Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Posté par Redbran le Mardi 03/07/2018 à 12:00
Impression 3D: réglementer sans freiner l'innovation

© Europa
L'impression 3D soulève quelques questions concernant la responsabilité civile et le respect du droit de la propriété intellectuelle. Interview de la députée française Joëlle Bergeron.

Qui doit être tenu responsable si un accident est causé par un objet (De manière générale, le mot objet (du latin objectum, 1361) désigne une entité définie dans un espace à trois dimensions, qui a une fonction précise, et qui peut être désigné par une...) imprimé en 3D ? Le concepteur (Un concepteur est une personne qui imagine et réalise quelque chose. Ce mot vient du verbe concevoir.), le propriétaire de l'imprimante (Les imprimantes ont été conçues dès l’apparition des premiers ordinateurs, pour permettre la consultation et la conservation sur support papier des...), le fabriquant de l'imprimante ou la personne qui a imprimé l'objet en question ?

La fabrication additive, aussi connue sous le nom d'impression 3D, change la manière dont les produits sont conçus, développés, produits et distribués. Selon un rapport de la Commission européenne, le marché de l'impression 3D devrait atteindre les 9,64 milliards d'ici 2021. L'impression 3D encourage la production locale et stimule la commercialisation mondiale de conceptions créatives mais elle soulève quelques questions concernant le respect du droit de la propriété intellectuelle et la responsabilité civile.

Le 20 juin, la commission des affaires juridiques a soutenu un rapport non législatif de Joëlle Bergeron, députée française du groupe Europe (L’Europe est une région terrestre qui peut être considérée comme un continent à part entière, mais aussi comme...) de la liberté et de la démocratie directe qui fixe des recommandations législatives et réglementaires concernant l'impression 3D. Nous l'avons rencontrée:

Qui devrait être tenu responsable si un produit défectueux ou dangereux est imprimé en 3D ?

En matière (La matière est la substance qui compose tout corps ayant une réalité tangible. Ses trois états les plus communs sont l'état...) d'impression 3D, les règles sur la responsabilité (générale) civile, telles que définies par la directive sur le commerce électronique (Le commerce électronique (e-commerce, en anglais) désigne l'échange de biens et de services entre deux entités sur les réseaux informatiques, notamment Internet. Il représente un marché de 10 milliards d’euros de Chiffre...), s'appliquent. Cependant, un régime spécifique de responsabilité civile devrait être envisagé pour les dommages causés au consommateur par un objet créé grâce à la technologie (Le mot technologie possède deux acceptions de fait :) d'impression 3D.

En cas d'accident, la responsabilité du fait d'un produit défectueux peut potentiellement ainsi incomber au créateur ou au vendeur du fichier ( Un fichier est un endroit où sont rangées des fiches. Cela peut-être un meuble, une pièce, un bâtiment, une base de données informatique. Par exemple : fichier des patients d'un médecin, fichier des...) 3D, au producteur de l'imprimante 3D, au producteur du logiciel (En informatique, un logiciel est un ensemble d'informations relatives à des traitements effectués automatiquement par un appareil informatique. Y sont inclus les instructions de traitement, regroupées sous forme de programmes, des...) régissant l'imprimante 3D, au fournisseur du matériau (Un matériau est une matière d'origine naturelle ou artificielle que l'homme façonne pour en faire des objets. C'est donc une matière de base...) utilisé ou encore à la personne créant elle-même l'objet, en fonction de l'origine de la défectuosité.

La chaine des responsabilités peut donc être longue et complexe

À ce jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil éclairent le ciel....), il n'y a pas encore de jurisprudence spécifique relative aux règles de responsabilité civile pour un objet produit en 3D. Il s'agit donc d'un "territoire (La notion de territoire a pris une importance croissante en géographie et notamment en géographie humaine et politique, même si ce concept est utilisé par d'autres sciences humaines. Dans le dictionnaire de géographie de...) inconnu" pour les fabricants. C'est dès lors à nous, élus au Parlement européen de montrer la voie à la Commission et de l'inciter à regarder de près toutes ces questions juridiques.

Comment réglementer l'industrie de l'impression 3D sans pour autant freiner l'innovation ?

Il s'agit dans ce rapport d'initiative législative de fixer les grandes lignes et de préconiser de potentielles interventions législatives et réglementaires en matière d'impression 3D. Nous sommes tous conscients que trop de normes risqueraient de freiner l'innovation. Dans ce dossier, seul le respect du droit de la propriété intellectuelle et les questions relevant de la responsabilité civile en cas d'objet défectueux ont retenu notre attention. La réponse législative devra éviter une duplication de règles et tenir compte des normes existantes et des projets déjà en cours. Encore une fois, il y a une nécessité d'accompagner l'innovation par le droit, sans pour autant que le droit ne soit un frein (Un frein est un système permettant de ralentir, voire d'immobiliser, les pièces en mouvement d'une machine ou un véhicule en cours de déplacement.) ou une contrainte.

Des règles claires précisant qui est le détenteur des droits sur un produit imprimé en 3D aideraient à lutter contre la contrefaçon et à protéger le travail des concepteurs et des imprimeurs. Comment voyez-vous le futur de l'industrie et quelles sont les prochaines étapes en termes de législation ?

La démocratisation de l'impression 3D n'engendre pas actuellement de problèmes massifs de violation du droit de la propriété intellectuelle. Les clients des espaces fablabs comme des services d'impression en ligne sont en grande majorité des professionnels, notamment les services high-tech des grandes entreprises industrielles ou des designers, qui ont recours à cette technique pour la production de prototypes ou d'objets en série limitée, et ce dans le cadre de leur activité (Le terme d'activité peut désigner une profession.) d'innovation ou de création.

Sur les plates-formes d'échange de fichiers 3D, la part de ceux qui reproduisent une ?uvre protégée par le droit de la propriété intellectuelle est faible. Le risque de contrefaçon pèse principalement sur les ?uvres d'art. Il est toutefois raisonnable d'envisager des problèmes à venir concernant le droit d'auteur lorsque l'impression 3D sera passée en mode industriel. Le fichier créé peut être considéré comme une création et sera dès lors protégé en tant que tel. La copie à usage (L’usage est l'action de se servir de quelque chose.) commercial (Un commercial (une commerciale) est une personne dont le métier est lié à la vente.) (et non privé) et sans autorisation du titulaire des droits du fichier sera donc considérée comme une contrefaçon ainsi que son impression. Il faut par ailleurs rester vigilant (Le SNLE Vigilant (S30) de la Royal Navy est le 3eme des 4 sous-marin de la classe Vanguard.) sur certaines questions, comme le cryptage (En cryptographie, le chiffrement (parfois appelé à tort cryptage) est le procédé grâce auquel on peut rendre la compréhension d'un document impossible à toute personne qui n'a pas la clé de (dé)chiffrement.) et la protection des fichiers, afin d'éviter le téléchargement (En informatique, le téléchargement (en anglais download) est l’opération de transmission d’informations — programmes, données, images, sons, vidéos — d’un...) et la reproduction (La Reproduction. Eléments pour une théorie du système d'enseignement est un ouvrage de sociologie co-écrit par Pierre Bourdieu et Jean-Claude...) illégales de ces fichiers ou objets protégés ainsi que la duplication d'objets illicites.

Je crois qu'il est également indispensable, pour prévenir efficacement la contrefaçon, qu'une offre légale d'impression 3D se développe, afin que le particulier qui souhaite réaliser l'impression d'une création puisse y parvenir sans enfreindre la loi et en assurant une juste rémunération de son auteur.

Prochaines étapes: Le Parlement européen votera sur le rapport durant la session plénière de juillet.

Voir vidéo (La vidéo regroupe l'ensemble des techniques, technologie, permettant l'enregistrement ainsi que la restitution d'images animées, accompagnées ou non de son, sur un support...): https://www.europarltv.europa.eu/fr/programme/eu-affairs/3d-printing-parliament-looking-into-new-technology

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: Parlement Européen
 
Archives des News
  Juillet 2018
  Juin 2018
  Mai 2018
  Avril 2018
  Toutes les archives

Samedi 14 Juillet 2018 à 12:00:17 - Multimédia - 1 commentaire
» L'Internet des Objets spatial décolle
Page générée en 0.163 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - Informations légales