Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Posté par Adrien le Vendredi 20/07/2012 à 12:00
Un médicament qui détruit uniquement les cellules souches cancéreuses
Une équipe de chercheurs de l'Université McMaster (Ontario, Canada) à découvert que la thioridazine, médicament généralement utilisée en tant qu'antipsychotique, tue efficacement les cellules souches cancéreuses chez l'homme sans les effets secondaires des traitements conventionnels du cancer (Le cancer est une maladie caractérisée par une prolifération cellulaire anormalement importante au sein d'un tissu normal de l'organisme, de telle manière que la survie de ce dernier est menacée. Ces...). Selon les auteurs de l'étude, l'aspect exceptionnel de la thioridazine vient du mode d'élimination des cellules souches cancéreuses ; celle-ci les transforme en cellules non cancéreuses. De plus, contrairement à la chimiothérapie (La chimiothérapie est l'usage de certaines substances chimiques pour traiter une maladie. C'est une technique de traitement à part entière au même titre que la chirurgie. La première utilisation connue de la...) et aux traitements par radiations, la thioridazine semble n'avoir aucun effet sur les cellules souches normales.

Le mode de fonctionnement de la thioridazine passe par les récepteurs de dopamine situés en surface (Une surface désigne généralement la couche superficielle d'un objet. Le terme a plusieurs acceptions, parfois objet géométrique, parfois frontière physique, et est souvent abusivement confondu avec sa...) des cellules cancéreuses des patients atteints de leucémie (La leucémie (du grec leukos, blanc, et haima, sang), ou leucose, est un cancer des cellules de la moelle osseuse (les cellules de la moelle produisent...) ou de cancer du sein (Le sein (du latin sinus, « courbure, sinuosité, pli ») ou la poitrine dans son ensemble, constitue la région ventrale supérieure du torse d'un animal, et en particulier celle des mammifères qui...). Cela implique qu'il serait possible de l'utiliser en tant que bio-marqueur permettant ainsi une détection précoce et un traitement dans les cas de cancer du sein et dès les premiers signes de progression de la leucémie.

La prochaine étape de l'étude sera d'étudier l'efficacité du médicament (Un médicament est une substance ou une composition présentée comme possédant des propriétés curatives, préventives ou administrée en vue d'établir un diagnostic. Un...) sur d'autres types de cancer et d'organiser des tests cliniques, en se focalisant sur les patients atteints de leucémie myéloïde (Le terme myéloïde renvoie à une substance qui prend naissance dans la moelle osseuse, ou qui ressemble au matériel de cette moelle.) aiguë dont la maladie (La maladie est une altération des fonctions ou de la santé d'un organisme vivant, animal ou végétal.) est revenue après chimiothérapie. Les chercheurs désirent notamment savoir si ce médicament peut entraîner la rémission du cancer et empêcher celui-ci de réapparaître. Les chercheurs ont déjà conçu le programme de ces tests cliniques. Les chercheurs de l'Université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la production du savoir (recherche), sa conservation...) McMaster ont utilisé un système entièrement automatisé permettant de tester plus d'une douzaine de composés différents simultanément. L'équipe va également étudier plusieurs autres molécules ayant de forts potentiels.

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: BE Canada numéro 407 (3/07/2012) - Ambassade de France au Canada / ADIT - http://www.bulletins-electroniques.com/ ... /70441.htm