Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Posté par Isabelle le Vendredi 15/06/2018 à 12:00
L'homme, une espèce cancérigène pour la faune sauvage ?
Une étude menée en collaboration entre le CNRS, les Etats-Unis (Arizona State University et Louisiana State University) et l'Australie (Deakin University) publiée dans Nature Ecology and Evolution suggère que les activités humaines pourraient conduire à une augmentation des taux de cancer (Le cancer est une maladie caractérisée par une prolifération cellulaire anormalement importante au sein d'un tissu normal de l'organisme, de...) dans la faune sauvage. Ainsi, l'espèce (Dans les sciences du vivant, l’espèce (du latin species, « type » ou « apparence ») est le taxon de base de la systématique. L'espèce est un...) humaine pourrait être définie comme une espèce cancérigène avec des conséquences majeures sur le fonctionnement des écosystèmes.


Beluga - Aquarium d'Atlanta. Crédits photo: Greg Hume

Le lien entre pollution (La pollution est définie comme ce qui rend un milieu malsain. La définition varie selon le contexte, selon le milieu considéré et selon ce que l'on peut entendre par malsain [1].) et taux de cancer est désormais largement établi chez l'homme (Un homme est un individu de sexe masculin adulte de l'espèce appelée Homme moderne (Homo sapiens) ou plus simplement « Homme ». Par...), mais est-ce que les espèces sauvages développent également des cancers avec des prévalences plus élevées dans des habitats impactés par les activités humaines ? Une étude publiée dans Nature Ecology and Evolution suggère que les mêmes mécanismes physiologiques (modifications de secrétions hormonales, du taux de mutation de l'ADN ou de l'activité (Le terme d'activité peut désigner une profession.) du système immunitaire) connus pour stimuler la progression tumorale chez l'homme, pourraient être impactés par une exposition aux polluants chez la plupart des espèces sauvages.

De précédents travaux ont montré que le cancer a été détecté chez toutes les espèces chez lesquelles il a été recherché et que certaines espèces développent des taux extrêmement élevés de cancer en milieux pollués. Ainsi, des prévalences pouvant atteindre 27 % ont été mesurées dans une population de beluga dans l'estuaire (L'estuaire est la portion de l'embouchure d'un fleuve où l'effet de la mer ou de l'océan dans lequel il se jette est perceptible. Cette définition conduit à une controverse. Ainsi certains défendent l'idée que l'estuaire d'un fleuve est...) du Saint Laurent au Canada (un milieu pollué par l'industrie métallurgique), empêchant potentiellement cette population de récupérer après une forte baisse due à des pressions de chasse trop élevées.

La présente étude propose aussi d'autres processus par lesquels l'homme pourrait influencer les taux de cancer dans la faune sauvage. Par exemple, la pollution par la lumière (La lumière est l'ensemble des ondes électromagnétiques visibles par l'œil humain, c'est-à-dire comprises dans des longueurs d'onde de 380nm (violet) à 780nm...) artificielle nocturne et son impact sur le sommeil (Le sommeil est un état naturel récurrent de perte de conscience (mais sans perte de la réception sensitive) du monde extérieur, accompagnée d'une diminution progressive du tonus musculaire, survenant à intervalles...) et les sécrétions hormonales, notamment de mélatonine (une hormone (Une hormone est un messager chimique véhiculé par le système circulatoire qui agit à distance de son site de production par fixation sur des récepteurs spécifiques.) avec des propriétés anti-tumorales), est connue pour influencer les taux de cancer chez l'homme et les modèles de laboratoire, et pourrait donc également avoir les mêmes effets sur le terrain. De la même manière, la nourriture accessible aux animaux sauvages en milieux urbains (mangeoires, déchets) ne correspond pas aux besoins de ceux-ci et sa consommation entraine des carences en micronutriments et des modifications du microbiome. De plus, la nourriture fournie aux animaux sauvages, et notamment aux charognards avec des carcasses de bétail, contient dans certains cas des composés aux propriétés cancérigènes. Par exemple, des résidus d'antibiotiques aux propriétés cancérigènes ont été détectés chez 92 % des vautours fauves testés.

Les processus oncogéniques, en tant que source (directe ou indirecte) de mortalité, représentent donc un enjeu majeur en termes de conservation qui est à l'heure (L’heure est une unité de mesure du temps. Le mot désigne aussi la grandeur elle-même, l'instant (l'« heure qu'il est »), y compris en sciences (« heure...) actuelle trop ignoré. La morbidité liée au cancer a explosé durant les dernières années dans certaines communautés exposées à des pollutions intenses comme à Tchernobyl et l'augmentation récente et généralisée de la pollution cancérigène pourrait exposer de nombreuses espèces sauvages à des doses moins fortes de polluants mais suffisantes pour stimuler le développement de processus oncogéniques et perturber le fonctionnement de certaines communautés et écosystèmes. Par exemple, il est prédit que 99 % des espèces d'oiseaux marins (et 95 % des individus de chaque espèce) auront ingéré des micro-plastiques d'ici à 2050. Or, on sait que ces micro-plastiques relâchent une multitude de composés chimiques dont certains, tel que le bisphénol A (Le Bisphénol A (BPA) est un composé chimique issu de la réaction entre deux équivalents de phénol et un équivalent d'acétone, dont la toxicité sur le corps...), ont des effets cancérigènes chez l'homme ou les espèces modèles de laboratoire. Il est donc désormais crucial de développer des programmes de suivi des populations à risque en termes de statut de conservation ou d'exposition aux agents cancérigènes afin de détecter précocement de potentielles épizooties de cancer et de mettre en place des politiques environnementales adaptées.

Référence publication:
Human activities might influence oncogenic processes in wild animal (Un animal (du latin animus, esprit, ou principe vital) est, selon la classification classique, un être vivant hétérotrophe, c’est-à-dire qu’il se nourrit de substances organiques. On...) populations. Mathieu Giraudeau, Tuul Sepp, Beata Ujvari, Paul Ewald et Fréderic Thomas publie dans Nature Ecology and Evolution.

Contacts chercheurs:
- Mathieu GIRAUDEAU ? Arizona State University (USA) et M.I.V.E.G.E.C (IRD / CNRS (Le Centre national de la recherche scientifique, plus connu sous son sigle CNRS, est le plus grand organisme de recherche scientifique public français (EPST).) / Université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la production du savoir (recherche), sa conservation et sa transmission...) de Montpellier)

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: CNRS-INEE
 
Page générée en 0.235 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - Informations légales