Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Posté par Isabelle le Mercredi 01/07/2015 à 12:00
Les mécanismes de la douleur différents entre les sexes chez l'animal

Souris blanche. Illustration: Wikimedia Commons
Une nouvelle étude chez l'animal révèle des différences fondamentales entre les sexes dans les mécanismes de la douleur

Une nouvelle étude dont les résultats ont été publiés le 29 juin dans la revue scientifique (Un scientifique est une personne qui se consacre à l'étude d'une science ou des sciences et qui se consacre à l'étude d'un domaine avec la rigueur...) Nature Neuroscience révèle pour la première fois que des cellules différentes interviennent dans les mécanismes de la douleur (La douleur est la sensation ressentie par un organisme dont le système nerveux détecte un stimulus nociceptif. Habituellement, elle correspond à un signal d'alarme de l'organisme pour signifier une...) chez les souris (Le terme souris est un nom vernaculaire ambigu qui peut désigner, pour les francophones, avant tout l’espèce commune Mus musculus, connue aussi comme animal...) mâles et femelles.

Cette découverte a une incidence considérable sur notre compréhension fondamentale (En musique, le mot fondamentale peut renvoyer à plusieurs sens.) de la douleur, sur la mise au point (Graphie) de la prochaine génération de médicaments pour le traitement de la douleur chronique ? qui est de loin le problème de santé (La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité.) le plus courant chez les humains ? et sur les méthodes utilisées dans le domaine de la recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par...) biomédicale fondamentale chez la souris.

"La recherche a démontré que les hommes et les femmes ont une sensibilité à la douleur différente (En mathématiques, la différente est définie en théorie algébrique des nombres pour mesurer l'éventuel défaut de dualité d'une application...) et que plus de femmes que d'hommes souffrent de douleur chronique. Cependant, on a toujours présumé que les circuits de la douleur sont les mêmes chez les deux sexes", affirme le coauteur en chef de l'étude Jeffrey Mogil, Ph. D., titulaire de la chaire E. P. Taylor d'études sur la douleur à l'Université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la production du savoir (recherche), sa conservation et sa...) McGill et directeur du Centre de recherche sur la douleur Alan Edwards. "Le constat selon lequel les bases biologiques de la douleur pourraient être si fondamentalement différentes entre les hommes et les femmes soulève des questions importantes sur les plans de la recherche et de l'éthique si nous voulons diminuer les souffrances."

Cette étude a été réalisée par des équipes de l'Université McGill, de l'Hospital for Sick Children (SickKids) et de l'Université Duke. Elle portait sur la théorie (Le mot théorie vient du mot grec theorein, qui signifie « contempler, observer, examiner ». Dans le langage courant, une théorie est une idée ou une connaissance spéculative, souvent...) admise depuis longtemps selon laquelle la douleur est transmise dans le système nerveux (Le système nerveux est un système en réseau formé des organes des sens, des nerfs, de l'encéphale, de la moelle épinière, etc. Il coordonne les mouvements...) à partir du siège de la lésion ou de l'inflammation (Une inflammation est une réaction de défense immunitaire stéréotypée du corps à une agression : infection, brûlure, allergie…) à l'aide de cellules du système immunitaire (Le système immunitaire d'un organisme est un ensemble coordonné d'éléments de reconnaissance et de défense qui discrimine le « soi » du...) appelées microglies. Cette nouvelle étude révèle que cette théorie n'est vérifiée que chez les souris mâles. En effet, diverses perturbations du fonctionnement des microglies ont permis de bloquer la douleur chez les souris mâles, mais n'ont eu aucune incidence chez les souris femelles.

Des médicaments antidouleur mieux adaptés

Selon les chercheurs, un type complètement (Le complètement ou complètement automatique, ou encore par anglicisme complétion ou autocomplétion, est une fonctionnalité...) différent de cellules immunitaires, les lymphocytes T, semble déclencher les signaux de la douleur chez les souris femelles. On ignore toutefois comment cela se produit exactement.

"Il est absolument essentiel de comprendre les voies de la douleur et les différences entre les sexes alors que nous en sommes à concevoir la prochaine génération d'analgésiques plus complexes et mieux ciblés", affirme Michael Salter, M.D., Ph. D., scientifique chevronné et chef du Service de neurosciences et de santé mentale (La santé mentale est un terme relativement récent et polysémique. Habituellement elle est vue comme l'« aptitude du psychisme à fonctionner de façon harmonieuse,...) du SickKids, professeur à l'Université de Toronto et coauteur en chef de l'étude. "Nous croyons que le système nerveux des souris est très semblable à celui des humains, particulièrement pour une fonction évolutionnaire fondamentale comme la douleur. Par conséquent, ces résultats nous indiquent que nous devons tenir compte de facteurs importants dans la mise au point de médicaments contre la douleur chez l'humain".

Ne pas oublier les souris femelles

Cette découverte survient au moment où les scientifiques accordent une plus grande attention à l'inclusion d'animaux et de cellules femelles dans les études précliniques. Les Instituts nationaux de la santé des États-Unis ont récemment dévoilé une nouvelle politique, semblable à celle qui est déjà en vigueur au Canada, pour exiger le recours à des animaux et à des lignées cellulaires femelles dans les études précliniques.

"Pendant les 15 dernières années, les scientifiques croyaient que les microglies contrôlaient l'intensité de la douleur, mais cette conclusion était fondée sur des études qui utilisaient presque exclusivement des souris mâles", explique le professeur Mogil. "Notre découverte est l'exemple parfait illustrant les raisons pour lesquelles cette politique, ainsi que des études très soigneusement conçues, sont essentielles pour que les bienfaits de la science (La science (latin scientia, « connaissance ») est, d'après le dictionnaire Le Robert, « Ce que l'on sait pour l'avoir...) fondamentale profitent à tous".

Ces travaux ont été financés par des subventions des Instituts de recherche en santé du Canada, de la Fondation Louise et Alan Edwards, des Instituts nationaux de la santé des États-Unis, et de la Fondation SickKids.

Note:
L'article intitulé "Different immune cells mediate mechanical pain hypersensitivity in male and female mice", par Robert E. Sorge et coll., a été publié en ligne avant la version imprimée sur le site Web (Un site Web est un ensemble de pages Web hyperliées entre elles et mises en ligne à une adresse Web. On dit aussi site Internet par...) de la revue scientifique Nature Neuroscience le 29 juin 2015. DOI: 10.1038/nn.4053


Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: McGill