Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Posté par Adrien le Samedi 16/12/2017 à 00:00
Paolo Nespoli de retour sur Terre
L'astronaute de l'ESA Paolo Nespoli est rentré sur Terre tôt jeudi matin à l'issue d'une mission de 139 jours dans l'espace. Quittant la Station spatiale internationale (ISS), qui se déplace à la vitesse de 28 800 km/h, Paolo et ses coéquipiers Randy Bresnik de la NASA (La National Aeronautics and Space Administration (« Administration nationale de l'aéronautique et de l'espace ») plus connue sous son abréviation NASA,...) et Sergueï Riazanski de Roskosmos ont fini leur course (Course : Ce mot a plusieurs sens, ayant tous un rapport avec le mouvement.), à peine trois heures (L'heure est une unité de mesure  :) plus tard, par un atterrissage (L’atterrissage désigne, au sens étymologique, le fait de rejoindre la terre ferme. Le terme recouvre cependant des notions différentes suivant qu'il est employé dans le domaine maritime...) dans les steppes du Kazakhstan à 8h37 (temps universel).

La capsule Soyouz (Soyouz (du russe Союз, Union) désigne une famille de vaisseaux spatiaux habités soviétiques , puis russes après...) MS-05 a résisté aux conditions extrêmes de la phase (Le mot phase peut avoir plusieurs significations, il employé dans plusieurs domaines et principalement en physique :) de descente et d'atterrissage: au cours de la rentrée atmosphérique, son bouclier thermique (Un bouclier thermique, dans le domaine de l'astronautique, est un dispositif destiné à protéger une partie d'un engin spatial contre l'échauffement cinétique.) a atteint la température (La température est une grandeur physique mesurée à l'aide d'un thermomètre et étudiée en thermométrie. Dans la vie courante, elle est reliée aux sensations de froid et de chaud, provenant du transfert...) 1600°C, pendant que, du fait de la décélération, les astronautes ont ressenti jusqu'à quatre fois leur poids (Le poids est la force de pesanteur, d'origine gravitationnelle et inertielle, exercée par la Terre sur un corps massique en raison uniquement du voisinage de la Terre. Elle est égale à...).


L'atterrissage de Paolo en 2011
Les parachutes se sont déployés à 10 kilomètres (Le mètre (symbole m, du grec metron, mesure) est l'unité de base de longueur du Système international. Il est défini comme la distance parcourue par la lumière dans le vide en 1/299 792 458 seconde.) d'altitude (L'altitude est l'élévation verticale d'un lieu ou d'un objet par rapport à un niveau de base. C'est une des composantes géographique et biogéographique qui explique la répartition de la vie sur terre.), puis les rétrofusées ont pris le relais pour le freinage final.

"On appelle ça un atterrissage en douceur mais, en réalité, on a plutôt l'impression de se trouver dans une petite voiture qui entrerait en collision (Une collision est un choc direct entre deux objets. Un tel impact transmet une partie de l'énergie et de l'impulsion de l'un des corps au second.) frontale avec un camion (Le camion est un véhicule routier de plus de 3,5 tonnes, destiné à transporter des marchandises. Le camion se distingue du véhicule léger sur le plan technique (charge à l'essieu nettement plus...)", expliquait Paolo en évoquant son atterrissage de 2011.

Durant ses cinq mois (Le mois (Du lat. mensis «mois», et anciennement au plur. «menstrues») est une période de temps arbitraire.) de mission, Paolo a fait 2224 fois le tour de la Terre (La Terre est la troisième planète du Système solaire par ordre de distance croissante au Soleil, et la quatrième par taille et par masse...), vu 35 000 levers et couchers de soleil (Le Soleil (Sol en latin, Helios ou Ήλιος en grec) est l'étoile centrale du système solaire. Dans la classification astronomique, c'est une...) et parcouru 94 millions de kilomètres.

Avec cette troisième mission, qui était également sa troisième visite à bord de l'ISS, Paolo totalise désormais 313 jours (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil éclairent le ciel. Son début (par...) de vol spatial (Constantin Tsiolkovski (1857-1935) est considéré comme le père du vol spatial. Dès la fin du XIXe siècle, il décrit les technologies nécessaires pour aller dans l'espace (notamment les moteurs-fusées) et lancera...) et se place ainsi juste derrière Thomas Reiter, l'astronaute (Un astronaute est le nom donné à une personne qui voyage ou ayant voyagé dans l'espace. Le terme désigne généralement un professionnel, pilote ou passager d'un véhicule...) de l'ESA qui a passé (Le passé est d'abord un concept lié au temps : il est constitué de l'ensemble des configurations successives du monde et s'oppose au futur sur une échelle...) le plus grand nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) de jours dans l'espace.

Retour à la vie terrestre

Dans le cadre de sa mission, baptisée Vita (acronyme formé à partir de l'anglais Vitality, Innovation, Technology and Ability), Paolo a mené plus de soixante expériences.

Son organisme lui-même a été sujet de recherches: ses yeux, ses maux de tête, ses cycles de sommeil (Le sommeil est un état naturel récurrent de perte de conscience (mais sans perte de la réception sensitive) du monde extérieur, accompagnée d'une diminution progressive du tonus musculaire,...) et ses habitudes alimentaires ont fait l'objet (De manière générale, le mot objet (du latin objectum, 1361) désigne une entité définie dans un espace à trois dimensions, qui a une fonction...) d'un suivi visant à comprendre comment l'humain s'adapte à la vie dans l'espace.

Ses courbes de température, ses performances musculaires ainsi que de nombreux prélèvements sanguins et salivaires viendront compléter les données (Dans les technologies de l'information (TI), une donnée est une description élémentaire, souvent codée, d'une chose, d'une transaction d'affaire, d'un événement, etc.) existantes afin de mieux préparer les astronautes à s'aventurer plus loin dans l'espace.

Depuis son poste de commande (Commande : terme utilisé dans de nombreux domaines, généralement il désigne un ordre ou un souhait impératif.) à quelque 400 km de la planète (Une planète est un corps céleste orbitant autour du Soleil ou d'une autre étoile de l'Univers et possédant une masse suffisante pour que sa gravité...), il a dirigé la réparation par un robot (Un robot est un dispositif mécatronique (alliant mécanique, électronique et informatique) accomplissant automatiquement soit des tâches qui sont généralement...) humanoïde de trois panneaux solaires endommagés sur un terrain de simulation du sol martien (Martien est un nom générique qui désigne plusieurs types de créatures imaginaires censées vivre sur mars. Selon la version la plus répandue, les...) situé en Allemagne, offrant un avant-goût de la manière dont astronautes et robots pourront travailler de concert lors de futures missions planétaires.

Pour évaluer à quel point (Graphie) tablettes et smartphones pourraient simplifier le quotidien dans l'espace, Paolo a en outre testé un système mains libres permettant de visualiser des instructions au cours de tâches complexes.

Pendant sa mission Vita, Paolo a été le témoin d'un trafic spatial chargé, avec quatre arrivées de véhicules spatiaux et trois départs de la Station. Paolo a pris part à deux amarrages à l'aide du bras robotique de l'ISS et prêté assistance à ses coéquipiers lors de quatre sorties dans l'espace.

Un riche programme de conférences et de tests l'attend désormais. Dans l'espace, les astronautes subissent une sorte de vieillissement (La notion de vieillissement décrit une ou plusieurs modifications fonctionnelles diminuant progressivement l'aptitude d'un objet, d'une information ou d'un organisme à assurer ses fonctions.) accéléré. À leur retour sur Terre, il faut qu'ils se réadaptent aux conditions de gravité (La gravitation est une des quatre interactions fondamentales de la physique.). Des chercheurs étudieront Paolo de près afin de voir comment son corps se réacclimate à la vie terrestre.

Le prochain astronaute de l'ESA qui partira pour l'ISS sera Alexander Gerst, dont le vol est prévu à l'été 2018.


Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: ESA