Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Posté par Adrien le Jeudi 02/07/2015 à 00:00
L'électricité pour tromper la douleur

Tromper une douleur sourde par un simple fourmillement issu de pulsions électriques, voilà ce que propose la neurostimulation.
Photo: Université de Sherbrooke
La douleur est la plus grande ennemie de l'homme (Un homme est un individu de sexe masculin adulte de l'espèce appelée Homme moderne (Homo sapiens) ou plus simplement « Homme ». Par...). Cocktails de pilules, morphines, drogues... Désespéré, on est prêt à tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) essayer. Toutes ces méthodes entraînent cependant leur lot d'effets secondaires quasi plus dommageables que la douleur (La douleur est la sensation ressentie par un organisme dont le système nerveux détecte un stimulus nociceptif. Habituellement, elle correspond à un signal d'alarme de l'organisme...) elle-même. Et si l'électricité (L’électricité est un phénomène physique dû aux différentes charges électriques de la matière, se manifestant par une énergie. L'électricité désigne également la branche de la physique...) pouvait soulager ? Tromper une douleur sourde par un simple fourmillement issu de pulsions électriques, voilà ce que propose la neurostimulation.

Le professeur Guillaume (Guillaume est un prénom masculin d'origine germanique. Le nom vient de Wille, volonté et Helm, heaume, casque, protection.) Léonard de l'École de réadaptation (En ergothérapie, la réadaptation est le processus visant à réduire les incapacités d'une personne. La réadaptation s'inscrit dans la suite logique : rééducation-réadaptation-réinsertion.) s'intéresse au soulagement de la douleur chronique par l'usage (L’usage est l'action de se servir de quelque chose.) d'un stimulateur électrique transcutané, appelé TENS (Transcutaneous Electrical Nerve Stimulator). Cet appareil électrique muni d'électrodes déposées sur la zone douloureuse délivre de petites impulsions électriques indolores produisant une faible chaleur (Dans le langage courant, les mots chaleur et température ont souvent un sens équivalent : Quelle chaleur !), un picotement. Mais surtout, ces impulsions envoient un message (La théorie de l'information fut mise au point pour déterminer mathématiquement le taux d’information transmis dans la communication d’un message par un canal de communication, notamment en présence...) de légère douleur à la voie nerveuse.

Déjouer la douleur


Le professeur Guillaume Léonard.
Photo: Université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la production du savoir (recherche), sa conservation et sa transmission (études supérieures). Aux États-Unis, au moment où...) de Sherbrooke
" Lorsqu'on se cogne l'orteil (Les orteils, appelés parfois doigts de pied, sont des appendices du pied.) sur le coin d'une table, notre premier réflexe (Le réflexe d'une façon générale fait intervenir des propriétés intégratrices d'un centre nerveux. Il résulte d'un réflexe des activités musculaires en réponse à un stimulus. Ces activités musculaires sont involontaires,...) est de le frotter pour se soulager. Cette action crée une analgésie (L'analgésie est l'interruption de la transmission du signal neuronal de douleur depuis la zone lésée, en souffrance, vers le cerveau.) par contre-irritation ", explique le chercheur (Un chercheur (fem. chercheuse) désigne une personne dont le métier consiste à faire de la recherche. Il est difficile de bien cerner le métier de chercheur tant les domaines de recherche sont diversifiés et impliquent d'importantes...) de la Faculté de médecine (La médecine (du latin medicus, « qui guérit ») est la science et la pratique (l'art) étudiant l'organisation du corps humain (anatomie), son...) et des sciences de la santé (La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou...).

Ce réflexe, bien qu'irréfléchi, est très astucieux. En stimulant (Un stimulant est une substance qui augmente l'activité du système nerveux sympathique facilitant ou améliorant certaines fonctions de...) une douleur superficielle, on bloque la sensation de douleur plus intense. La voie nerveuse véhiculant la sensation jusqu'au cerveau (Le cerveau est le principal organe du système nerveux central des animaux. Le cerveau traite les informations en provenance des sens, contrôle de...), passe par la moelle épinière (La moelle épinière, ou moelle spinale, désigne la partie du système nerveux central prolongeant en dessous la medulla oblongata, ou bulbe rachidien, du tronc cérébral, et contenue dans le canal rachidien...), et il est possible de déjouer le message avant qu'il ne l'atteigne. Comment ? En envoyant volontairement un autre message, celui de la petite douleur occasionnée par le frottement (Les frottements sont des interactions qui s'opposent à la persistance d'un mouvement relatif entre deux systèmes en contact.). C'est le phénomène d'analgésie par contre-irritation. L'appareil TENS distrait donc le corps à la manière du frottement sur l'orteil endolori.

Par de simples petites pulsions électriques, on pourrait dire au revoir aux maux de dos (En anatomie, chez les animaux vertébrés parmi lesquels les humains, le dos est la partie du corps consistant en les vertèbres et les côtes. Les dorsaux étaient les muscles les plus sollicités par les singes...), de genou (Le genou est une articulation qui permet de joindre la jambe à la cuisse. Elle met en jeu trois os, le fémur le tibia et la patella, par le biais de trois articulations,...), d'épaule ? Alors pourquoi tout le monde (Le mot monde peut désigner :) ne trimbale-t-il pas son TENS à la ceinture ?

Pour une raison que le chercheur ignore, le soulagement par TENS diffère selon le type de blessure (Une blessure est une lésion, physique ou psychique, faite involontairement ou dans l'intention de nuire.). Très efficace pour l'arthrose (L'arthrose est une maladie qui touche les articulations, on l'appelle aussi arthropathie chronique dégénérative.) du genou, il l'est cependant beaucoup moins pour les accouchements. Aussi, Léonard soulève trois grands facteurs altérant son efficacité: la caféine (La caféine est un alcaloïde de la famille des méthylxanthines, présent dans de nombreux aliments, qui agit comme stimulant psychotrope et comme léger diurétique....), les opiacés et l'âge.

La caféine contient des molécules antagonistes à l'adénosine (L'adénosine est un nucléoside formé lorsque l'adénine est attachée à un noyau ribose (sous forme de ribofuranose) via une liaison β-N9glucoside.) (celle générée par l'analgésie par vibration), qui contrecarrent les effets de la neurostimulation. Même chose du côté des opiacés (dérivés de l'opium, dont l'héroïne (L’héroïne ou diacétylmorphine, également appelée diamorphine, est un opioïde obtenu par acétylation de la morphine, le principal alcaloïde issu du pavot à opium. Elle est utilisée...) et la morphine); leur consommation vient également neutraliser l'effet du TENS. Le plus mystérieux est cependant le facteur de l'âge; pour une raison encore inconnue, les personnes âgées ne répondent pratiquement pas aux décharges de l'appareil.

La douleur, un avertissement ?

À la question " Mais la douleur n'est-elle pas un avertissement nécessaire du corps ? ", le professeur apporte quelques éclaircissements. " Lorsqu'il s'agit d'une douleur aiguë et spontanée, il est important d'en tenir compte. Elle est en effet un message émis en prévention (La prévention est une attitude et/ou l'ensemble de mesures à prendre pour éviter qu'une situation (sociale, environnementale, économique..) ne se...) d'un dommage. Cependant, pour les douleurs sourdes et chroniques, c'est différent. La sensation désagréable n'est pas nécessaire. Elle gêne la personne dans sa vie (La vie est le nom donné :) quotidienne, l'empêche de faire des activités qui lui font plaisir ", précise le physiothérapeute (Le physiothérapeute est le professionnel de santé qui pratique la physiothérapie.).

Guillaume Léonard conclut avec les effets psychologiques positifs du TENS. " On a de nombreux préjugés. Lorsqu'il est apparu sur le marché, dans les années 1970, on en a fait une mauvaise utilisation. On croyait qu'il guérirait. Aujourd'hui, le monde de la médecine a conscience que ce n'est pas un moyen de guérison (La guérison est un processus biologique par lequel les cellules du corps se régénèrent pour réduire l'espace d'une région endommagée par la nécrose. La...), mais bien un outil (Un outil est un objet finalisé utilisé par un être vivant dans le but d'augmenter son efficacité naturelle dans l'action. Cette augmentation se traduit par la simplification des actions...) de soulagement, qui permet de redonner aux gens le contrôle (Le mot contrôle peut avoir plusieurs sens. Il peut être employé comme synonyme d'examen, de vérification et de maîtrise.) de leur vie, de briser le cercle (Un cercle est une courbe plane fermée constituée des points situés à égale distance d'un point nommé centre. La valeur de cette distance est appelée rayon du...) vicieux de la douleur. "

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: Université de Sherbrooke