Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
 A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z | +
Henri Cartan

Henri Cartan, fils d'Élie Cartan et de Marie-Louise Bianconi, est un mathématicien français, né le 8 juillet 1904 à Nancy. Il est couramment considéré comme l'un des mathématiciens français les plus influents de son époque. Il est connu pour ses travaux sur les fonctions de plusieurs variables complexes, la topologie (La topologie est une branche des mathématiques concernant l'étude des déformations spatiales par des transformations continues (sans arrachages ni recollement des structures).) (faisceaux, complexes d'Eilenberg-Mac Lane) et l'algèbre (L'algèbre, mot d'origine arabe al-jabr (الجبر), est la branche des mathématiques qui étudie, d'une façon générale, les structures algébriques.) homologique. Il a été un des membres fondateurs du groupe Bourbaki.

Études

Selon ses propres dires[1], Henri Cartan (Henri Cartan, fils d'Élie Cartan et de Marie-Louise Bianconi, est un mathématicien français, né le 8 juillet 1904 à Nancy. Il est couramment considéré comme l'un des mathématiciens français les plus influents de son époque. Il est...) fut intéressé très jeune par les mathématiques, mais sans être pour autant influencé par son père.

Henri Cartan suivit des études secondaires au Lycée Hoche à Versailles. En 1923, il entra à l'École normale supérieure de la rue (La rue est un espace de circulation dans la ville qui dessert les logements et les lieux d'activité économique. Elle met en relation et structure les...) d'Ulm (Paris). Il connut André Weil, entré en 1922 à l'age de 16 ans. Henri Cartan obtint son doctorat (Le doctorat (du latin doctorem, de doctum, supin de docere, enseigner) est généralement le grade universitaire le plus élevé. Le titulaire de ce grade...) en 1928 sous la direction de Paul Montel : sa thèse (Une thèse (du nom grec thesis, se traduisant par « action de poser ») est l'affirmation ou la prise de position d'un locuteur, à l'égard du sujet ou du thème qu'il évoque.) portait sur l'analyse complexe.

En 1928, il enseigna au Lycée de Caen, puis au Lycée de Lille. Mais Cartan resta attaché à l'École normale. L'une des salles du second sous-sol du département de mathématiques de l'ENS porte aujourd'hui son nom.

Vie (La vie est le nom donné :)

En 1931, il devint professeur à Strasbourg. Suite à une publication sur les les domaines cerclés, Henri Cartan fut invité en Allemagne à Münster en mai 1931. Il rencontra alors Heinrich Behnke ; ils devinrent amis. Il fut de nouveau invité en Allemagne en 1937. Le 14 janvier 1935 eut lieu la première réunion des futurs (Futurs est une collection de science-fiction des Éditions de l'Aurore.) membres du groupe Bourbaki. Le premier congrès se tint en Besse-en-Chandesse en juillet. Furent notamment présents Szolem Mandelbrojt, Jean Dieudonné, Claude Chevalley et André Weil :

This was the beginning of a mathematical renewal. [...] Almost all I know in mathematics I learned from and with the Bourbaki group.

En septembre 1939 éclata la Seconde ( Seconde est le féminin de l'adjectif second, qui vient immédiatement après le premier ou qui s'ajoute à quelque chose de nature identique. La seconde est une unité de...) Guerre mondiale. Suite à l'évacuation de Strasbourg (date nécessaire), Henri Cartan enseigna un an à Clermont-Ferrand. En novembre 1940, il fut nommé professeur de mathématiques générales à la Faculté des sciences de Paris (Paris est une ville française, capitale de la France et le chef-lieu de la région d’Île-de-France. Cette ville est construite sur une boucle de la Seine, au...), délégué à l'ENS. Son frère, le physicien (Un physicien est un scientifique qui étudie le champ de la physique, c'est-à-dire la science analysant les constituants fondamentaux de l'univers et...) Louis Cartan, fut résistant durant l'Occupation. Il fut arrêté et déporté en février 1943 ; condamné à mort (La mort est l'état définitif d'un organisme biologique qui cesse de vivre (même si on a pu parler de la mort dans un sens cosmique plus général, incluant par exemple la mort des...) en aout, et il fut exécuté en décembre de la même année (Une année est une unité de temps exprimant la durée entre deux occurrences d'un évènement lié à la révolution de la Terre autour du Soleil.). Henri apprit sa mort en mai 1945, à la fin de la guerre. Il est à noter qu'Henri continua à garder des contacts en Allemagne durant cette période. Il facilita à la fin de la guerre le rapprochement entre mathématiciens français et allemands[réf. nécessaire].

En novembre 1946, Henri Cartan visita l'Institut (Un institut est une organisation permanente créée dans un certain but. C'est habituellement une institution de recherche. Par exemple, le Perimeter Institute for Theoretical Physics est un tel institut.) de Recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension métonymique, la recherche scientifique désigne également le...) d'Oberwolfach. En janvier 1948, il fut invité à l'université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la production du savoir (recherche), sa conservation et sa transmission...) de Chicago (Chicago est une mégapole des États-Unis, située dans la partie nord du Middle West, à 1 280 kilomètres à l'ouest de New York et à plus de 3 200 kilomètres au nord-est de Los Angeles. C'est la plus...) par Weil. Il rencontra alors Eilenberg. Il visita l'université de Harvard de février à mai. En 1950, il devient président de la Société Mathématique (Les mathématiques constituent un domaine de connaissances abstraites construites à l'aide de raisonnements logiques sur des concepts tels que les nombres, les figures, les structures et les...) de France.

De 1969 à 1975, il a été professeur à Orsay. À l'École normale, il dirigea les célèbres séminaires Cartan entre 1948 et 1964.

De 1967 à 1970, il est le président de l'Union mathématique internationale. Il a été élu membre de l'Académie des sciences (Une académie des sciences est une société savante dont le rôle est de promouvoir la recherche scientifique en réunissant certains des chercheurs les plus éminents, en tenant des séances au cours desquelles des travaux sont...) le 28 janvier 1974, et depuis est devenu membre de diverses académies.

Il a pris sa retraite en 1975.

Combat politique

En 1974, Cartan s'engagea pour la libération du mathématicien (Un mathématicien est au sens restreint un chercheur en mathématiques, par extension toute personne faisant des mathématiques la base de son activité principale. Ce terme recouvre une large palette de...) russe Leonid Plyushch, retenu par les autorités soviétiques dans un hopital psychiatrique. Il organisa un appel à la signature à Vancouver. Il fonda à l'occasion le comité des mathématiciens, qui rencontra à plusieurs reprises la Ligue des Droits de l'Homme (Un homme est un individu de sexe masculin adulte de l'espèce appelée Homme moderne (Homo sapiens) ou plus simplement « Homme ». Par distinction, l'homme prépubère est...) de Paris. Leonid Plyushch fut libéré en janvier 1976. Le comité défendit par la suite différents mathématiciens dans le monde (Le mot monde peut désigner :), dont les positions politiques les mettait en danger. Aujourd'hui existe le Comité de Défense des Hommes de Science (La science (latin scientia, « connaissance ») est, d'après le dictionnaire Le Robert, « Ce que l'on sait pour l'avoir...).

Sur le plan politique, Henri Cartan défend l'idée d'un fédéralisme européen. De 1974 à 1985, il a été Président du Mouvement fédéraliste européen. En 1984, il se présente comme candidat pour le Parlement Européen et il conduit la "Liste pour les États-Unis d?Europe (L’Europe est une région terrestre qui peut être considérée comme un continent à part entière, mais aussi comme...)" aux élections européennes, recueillant 0,4% des suffrages exprimés.

Distinctions

  • Médaille d'or du CNRS (Le Centre national de la recherche scientifique, plus connu sous son sigle CNRS, est le plus grand organisme de recherche scientifique public français (EPST).) en 1976.
  • Prix Wolf de mathématiques en 1980.
  • Prix Pagels de l'Académie (Une académie est une assemblée de gens de lettres, de savants et/ou d'artistes reconnus par leurs pairs, qui a pour mission de veiller aux usages dans leurs disciplines respectives et de publier des ouvrages tels que des dictionnaires, des...) des sciences de New-York pour son engagement politique en faveur de la reconnaissance des droits de l'homme.

Travaux

Il a travaillé entre autres sur les fonctions de variables complexes, la théorie (Le mot théorie vient du mot grec theorein, qui signifie « contempler, observer, examiner ». Dans le langage courant, une théorie est une idée ou une connaissance spéculative, souvent basée sur...) des faisceaux et l'algèbre homologique.

Il a notamment publié le livre Homological Algebra, avec Samuel Eilenberg.

Source: Wikipédia publiée sous licence CC-BY-SA 3.0.

Vous pouvez soumettre une modification à cette définition sur cette page. La liste des auteurs de cet article est disponible ici.
Archives des News
  Juillet 2018
  Juin 2018
  Mai 2018
  Avril 2018
  Toutes les archives

Samedi 14 Juillet 2018 à 12:00:17 - Multimédia - 1 commentaire
» L'Internet des Objets spatial décolle
Page générée en 0.150 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - Informations légales