Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Posté par Isabelle le Mercredi 25/02/2015 à 00:00
Nanoparticules plus elles sont petites plus elles collent entre elles
Des chercheurs de l'Institut de science des matériaux de Mulhouse (CNRS / UHA) ont montré pour la première fois l'effet de la taille des nanoparticules sur la cohésion de leur assemblage sur des surfaces. L'originalité de ce travail a été d'adapter à ces revêtements minces de ces nanoparticules le test de cavitation (La cavitation décrit la naissance et l'oscillation radiale de bulles de gaz et de vapeur dans un liquide soumis à une dépression. Si cette dépression est suffisamment élevée, la pression peut devenir inférieure à la...) ultrasonore plus couramment appliqué à des matériaux (Un matériau est une matière d'origine naturelle ou artificielle que l'homme façonne pour en faire des objets.) massiques. Ces résultats sont parus dans la revue Nano Letters.

L'utilisation de nanoparticules assemblées sous forme de revêtement permet le contrôle (Le mot contrôle peut avoir plusieurs sens. Il peut être employé comme synonyme d'examen, de vérification et de maîtrise.) des propriétés d'une surface (Une surface désigne généralement la couche superficielle d'un objet. Le terme a plusieurs acceptions, parfois objet géométrique, parfois...) telles que la mouillabilité ou l'indice optique (L'optique est la branche de la physique qui traite de la lumière, du rayonnement électromagnétique et de ses relations avec la vision.) nécessaire au développement de revêtements fonctionnels utilisés dans le domaine des capteurs (Un capteur est un dispositif qui transforme l'état d'une grandeur physique observée en une grandeur utilisable, exemple : une tension électrique, une hauteur de mercure, une intensité, la déviation d'une...) par exemple. La détermination de la stabilité de ces revêtements nanoparticulaires est un préalable indispensable pour pouvoir bénéficier de leurs propriétés fonctionnelles. Il existe cependant peu de techniques adaptées à la caractérisation de ce type de revêtement mince, par définition (Une définition est un discours qui dit ce qu'est une chose ou ce que signifie un nom. D'où la division entre les définitions réelles et les définitions nominales.) poreux et fragile, permettant de déterminer ses propriétés mécaniques, en particulier, son adhésion (En physique, l'adhésion est l'ensemble des phénomènes physico-chimiques qui se produisent lorsque l’on met en contact intime deux matériaux, dans le but de...) et sa cohésion qui définissent la stabilité du revêtement.


Figure 1: schéma illustrant la cavitation (implosion) d'une bulle de gaz (vapeur) à proximité d'un revêtement nanoparticulaire, et l'arrachement (éjection) de nanoparticules qui en résulte
Les chercheurs sont parvenus à adapter le test de cavitation ultrasonore (*) pour caractériser la stabilité mécanique (Dans le langage courant, la mécanique est le domaine des machines, moteurs, véhicules, organes (engrenages, poulies, courroies, vilebrequins, arbres de transmission, pistons,...) de ces revêtements de nanoparticules. Ils ont ainsi pu déterminer la résistance à la cavitation de revêtements minces (de l'ordre de 200 nm d'épaisseur) formés de nanoparticules de silice de 17nm de diamètre (Dans un cercle ou une sphère, le diamètre est un segment de droite passant par le centre et limité par les points du cercle ou de la sphère. Le diamètre est aussi la longueur de ce segment. Pour indiquer qu'une valeur...), 30 et 50 nm. Les revêtements ont été construits par assemblage couche-par-couche de nanoparticules, sur la base d'interactions de van der Waals et électrostatiques. A partir d'un modèle simple, ils ont démontré que dans ces conditions d'assemblage, la densité (La densité ou densité relative d'un corps est le rapport de sa masse volumique à la masse volumique d'un corps pris comme référence. Le corps de référence est l'eau...) d'énergie (Dans le sens commun l'énergie désigne tout ce qui permet d'effectuer un travail, fabriquer de la chaleur, de la lumière, de produire un mouvement.) de cohésion de l'assemblage nanoparticulaire présente une dépendance en R-2, R étant le rayon de la nanoparticule. Les auteurs de cette étude ont pu démontrer de façon expérimentale ( En art, il s'agit d'approches de création basées sur une remise en question des dogmes dominants tant sur le plan formel, esthétique, que sur le plan culturel et politique. En science, il s'agit...) cette dépendance remarquable de l'énergie de cohésion d'un assemblage de nanoparticules avec la taille de ces nanoparticules: plus elles sont petites, plus leur assemblage est cohésif et stable.


Figure 2: image de microscopie électronique à balayage montrant les impacts d'une ou plusieurs bulles de cavitation dans un revêtement nanoparticulaire (multicouches de nanoparticules de silice de 200 nm de diamètre).
Ces travaux démontrent par ailleurs que le test de cavitation ultrasonore, méthode de caractérisation mécanique simple et accessible, est parfaitement adapté aux revêtements de nanoparticules qui présentent une cohésion faible par rapport à d'autres types de revêtements comme les revêtements métalliques ou céramiques.

Note:
(*) Cavitation ultrasonore: phénomène de nucléation, croissance et implosion (L'implosion est l'inverse de l'explosion. Elle se produit lorsque la pression externe à un objet est plus grande que celle à l'intérieur et que cette différence est assez grande pour briser la résistance...) de bulles de vapeur () dans un liquide (La phase liquide est un état de la matière. Sous cette forme, la matière est facilement déformable mais difficilement compressible.), sous l'effet de la propagation d'ondes (Une onde est la propagation d'une perturbation produisant sur son passage une variation réversible de propriétés physiques locales. Elle transporte de l'énergie sans transporter de matière.) acoustiques ultrasonores.



Référence:
Wajdi Heni, Laurent Vonna, Hamidou Haidara
Experimental Characterization of the Nanoparticle Size Effect on the Mechanical Stability of Nanoparticle-Based Coatings
Nano Letters 15 décembre 2014
DOI: 10.1021/nl503768r

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source et illustrations: CNRS