Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Posté par Adrien le Mercredi 03/10/2007 à 00:14
Bioliq: lorsque les forêts produiront notre carburant
Le centre de recherche de Karlsruhe en Allemagne a présenté lors du salon automobile de Francfort son procédé "bioliq" qui permet de transformer des résidus agricoles et forestiers en carburants synthétiques dont la qualité dépasse largement celle des autres biocarburants et même des hydrocarbures.

La biomasse ( En écologie, la biomasse est la quantité totale de matière (masse) de toutes les espèces vivantes présentes dans un milieu naturel donné. Dans le domaine de l'énergie, le terme de biomasse regroupe l'ensemble...) est une source renouvelable pour produire des matières premières chimiques et des carburants de synthèse de haute qualité. Ces carburants de synthèse (également nommés BtL - pour "Biomass to Liquid") diminuent la dépendance en matières premières fossiles, réduisent la quantité (La quantité est un terme générique de la métrologie (compte, montant) ; un scalaire, vecteur, nombre d’objets ou d’une autre manière...) de résidus de combustion (La combustion est une réaction chimique exothermique d'oxydoréduction. Lorsque la combustion est vive, elle se traduit par une flamme voire une...) nuisant à la santé (La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou...) et au climat (Le climat correspond à la distribution statistique des conditions atmosphériques dans une région donnée pendant une période de temps...), et évite une augmentation de la teneur en CO2 de l'atmosphère (Le mot atmosphère peut avoir plusieurs significations :). Ce procédé en deux étapes, développé au sein (Le sein (du latin sinus, « courbure, sinuosité, pli ») ou la poitrine dans son ensemble, constitue la région ventrale supérieure du torse d'un animal, et en...) du centre de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances...) de Karlsruhe, permet d'utiliser divers constituants de la biomasse, à teneur énergétique le plus souvent faible, et satisfait également aux exigences de la production à grande échelle (La grande échelle, aussi appelée échelle aérienne ou auto échelle, est un véhicule utilisé par les sapeurs-pompiers, et qui emporte une échelle escamotable de...), donc à sa viabilité économique. Dans un premier temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.), la biomasse est transformée en un produit intermédiaire fluide (Un fluide est un milieu matériel parfaitement déformable. On regroupe sous cette appellation les gaz qui sont l'exemple des fluides compressibles, et les liquides, qui sont des fluides peu...), donc aisément transportable, et à haute valeur énergétique via une rapide pyrolyse, et répond aux exigences économiques pour être amenée sur de longues distances jusqu'à des installations importantes pour la production de gaz (Un gaz est un ensemble d'atomes ou de molécules très faiblement liés et quasi-indépendants. Dans l’état gazeux, la matière n'a pas de forme propre ni de volume propre : un gaz tend...) de synthèse ou de carburant (Un carburant est un combustible qui alimente un moteur thermique. Celui-ci transforme l'énergie chimique du carburant en énergie mécanique.).

Les principaux résidus utilisables dans ce procédé sont la biomasse sèche: pailles, foin, diverses chutes de bois (découpe d'arbre (Un arbre est une plante terrestre capable de se développer par elle-même en hauteur, en général au delà de sept mètres. Les arbres acquièrent une structure rigide...), écorce), mais aussi le papier (Le papier (du latin papyrus) est une matière fabriquée à partir de fibres cellulosiques végétales et animales. Il se présente sous forme de...) et le carton. Grâce à cette vaste palette de résidus agricoles et forestiers, ce procédé présente un énorme potentiel qui dépasse largement les biocarburants de la première génération, le biodiesel (Le biodiesel, biogazole ou B100 (B20, B5, B2, etc) est un carburant obtenu à partir d'huile végétale ou animale transformée par un procédé chimique appelé transestérification, afin...) et le bioéthanol (Le bioéthanol est un biocarburant utilisé dans les moteurs à essence. Le terme bioéthanol est un amalgame entre le préfixe bio du grec bios, vie,...), et offre la possibilité d'utiliser la totalité d'un végétal (Les classifications scientifiques classiques regroupent sous le terme végétal ([veʒetal]/[veʒeto]) plusieurs lignées d'organismes vivants qui, selon l'origine étymologique du terme, végètent....). D'après les indications de l'agence des matières premières renouvelables (FNR), 15% des besoins en carburant pour la circulation (La circulation routière (anglicisme: trafic routier) est le déplacement de véhicules automobiles sur une route.) en Allemagne pourraient déjà être assurés en 2015 par les résidus de la biomasse, sans entrer en concurrence avec la production alimentaire. Les carburants BtL satisferaient aisément aux exigences actuelles et futures des normes d'émissions et des techniques de moteurs (Un moteur est un dispositif transformant une énergie non-mécanique (éolienne, chimique, électrique, thermique par exemple) en une énergie mécanique ou travail.[réf. nécessaire]).

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: BE Allemagne numéro 353 (20/09/2007) - Ambassade de France en Allemagne / ADIT
 
Archives des News
  Juin 2018
  Mai 2018
  Avril 2018
  Mars 2018
  Toutes les archives

Dimanche 17 Juin 2018 à 00:00:05 - Vie et Terre - 1 commentaire
» Les peurs du mal
Samedi 16 Juin 2018 à 00:00:12 - Physique - 1 commentaire
» Un LHC haute luminosité d'ici 10 ans au Cern