Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Posté par Adrien le Mardi 18/09/2007 à 00:35
Des parcs naturels planétaires sur Mars
Deux scientifiques, un microbiologiste et un astrobiologiste ont proposé il y a 3 ans (voir notre news) la création de parcs planétaires sur la surface de la planète Mars à l'instar des parcs nationaux qui existent dans de nombreuses régions terrestres. Depuis, l'idée fait son chemin.

Ces parcs visent à protéger et préserver des régions entières de Mars des risques inhérents à l'activité (Le terme d'activité peut désigner une profession.) robotique et humaine lorsque les premiers hommes auront débarqué sur la planète (Une planète est un corps céleste orbitant autour du Soleil ou d'une autre étoile de l'Univers et possédant une masse suffisante pour que...). Ces régions n'ont pas été choisies au hasard (Dans le langage ordinaire, le mot hasard est utilisé pour exprimer un manque efficient, sinon de causes, au moins d'une reconnaissance de cause à...). Elles abritent une grande variété des dispositifs que l'on trouve sur Mars et présentent un intérêt scientifique (Un scientifique est une personne qui se consacre à l'étude d'une science ou des sciences et qui se consacre à l'étude d'un domaine avec la rigueur et les méthodes...) significatif.


Les futurs parcs naturels martiens ?

Les scientifiques souhaitent ainsi préserver la nature de leur sol et sous-sol et laisser ces zones à l'état primitif, stérile. La présence de robots et d'astronautes sera toutefois autorisée mais selon des règles très strictes. Ils ne pourront emprunter que des itinéraires prédéfinis et aucun déchet (Un déchet (détritus, résidu..) est un objet en fin de vie ou une substance issue d'un processus, jugés devenus inutiles ou dangereux ou encombrants, et dont on veut se débarrasser.) mécanique (Dans le langage courant, la mécanique est le domaine des machines, moteurs, véhicules, organes (engrenages, poulies, courroies, vilebrequins, arbres de...) ni de toute autre nature ne devra souiller le sol une fois la mission accomplie.

Cette proposition peut faire sourire, mais à y réfléchir de plus près elle n'est pas dénuée de bon sens (SENS (Strategies for Engineered Negligible Senescence) est un projet scientifique qui a pour but l'extension radicale de l'espérance de vie humaine. Par une évolution progressive allant du...). Elle s'inscrit dans une stratégie (La stratégie - du grec stratos qui signifie « armée » et ageîn qui signifie « conduire » - est :) à long terme et prend en compte les objectifs des programmes d'exploration (L'exploration est le fait de chercher avec l'intention de découvrir quelque chose d'inconnu.) habitée du Système Solaire (Le système solaire est un système planétaire composé d'une étoile, le Soleil et des corps célestes ou objets définis gravitant autour...) de la NASA (La National Aeronautics and Space Administration (« Administration nationale de l'aéronautique et de l'espace ») plus connue sous son abréviation NASA, est l'agence gouvernementale...) mais également de l'ESA (Aurora) qui visent à terme à installer des hommes sur Mars.

L'exploration de la planète rouge (Planète rouge (Red Planet) est un film américain réalisé par Antony Hoffman, sorti en 2000.) doit s'intensifier ces prochaines années et une multitude de missions précurseurs aux premières missions habitées sont attendues autour (Autour est le nom que la nomenclature aviaire en langue française (mise à jour) donne à 31 espèces d'oiseaux qui, soit appartiennent au genre Accipiter, soit constituent les 5...) et sur la surface (Une surface désigne généralement la couche superficielle d'un objet. Le terme a plusieurs acceptions, parfois objet géométrique, parfois frontière physique, et est...). Des atterrisseurs (landers) aux structures habitables aux sondes en orbite (En mécanique céleste, une orbite est la trajectoire que dessine dans l'espace un corps autour d'un autre corps sous l'effet de la gravitation.), le risque de contamination de la planète n'est pas nul.

On parle là de contamination bactérienne. Bien que des règles très strictes sont appliquées pour rendre les sondes et landers martiens très propres, c'est-à-dire débarrassées de bactéries terrestres susceptibles de contaminer leur nouvel environnement (L'environnement est tout ce qui nous entoure. C'est l'ensemble des éléments naturels et artificiels au sein duquel se déroule la vie humaine. Avec les enjeux écologiques actuels, le terme environnement tend actuellement à prendre...), des études ont démontré que des bactéries terrestres sont capables de survivre dans les milieux les plus extrêmes et même sur la Lune (La Lune est l'unique satellite naturel de la Terre et le cinquième plus grand satellite du système solaire avec un diamètre de 3 474 km. La distance moyenne séparant la Terre de la Lune est de 384 400 km (soit...) ! Un spore de bactérie (Les bactéries (Bacteria) sont des organismes vivants unicellulaires procaryotes, caractérisées par une absence de noyau et d'organites. La plupart des bactéries possèdent une paroi cellulaire glucidique, le peptidoglycane. Les...) a ainsi résisté plus de 3 ans coincé entre deux lentilles d'une caméra (Le terme caméra est issu du latin : chambre, pour chambre photographique. Il désigne un appareil de prise de vues animées, pour le cinéma, la télévision ou la vidéo.) lunaire (Pour les homonymes, voir Pierrot lunaire, une œuvre de musique vocale d'Arnold Schönberg.). La caméra avait été déposée par une sonde (Une sonde spatiale est un vaisseau non habité envoyé par l'Homme pour explorer de plus près des objets du système solaire et, pour certaines, l'espace qui est au-delà. Cela couvre à la fois les mesures in situ (champs électriques et...) sur la Lune et rapportée sur Terre (La Terre est la troisième planète du Système solaire par ordre de distance croissante au Soleil, et la quatrième par taille et par masse croissantes. C'est la plus grande et la plus massive des quatre...) par les hommes d'Apollo 12. Des analyses au sol ont alors montré qu'un spore de bactérie avait survécu à son séjour sur la Lune et donc dans l'espace, lors de son trajet entre la Terre et la Lune.

Aucun engin spatial ne sera propre à 100 %, et les experts estiment de 2 à 3 sur 1 milliard (Un milliard (1 000 000 000) est l'entier naturel qui suit neuf cent quatre-vingt-dix-neuf millions neuf cent quatre-vingt-dix-neuf mille neuf...) les chances qu'une bactérie d'origine terrestre se développe sur la planète Mars.

Enfin, autre problème, la chute ou plutôt le crash d'une sonde. Ce risque n'est pas nul quand on sait que de nombreux engins, tant russes qu'américains, ont été perdus de la sorte. On l'a vu récemment avec le lander britannique Beagle-2 qui a vraisemblablement percuté la surface de Mars et en 1999 quand la NASA déplorait la perte de Mars Polar Lander (La sonde Mars Polar Lander faisait partie intégrante du programme Mars Surveyor 98 de la NASA. Cette sonde, destinée à se poser sur sol martien, comprenait aussi un pénétrateur (baptisé Deep Space 2) destiné à...) et de Mars Climate Orbiter (Mars Climate Orbiter (anciennement Mars Surveyor Orbiter) était l'une des deux sondes spatiales du programme Mars Surveyor, l'autre étant Mars Polar...).

Premiers parcs planétaires sur Mars

Southern (Southern est le nouveau nom de la concession ferroviaire, initialement exploitée par Connex South Central, desservant les lignes du sud de Londres, du Surrey et du Sussex à partir des gares londoniennes de Victoria et London Bridge.) Park doit protéger la calotte polaire pour des études biologiques alors qu'Olympus Park entourera le plus grand volcan (Un volcan est un relief terrestre, sous-marin ou extra-terrestre formé par l'éjection et l'empilement de matériaux issus de la montée d'un magma sous forme de lave et de tephras tels que les cendres. Ce magma...) du Système Solaire et que Desert Park préserverait des étendues désertiques de l'activité humaine. Les sites d'atterrissage (L’atterrissage désigne, au sens étymologique, le fait de rejoindre la terre ferme. Le terme recouvre cependant des notions différentes suivant qu'il est...) de Pathfinder et de Viking 1 seront également protégés.

Pour les deux scientifiques, le Bureau des Nations Unies pour les affaires spatiales extra atmosphérique (UNOOSA) apparaît comme l'organisme le mieux a même d'édicter les règles applicables à ces parcs. Cet organisme vise à encourager la coopération internationale de l'utilisation pacifique de l'espace extra atmosphérique sur le plan scientifique mais également sur le plan juridique.

Cependant, aucun contact n'a été pris avec l'UNOOSA et ces parcs sont loin de voir le jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil éclairent...). Quand on sait que ni les Etats-Unis, la Russie et la Chine n'ont signé le Traité international de la Lune qui vise à faire de notre satellite naturel (Un satellite naturel est un objet qui orbite autour d'une planète ou d'un autre objet plus grand que lui-même et qui n'est pas d'origine humaine, par opposition aux satellites artificiels. De tels...) la province de toute l'humanité, il est peu probable que ces pays (Pays vient du latin pagus qui désignait une subdivision territoriale et tribale d'étendue restreinte (de l'ordre de quelques centaines de km²), subdivision de la...) s'engageront un jour à limiter leur champ (Un champ correspond à une notion d'espace défini:) d'investigation sur Mars à quelques régions aux potentialités moindres.

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: flashespace.com
Illustration: Charles Cockell / NASA
 
Archives des News
  Juillet 2018
  Juin 2018
  Mai 2018
  Avril 2018
  Toutes les archives

Jeudi 19 Juillet 2018 à 00:00:10 - Physique - 0 commentaire
» ISOLDE produit des isotopes du chrome
Page générée en 0.246 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - Informations légales