Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Posté par Adrien le Jeudi 08/02/2018 à 00:00
Répliques au-delà de la fosse de subduction: marqueur de la rupture superficielle des grands séismes

Dans le cas d'une rupture qui s'arrête en profondeur (scénario 1), aucune réplique n'est détectée au-delà de fosse de subduction. Au contraire, si des répliques sont déclenchées au-delà de la fosse, elles sont le témoin que la rupture s'est propagée jusqu'à la surface (Une surface désigne généralement la couche superficielle d'un objet. Le terme a plusieurs acceptions, parfois objet géométrique, parfois frontière physique, et est souvent abusivement confondu avec sa mesure, sa...) (scénario 2).
Deux chercheurs du laboratoire Géoazur (Université Côte d'Azur / CNRS (Le Centre national de la recherche scientifique, plus connu sous son sigle CNRS, est le plus grand organisme de recherche scientifique public français (EPST).) / OCA / IRD) viennent de découvrir que les répliques au-delà de la fosse de subduction (La subduction est le processus d'enfoncement d'une plaque tectonique sous une autre plaque de densité plus faible, en général une plaque océanique sous une plaque continentale ou sous une plaque...) sont un indicateur de la rupture en surface des grands séismes. Cette découverte vient de paraître dans Earth and Planetary Science Letters du 1er février 2018 et va permettre une meilleure mise en évidence des ruptures superficielles et du potentiel tsunami (Un tsunami (japonais : ? tsu, « port » et ? nami, « vague ») est une onde provoquée par un rapide mouvement d'un grand volume d'eau (océan ou mer). Ce mouvement est en général dû à un...) des zones de subduction.

Dans les zones de subduction, où se produisent majoritairement les grands séismes, il a longtemps été supposé que les ruptures s'initient et se propagent difficilement vers la surface du fait des faibles pressions du milieu et de la nature peu consolidée des roches. Cette hypothèse n'a jamais pu être véritablement vérifiée à cause de la difficulté d'imager le glissement sismique lorsqu'il se produit sous les océans (Océans stylisé Ωcéans est un documentaire français réalisé par Jacques Perrin et Jacques Cluzaud dont le tournage a commencé en 2004 et produit en 2009.) et loin des réseaux d'observation (L’observation est l’action de suivi attentif des phénomènes, sans volonté de les modifier, à l’aide de moyens d’enquête et d’étude appropriés. Le plaisir...) terrestres comme c'est pratiquement toujours le cas en contexte (Le contexte d'un évènement inclut les circonstances et conditions qui l'entourent; le contexte d'un mot, d'une phrase ou d'un texte inclut les mots qui...) de subduction. Or, les enjeux sous-tendus par la possible occurrence des ruptures superficielles sont fondamentaux du point (Graphie) de vue (La vue est le sens qui permet d'observer et d'analyser l'environnement par la réception et l'interprétation des rayonnements lumineux.) scientifique (Un scientifique est une personne qui se consacre à l'étude d'une science ou des sciences et qui se consacre à l'étude d'un domaine avec la rigueur et les méthodes...) pour la compréhension des séismes, mais aussi du point de vue sociétal puisqu'une rupture superficielle est plus à même de générer un grand tsunami, comme ce fut le cas lors du séisme du Japon de 2011.

Les travaux qui viennent d'être publiés démontrent qu'il est possible de caractériser la rupture superficielle des grands séismes à partir de l'étude des répliques. Pour cela, les chercheurs de Géoazur ont étudié le lien entre quelques séismes récents particulièrement bien documentés et les répliques détectées par les réseaux sismologiques globaux. Ils ont mis en évidence que le déclenchement de répliques au-delà de la fosse de subduction, dans la zone dite "outer-rise", était conditionné par l'existence d'une rupture superficielle. Ces travaux introduisent un nouveau type d'observation pour analyser les séismes à venir. Ils permettent aussi de réviser les séismes passés puisque les répliques sont suffisamment bien enregistrées à l'échelle mondiale depuis plusieurs décennies. Il devrait donc découler de ces travaux une première estimation de la fréquence (En physique, la fréquence désigne en général la mesure du nombre de fois qu'un phénomène périodique se reproduit par unité de temps. Ainsi lorsqu'on emploie le mot...) et de la répartition des ruptures superficielles à l'échelle globale, élément clé pour comprendre la physique (La physique (du grec φυσις, la nature) est étymologiquement la « science de la nature ». Dans un sens général et ancien, la physique...) qui gouverne (Une gouverne est une surface mobile agissant dans l'air ou dans l'eau servant à piloter un mobile selon un de ses trois axes :) les séismes, mais aussi pour affiner les estimations de l'aléa sismique et tsunami le long de la ceinture de feu (Le feu est la production d'une flamme par une réaction chimique exothermique d'oxydation appelée combustion.).

Ce travail a été initié dans le cadre du projet (Un projet est un engagement irréversible de résultat incertain, non reproductible a priori à l’identique, nécessitant le concours et l’intégration...) ANR E-POST "La déformation postsismique précoce: un processus clef (Au sens propre, la clef ou clé (les deux orthographes sont correctes) est un dispositif amovible permettant d'actionner un mécanisme.) dans le cycle sismique. De l'observation à la modélisation." qui vise à comprendre l'évolution de la faille et du milieu dans les minutes ( Forme première d'un document : Droit : une minute est l'original d'un acte. Cartographie géologique ; la minute de terrain est la carte originale, au crayon, levée sur le terrain. ...) à jours (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil éclairent le ciel. Son début (par rapport à minuit heure locale)...) qui suivent un séisme.

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: CNRS-INSU
 
Page générée en 0.162 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - Informations légales