Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Posté par Isabelle le Mardi 28/07/2015 à 00:00
Et si le fait d'être en confiance influençait nos jugements ?
Une étude menée par l'équipe de Mathias Pessiglione et Jean Daunizeau à l'Institut du cerveau et de la moelle épinière, montre que la région du cortex responsable de l'attribution des valeurs intègre également le degré de confiance que nous mettons dans nos jugements. Ces travaux, publiés dans la revue Nature Neuroscience, représentent un progrès très important dans la connaissance du fonctionnement du cerveau (Le cerveau est le principal organe du système nerveux central des animaux. Le cerveau traite les informations en provenance des sens, contrôle de nombreuses fonctions du corps, dont la motricité...) et ouvrent de nouvelles perspectives en neuro-économie.

Du choix d'un restaurant à celui d'un partenaire, notre propension à comparer et à évaluer est omniprésente dans notre vie (La vie est le nom donné :) de tous les jours (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil éclairent le ciel. Son début (par rapport à minuit heure locale) et sa...). Comment attribuons-nous des valeurs aux choses ? Quels sont les paramètres qui influencent nos jugements ? Et si la confiance que nous plaçons dans nos jugements affectait ces derniers ?

Afin de tester cette hypothèse, les chercheurs de l'équipe de Mathias Pessiglione et Jean Daunizeau ont présenté à des sujets sains des photographies de visages, de maisons ou de tableaux en leur demandant de noter sur une échelle de -10 à +10 leur attrait pour ces images, puis d'évaluer leur degré (Le mot degré a plusieurs significations, il est notamment employé dans les domaines suivants :) de confiance dans leur jugement. En parallèle, les chercheurs ont étudié par IRM fonctionnelle (En mathématiques, le terme fonctionnelle se réfère à certaines fonctions. Initialement, le terme désignait les fonctions qui en prennent d'autres...) le cortex (En biologie, le cortex (mot latin signifiant écorce) désigne la couche superficielle ou périphérique d'un tissu organique.) orbitaire médian, région du cerveau responsable de l'attribution des valeurs et dont l'activité (Le terme d'activité peut désigner une profession.) augmente lorsqu'une chose nous plait. Ceci a permis de mettre en évidence que cette région intègre également le degré de confiance que les sujets mettent dans leur jugement.

L'analyse des résultats révèle une relation quadratique entre jugement de valeur et jugement de confiance. Quand les sujets n'ont pas confiance dans leur choix, leurs évaluations se situent au milieu du classement. Par contre ce biais n'existe plus lorsque les sujets sont en confiance. Ils ont alors tendance à émettre des jugements plus extrêmes, c'est-à-dire à trouver plus plaisante ou plus déplaisante la photo qu'on leur présente.

Ainsi nos jugements dépendent non seulement de la valeur intrinsèque que nous attribuons aux choses mais également de la confiance avec laquelle nous les évaluons. La confiance représente donc une valeur en soi.

Ces données posent la question de la façon dont le cerveau intègre à la fois la confiance et la valeur au sein (Le sein (du latin sinus, « courbure, sinuosité, pli ») ou la poitrine dans son ensemble, constitue la région ventrale supérieure du torse d'un animal, et en particulier celle des...) de la même région. Elles pourraient apporter ainsi d'importantes contributions pour construire une théorie (Le mot théorie vient du mot grec theorein, qui signifie « contempler, observer, examiner ». Dans le langage courant, une théorie est une...) du choix inspirée par la biologie (La biologie, appelée couramment la « bio », est la science du vivant. Prise au sens large de science du vivant, elle recouvre une partie des sciences...). La première est que toute attribution de valeur effectuée par le cortex orbitaire médian s'accompagnerait du degré de confiance (ou d'incertitude) que le sujet place dans chacune des options. La seconde ( Seconde est le féminin de l'adjectif second, qui vient immédiatement après le premier ou qui s'ajoute à quelque chose de nature identique. La seconde est une unité de mesure du temps. La seconde d'arc est une...) est que, lors d'un choix, le cortex orbitaire médian pourrait intégrer la valeur de plusieurs aspects d'une situation (En géographie, la situation est un concept spatial permettant la localisation relative d'un espace par rapport à son environnement proche ou non. Il inscrit un lieu dans un cadre plus général afin de le...) donnée (Dans les technologies de l'information (TI), une donnée est une description élémentaire, souvent codée, d'une chose, d'une transaction d'affaire, d'un événement, etc.). Ainsi, il devient plus compliqué de décoder la valeur d'une chose, cette valeur pouvant être modifiée par la valeur attribuée au contexte (Le contexte d'un évènement inclut les circonstances et conditions qui l'entourent; le contexte d'un mot, d'une phrase ou d'un texte inclut les mots qui...) dans lequel se trouve le sujet (un contexte agréable ou non, un manque de confort physique (La physique (du grec φυσις, la nature) est étymologiquement la « science de la nature ». Dans un...)...).

Par ailleurs, l'intégration de la valeur et de la confiance au sein de la même région du cerveau pourrait également expliquer certains comportements irrationnels. Ainsi une personne qui se sent très en confiance et qui se trouve dans un contexte agréable, pourrait émettre des jugements erronés et serait donc plus facilement manipulable. Ces travaux ouvrent de nouvelles perspectives dans la compréhension des mécanismes cérébraux sous-tendant nos choix et nos prises de décisions.


Figure: Il est demandé aux participants d'évaluer, sur une échelle de -10 à +10, leur attrait pour un stimulus visuel (photographie de visages, de maisons ou de tableaux). Il leur est également demandé d'évaluer à quel point ils sont confiants dans leur jugement. B. L'analyse des résultats montre une relation quadratique entre jugement de valeur et jugement de confiance. C. Des mesures d'activités cérébrales par IRM fonctionnelle dans une tâche similaire, mettent en évidence que le cortex orbitaire médian (rouge) représente la valeur des stimuli, mais intègre également le degré de confiance que les sujets ont dans leur jugement, même lorsque cette évaluation de confiance n'est pas explicitement requise.
© Equipe Motivation (La motivation est, dans un organisme vivant, la composante ou le processus qui règle son engagement dans une action ou expérience. Elle en détermine le déclenchement dans une certaine direction avec l'intensité souhaitée et en...), Brain and Behavior

Pour plus d'information voir:
Automatic integration of confidence in the brain valuation signal ( Termes généraux Un signal est un message simplifié et généralement codé. Il existe sous forme d'objets ayant des formes particulières. Les signaux lumineux sont employés depuis la nuit des temps par les hommes pour...)
Maël Lebreton, Raphaëlle Abitbol, Jean Daunizeau and Mathias Pessiglione
Nature Neuroscience. 2015. doi:10.1038/nn.4064

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: CNRS