Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Posté par Adrien le Mardi 12/12/2017 à 00:00
Les bases cérébrales de la motivation altruiste pour son propre groupe social
Comment notre cerveau représente-t-il la motivation altruiste pour des individus de notre groupe social ? L'équipe de Jean-Claude Dreher à l'Institut des sciences cognitives, en collaboration avec l'équipe de Jorge Moll de l'Institut d'Or à Rio de Janeiro (Rio de Janeiro est une mégapole située dans le sud-est du Brésil. C'est également la capitale de l'État de Rio de Janeiro. Avec ses 6,1 millions d'habitants intra-muros (communément appelés les Cariocas) et 11,35 millions dans l'aire...), montre que la motivation (La motivation est, dans un organisme vivant, la composante ou le processus qui règle son engagement dans une action ou expérience. Elle en détermine le...) altruiste pour son propre groupe par rapport à un groupe extérieur au sien, engage une région nommée le cortex (En biologie, le cortex (mot latin signifiant écorce) désigne la couche superficielle ou périphérique d'un tissu organique.) cingulaire subgénual, qui est aussi engagée dans les liens d'affiliation et de parenté. Cette étude a été publiée le 23 Novembre 2017 dans la revue Scientific Reports.


Figure. Les participants scannés dans l'IRM étaient tous de vifs supporters d'une équipe de football. (A). L'expérience consistait à faire des efforts physiques dont l'intensité faisait gagner de l'argent pour soi-même, pour des supporters inconnus de son équipe de football ou pour des inconnus non supporters de son équipe. (B). Les régions cérébrales communes pour la motivation à gagner de l'argent pour soi-même ou autrui (à la fois son groupe ou un groupe externe), contrôlées par l'effet de l'effort, engagent le cortex orbitofrontal (mOFC) et le precuneus/cortex cingulaire postérieur. (C) A gauche. Dans la comparaison entre décision altruiste pour son groupe par rapport à un groupe extérieur, le cortex cingulaire subgénual (SCC) était fonctionnellement plus connecté au cortex médial orbitofrontal préalablement identifié. A droite. Le SCC était spécifiquement engagé pour la motivation pour les supporters de son équipe de football par rapport à des personnes inconnues extérieures.

Les hommes ont un besoin (Les besoins se situent au niveau de l'interaction entre l'individu et l'environnement. Il est souvent fait un classement des besoins humains en trois grandes catégories : les besoins primaires, les besoins...) d'appartenir à des groupes sociaux et une tendance naturelle à favoriser leur propre groupe. Bien que les mécanismes neurobiologiques à l'origine des décisions altruistes aient été largement étudiés chez l'homme (Un homme est un individu de sexe masculin adulte de l'espèce appelée Homme moderne (Homo sapiens) ou plus simplement « Homme »....), les systèmes cérébraux spécifiques liant (Un liant est un produit liquide qui agglomère des particules solides sous forme de poudre. Dans le domaine de la peinture, il permet au pigment d'une peinture de coller sur le...) l'appartenance à un groupe et la motivation altruiste restent à identifier.

Dans cette étude d'imagerie (L’imagerie consiste d'abord en la fabrication et le commerce des images physiques qui représentent des êtres ou des choses. La fabrication se faisait jadis soit à la main, soit par impression mécanique ; elle...) cérébrale fonctionnelle (En mathématiques, le terme fonctionnelle se réfère à certaines fonctions. Initialement, le terme désignait les fonctions qui en prennent d'autres en argument. Aujourd'hui, le...), Tiago Bortolini, Jean-Claude Dreher, Jorge Moll et leurs collègues ont étudié les mécanismes cérébraux sous-tendant la motivation altruiste pour son groupe dans un cadre écologique (i.e. le groupe avait une signification dans la vie (La vie est le nom donné :) de tous les jours). Pour cela, l'appartenance à un groupe a été étudiée dans un contexte (Le contexte d'un évènement inclut les circonstances et conditions qui l'entourent; le contexte d'un mot, d'une phrase ou d'un texte inclut les mots qui l'entourent. Le concept de contexte issu traditionnellement de...) où les participants étaient sélectionnés pour être des supporters d'un certaine équipe de football. La motivation altruiste était mesurée par un effort physique (La physique (du grec φυσις, la nature) est étymologiquement la « science de la nature ». Dans un sens général et ancien, la physique désigne la...) (appui sur un capteur (Un capteur est un dispositif transformant l'état d'une grandeur physique observée en une grandeur utilisable exemple : une tension électrique,...) de force (Le mot force peut désigner un pouvoir mécanique sur les choses, et aussi, métaphoriquement, un pouvoir de la volonté ou encore une vertu morale « cardinale » équivalent au courage (cf. les articles...) à l'intérieur d'un scanner), qui menait à gagner un montant d'argent proportionnel à cet effort, soit (i) pour soi-même, (ii) pour des supporters anonymes de son équipe de foot, ou (iii) pour un groupe neutre de personnes anonymes non supporter de son équipe de foot (Figure A).

Alors que dans ces trois conditions, la motivation pour gagner de l'argent pour soi-même ou autrui, engageait la partie médiale du cortex orbitofrontal (mOFC) (Figure B), le cortex cingulaire subgénual (SCC) présentait une connectivité fonctionnelle accrue avec le mOFC ainsi que des réponses plus fortes pour les décisions altruistes réalisées pour son groupe par rapport à un groupe extérieur (Figure C, droit).

Ces résultats indiquent un rôle clef (Au sens propre, la clef ou clé (les deux orthographes sont correctes) est un dispositif amovible permettant d'actionner un mécanisme.) du SCC dans la motivation pour son groupe, une région précédemment impliquée dans les comportements altruistes mais aussi d'attachement et d'affiliation. Ces résultats indiquent que la motivation altruiste pour des individus d'un groupe culturel donné engage des régions cérébrales qui intègrent des mécanismes motivationnels (mOFC) et d'affiliation (SCC) à ce groupe. Ils permettent de mieux comprendre les bases cérébrales des liens entre motivation et attachement pour un groupe culturel, un universel humain qui se manifeste par des phénomènes d'appartenance à ce groupe qui peuvent mener au fanatisme.

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: CNRS-INSB
 
Page générée en 0.603 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - Informations légales