Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Posté par Isabelle le Mercredi 02/05/2012 à 12:40
Une molécule traite le comportement autistique chez la souris
Une molécule ciblant l'action du glutamate, une substance chimique du cerveau, réduit deux symptômes centraux de l'autisme que sont le comportement répétitif et le manque de sociabilité dans un modèle de la maladie chez la souris. Comme des médicaments inhibant les effets du glutamate sont déjà en cours d'essais cliniques chez l'homme (Un homme est un individu de sexe masculin adulte de l'espèce appelée Homme moderne (Homo sapiens) ou plus simplement « Homme ». Par distinction, l'homme...) pour d'autres troubles tels que le syndrome (Un syndrome est un ensemble de signes cliniques et de symptômes qu'un patient est susceptible de présenter lors de certaines maladies, ou bien dans des circonstances cliniques d'écart à la norme pas...) de l'X fragile, ils pourraient aussi être testés chez les patients autistes.

Chez les mammifères, les neurones contenant le glutamate contrôlent les comportements répétitif et social. Le GRN-529 est une molécule (Une molécule est un assemblage chimique électriquement neutre d'au moins deux atomes, qui peut exister à l'état libre, et qui représente la plus petite quantité de matière possédant les...) qui régule (Les régules sont des alliages d'étain ou de plomb et d'antimoine.) la quantité (La quantité est un terme générique de la métrologie (compte, montant) ; un scalaire, vecteur, nombre d’objets ou d’une autre manière de dénommer la...) de glutamate libéré dans le cerveau (Le cerveau est le principal organe du système nerveux central des animaux. Le cerveau traite les informations en provenance des sens, contrôle de nombreuses fonctions du corps, dont la...). Il agit sur le récepteur mGlurR5. Jill Silverman et ses collègues ont testé les effets du GRN-529 dans des expériences portant sur une souche consanguine particulière de souris (Le terme souris est un nom vernaculaire ambigu qui peut désigner, pour les francophones, avant tout l’espèce commune Mus musculus, connue aussi comme animal de compagnie ou de laboratoire, mais aussi de nombreuses espèces...). Ces animaux, contrairement aux autres modèles de l'autisme (Le terme autisme tend a désigner aujourd'hui un trouble affectant la personne dans trois domaines principaux:) chez la souris, présentent un comportement clair de type autistique, dont des interactions sociales anormales, des modes de communication (La communication concerne aussi bien l'homme (communication intra-psychique, interpersonnelle, groupale...) que l'animal (communication intra- ou inter- espèces) ou la machine...) perturbés et un autotoilettage répétitif.

L'équipe a injecté le produit dans le cerveau des souris et trouvé que cela réduisait les comportements répétitifs et palliait en partie le manque frappant de sociabilité des animaux. Le traitement n'a pas amélioré la communication des souris, ce qui suggère que le récepteur mGluR5 n'est pas impliqué dans des tâches comportementales complexes. L'équipe a reproduit cet effet positif du GRN-529 dans deux expériences séparées avec les souris dans deux laboratoires différents. Le résultat obtenu est en faveur du développement d'essais cliniques pour tester l'effet de médicaments inhibant l'action du glutamate chez des personnes atteintes d'autisme.

Un article Focus associé relève cependant qu'il y a de nombreuses raisons pour qu'un médicament (Un médicament est une substance ou une composition présentée comme possédant des propriétés curatives, préventives ou administrée en vue d'établir un diagnostic. Un...) efficace chez l'animal (Un animal (du latin animus, esprit, ou principe vital) est, selon la classification classique, un être vivant hétérotrophe, c’est-à-dire qu’il se nourrit de substances organiques. On...) ne le soit pas chez l'homme, et pour que de premiers résultats cliniques prometteurs n'aboutissent pas à un traitement actif. Ces restrictions en tête, les auteurs espèrent cependant que des traitements pour l'autisme émergeront de ces travaux et d'autres à venir.


Référence:

"Negative Allosteric Modulation of the mGluR5 Receptor Reduces Repetitive Behaviors and Rescues Social Deficits in Mouse Models of Autism" par J.L. Silverman, M.N. Karras, S.M. Turner, S.S. Tolu et J.N. Crawley du National Institute of Mental Health à Bethesda, MD ; D.G. Smith, S.J. Sukoff Rizzo, D.K. Bryce, D.L. Smith, K. Fonseca et R.H. Ring du Pfizer Worldwide Research and Development (Development est une revue scientifique bimensuelle à comité de lecture couvrant tous les champs de la génétique évolutive du développement allant de la biologie cellulaire, des cellules souches, la...) à Groton, CT ; R.H. Ring de l'Autism Speaks à Princeton, NJ; Science (La science (latin scientia, « connaissance ») est, d'après le dictionnaire Le Robert, « Ce que l'on sait pour l'avoir appris, ce que l'on tient pour vrai au sens...) Translational Medicine, 25 avril 2012.


Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: Science Translational Medicine, AAAS & EurekAlert