été défini par l'Autorité de Sûreté Nucléaire (L'Autorité de sûreté nucléaire (ASN), est une autorité administrative indépendante française (AAI) qui assure, au nom de l'État, le contrôle de la...), chacun nécessitant une gestion différente :

  • les déchets de haute activité (HA) et les déchets de moyenne (La moyenne est une mesure statistique caractérisant les éléments d'un ensemble de quantités : elle exprime la grandeur qu'auraient chacun des membres de l'ensemble s'ils étaient tous identiques sans changer la...) activité et à vie (La vie est le nom donné :) longue (MAVL) : ce sont principalement les déchets issus du c?ur du réacteur (Un réacteur peut désigner :), hautement radioactifs pendant des centaines de milliers, voire millions d'années.
  • les déchets de faible et moyenne activité à vie courte (FMA-VC) : ce sont principalement les déchets technologiques (gants, combinaisons, outils, etc.) qui ont été contaminés pendant leur utilisation en centrale ou dans une installation du cycle. Leur nocivité ne dépasse pas 300 ans.
  • les déchets de très faible activité (TFA) : ce sont principalement des matériaux (Un matériau est une matière d'origine naturelle ou artificielle que l'homme façonne pour en faire des objets.) activés provenant du démantèlement de sites nucléaires : ferraille, gravats, béton (Le béton est un matériau de construction composite fabriqué à partir de granulats naturels (sable, gravillons) ou artificiels (granulats légers) agglomérés par un liant.)... Ils sont peu radioactifs mais les volumes attendus sont plus importants que ceux des autres catégories.
  • les déchets de faible activité à vie longue (FA-VL) : ce sont principalement des déchets radifères et les déchets graphites. Les déchets radifères sont issus de l?industrie du radium (Le radium est un élément chimique de symbole Ra et de numéro atomique 88.) et de ses dérivés, mais aussi de l'extraction des terres rares.

La loi française du 28 juin 2006 distingue les matières radioactives des déchets radioactifs. Les rejets d'effluents liquides et gazeux sont régis par des autorisations spécifiques. La gestion des résidus miniers, qui ne sont pas des déchets radioactifs mais relèvent du droit minier, est elle aussi encadrée par des normes de radioprotection (La radioprotection désigne l'ensemble des mesures prises pour assurer la protection de l'homme et de son environnement contre les effets néfastes des rayonnements ionisants.) du public. Dans le cadre de la stratégie de traitement des combustibles usés, l'uranium appauvri, l'uranium dit "de traitement" (ou de retraitement), le MOX (Le Combustible MOX (abréviation de mixed oxide) est un combustible nucléaire fabriqué à partir du plutonium et de l'uranium appauvri. Le terme MOX est l'abréviation de : "Mélange d'OXydes". Le...) usé, etc ne sont pas des déchets mais des matières valorisables.

En France, selon l'industrie nucléaire (L’industrie nucléaire comprend l'ensemble des procédés de transformation et des acteurs économiques qui utilisent les propriétés du noyau atomique. Dans le domaine civil, l'industrie nucléaire regroupe...), la production de déchets radioactifs française est d'environ 1 kg par an et par habitant. Selon le Réseau (Un réseau informatique est un ensemble d'équipements reliés entre eux pour échanger des informations. Par analogie avec un filet (un réseau est un « petit rets », c'est-à-dire un petit filet), on appelle...) Sortir du Nucléaire, il faudrait multiplier par 50, 100 ou plus la quantité (La quantité est un terme générique de la métrologie (compte, montant) ; un scalaire, vecteur, nombre d’objets ou d’une autre manière de dénommer la valeur d’une collection ou un groupe de choses.) annoncée pour approcher de l'ordre de grandeur réel. Cette estimation s'appuie sur une autre définition du déchet radioactif, incluant des matières qui ne sont pas classées comme déchet au regard de la loi française : combustible usé (plutonium et uranium), uranium appauvri et résidus miniers. En ce qui concerne les déchets de haute activité, le processus de séparation (D'une manière générale, le mot séparation désigne une action consistant à séparer quelque chose ou son résultat. Plus particulièrement il est employé dans...) sélective, via le traitement à La Hague, puis de vitrification produit des colis de déchets d'un volume (Le volume, en sciences physiques ou mathématiques, est une grandeur qui mesure l'extension d'un objet ou d'une partie de l'espace.) de l'ordre de 100 m3 par an dans le cas français, avec une réduction d'un facteur de 5 au moins par rapport aux concepts à l'étude dans le cas du stockage direct des combustibles usés.

Déchets de haute et moyenne activité à vie longue

Les déchets de haute activité sous forme chimique solide et stable (généralement des oxydes) sont bloqués dans une matrice vitreuse. Ils dégagent de la chaleur (Dans le langage courant, les mots chaleur et température ont souvent un sens équivalent : Quelle chaleur !) et sont donc entreposés dans des installations ventilées sur les sites de la Hague et de Marcoule (Créé en 1956, le site nucléaire de Marcoule s'étend sur les communes de Chusclan et Codolet, proches de Bagnols-sur-Cèze, dans le Gard. Ce site industriel, situé en bordure du Rhône entre Valence (110 km en amont) et Avignon (30 km en aval),...).

La France n'a pas encore défini de mode de gestion de long terme pour les déchets à haute activité et à vie longue. La loi Bataille du 30 décembre 1991 a organisé les recherches jusqu'en 2006 pour étudier trois axes de recherche :

  • séparation chimique et transmutation (La transmutation est la transformation d'un élément chimique en un autre par une modification du noyau atomique de l'élément. Elle est aussi appelée transmutation...),
  • stockage en couche géologique profonde définitif ou réversible,
  • entreposage de longue durée en surface (Une surface désigne généralement la couche superficielle d'un objet. Le terme a plusieurs acceptions, parfois objet géométrique, parfois...) ou subsurface.

Le stockage en couche géologique profonde est étudié par l'Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra). La loi du 28 juin 2006 confirme ce rôle de l'Andra et lui demande d'étudier la mise en service industriel d'un stockage réversible en couche géologique en 2025.

Jusqu'en 2006, les deux autres axes de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension métonymique, la recherche scientifique...) ont été confiés par la loi Bataille au CEA. La loi du 28 juin 2006 transfère à l'Andra la responsabilité des études sur l'entreposage.

Déchets de faible et moyenne activité

Les déchets FMA sont destinés à être stockés en France sur un site de surface. Ils sont d'abord solidifiés pour éviter la dispersion (La dispersion, en mécanique ondulatoire, est le phénomène affectant une onde dans un milieu dispersif, c'est-à-dire dans lequel les différentes fréquences constituant l'onde ne se...) de la radioactivité, puis enrobés de béton, de résine ou de bitume (Le bitume est une substance composée d'un mélange d'hydrocarbures, très visqueuse (voire solide) à la température ambiante et de...) pour éviter toute possibilité de réaction chimique et bloquer le déchet dans son conteneur (Dans le domaine du transport, un container (de l'anglais), parfois francisé en conteneur, est un caisson métallique, en forme de parallélépipède,...). Ils sont finalement placés dans des conteneurs métalliques ou en béton, de bonne résistance mécanique (Dans le langage courant, la mécanique est le domaine des machines, moteurs, véhicules, organes (engrenages, poulies, courroies, vilebrequins, arbres de...) et manipulables sans dispositions particulières de radioprotection.

Les conteneurs sont stockés en surface dans deux sites de l'Andra, aménagés pour le stockage de ces déchets :

  • le Centre de stockage de la Manche situé sur la commune de Beaumont-Hague, qui a accueilli les colis de déchets à partir de 1969, et est rempli depuis 1994. Il est aujourd?hui en phase (Le mot phase peut avoir plusieurs significations, il employé dans plusieurs domaines et principalement en physique :) de surveillance.
  • le Centre de stockage de l'Aube situé sur la commune de Soulaines-Dhuys, qui accueille depuis 1992 les déchets français pour environ 40 ans. Sa capacité de stockage est de 1 million (Un million (1 000 000) est l'entier naturel qui suit neuf cent quatre-vingt-dix-neuf mille neuf cent quatre-vingt-dix-neuf (999 999) et qui précède...) de m³, les fûts étant écrasés pour diminuer les volumes. Il est aujourd'hui en phase d'exploitation.

D'autres sites nucléaires français contiennent des déchets radioactifs de cette catégorie : Cadarache (Le centre de Cadarache est un centre de recherche nucléaire français situé dans les Bouches-du-Rhône, au confluent du Verdon et de la Durance sur un site de 1 625 hectares sur la commune de Saint-Paul-lès-Durance, à 35 km au...), Pierrelatte, ...

Déchets de très faible activité

Enlèvement de déchets TFA
Enlèvement de déchets TFA

Les déchets TFA, principalement issus du démantèlement, sont compactés et conditionnés en big-bags ou en caissons métalliques. Ils sont rangés dans des alvéoles creusées dans l'argile (L'argile (nom féminin) est une roche sédimentaire, composée pour une large part de minéraux spécifiques, silicates en général d'aluminium plus ou moins hydratés, qui présentent une...), dont le fond est aménagé pour recueillir d'éventuelles eaux infiltrées pendant toute la durée du stockage.

Depuis octobre 2003, certains colis de déchets TFA sont stockés en surface dans le centre de stockage de Morvilliers.

D'autres sites nucléaires détiennent ces déchets, notamment les centrales arrêtées de Brennilis et Superphénix (Superphénix est le nom du réacteur nucléaire de l'ex-centrale nucléaire de Creys-Malville sur la commune de Creys-Mépieu, dans...).

Déchets radifères et déchets graphites

Les déchets graphites sont essentiellement des déchets (non produits à l' heure (L’heure est une unité de mesure du temps. Le mot désigne aussi la grandeur elle-même, l'instant (l'« heure qu'il est »), y compris en sciences (« heure solaire »...) présente) qui proviendront du démantèlement des premières centrales CEA et EDF (filière graphite gaz). Ces déchets sont peu actifs mais ont une durée de vie longue. Par ailleurs, les déchets radifères sont émetteurs de radon (Le radon est un élément chimique du tableau périodique de symbole Rn et de numéro atomique 86. C'est un gaz rare, radioactif, d'origine naturelle, qui est principalement formé par la...), ce qui implique des contraintes d'exploitation (ventilation notamment) au cours de leur traitement . L'étude du conditionnement des déchets radifères et graphites est en cours.

Il est envisagé de stocker ces déchets en subsurface (quelques mètres de profondeur sous le niveau naturel, implanté dans une formation argileuse de très faible perméabilité) ou en profondeur (ancien puits de mine par exemple).

En attendant, ces déchets sont entreposés sur place, notamment dans les réacteurs arrêtés de type Uranium Naturel Graphite Gaz (Un gaz est un ensemble d'atomes ou de molécules très faiblement liés et quasi-indépendants. Dans l’état gazeux, la matière n'a pas de forme propre ni de...) de Chinon, Marcoule, Saint-Laurent et Bugey.

Production et gestion des déchets radioactifs en France

Producteurs et détenteurs de déchets radioactifs en France

Usine de retraitement de la Hague
Usine de retraitement de la Hague

La production de déchets radioactifs est majoritairement le fait de l'industrie électro-nucléaire, devant la recherche, l'armée et les industries non nucléaires : irradiation (En physique nucléaire, l'irradiation désigne l'action d'exposer (volontairement ou accidentellement) un organisme, une substance, d'un corps à un flux de...) médicale, extraction minière, centrales à charbon, etc. Les déchets de haute activité à vie longue sont essentiellement produits par l'industrie électro-nucléaire.

En France : plus de 1000 sites sont répertoriés détenteurs de déchets radioactifs (incluant toutes les catégories décrites ci-avant). Ces déchets sont répartis sur les sites suivants :

  • Les dépôts : centres de stockage Andra, entreposages de l'industrie nucléaire ou de l'armée ;
  • Les installations nucléaires en exploitation : centres d'études, centrales nucléaires, usines du cycle du combustible ;
  • Les installations nucléaires qui ne sont plus en activité ;
  • Les établissements de la Défense nationale : centres d'études, de production ou d'expérimentation (L'expérimentation est une méthode scientifique qui consiste à tester par des expériences répétées la validité d'une hypothèse et à obtenir des données quantitatives permettant de l'affiner. Elle est pratiquée par un...) de la force (Le mot force peut désigner un pouvoir mécanique sur les choses, et aussi, métaphoriquement, un pouvoir de la volonté ou encore une vertu morale « cardinale » équivalent au courage (cf. les articles...) de dissuasion ;
  • Les établissements utilisant des radionucléides : domaines médical, industriel et recherche ;
  • Les établissements industriels manipulants ou ayant manipulé des matières radioactives.

Principe de gestion des déchets radioactifs en France

La France n'a pas encore défini de mode de gestion pour tous les déchets. La loi Bataille du 30 décembre 1991 organisait les recherches jusqu'en 2006, année (Une année est une unité de temps exprimant la durée entre deux occurrences d'un évènement lié à la révolution de la Terre autour du Soleil.) au cours de laquelle une nouvelle loi (28 juin) affirme la complémentarité de l'entreposage et du stockage en couche géologique profonde.

En application du principe pollueur-payeur, la gestion des déchets est de la responsabilité du producteur. En application de la circulaire DGS/SD 7 D/DHOS/E 4 n° 2001-323 du 9 juillet 2001, les déchets radioactifs font l'objet (De manière générale, le mot objet (du latin objectum, 1361) désigne une entité définie dans un espace à trois dimensions, qui a une fonction précise, et qui peut être désigné par une étiquette verbale. Il est...) d'une demande d'enlèvement à l'IRSN (Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire). Pour permettre leur prise en charge (La charge utile (payload en anglais ; la charge payante) représente ce qui est effectivement transporté par un moyen de transport donné, et qui donne lieu à un paiement ou un bénéfice non pécuniaire pour être...), les demandes des producteurs de déchets sont accompagnées d'une description détaillée des caractéristiques du déchet lui-même et de son conditionnement.

L?Andra (Agence Nationale pour la Gestion des Déchets Radioactifs) conçoit et exploite les filières de stockage adaptées à chaque catégorie de déchets radioactifs. Cela se traduit par la collecte, le conditionnement, le stockage et la surveillance des déchets. Depuis la loi du 28 juin 2006, l'Andra a également en charge l'entreposage de longue durée. La gestion des déchets et des matières radioactives fait l'objet d'un plan national revu tous les 3 ans : le plan national de gestion des matières et déchets radioactifs (PNGMDR).

Aspects économiques de la gestion des déchets radioactifs en France

La Cour des comptes a rendu (Le rendu est un processus informatique calculant l'image 2D (équivalent d'une photographie) d'une scène créée dans un logiciel de modélisation 3D comportant à la fois des objets et des sources de...) en janvier 2005 un rapport sur "le démantèlement des installations nucléaires et la gestion des déchets radioactifs". Ce rapport s'intéresse notamment au financement de la gestion des déchets radioactifs. Les conclusions sont nuancées entre les 3 grands producteurs de déchets français. La Cour des Comptes indique que EDF ne dispose à la date de remise du rapport que d'un "embryon (Un embryon (du grec ancien ἔμϐρυον / émbruon) est un organisme en développement depuis la première division de l’œuf ou zygote jusqu’au stade où...) d'actifs dédiés par rapport à la masse (Le terme masse est utilisé pour désigner deux grandeurs attachées à un corps : l'une quantifie l'inertie du corps (la masse inerte) et l'autre la contribution du corps à la force de gravitation...) à financer". Les financements du CEA montrent des lacunes, tandis qu'Areva (Areva est un groupe industriel français spécialisé dans les métiers de l'énergie. Cette entreprise est présente au niveau...) semble anticiper correctement les charges futures.

En France, les déchets TFA et FMA-VC sont pris en charge par l?Andra dans des centres de stockage de surface. Les coûts de construction, d?exploitation et de fermeture (Le terme fermeture renvoie à :) de ces centres sont évalués par l?Andra, puis rapportés à la quantité de déchets stockés. Ces coûts sont ré-évalués périodiquement. Pour les déchets de très faible activité stockés dans le centre de stockage de Morvilliers, le coût s?élève à 270 ?/tonne [1]. Selon la Cour des Comptes, ce tarif pourrait s?élever dans le cas de la prise en charge de déchets de nature plus complexe. Les déchets de faible et moyenne activité à vie courte sont pris en charge dans les centres de la Manche jusqu?en 1994 et de l?Aube depuis. Les coûts de stockage sont en 2002 de 2 529 ? par m3. Les charges fixes représentent environ 80 % du coût total ( Total est la qualité de ce qui est complet, sans exception. D'un point de vue comptable, un total est le résultat d'une addition, c'est-à-dire une somme....).

Le financement de la gestion de ces déchets est réalisé par un paiement du producteur de déchets à l?Andra au moment de la livraison du colis. Cependant, en vertu du respect du principe pollueur-payeur, l?Andra ne devient pas propriétaire du déchet. Au terme du contrat pluri-annuel, la ré-évaluation du coût du stockage conduit à une révision du coût au colis et si nécessaire à des paiements complémentaires pour les colis déjà transférés.

Le financement de la gestion des déchets à vie longue est réalisé à travers la constitution de provisions dédiées au sein (Le sein (du latin sinus, « courbure, sinuosité, pli ») ou la poitrine dans son ensemble, constitue la région ventrale supérieure du...) des comptes des producteurs de déchets. Ce mode de financement permet de respecter pleinement le principe pollueur-payeur, mais fait reposer la garantie du financement sur les producteurs de déchets. Jusqu'en 2006, la vérification de l?adéquation entre le montant et la nature des provisions et le coût du stockage est réalisée par la Cour des Comptes. À ce titre, en 2005 elle publie un rapport avec les conclusions suivantes :

  • les sociétés du groupe Areva disposent d?un niveau d?actifs dédiés, que l?on peut estimer suffisant ;
  • EDF, du fait de son endettement, ne dispose que d?un embryon d?actifs dédiés par rapport à la masse à financer et tout repose sur sa capacité à disposer d?actifs suffisants ;
  • au CEA, deux fonds spécifiques ont été créés : un fonds pour les installations civiles par affectation d?une partie des dividendes et du capital d?Areva et un fonds pour les installations défense : le premier devra être ajusté aux besoins, tandis que le second est toujours en gestation (La gestation est un état fonctionnel particulier propre à la femelle de vivipare qui porte son ou ses petits dans son utérus, entre la nidation de l'œuf et la parturition (mise-bas ou accouchement). La...).

La loi du 28 juin 2006 sur la gestion durable des matières et déchets radioactifs précise les modalités d'évaluation du coût du stockage, du montant des provisions à constituer par les producteurs de déchets ainsi que les moyens de contrôle (Le mot contrôle peut avoir plusieurs sens. Il peut être employé comme synonyme d'examen, de vérification et de maîtrise.). La réévaluation des provisions est réalisée tous les 3 ans, avec une mise à jour (Une mise à jour, souvent abrégé en MAJ ou MàJ, est l'action qui consiste à mettre « à jour », ou bien « à niveau », un outil informatique, un service ou une...) annuelle si nécessaire. Le coût du stockage est évalué par l'Andra qui fournit une estimation au Ministre. La conversion de ce coût en provisions à passer (Le genre Passer a été créé par le zoologiste français Mathurin Jacques Brisson (1723-1806) en 1760.) au bilan des producteurs de déchets est réalisée par leurs commissaires aux comptes. Une Commission nationale d?évaluation du financement des charges de démantèlement des installations nucléaires de base et de gestion des combustibles usés et des déchets radioactifs est instituée par la loi du 28 juin 2006 avec la responsabilité d'assurer le contrôle des provisions des producteurs de déchets. La constitution du panel (Le panel est un groupe de personnes interrogées régulièrement sur leurs opinions ou leurs attitudes. Les personnes peuvent participer aux enquêtes par courrier, téléphone ou, de plus en plus souvent, via un site...) d'actifs dédié à la couverture des charges de démantèlement et de gestion des déchets radioactifs devra être réalisée dans un délai (Un délai est d'après le Wiktionnaire, « un temps accordé pour faire une chose, ou à l’expiration duquel on sera tenu de faire une certaine...) de 5 ans après la promulgation de la loi.

Déchets radioactifs produits par la production d'électricité (L’électricité est un phénomène physique dû aux différentes charges électriques de la matière, se manifestant par une énergie. L'électricité désigne également la branche de la physique qui étudie les phénomènes électriques...) d' origine nucléaire en France

Liminaire important: On ne parle dans la suite de ce paragraphe que des déchets nés de la production d'électricité à partir de la fission de l'uranium; ils représentent grossièrement 90% de l' ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble désigne intuitivement une collection d’objets (les éléments de l'ensemble), « une multitude qui peut être...) des déchets radioactifs évoqués ci-dessus.

Pour s' en tenir au cas de la France (la situation (En géographie, la situation est un concept spatial permettant la localisation relative d'un espace par rapport à son environnement proche ou non. Il inscrit un lieu dans un cadre plus...) diffère assez peu d'un pays mettant en oeuvre l'énergie nucléaire (Le terme d'énergie nucléaire recouvre deux sens selon le contexte :) pour produire de l' électricité à l' autre )on distingue 3 grands groupes de déchets générés par la production d' électricité d'origine nucléaire :

  • Les déchets résultants directement du procédé de fission de l'atome (Un atome (du grec ατομος, atomos, « que l'on ne peut diviser ») est la plus petite partie d'un corps simple pouvant se combiner...) proprement dit (dit aussi déchets de type C)
  • Les déchets technologiques liés au procédé de fission de l' atome (Un atome (grec ancien ἄτομος [atomos], « que l'on ne peut diviser ») est la plus petite partie d'un corps simple pouvant se combiner chimiquement avec une autre. La...) (dit aussi déchets de type B)
  • Les autres déchets d'origine diverses (dit aussi déchets de type A)

Déchets liés au procédé de fission de l'atome proprement dit

(on appelle aussi ces déchets: déchets de type C)

La réaction nucléaire (Une réaction nucléaire est une transformation d'un ou plusieurs noyaux atomiques, elle se distingue d'une réaction chimique qui concerne les électrons ou les liaisons entre les atomes. Dans une...) de fission de l' atome d'uranium 235 en chaîne (Le mot chaîne peut avoir plusieurs significations :) génère:

  • d'une part et principalement les produits de fission (PF) qui constituent à la fois la partie principale et la plus dangereuse des déchets du procédés
  • d'autre part en quantité nettement moindre un certain nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) de "gros atomes" non fissionnés (formés dans les réacteurs par capture (Une capture, dans le domaine de l'astronautique, est un processus par lequel un objet céleste, qui passe au voisinage d'un astre, est retenu dans la gravisphère de ce...) de neutrons par les "gros atomes" qui s'y trouvent-les fissions "ratées" en quelque sorte) qu'on appelle les actinides mineurs (on les dits mineurs car on ne sait pas qu' en faire en l'état actuel des techniques , mais les choses sont en évolution sur ce point (Graphie), cf un développement complémentaire ci-après)

Pour la France la quantité des déchets radioactifs "de procédé" -pour la production d' électricité- est la suivante : Produits de fission (PF: quantité nette (Le terme Nette est un nom vernaculaire attribué en français à plusieurs espèces de canards reconnaissablent à leurs calottes. Le terme est un emprunt au grec...) = 68 tonnes/an = 1,1 g / an / habitant Actinides mineurs (AMin): quantité nette = 1,85 tonne/ = 0,035 g/an/habitant Un fois conditionnés dans du verre (Le verre, dans le langage courant, désigne un matériau ou un alliage dur, fragile (cassant) et transparent au rayonnement visible. Le plus souvent, le...) et emballés la masse nette produite est grossièrement 5 fois supérieure soit donc :

  • PF = 340 tonnes/an = 10 g /an/habitant
  • AMin = 9,3 tonnes / an = 0,15 g/an/habitant

Les volumes sont les suivants: entre 100 m3/an et un grand maximun de 240 m3/an dépendant des performances du procédé de vitrification et de la taille des emballages (ceci comprend les PF et les actinides) soit donc un maximum de 0,004 litre (Le litre (du grec λίτρα lítra, ancienne mesure de capacité – une livre de douze onces – égale...) / an / habitant

Pour une même quantité d' énergie électrique (Un apport d'énergie électrique à un système électrotechnique est nécessaire pour qu'il effectue un travail : déplacer une charge, fournir de la lumière, calculer. Ce travail est proportionnel à la quantité...) produite, même si des progrès technologiques (augmentation du rendement thermodynamique (On peut définir la thermodynamique de deux façons simples : la science de la chaleur et des machines thermiques ou la science des grands systèmes en équilibre. La première définition est aussi la première dans l'histoire. La seconde...) des réacteurs; transmutation des déchets en corps stables; optimisation du conditionnement) sont possible pour réduire un peu les quantités ci-dessus il est clairement exclu que les quantités de déchets du procédé strictement dit puissent être significativement réduites, les quantités "conditionnées emballées" peuvent sans doute l'être davantage mais au-delà d'un facteur 2à3 par rapport aux quantités actuellement produites cela semble vraiment très difficile et pratiquement exclu.

Déchets "technologiques" directement liés au procédé de fission

Ces déchets sont généralement assez fortement radio-actif(on les appelle aussi déchets de type B). Par exemple typiquement les tubes en zirconium dans lesquelles se trouve le combustible lorsqu'il est en réacteur ou certaines structures des réacteurs ou usine spécialement radioactifs. Le volume total de ces déchets technologiques de type B dans la situation finale de conditionnement (emballage définitif compris) est de l'ordre de 4500 m3/an ( = 0,075 litre/an/habitant); la masse sur la base d'une densité (La densité ou densité relative d'un corps est le rapport de sa masse volumique à la masse volumique d'un corps pris comme...) estimée de 2,5 est de 1800 tonne/(= 30 g/an/habitant) Bien que des efforts soient faits et faisables il semble exclu qu'on puisse diviser par plus de 3à5 les quantités ci-dessus

Les autres déchets technologiques divers liés à l'exploitation des centrales et usines

On les appelle également: déchets de type A (produits chimiques, tenues de travail, outils, bétons ferrailles etc ...) . Il s'agit là de substances très diverses dont certaines ne sont pratiquement pas radioactives mais se trouve classées "déchets" simplement parce qu'elles proviennent d'un site ou d'un bâtiment ou d?un local réputé contenir de la radioactivité (on appelle cela le " zonage déchet " sur les sites nucléaires).

Le volume est le suivant: actuellement 15000 m3/an (0,25 litre/an/habitant) il y a quelques années 30000 m3/an (0,5 litre/an/habitant) (EDF maîtrise (La maîtrise est un grade ou un diplôme universitaire correspondant au grade ou titre de « maître ». Il existe dans plusieurs pays et...) beaucoup mieux son procédé maintenant qu'il y a 20 ans) La masse est voisine de 1000 - 10 - 30 = 940 g/an/habitant = 56400 tonnes/an ) De gros efforts ont été faits par EDF et sont encore possible pour réduire le volume et la masse de ces déchets, ceci explique très clairement les réductions de production annoncées par EDF (on a même parlé d' un facteur 5 !!). Il est difficile de fixer un seuil minimal en deçà duquel il sera impossible de descendre, en outre il est clair que si des ennuis d' exploitation sont rencontrés les quantités peuvent également ré augmenter transitoirement CE

Les produits de fission (PF) et actinides mineurs (AMin) générés dans les réacteurs nucléaires

Nature des produits de fission (PF) générés dans les réacteurs nucléaires

Pour l? essentiel, la fission de l? atome d?uranium 235 (235 nucléons + 1 neutron (Le neutron est une particule subatomique. Comme son nom l'indique, le neutron est neutre et n'a donc pas de charge électrique (ni positive, ni négative). Les neutrons, avec les protons, sont les constituants du noyau de l'atome. Pour un atome,...) provoquant la fission) génère deux atomes instables de taille inégale + 2 ou 3 neutrons : Le nombre de nucléons des atomes instables produits va de - 78 à 109 nucléons pour la première partie (le 1er atome instable) - et de 125 à 155 pour l?autre partie ( le 2ème atome instable)

A l?intérieur de ce total, la majorité des atomes instables produits (probabilité de formation du nucléon (Le terme nucléon désigne de façon générique les composants du noyau atomique, i.e. les protons et les neutrons qui sont tous deux des baryons. Le nombre de nucléons par atome est...) > 0,5 % , le total représentant plus de 97 % des PF formés) vont de - 84 à 105 nucléons pour la première partie (le 1er atome instable) - et de 129 à 149 pour l?autre partie ( le 2ème atome instable)

L?atome d?uranium fissionné + le neutron provoquant la fission comportent initialement 92 protons et 143+1 neutrons dont 2,5 sont émis quasiment instantanément lors des fissions. Dès lors les deux atomes instables formés lors de la fission contiennent au total : - 92 protons - 141,5 neutrons qui se répartissent entre les deux atomes instables formés On peut voir ainsi que les deux atomes instables formés contiennent un nombre excessif de neutrons par rapport aux radio-isotopes stables (entre 3 et 5 neutrons "de trop" par rapport à la stabilité.

Une fois les premiers instants post fission passés ou des neutrons dits "retardés" peuvent se trouver émis (quelques secondes post l'instant (L'instant désigne le plus petit élément constitutif du temps. L'instant n'est pas intervalle de temps. Il ne peut donc être...) de la fission), les corps instables formés lors de la fission vont progressivement rallier la situation de stabilité par émissions successives d? électrons (rayonnement bêta) accompagnées de rayonnements électromagnétiques correspondant aux différents niveaux d?énergie du cortège électronique desdits atomes

Il est important de noter qu?au cours du ralliement vers la situation stable ?sauf cas rarissimes- le nombre total de nucléons des atomes instables initialement formés ne change pas ; seul le nombre de protons augmente par transformation successive de neutron en proton (Le proton est une particule subatomique portant une charge électrique élémentaire positive.) avec émission d?un électron (L'électron est une particule élémentaire de la famille des leptons, et possèdant une charge électrique élémentaire de signe négatif. C'est un des composants de l'atome.) à chaque fois et libération d?énergie sous forme de rayonnement (Le rayonnement, synonyme de radiation en physique, désigne le processus d'émission ou de transmission d'énergie impliquant une particule porteuse.) gamma

Ces considérants un peu techniques expliquent pourquoi les PF sont - très généralement émetteurs bêta - trés souvent émetteur gamma - rarement émetteurs alpha et uniquement en résultante d?une désintégration d? émetteur bêta débouchant sur un corps quasi stable existant à l? état de nature lui-même émetteur alpha

A noter également que les fissions du plutonium (Le plutonium est un métal lourd de symbole chimique Pu et de numéro atomique 94, très dense — approximativement 1,74 fois plus lourd que le plomb — radioactif et...) 239 formés se produisent pas exactement les mêmes proportions d' atomes des différents types, même si les ordres de grandeurs sont grossièrement les mêmes. Ce explique pourquoi il est souvent trés difficile d'expliquer simplement la nature et surtout les quantités de corps formés par fission dans l' ensemble des réacteurs et pour toutes les énergies (ou usures) des combustibles utilisés.

Compte tenu des éléments ci-dessus les produits de fission de période supérieure à 10 ans qui se trouvent -à terme- contenus dans les verres du stockage géologique sont en définitive les suivants :

- Environ 73 % du total des atomes formés lors de la fission des PF sont des corps solides stables ou des résidus des corps de période inférieure à 10 ans qui disparaissent rapidement à échelle historiquement gérable et dont la liste n? est pas tracée ici.

- Environ 10 % du total des atomes formés lors de la fission sont des radio-isotopes naturels de période supérieure à 100 milliards d? années ; ce sont :

  • Le néodyme 144 pour en gros 3,2 % des atomes initialement formés par fission émetteur alpha
  • Le zirconium 96 pour en gros 3,2 % des atomes initialement formés par fission très certainement émetteur béta
  • Le rubidium 87 pour en gros 1,36  % des atomes initialement formés par fission émetteur béta
  • Les samariums 147 et 149 pour en gros 1,85 % des atomes initialement formés par fission émetteur alpha

Bien qu? émetteurs alpha pour certains ces corps ne sont pas spécialement gênants car:

  • Leur activité est très faible
  • Le dégagement de chaleur et d?hélium (L'hélium est un gaz noble ou gaz rare, pratiquement inerte. De numéro atomique 2, il ouvre la série des gaz nobles dans le tableau...) est également très faible

ils peuvent de facto être considérés comme des corps stables

- Environ 7 % du total des atomes formés lors de la fission sont des radio-isotopes à vie moyenne de période supérieure à 10 ans et inférieure à 100 ans ; ce sont :

  • Le césium (Le césium est un élément chimique de symbole Cs et de numéro atomique 55.) 137 de période 30,2 ans pour en gros 3,2 % des atomes initialement formés par fission émetteur bêta gamma
  • Le strontium 90 de période 28,1 ans pour en gros 2,9 % des atomes initialement formés par fission émetteur bêta gamma
  • Le krypton 85 de période 10,8 ans pour en gros 0,2 % à 0,7 % des atomes initialement formés par fission émetteur bêta, ne se retrouve pas dans le stockage géologique mais séparé à l? usine de retraitement de La Hague (*)
  • Le samarium 151 de période 93 ans pour en gros 0,24 % des atomes initialement formés par fission émetteur bêta
  • Enfin, pour être complet, on doit mentionner l? étain 121 métastable période 76 ans et le cadmium (Le cadmium est un élément chimique de symbole Cd et de numéro atomique 48.) 113 métastable période 14 ans qui sont produits à hauteur (La hauteur a plusieurs significations suivant le domaine abordé.) de moins de 0,01 % des PF initialement formés

A noter que seuls le samarium 151 période 93 ans (0,24 % des atomes initialement formés par fission) et pour mémoire (D'une manière générale, la mémoire est le stockage de l'information. C'est aussi le souvenir d'une information.) l?étain 121 métastable période 76 ans (moins de 0,01%) peuvent être considérés comme à la limite d?une gestion historique humaine.

(*)Le Krypton 85 est un rejet gazeux de l' usine de La Hague. A ce titre il a fait évidemment l' objet d'un nombre assez important d' études précises et de mesure des quantités produites par fission et rejetées qui conduisent à des rejets significativement inférieurs aux quantités qu' on peut déduire des rendements de fission Suivant les rendements de fission, la quantité de krypton 85 produite lors des fissions serait donc sensiblement de 68 000 * 0,002 * 85 / 116,8 = 100 kg/an grossièrement alors même que la comptabilisation des réjets gazeux ne boucle bizarrement pas le bilan.

http://www.laradioactivite.com/pages/07_nucleaire/02_ret_comb/02_effluents.htm

http://www.sfen.org/fr/societe/environnement/rejetsrad.htm

- Environ 10 % du total des atomes formés lors de la fission sont des radio-isotopes à vie très longue qui représentent véritablement la radioactivité résiduelle à long terme due aux produits de fission, ils sont au nombre de 7 ; ce sont

  • Le zirconium 93 de période 1,5 millions d? années pour en gros 3,2 % des atomes initialement formés par fission émetteur bêta, sachant qu'une quantité complémentaire nettement plus faible est formée par irradiation neutronique du zirconium des gaines dont un infime partie est adjointe au produits de fission du fait du procédé de cisaillage des gaines éffectué à l' usine de La Hague
  • Le césium 135 de période 3 millions d? années pour en gros 3,2 % des atomes initialement formés par fission émetteur bêta
  • Le technétium 99 de période 212 mille ans pour en gros 3,0 % des atomes initialement formés émetteur bêta
  • L? iode (L'iode est un élément chimique de la famille des halogènes, de symbole I et de numéro atomique 53.) 129 de période 18 millions d?années pour en gros 0,49 % des atomes initialement formés émetteur bêta
  • L?étain 126 de période 100 000 ans pour en gros 0,10 % des atomes initialement formés par fission émetteur bêta
  • Le palladium 107 de période 18 millions d?années pour en gros 0,05  % des atomes initialement formés par fission émetteur bêta
  • Le sélénium 79 de période 65 000 ans pour en gros 0,02 % des atomes initialement formés par fission émetteur bêta

Pour ces corps dont la durée de vie est sans rapport avec les échelles de temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.) historiques la solution nominale actuelle consiste à les confiner dans une matrice adaptée (mélangés aux autres PF ci-dessus) et les placer au stockage géologique Des études et évaluations économiques sont en cours pour examiner dans qu?elles conditions il est possible de transmuter ces 7 corps en corps à vie courte

Quantités de produits de fission générés dans les réacteurs nucléaires électrogènes français (masses et volumes)

Les quantités de PF produites par les réacteurs électrogènes français sont les suivantes :

1,06 gramme (Le gramme est une unité de masse du Système international (l'unité de base est le kilogramme) et du système CGS. L'abréviation du gramme est g.) d' atomes lourds fissionnés (majoritairement de l' uranium 235) représente en gros 1 MWjour de chaleur produite, Donc dans le cas de la France , on fissionne par an en gros:

- 58 (tranches) *1000 (MWélectrique en moyenne par tranche) * 3 (rendement) * 365,25 (jours/an) *1,06 = 67 628 000 grammes d'atomes lourds fissionnés - ça fait donc 68 tonnes de produits de fission/ an et 1,1 gramme de produit de fission par an et par habitant (il n 'est pas physiquement possible qu 'il en aille autrement ...)

Un fois conditionnés dans du verre et emballés en conteneur étanche en acier inoxydable (Les aciers inoxydables jouent un grand rôle dans d'innombrables domaines : vie quotidienne, industrie mécanique, agroalimentaire, chimie, transports, médecine, chirurgie, etc. Ce sont des...), la masse totale produite est grossièrement 6à7 fois supérieure; soit donc :

PF conditionnés en vue (La vue est le sens qui permet d'observer et d'analyser l'environnement par la réception et l'interprétation des rayonnements lumineux.) du stockage géologique = 440 tonnes/an = 7,4 g /an/habitant

L? estimation ci-dessus est majorante , d?autres évaluations plus précises donnent plutôt 4,5 g / an / habitant, conditionnement et emballage compris, mais l? ordre de grandeur est correct

Sur la base d'une densité moyenne de 3, le volume correspondant est de 150 m3/an soit 0,0025 litre / an / habitant

Nature des actinides mineurs (AMin) générés dans les réacteurs nucléaires électrogènes français

Pour simplifier l'exposé -au niveau du présent wikipedia on appelle "actinides" tous les corps simples comportant un nombre de nucléons supérieur ou égal à 230. On appelle "actinides majeurs" l' uranium, le plutonium (et le thorium pour mémoire); on dit "majeurs" parce que ces corps sont potentiellement utilisables dans les réacteurs. Les autres actinides sont dits "mineurs"

Dans les réacteurs nucléaires à eau (L’eau est un composé chimique ubiquitaire sur la Terre, essentiel pour tous les organismes vivants connus.) sous-pression tels qu?ils existent en France des corps de nombre nucléons supérieurs à 235 sont formés suites aux captures de neutrons par les gros atomes présents qui ne donnent pas lieu à fission (les fissions "ratées" en quelque sorte). Outre le plutonium un certain nombre d?actinides mineurs sont ainsi formés.

Ce sont les corps suivants: neptunium ? américium ? curium.

Ils se trouvent mélangés aux PF à l?issue du traitement de séparation chimique de l? uranium et du plutonium fait à l? usine de La Hague et dans la solution nominale actuelle, ils se trouvent -à terme- dans les verres mélangés à l' ensemble des PF solides.

On distingue :

D?une part les AMin à vie moyenne pour environ 35 % du total qui sont les suivants :

- L?américium 241 émetteur alpha de période 458 ans pour environ 32 % du total des AMin formés,

- Le curium 244 émetteur alpha de période 17,6 ans pour environ 3,1 % du total des AMin formés,

- L?américium 242 métastable de période 152 ans pour environ 0,1 % du total des AMin formés,

- Ces AMin à vie moyenne sont considérés comme gênants pour les raisons suivantes :

  • Leur contribution à la chaleur dégagée n?est pas négligeable
  • La production d?hélium associée est néfaste à la cohésion du verre
  • Le rayonnement est alpha

- Des réflexions et travaux de recherche sont en cours actuellement pour décider de la meilleure façon de traiter ces AMin à vie courte ou moyenne et notamment l? américium 241 prépondérant

D?autre part les AMin à vie longue pour environ 65 % du total qui sont les suivants :

  • Le neptunium 237 émetteur alpha de période 2,14 millions d? années pour environ 50 % du total des AMin formés
  • L?américium 243 émetteur alpha de période 7 370 ans pour environ 14,5 % du total des AMin formés,
  • Le curium 245 émetteur alpha de période 9 300 ans pour environ 0,17 % du total des AMin formés,
  • Le curium 246 émetteur alpha de période 5 500 ans pour environ 0,03  % du total des AMin formés,

Ces AMin à vie longue posent pas réellement de problème au niveau du stockage géologique et sont traités de façon similaire aux 7 PF à vie longue évoqués ci-avant

Quantités d' actinides mineurs (AMin) produites dans les réacteurs nucléaires électrogènes français (masses et volumes)

Les actinides mineurs représentent grossièrement

  • en masse environ 2,8 % de l? ensemble PF + AMin
  • en nombre d? atomes formés environ 1,4% du total PF + AMin

Soit donc quantité nette = 0,028 * 68 = 1,85 tonne/an = 0,031 g/an/habitant

Un fois conditionnés dans du verre et emballés, la masse totale produite est grossièrement 6à7 fois supérieure soit donc :

Actinides mineurs conditionnés en vue du stockage géologique = 12,1 tonnes / an = 0,2 g/an/habitant

Le volume produit est confondu avec celui correspondant aux PF évoqué ci-dessus

Volume des déchets

En France, le scénario privilégié en 2006 par EDF est le retraitement de l?ensemble des matières valorisables, à court terme sous la forme de MOX et d?URE (Uranium de REtraitement), à plus long terme dans des réacteurs nucléaires avancés soumis à R&D. Dans ce cadre, l?Andra produit l?inventaire des déchets à fin 2004.

Volume de déchets radioactifs à fin 2004 en m³ équivalent conditionné (France)[2]
Type de déchet Volume
HA-VL 1 851
MA-VL 45 518
FA-VL 47 124
FMA-VC 793 726 (dont 695 048 stockés)
TFA 144 498 (dont 16 644 stockés)
Sans catégorie 589
Total 1 033 306 (dont 711 692 stockés)

En France, l?inventaire de l?Andra évalue ces stocks (à fin 2004).

Volume de matières radioactives valorisables à fin 2004 (France)[3]
Type de matière Volume
Stock d?uranium appauvri issu des usines d?enrichissement 240 000 t
En-cours d?hexafluorure d?uranium dans les usines d?enrichissement 3 100 t
Combustible en utilisation dans les centrales EDF (tous types), en tonnes de métal lourd (La notion d'élément-traces métalliques, ou ETM (anciennement métaux lourds), est actuellement une notion relativement floue, sans définition scientifique, technique ou juridique qui soit unanimement...) 4 955 t
Combustibles usés à l?oxyde (Un oxyde est un composé de l'oxygène avec un élément moins électronégatif, c'est-à-dire tous sauf le fluor. Oxyde désigne également l'ion oxyde O2-.) d?uranium EDF en attente de traitement, en tonnes de métal (Un métal est un élément chimique qui peut perdre des électrons pour former des cations et former des liaisons métalliques ainsi que des liaisons ioniques...) lourd 10 700 t
Uranium de traitement enrichi (URE) 200 t
Mixtes Uranium - Plutonium (MOX) 700 t
Uranium de retraitement (part française EDF, AREVA, CEA) 18 000 t
Combustible du réacteur Superphénix (part française) 75 t
Combustible du réacteur EL4 de Brennilis (propriété CEA et EDF) 49 t
Plutonium non irradié, d?origine électronucléaire ou recherche (part française) 48,8 t
Combustibles de recherche du CEA civil 63 t
Combustibles de la Défense 35 t
Thorium (stocks du CEA et de RHODIA) 33 300 t
Matières en suspension ( Le fait de suspendre des particules En chimie, la suspension désigne une dispersion de particule. En géomorphologie, la suspension est un mode de transport des sédiments. Le fait de suspendre un objet En...) (stock de RHODIA) 19 585 t

Les matières utilisées pour la fabrication des armes ou au titre de stocks stratégiques sont couvertes par le secret-défense. Elles ne sont donc pas recensés dans l?inventaire français réalisé par l?Andra.

Déchets radioactifs hors de France

Déchets radioactifs en Belgique

Selon les estimations basées sur les données (Dans les technologies de l'information (TI), une donnée est une description élémentaire, souvent codée, d'une chose, d'une transaction d'affaire, d'un événement, etc.) disponibles au 1er janvier 2001, la quantité de déchets conditionnés que l'ONDRAF aura à gérer d'ici 2070 est estimée aux volumes suivants :

  • 70.500 m³ de déchets à faible activité et courte durée de vie ;
  • 8.900 m³ de déchets d'activité moyenne ;
  • de 2.100 à 4.700 m³ de déchets de haute et très haute activité.

Pour les déchets de faible activité, l'ONDRAF a étudié, avec des partenariats locaux, des projets de stockage en surface ou en couche géologique (Mol, Dessel, Fleurus). Après un vote du conseil communal de Fleurus qui a mis fin au processus de consultation engagé dans cette commune, le gouvernement a décidé le 23 juin 2006 de retenir la candidature de la commune de Dessel (Partenariat Stora).

Pour les déchets incompatibles avec un stockage en surface (longue durée de vie et haute activité), un stockage géologique dans une couche d'argile est à l'étude. Un laboratoire souterrain[4] existe à Mol depuis une vingtaine d'années. Le financement du stockage profond repose sur la distinction d?un coût fixe et d?un coût variable (En mathématiques et en logique, une variable est représentée par un symbole. Elle est utilisée pour marquer un rôle dans une formule, un prédicat ou un algorithme. ...). Le coût variable est dû au moment de la production du déchet. En revanche, le coût fixe est financé, quelle que soit la quantité de déchets produite in fine, par le mécanisme de garantie contractuelle. Cette approche prudente assure, d?une part la capacité de financement de l?ensemble des déchets produits à date, d?autre part l?absence d?impact financier des déchets à produire.

Déchets radioactifs en Suisse

Les 5 centrales nucléaires suisses produisent annuellement 700 kg de plutonium. La Suisse envoie son combustible irradié dans les usines de retraitement de la Hague en France et de Sellafield (Le site de Sellafield est le principal complexe de la filière électronucléaire britannique. Initialement nommé Windscale, il a été rebaptisé Sellafield à la suite d'un grave accident dans l'un de ses...) en Angleterre (L’Angleterre (England en anglais) est l'une des quatre nations constitutives du Royaume-Uni. Elle est de loin la plus peuplée, avec 50 763 000 habitants (en 2006), qui...).

NAGRA exploite depuis 2001 une installation d'entreposage à Würenlingen (ZWILAG) et envisage un stockage géologique dans le granite ou dans l'argile.

Un laboratoire de recherche est en service dans l'argile du Mont-Terri dans le Jura.

Déchets radioactifs aux États-Unis

Déchets nucléaires aux USA
Déchets nucléaires aux USA

De très nombreux sites de stockage en surface pour déchets de faible activité sont en opération aux USA (voir carte).

Un stockage géologique dans une couche de sel (WIPP - Waste Isolation Pilot Plan) est en service depuis 1999 pour des déchets de moyenne activité d'origine militaire (Carlsbad - Nouveau Mexique).

Les États-Unis étudient la possibilité d'enfouissement définitif des combustibles usés (déchets fortement radioactifs ou à longue durée de vie) dans le tuf volcanique du site de Yucca Mountain (Nevada). Ce site pourrait recevoir 70 000 tonnes environ.

Aux États-Unis, le financement est réalisé à travers l?abondement d?un fond d?état par une redevance sur le prix de l?électricité. Ce mode de financement dé-responsabilise le producteur de déchet en en transférant la charge sur l?état. Dans ce cadre, l?état est garant du financement de la gestion des déchets.

Déchets radioactifs en Allemagne

La recherche d'un site de stockage géologique est en cours. Diverses expérimentations ont eu lieu à Gorleben (couche de sel), Konrad (mine de fer), Asse, etc

Déchets radioactifs en Suède

La solution retenue est celle du stockage géologique dans le granite. Des laboratoires souterrains existent (HRL de Aspo).

Un centre d'entreposage en subsurface est en service depuis 1985 (CLAB).

(sv) et (en) * http://www.skb.se/

Déchets radioactifs en Australie (L’Australie (officiellement Commonwealth d’Australie) est un pays de l’hémisphère Sud dont la superficie couvre la plus grande partie de l'Océanie. En...)

L'Australie a développé le Synroc pour contenir les déchets nucléaires. Le Synroc est une sorte de roche (La roche, du latin populaire rocca, désigne tout matériau constitutif de l'écorce terrestre. Tout matériau entrant dans la composition du sous-sol est formé par un assemblage...) synthétique (Synthetic Rock), inventé en 1978 par le professeur Ted Ringwood de l'Australian National University. Cette technologie (Le mot technologie possède deux acceptions de fait :) est utilisée par l'armée américaine pour confiner ses déchets.

http://www.arpansa.gov.au/ (Australian Radiation (Le rayonnement est un transfert d'énergie sous forme d'ondes ou de particules, qui peut se produire par rayonnement électromagnétique (par exemple : infrarouge) ou par une désintégration (par exemple :...) Protection and Nuclear Safety Agency, agence fédérale) Proposed National Radioactive Waste Repository (version archivée par Internet (Internet est le réseau informatique mondial qui rend accessibles au public des services variés comme le courrier électronique, la messagerie instantanée et...) Archive)

Déchets radioactifs au Japon

Deux laboratoires sont en cours de réalisation :

  • sur l'île (Une île est une étendue de terre entourée d'eau, que cette eau soit celle d'un cours d'eau, d'un lac ou d'une mer. Son étymologie latine, insula, a donné l'adjectif...) d'Honshu (géologie cristalline),
  • sur l'île d'Hokkaido (sédiments non argileux).

Déchets radioactifs en Finlande

  • Site d'expérimentation Onkalo,
  • Site granitique d'Olkiluoto.

Déchets radioactifs au Canada

Depuis 1984, expérimentation dans le laboratoire du lac (En limnologie, un lac est une grande étendue d'eau située dans un continent où il suffit que la profondeur, la superficie, ou le volume soit suffisant...) Bonnet (granit) qui devrait être bientôt fermé.

Déchets radioactifs en Slovaquie

Aspects économiques de la gestion des déchets en Slovaquie

La Slovaquie dispose d?un fonds d?état pour le démantèlement des installations nucléaires et la gestion du combustible usé et des déchets radioactifs. Ce fonds est alimenté par le propriétaire des centrales nucléaires qui verse chaque année 6,8% du prix de vente de l?électricité commercialisée par les centrales et 350 000 Sk par MW de puissance (Le mot puissance est employé dans plusieurs domaines avec une signification particulière :) électrique installée. Le ministère de l?Économie nationale est responsable du fonds. Le mode de calcul de la redevance conduit à une dépendance du montant de l?abondement annuel au prix de l?électricité.

Eléments historiques et divers

L' immersion des déchets radioactifs en mer (Le terme de mer recouvre plusieurs réalités.)

Au cours des années 1950, une partie des déchets provenant des centrales nucléaires européennes et américaines ont été jetés à partir de navires dans l?Atlantique et entre les îles anglo-normandes et le cap de la Hague.

En effet, durant une première phase du développement de l? usage (L’usage est l'action de se servir de quelque chose.) de l? énergie nucléaire a prévalu l? idée que la dispersion large dans l? environnement (L'environnement est tout ce qui nous entoure. C'est l'ensemble des éléments naturels et artificiels au sein duquel se déroule la vie humaine. Avec les enjeux...) d?une partie des déchets radioactifs de faible activité pouvait être une solution pour le long terme.

Bien que cette option aît été fortement controversée même durant sa mise en ?uvre ; jusqu?en 1982, plus de 100 000 tonnes de déchets radioactifs ont été déversés dans des conteneurs en béton, au fond des océans (Océans stylisé Ωcéans est un documentaire français réalisé par Jacques Perrin et Jacques Cluzaud dont le tournage a commencé...) ?en atlantique principalement- par une douzaine de pays dont principalement :

  • L?Angleterre (76,55%) ,
  • La Suisse (9,64 %),
  • Les USA (7,67%) ,
  • La Belgique (4,63%)
  • L?URSS..(proportion non connue).
  • La France (0,77 %) a cessé ces dépôts sous-marins en 1973

Certains conteneurs devaient rester étanches environ 500 ans (alors que les déchets sont actifs des milliers d?années)... délais nécessaire pour ramener leur activité à une valeur telle que leur dispersion dans la mer ne pose pas de problème. Cela étant une partie d'entre eux sont fissurés ou ouverts 29 ans après leur immersion.

Le 12 mai 1993, les parties contractantes de la Convention internationale de Londres (Londres (en anglais : London - /?l?nd?n/) est la capitale ainsi que la plus grande ville d'Angleterre et du Royaume-Uni. Fondée il y a plus de 2 000 ans par les Romains, la ville est aujourd'hui devenue un centre culturel,...) ont voté l?interdiction définitive du déversement en mer de déchets radioactifs. Depuis, les déchets sont gérés dans la majorité des cas en centres de stockage.

Les rejets en mer des usines de retraitement

Les rejets d'effluents radioactifs des usines de la Hague et de Sellafield constituent une pollution radioactive (La contamination radioactive est la contamination générée par la radioactivité. Elle peut avoir plusieurs origines :) tant par la quantité de radioactivité relâchée dans l'environnment que par la nature des radioéléments rejetés. [réf. nécessaire]

Le réacteur naturel d' Oklo

Le Réacteur nucléaire (Un réacteur nucléaire est un dispositif dans lequel une réaction en chaîne est initiée, modérée et contrôlée par l'humain — ou...) naturel d'Oklo au Gabon a fonctionné naturellement pendant des milliers d'années, et a produit des éléments radioactifs semblables à ceux que l'on trouve dans le combustible irradié (transuraniens, produits de fission notamment).

L'envoi des déchets radioactifs dans le soleil (Le Soleil (Sol en latin, Helios ou Ήλιος en grec) est l'étoile centrale du système solaire. Dans la classification astronomique, c'est une étoile de type naine jaune, et composée d'hydrogène...)

L' envoi des déchets radioactifs de type C (déchets HAVL = Haute Activité Vie Longue) ; c'est-à-dire les produits de fission (PF) et les actinides mineurs (AMin) dans l' espace est une possibilité quelquefois évoquée pour les éliminer de la biosphère (La notion de biosphère désigne à la fois un espace et un processus auto-entretenu (jusqu'à ce jour et depuis plus de 3 milliards d'années) sur la planète Terre, et qu'on ne connait que sur cette planète ; Le processus est celui...). Toutefois cette solution reste assez théorique pour les raisons suivantes:

  • Ceci ne pourrait éventuellement concerner que les PF etles AMin
  • Le prix est un obstacle majeur : une fusée (Fusée peut faire référence à :) Ariane V coûte 150 Millions d'euros
  • La quantités: 340 tonnes/an (avec le conditionnement et les emballages) pour la seule France, bien plus que la capacité d'une fusée actuelle ( à titre d'exemple, la fusée Ariane V met 10 tonnes maximum en orbite (En mécanique céleste, une orbite est la trajectoire que dessine dans l'espace un corps autour d'un autre corps sous l'effet de la gravitation.) solaire, soit 15 Millions d'euros par tonne ( La tonne représente différentes unités de mesure ; Une tonne est un grand et large tonneau ; Une tonne-pompe est un fourgon d'incendie ; En zoologie, la tonne cannelée est un mollusque gastéropode. ...) de déchets emballés et 34 lancements/an ); or aujourd'huie le coût du stockage profond géologique est de 150 000 euros par tonne, donc environ 100 fois moins cher
  • Le risque de voir les emballages retomber en cas d'incident après le lancement n'est pas négligeable, mais il y a surtout le risque de voir la fusée exploser au lancement et porter les conteneurs à très forte température : sur ce point on a évoqué le fait que l'on pourrait à long terme imaginer des fusées à ergol (Un ergol, dans le domaine de l'astronautique, est une substance homogène employée seule ou en association avec d'autres substances et destinée à fournir de l'énergie. Les ergols sont les...) non capable d' exploser (fusée à eau vaporisée par chauffage (Le chauffage est l'action de transmettre de l'énergie thermique à un objet, un matériau.) laser (Un laser est un appareil émettant de la lumière (rayonnement électromagnétique) amplifiée par émission stimulée. Le terme laser...) depuis le sol)
  • La nécessité de trouver des orbites non encombrées capables de recevoir le train (Un train est un véhicule guidé circulant sur des rails. Un train est composé de plusieurs voitures (pour transporter des personnes) et/ou de plusieurs wagons (pour...) des déchets en question envoyés dans le Soleil (ou Mercure?) sachant qu'aujourd'hui l'encombrement de l'espace par des déchets de natures diverses posent déjà un problème

Néanmoins, certaines sondes spatiales emportent déjà avec elles du combustible pour leur procurer de l'énergie, à l'instar de Cassini (La mission Cassini-Huygens est une mission spatiale automatique réalisée en collaboration par le Jet Propulsion Laboratory (JPL), l'Agence spatiale européenne (ESA) et l'Agence spatiale italienne (ASI). Son objectif est...), New Horizon (Conceptuellement, l’horizon est la limite de ce que l'on peut observer, du fait de sa propre position ou situation. Ce concept simple se décline en physique,...) et Ulysse. 50kg de Plutonium ( à 82% du Pu 238) sont donc dans l'espace, sans espoir de retour. Mais l'envoi de déchets dans l'espace semble être une perspective lointaine, devant faire face à un certains nombres de difficultés, notamment liées au coût d'une telle entreprise.

Notes et références

Source: Wikipédia publiée sous licence CC-BY-SA 3.0.

Vous pouvez soumettre une modification à cette définition sur cette page. La liste des auteurs de cet article est disponible ici.
Page générée en 0.019 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - Informations légales