Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Posté par Adrien le Vendredi 01/12/2017 à 00:00
Les lymphocytes B: modulateurs de la réponse inflammatoire dans la tuberculose
La contribution des lymphocytes B, acteurs essentiels de l'immunité anti-infectieuse en général, reste paradoxalement très peu explorée dans la tuberculose. Une collaboration internationale, menée par Olivier Neyrolles et Denis Hudrisier de l'Institut (Un institut est une organisation permanente créée dans un certain but. C'est habituellement une institution de recherche. Par exemple, le Perimeter Institute for Theoretical Physics est un tel institut.) de pharmacologie et de biologie (La biologie, appelée couramment la « bio », est la science du vivant. Prise au sens large de science du vivant, elle recouvre une partie des sciences naturelles et de l'histoire...) structurale, révèle que ces cellules, au-delà de leur capacité bien connue à produire des anticorps, participent également à la réponse immunitaire dans la tuberculose (La tuberculose est une maladie infectieuse transmissible et non immunisante, avec des signes cliniques variables. Elle est provoquée par une mycobactérie du...) en produisant des molécules solubles, les interférons de type I, et contribuent par ce biais à une réduction de la réponse inflammatoire. Cette découverte inattendue porte un éclairage nouveau sur l'immunité antituberculeuse en impliquant des acteurs cellulaires peu étudiés dans cette pathologie (La pathologie, terme provenant du Grec ancien, est littéralement le discours, la rationalité (λογία logos) sur la souffrance (πάθος pathos),...). Ces résultats ont été publiés le 21 novembre 2017 dans la revue American Journal of Respiratory and Critical Care Medicine.


Figure. Au cours de l'infection par le bacille tuberculeux (Mtb), les lymphocytes B stimulés détectent des produits mycobactériens et y répondent en produisant des interférons de type I, un processus inhibé par la molécule MyD88. Ces interférons de type I agissent sur les macrophages par l'intermédiaire de leur récepteur pour déclencher dans ces cellules un programme anti-inflammatoire (Un anti-inflammatoire est un médicament destiné à combattre une inflammation.) et régulateur caractérisé par l'expression des molécules interleukine-10 et PD-L1.
© Denis Hudrisier & Françoise Viala

La tuberculose reste la maladie infectieuse (Une maladie infectieuse est une maladie provoquée par la transmission d'un micro-organisme : virus, bactérie, parasite, champignon. Les virus ne sont pas vivants, mais,...) la plus meurtrière (Une meurtrière (ou archère, archière, raière ainsi qu’arbalétrière après l'invention de l'arbalète) est une ouverture pratiquée dans une muraille...), avec plus de 10 millions de nouveaux cas et 1,7 millions de décès en 2016. La recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances...) sur les défenses immunitaires contre le bacille de la tuberculose, Mycobacterium tuberculosis, est largement dominée par l'étude de la contribution des macrophages, cellules infectées par le bacille dans les poumons, et des lymphocytes T. Paradoxalement, l'étude du rôle des lymphocytes B, acteurs bien connus de la réponse immunitaire contre les agents infectieux, dans l'immunité antituberculeuse a été peu explorée.

Les chercheurs ont analysé de façon globale les gènes exprimés par les lymphocytes B isolés à partir des poumons de souris (Le terme souris est un nom vernaculaire ambigu qui peut désigner, pour les francophones, avant tout l’espèce commune Mus musculus, connue aussi comme animal de compagnie ou...) infectées par le bacille tuberculeux et ont ainsi découvert que ces cellules à la fois produisent et répondent à des molécules solubles médiatrices de l'immunité, des cytokines de la famille des interférons de type I. Ce résultat s'est confirmé en stimulant (Un stimulant est une substance qui augmente l'activité du système nerveux sympathique facilitant ou améliorant certaines fonctions de l'organisme. Parmi les...) in vitro avec le bacille tuberculeux des lymphocytes B issus de modèles murins non infectés.

La possibilité de reproduire ces résultats in vitro a par ailleurs permis de décrypter plusieurs acteurs moléculaires favorisant (comme la molécule STING ou le récepteur MINCLE et leurs ligands mycobactériens c-di-AMP et TDB par exemple) ou inhibant (comme la molécule MyD88 qui transmet les signaux de récepteurs pour des motifs mycobactériens) la production des interférons de type I chez les lymphocytes B.

Les interférons de type I jouent des rôles très divers dans les réponses immunitaires. Comme les lymphocytes B se retrouvent dans les lésions tuberculeuses à proximité des macrophages infectés et que ces cytokines sont solubles, les chercheurs ont incubé des macrophages avec les molécules produites par des lymphocytes B stimulés et ont montré que ces macrophages adoptaient un comportement anti-inflammatoire ou régulateur (comme une expression augmentée de la molécule PD-L1 et de la cytokine interleukine-10) lors de l'infection par la bactérie et que ce comportement dépendait de la présence des interférons de type I produits par les lymphocytes B. Ces résultats suggèrent donc que les lymphocytes B pourraient avoir des effets anti-inflammatoires dans la tuberculose en produisant des interférons de type I.

Pour tester cette hypothèse, des modèles murins modifiés génétiquement et dont les lymphocytes B produisent de façon accrue des interférons de type I, ont été infectés par M. tuberculosis et, en comparaison de modèles murins exprimant normalement les interférons de type I, ces derniers ont en effet présenté une réponse moins inflammatoire caractérisée par une diminution de la production de cytokines inflammatoires comme l'interféron de type II ou le tumor necrosis factor dans les poumons, ainsi que la présence accrue de macrophages présentant des marqueurs anti-inflammatoires et régulateurs.

Quelle incidence cette découverte a-t-elle dans la pathologie humaine ? Il semblerait bien que ce modèle reflète en l'occurrence la situation (En géographie, la situation est un concept spatial permettant la localisation relative d'un espace par rapport à son environnement proche ou non. Il...) chez l'homme (Un homme est un individu de sexe masculin adulte de l'espèce appelée Homme moderne (Homo sapiens) ou plus simplement « Homme ». Par distinction, l'homme prépubère est...). Tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) d'abord, des lymphocytes B isolés du sang (Le sang est un tissu conjonctif liquide formé de populations cellulaires libres, dont le plasma est la substance fondamentale et est présent chez la plupart des animaux. Un humain adulte est doté...) de donneurs sains, produisent bien des interférons de type I après stimulation (Une stimulation est un événement physique ou chimique qui active une ou plusieurs cellules réceptrices de l'organisme. La cellule traduit la stimulation par un potentiel d'action, qui est transmis par les nerfs vers les organes...) in vitro par le bacille tuberculeux et cette production induit (L'induit est un organe généralement électromagnétique utilisé en électrotechnique chargé de recevoir l'induction de l'inducteur et de la transformer en électricité...), là également, un comportement anti-inflammatoire ou régulateur sur des macrophages humains. De façon très importante, des lymphocytes B isolés de fluides pleuraux de patients tuberculeux expriment fortement les gènes codant pour les interférons de type I. Comme cette réponse n'est pas détectée dans les lymphocytes B du sang de sujets sains ou de patients tuberculeux, il est probable que cette réponse soit mise en oeuvre localement, dans les tissus infectés.

Ces résultats mettent en avant une contribution nouvelle et inattendue des lymphocytes B dans la tuberculose par le bais de la production des interférons de type I, au-delà de leur capacité à produire des anticorps.

L'équipe de Simon Fillatreau au Deutsches Rheuma-Forschungszentrum [Leibniz Institute, Berlin (Allemagne)] et à l'Institut Necker-Enfants Malades (INEM, Paris) a collaboré à cette étude, ainsi que d'autres équipes en France, Allemagne, Royaume-Uni, Argentine et Afrique (D’une superficie de 30 221 532 km2 en incluant les îles, l’Afrique est un continent couvrant 6 % de la surface terrestre et 20,3 % de la surface des terres émergées....) du Sud (Le sud est un point cardinal, opposé au nord.).

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: CNRS-INSB