Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Posté par Adrien le Mardi 30/05/2017 à 00:00
Dépression et absence prolongée au travail : un duo trop fréquent

La dépression représente le trouble de santé mentale le plus connu. Au Canada, plus d'une personne sur dix est atteinte d'un trouble de santé mentale.
Photo: Milène Bélanger-Douet - Udes
La dépression et l'absence prolongée au travail en quelques mots

La dépression représente le trouble le plus courant qui est susceptible d'occasionner une absence prolongée au travail. Celle-ci engendrerait un impact négatif sur la santé (La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité.) des travailleurs. Des données (Dans les technologies de l'information (TI), une donnée est une description élémentaire, souvent codée, d'une chose, d'une transaction d'affaire, d'un événement, etc.) récentes publiées dans le Journal of Occupational Rehabilitation ont permis d'observer que plus de la moitié des personnes vivant avec une dépression ou un trouble bipolaire (Le trouble bipolaire est une catégorie des troubles de l'humeur, anciennement nommé PMD (Psychose maniaco-dépressive) ou MMD (maladie maniaco-dépressive). Ce trouble est caractérisé par la fluctuation...) seraient toujours absentes au travail après six mois (Le mois (Du lat. mensis «mois», et anciennement au plur. «menstrues») est une période de temps arbitraire.) d'arrêt et près du tiers après un an.

Qu'arrive-t-il lorsque la dépression nous rend incapable de travailler ?


Au Québec, ce sont le plus souvent les médecins généralistes qui sont consultés lorsque les travailleurs présentent des symptômes dépressifs.
Photo: Milène Bélanger-Douet - Udes
La réponse est simple, il faut consulter. Au Québec, les médecins omnipraticiens sont les généralistes ayant le pouvoir de signer le fameux billet d'arrêt de travail et sont par le fait même les plus sollicités. Sur quoi se basent ces médecins pour prendre leur décision et en assurer le suivi ? Une équipe de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension métonymique, la...) de l'Université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la production du savoir (recherche), sa conservation et sa transmission (études supérieures). Aux États-Unis, au moment où les...) de Sherbrooke spécialisée en réadaptation (En ergothérapie, la réadaptation est le processus visant à réduire les incapacités d'une personne. La réadaptation s'inscrit dans la suite logique :...) au travail leur a posé la question.

Cette équipe, dirigée par la professeure Chantal Sylvain de l'École de réadaptation, a documenté les pratiques et ressources utilisées par les médecins omnipraticiens durant leurs interventions avec des personnes éprouvant des difficultés à travailler en raison d'un trouble dépressif. L'équipe a réalisé des entrevues qualitatives en profondeur auprès de treize médecins exerçant en Montérégie. L'analyse thématique des entrevues a permis de mieux comprendre la réalité des pratiques de ces médecins selon leur contexte (Le contexte d'un évènement inclut les circonstances et conditions qui l'entourent; le contexte d'un mot, d'une phrase ou d'un texte inclut les...) de travail.

Ce que propose la recherche pour minimiser l'absence prolongée au travail

Trois principes d'intervention sont reconnus dans la littérature scientifique (Un scientifique est une personne qui se consacre à l'étude d'une science ou des sciences et qui se consacre à l'étude d'un domaine avec la rigueur et les...) pour favoriser un retour au travail sain et durable :

Les parties impliquées dans le retour au travail doivent communiquer et coordonner leurs actions. Il est question du travailleur, de l'assureur, des professionnels de la santé et de l'employeur.Le médecin (Un médecin est un professionnel de la santé titulaire d'un diplôme de docteur en médecine. Il est chargé de soigner les maladies, pathologies, et blessures de ses patients. Son métier est...) et les autres professionnels doivent veiller à réactiver le travailleur et l'aider à rester engagé dans sa démarche de retour au travail.L'employeur doit accepter d'adapter temporairement les tâches et le milieu de travail.Ces recommandations ne sont toutefois pas spécifiques au cas de dépression. Pour ces personnes, les pratiques des médecins omnipraticiens visant à évaluer et faciliter le retour au travail demeurent peu documentées.

Que font les médecins en réalité ?

Les médecins questionnés par l'équipe de la professeure Sylvain ont tous rapporté communiquer rarement avec les autres professionnels, et encore moins avec les milieux de travail et les assureurs. Ils ont expliqué cette réalité par les limites du système de santé (Un système de santé réunit "toutes les organisations, institutions et ressources qui interviennent en matière de santé et qui fournissent des soins formels (médecins, cliniques, hôpitaux et pharmacies), des...) qui ne favorisent pas ce type de pratique, qui pourtant, est reconnu comme hautement souhaitable.

Outre ce constat unanime, il ressort deux profils distincts de pratique chez ces médecins :


Milène Bélanger-Douet est étudiante à la maîtrise recherche en sciences de la santé à l'Université de Sherbrooke.
D'un côté, il y a ceux qui cherchent à retarder le début de l'arrêt de travail ou qui favorisent de courts arrêts de travail. Ils abordent rapidement avec leurs patients le sujet du retour au travail et le présentent comme quelque chose qui aidera leur récupération.

D'un autre côté, il y a ceux qui accordent un arrêt de travail afin de permettre une période de repos pour se soustraire du stress (Le stress (« contrainte » en anglais), ou syndrome général d'adaptation, est l'ensemble des réponses d'un organisme soumis à des contraintes environnementales. Dans le...) du travail. Le sujet du retour au travail est abordé tardivement et ils considèrent peu le milieu de travail dans leurs interventions.

Le premier profil correspondrait davantage aux meilleures pratiques pour accélérer le retour à la santé et prévenir l'absence prolongée au travail. Il est rassurant de constater que plusieurs médecins intègrent concrètement des éléments de ces pratiques, en dépit des contraintes qui pèsent sur le système de santé.

Et maintenant ? Il faut certainement soutenir l'adoption de ces meilleures pratiques par les médecins. Mais ces efforts resteront vains s'ils ne s'accompagnent pas d'un engagement ferme et des actions conséquentes de tous, employeurs, professionnels de la santé, assureurs et travailleurs, envers des conditions favorables du retour au travail sain et sécuritaire après une dépression. Il faut plus que des voeux pieux pour réussir, mais l'enjeu en vaut la peine !

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: Université de Sherbrooke
 
Archives des News
  Juillet 2018
  Juin 2018
  Mai 2018
  Avril 2018
  Toutes les archives

Samedi 14 Juillet 2018 à 12:00:17 - Multimédia - 1 commentaire
» L'Internet des Objets spatial décolle
Page générée en 0.266 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - Informations légales