Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Posté par Adrien le Mardi 16/12/2014 à 00:00
Identification d'une protéine qui contrôle le "gardien du génome"

Tarik Möröy
Une nouvelle étude publiée dans la revue scientifique Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America (PNAS) apporte un nouvel éclairage sur un mécanisme bien connu requis pour la réponse immunitaire. Des chercheurs à l'Institut (Un institut est une organisation permanente créée dans un certain but. C'est habituellement une institution de recherche. Par exemple, le Perimeter Institute for Theoretical Physics...) de recherches cliniques de Montréal (Montréal est à la fois région administrative et métropole du Québec[2]. Cette grande agglomération canadienne constitue un centre majeur du commerce, de l'industrie, de la culture, de la...) (IRCM) affilié à l'Université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la production du savoir (recherche), sa conservation et sa transmission (études supérieures). Aux États-Unis,...) de Montréal, dirigés par Tarik Möröy, Ph. D., ont identifié une protéine (Une protéine est une macromolécule biologique composée par une ou plusieurs chaîne(s) d'acides aminés liés entre eux par des liaisons peptidiques. En...) qui contrôle (Le mot contrôle peut avoir plusieurs sens. Il peut être employé comme synonyme d'examen, de vérification et de maîtrise.) l'activité (Le terme d'activité peut désigner une profession.) de p53, une protéine suppressive de tumeurs, connue sous le nom de " gardien du génome ".

Les chercheurs ont étudié le développement des cellules B et T, soit des lymphocytes (ou cellules immunitaires) qui jouent un rôle central dans la protection du corps contre les infections causées par les virus (Un virus est une entité biologique qui nécessite une cellule hôte, dont il utilise les constituants pour se multiplier. Les virus existent sous une forme extracellulaire ou intracellulaire. Sous la forme...), les bactéries (Les bactéries (Bacteria) sont des organismes vivants unicellulaires procaryotes, caractérisées par une absence de noyau et d'organites. La plupart des...) ou d'autres agents microbiens.

" Lors de leur développement, ces lymphocytes doivent apprendre à reconnaître différents pathogènes dans le corps. Ce processus implique, entre autres, la rupture (Ruptures est le second album de la série de science-fiction Orbital constituée de diptyques, dessiné par Serge Pellé et écrit par Sylvain Runberg, sorti en juin 2007 par les éditions...) et la réorganisation des gènes responsables de produire les récepteurs des lymphocytes qui reconnaissent les pathogènes. Cependant, lorsque le génome (Le génome est l'ensemble du matériel génétique d'un individu ou d'une espèce codé dans son ADN (à l'exception de certains virus dont le génome est...) d'une cellule contient trop de ruptures, la protéine p53 (le " gardien du génome ") devient activée et provoque la mort (La mort est l'état définitif d'un organisme biologique qui cesse de vivre (même si on a pu parler de la mort dans un sens cosmique plus général,...) de cette cellule " a dit le Dr Möröy, directeur de l'unité de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension métonymique, la recherche...) en hématopoïèse et cancer (Le cancer est une maladie caractérisée par une prolifération cellulaire anormalement importante au sein d'un tissu normal de l'organisme, de...) à l'IRCM.

" Dans les cellules immunitaires en développement, l'activation (Activation peut faire référence à :) de p53 doit être limitée pour éviter leur mort prématurée. Nous avons découvert qu'une protéine nommée Miz-1 peut exercer une telle fonction en contrôlant l'activité de p53. Plus précisément, Miz-1 contrôle la façon dont p53 est activée lorsqu'une cellule doit mourir. En effet, sans Miz-1, les lymphocytes en développement activent toujours la protéine p53 et, ainsi, ne peuvent jamais survivre " a expliqué Marissa Rashkovan, première auteure de l'article et étudiante au doctorat (Le doctorat (du latin doctorem, de doctum, supin de docere, enseigner) est généralement le grade universitaire le plus élevé. Le...) au laboratoire du Dr Möröy.

"Notre étude contribue donc à faire avancer nos connaissances sur le développement d'un système immunitaire (Le système immunitaire d'un organisme est un ensemble coordonné d'éléments de reconnaissance et de défense qui discrimine le « soi » du « non-soi »....) efficace dans notre corps. Nos résultats démontrent que Miz-1, en contrôlant l'activité de p53 et en empêchant la mort cellulaire prématurée, assure la survie des lymphocytes pendant la phase (Le mot phase peut avoir plusieurs significations, il employé dans plusieurs domaines et principalement en physique :) critique de leur développement et, de ce fait, le bon fonctionnement de notre système immunitaire " a ajouté le Dr Möröy, qui est également président et directeur scientifique (Un scientifique est une personne qui se consacre à l'étude d'une science ou des sciences et qui se consacre à l'étude d'un domaine avec la rigueur et les méthodes scientifiques.) de l'IRCM.

À propos de l'étude

Les auteurs de l'IRCM pour l'article publié dans PNAS comprennent Marissa Rashkovan, Charles Vadnais, Julie Ross, Christian Kosan et Tarik Möröy (directeur) de l'unité de recherche en hématopoïèse et cancer, ainsi que Mathieu Gigoux et Woong-Kyung Suh (directeur) de l'unité de recherche en régulation (Le terme de régulation renvoie dans son sens concret à une discipline technique, qui se rattache au plan scientifique à l'automatique.) immunitaire. Les chercheurs ont également collaboré avec Wei Gu de la Columbia University. L'étude a été financée par des subventions des Instituts de recherche en santé (La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité.) du Canada (IRSC), du Programme des chaires de recherche du Canada et de la Fondation Cole.

À propos de Tarik Möröy

Tarik Möröy a obtenu son doctorat en biochimie de l'Université Ludwig-Maximilians à Munich en Allemagne. Il est président et directeur scientifique de l'IRCM, professeur titulaire de recherche IRCM et directeur de l'unité de recherche en hématopoïèse et cancer. Le Dr Möröy est également professeur-chercheur titulaire au Département de microbiologie (La microbiologie est la science qui étudie les micro-organismes (ou microorganismes).), infectiologie et immunologie (L'immunologie est la branche de la biologie qui s'occupe de l'étude du système immunitaire. Apparu très tôt dans l'échelle de...) de l'Université de Montréal. Il est aussi professeur associé au Département de médecine (La médecine (du latin medicus, « qui guérit ») est la science et la pratique (l'art) étudiant l'organisation du corps humain (anatomie), son fonctionnement normal...) (Division de la médecine expérimentale) de l'Université McGill. Le Dr Möröy est titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur l'hématopoïèse et la différenciation des cellules immunitaires.

À propos de l'IRCM

L'IRCM est un institut de recherche biomédicale de grande réputation situé en plein coeur du milieu universitaire montréalais. Fondé en 1967, il regroupe aujourd'hui 35 équipes de recherche et quatre cliniques spécialisées en cholestérol (Le cholestérol est un lipide de la famille des stérols qui joue un rôle central dans de nombreux processus biochimiques. Le cholestérol tire son nom du grec ancien chole- (bile) et de...), hypertension, fibrose kystique et diabète (Le diabète présente plusieurs formes, qui ont toutes en commun des urines abondantes (polyurie). Le mot « diabète » vient du grec...) et obésité (L'obésité est l'état d'une personne, ou d'un animal, souffrant d'une hypertrophie de la masse adipeuse, qui se traduit par un excès de poids, réparti de façon...). L'IRCM est affilié à l'Université de Montréal. Il entretient aussi des relations étroites avec l'Université McGill. Sa clinique est affiliée au CHUM. L'IRCM reçoit l'appui du ministère de l'Économie, de l'Innovation et des Exportations du Québec.

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: Université de Montréal