Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Posté par Isabelle le Mercredi 29/08/2018 à 12:00
Conséquences durables de la déforestation massive entreprise par les Mayas
Les effets de la déforestation entreprise par les Mayas sur les stocks de carbone d'Amérique centrale demeurent présents.


Pyramide à degrés de la cité postclassique maya de Chichén Itzá. Illustration Wikimedia Commons/Fcb981

On soupçonnait déjà la déforestation d'avoir contribué au mystérieux effondrement de la civilisation maya, il y a plus de mille ans. Or, une nouvelle étude révèle que la coupe des forêts a également décimé les stocks de carbone (Le carbone est un élément chimique de la famille des cristallogènes, de symbole C, de numéro atomique 6 et de masse atomique 12,0107.) contenu dans le sol de la péninsule du Yucatan, et ce, longtemps après l'abandon des anciennes cités et la régénération des forêts.

Les résultats de l'étude, publiés dans la revue Nature Geoscience, soulignent à quel point (Graphie) les sols et le traitement que nous leur réservons peuvent avoir une incidence marquée sur les gaz (Un gaz est un ensemble d'atomes ou de molécules très faiblement liés et quasi-indépendants. Dans l’état gazeux, la matière n'a pas de forme propre ni de volume propre : un gaz tend à occuper tout le...) à effet de serre (L'effet de serre est un processus naturel qui, pour une absorption donnée d'énergie électromagnétique, provenant du Soleil (dans le cas des corps du système solaire) ou d'autres étoiles...) dans l'atmosphère (Le mot atmosphère peut avoir plusieurs significations :) de la planète (Une planète est un corps céleste orbitant autour du Soleil ou d'une autre étoile de l'Univers et possédant une masse suffisante pour que sa gravité la...).

Les Mayas ont amorcé leurs activités agricoles il y a environ quatre mille ans. Et des études antérieures ont montré que la propagation de l'agriculture et l'érection de cités ont engendré une déforestation massive (Le mot massif peut être employé comme :) et l'érosion des sols. "?Cette nouvelle étude révèle un fait étonnant: les sols de la région n'ont pas entièrement recouvré leur état initial, en dépit du stockage de carbone associé à la reforestation qui s'opère depuis plus de mille ans?", mentionne Peter Douglas, géochimiste à l'Université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la production du savoir (recherche), sa conservation et sa transmission (études supérieures). Aux États-Unis, au moment où les...) McGill et auteur principal du nouvel article.

Un changement fondamental de l'écosystème

"?Aujourd'hui, cette région semble en grande partie couverte d'une forêt (Une forêt ou un massif forestier est une étendue boisée, relativement dense, constituée d'un ou plusieurs peuplements d'arbres et d'espèces associées. Un boisement de...) tropicale dense et ancienne, précise Peter Douglas, professeur agrégé en sciences de la Terre (La Terre est la troisième planète du Système solaire par ordre de distance croissante au Soleil, et la quatrième par taille et par masse croissantes. C'est la plus grande et la plus massive des quatre...) et des planètes à l'Université McGill. Cependant, l'état des stocks de carbone dans le sol indique que l'écosystème semble avoir subi de profonds changements, qui n'ont pas encore été totalement neutralisés.?"

Le sol est l'un des plus vastes entrepôts de carbone de la planète; il en contient au moins deux fois plus que l'atmosphère terrestre actuelle. Cela dit, les scientifiques savent très peu de choses sur les changements que subissent les puits de carbone terrestre au-delà d'une période d'environ dix ans. Cette nouvelle étude, à l'instar d'autres travaux de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension...) récemment publiés, indique que ces réservoirs peuvent fluctuer considérablement au fil des siècles, voire des millénaires.

Afin d'étudier ces effets à long terme, le Pr Douglas et ses coauteurs ont examiné des carottages de sédiments extraits du fond de trois lacs dans les basses terres mayas au sud (Le sud est un point cardinal, opposé au nord.) du Mexique et au Guatemala. Les chercheurs ont employé des mesures au radiocarbone, un isotope (Le noyau d'un atome est constitué en première approche de protons et de neutrons. En physique nucléaire, deux atomes sont dits isotopes s'ils ont le même nombre de protons. Le nombre de...) qui se désintègre avec le temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.), pour établir l'âge de molécules de cires végétales qui sont habituellement stockées dans le sol durant de longues périodes, étant donné qu'elles finissent par se lier à des minéraux. Ils ont ensuite comparé l'âge des molécules de cires à celui de plantes fossilisées présentes dans les sédiments.

Formée de scientifiques de l'Université Yale, de l'École polytechnique fédérale de Zurich, de l'Université de Floride et de l'Université du Wisconsin à Superior, l'équipe de recherche a découvert que, du moment où les Mayas ont entrepris la déforestation de leur territoire (La notion de territoire a pris une importance croissante en géographie et notamment en géographie humaine et politique, même si ce concept est utilisé par d'autres sciences humaines. Dans le dictionnaire de...), la différence d'âge entre les fossiles et les cires végétales est passée de très grande à très petite. Par conséquent, la durée de stockage du carbone dans le sol a été nettement réduite.

Ce projet (Un projet est un engagement irréversible de résultat incertain, non reproductible a priori à l’identique, nécessitant le concours et l’intégration d’une...) découle d'une recherche menée par le Pr Douglas il y a plusieurs années, dans le cadre de son doctorat (Le doctorat (du latin doctorem, de doctum, supin de docere, enseigner) est généralement le grade universitaire le plus élevé. Le titulaire de ce grade est le docteur. Selon les pays et les époques, le...) à l'Université Yale, où il a employé des molécules de cires végétales afin de repérer les changements climatiques ayant touché l'ancienne civilisation maya. Au même moment, des travaux réalisés par d'autres chercheurs indiquaient que ces molécules étaient également de bons marqueurs des fluctuations des stocks de carbone dans le sol. "?En combinant ces résultats, nous avons constaté qu'il existait un vaste ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble désigne intuitivement une collection d’objets (les éléments de l'ensemble), « une...) de données (Dans les technologies de l'information (TI), une donnée est une description élémentaire, souvent codée, d'une chose, d'une transaction d'affaire, d'un événement, etc.) permettant d'établir un lien entre l'ancienne déforestation et les changements touchant les stocks de carbone dans le sol?", explique le Pr Douglas.

Protection des anciennes forêts tropicales

"?Voilà une autre bonne raison ? qui s'ajoute à une longue liste ? de protéger ce qui reste des anciennes forêts tropicales de la planète?", lance le Pr Douglas. "?Cette découverte pourrait également avoir une incidence sur la conception du marché du carbone et des crédits compensatoires, par exemple, qui repose souvent sur la reforestation, sans toutefois tenir pleinement compte du stockage du carbone à long terme.?" (Le marché du carbone permet aux sociétés et aux particuliers de compenser leurs émissions de gaz à effet de serre (Une serre est une structure généralement close destinée à la production agricole. Elle vise à soustraire aux...) par l'achat de crédits issus de projets environnementaux, comme la reforestation.)

La technique employée par les chercheurs n'a été mise au point que tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) récemment. Dans les années à venir, "?il serait formidable de pouvoir vérifier si le même phénomène s'opère dans les forêts tropicales d'autres régions du monde (Le mot monde peut désigner :) ? et de voir si l'agriculture et la déforestation entreprises par d'anciens peuples ont eu des répercussions sur les puits de carbone terrestre à l'échelle mondiale?", ajoute le Pr Douglas. "?Je souhaiterais également appliquer cette technique aux régions nordiques du Canada, afin d'examiner ce qu'il est advenu du carbone stocké dans le pergélisol au cours des périodes antérieures de changement climatique.?"

Note:
Cette étude a été financée en partie par la Fondation nationale pour la science (La science (latin scientia, « connaissance ») est, d'après le dictionnaire Le Robert, « Ce que l'on sait pour l'avoir...) des États-Unis et par le ministère italien de l'Environnement (L'environnement est tout ce qui nous entoure. C'est l'ensemble des éléments naturels et artificiels au sein duquel se déroule la vie humaine. Avec les enjeux...)
.

L'article "?A long-term decrease in the persistence of soil carbon caused by ancient Maya land use?", par Peter M. J. Douglas et coll., a été publié dans la revue Nature Geoscience le 20 août 2018. DOI: https://doi.org/10.1038/s41561-018-0192-7

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: McGill
 
Page générée en 0.013 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - Informations légales