Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Posté par Adrien le Mercredi 07/02/2018 à 00:00
Comment les virus arrivent-ils à déjouer le système immunitaire ?
Comment les virus à l'origine d'infections chroniques, telles que le VIH ou le virus de l'hépatite c, parviennent-ils à déjouer le système immunitaire de leur hôte ?

La réponse à cette question a longtemps échappé aux scientifiques, mais une nouvelle recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension métonymique, la recherche...) menée à l'Université McGill a permis la découverte d'un mécanisme moléculaire qui pourrait bien être la pièce maîtresse de ce puzzle. En effet, cette découverte pourrait donner lieu à l'établissement de nouvelles cibles dans le traitement de nombreuses maladies.

Pour combattre l'infection, notre organisme doit être en mesure de détecter rapidement les cellules infectées, puis de les détruire, une fonction assurée par une classe de cellules immunitaires appelées lymphocytes T CD8+. Ces " soldats " reçoivent leurs " ordres " des cytokines, des substances chimiques qui les rendent plus ou moins sensibles aux menaces extérieures. Dans la plupart des cas, les lymphocytes T CD8+ détruisent rapidement les cellules infectées, coupant ainsi court à l'infection.  

" Dans le cas d'une infection virale chronique, les "soldats" (les lymphocytes T CD8+) reçoivent les mauvais ordres, ce qui les rendent moins réactifs ", explique Martin Richer, professeur adjoint au Département de microbiologie (La microbiologie est la science qui étudie les micro-organismes (ou microorganismes).) et d'immunologie (L'immunologie est la branche de la biologie qui s'occupe de l'étude du système immunitaire. Apparu très tôt dans l'échelle de l'évolution, ce système a évolué pour discriminer le...) de l'Université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la production du savoir (recherche), sa conservation et sa transmission (études supérieures). Aux États-Unis, au moment où les...) McGill et auteur principal de l'étude récemment publiée dans la revue Immunity.

La recherche menée au laboratoire du professeur Richer par Logan Smith, un ancien étudiant de deuxième cycle de M. Richer, cherchait justement à comprendre la cause de ces " mauvais ordres ". Les travaux ont montré que certains virus (Un virus est une entité biologique qui nécessite une cellule hôte, dont il utilise les constituants pour se multiplier. Les virus existent sous une forme extracellulaire ou...) arrivent à survivre en stimulant (Un stimulant est une substance qui augmente l'activité du système nerveux sympathique facilitant ou améliorant certaines fonctions de l'organisme. Parmi les stimulants...) la production d'une cytokine qui entraîne la modification de glycoprotéines à la surface (Une surface désigne généralement la couche superficielle d'un objet. Le terme a plusieurs acceptions, parfois objet géométrique, parfois frontière physique, et est...) des lymphocytes T CD8+, ce qui a pour effet de désactiver ces cellulaires immunitaires. Le pathogène (Le terme pathogène (du grec παθογ?νεια ! « naissance de la douleur ») signifie : qui entraîne une maladie....) dispose ainsi de plus de temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.) pour battre la réponse immunitaire de vitesse (On distingue :) et installer l'infection chronique. Cette voie de signalisation peut être ciblée afin de restaurer une partie de l'activité (Le terme d'activité peut désigner une profession.) des cellules T et augmenter leur capacité à contrôler l'infection.

La découverte de ce mécanisme de régulation (Le terme de régulation renvoie dans son sens concret à une discipline technique, qui se rattache au plan scientifique à l'automatique.) des cellules T pourrait contribuer à l'établissement de nouvelles cibles dans le traitement de nombreuses maladies.

" Cette découverte pourrait être utile pour le traitement de maladies auto-immunes ou le cancer (Le cancer est une maladie caractérisée par une prolifération cellulaire anormalement importante au sein d'un tissu normal de l'organisme, de...), des maladies où le fonctionnement des cellules T est mal contrôlé, ajoute professeur Richer. Pour les infections virales chroniques, nous pourrions être en mesure de tirer parti de ces signaux pour accroître la réactivité du système immunitaire (Le système immunitaire d'un organisme est un ensemble coordonné d'éléments de reconnaissance et de défense qui discrimine le « soi » du « non-soi ». Ce qui est...) et ainsi mieux combattre ces virus. "

L'article intitulé Interleukin-10 Directly Inhibits CD8+ T Cell Function by Enhancing N-Glycan Branching to Decrease Antigen Sensitivity a été publié dans la revue Immunity.

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: Université McGill
 
Page générée en 0.144 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - Informations légales