Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Posté par Adrien le Vendredi 23/11/2007 à 00:00
Les cellules souches neurales dans la restauration de la mémoire
La mémoire est l'une des fonctions les plus importantes du cerveau. Elle permet de capter, coder, conserver et restituer les stimulations et informations que nous percevons. Il n'existe pas de centre de la mémoire, mais les neurobiologistes s'accordent pour dire que l'hippocampe joue (La joue est la partie du visage qui recouvre la cavité buccale, fermée par les mâchoires. On appelle aussi joue le muscle qui sert principalement à ouvrir et fermer la bouche...) un rôle majeur dans ce processus. Situé au centre du cerveau (Le cerveau est le principal organe du système nerveux central des animaux. Le cerveau traite les informations en provenance des sens, contrôle de nombreuses fonctions du corps,...), il permet de mettre en relation les informations stockées dans les différentes zones cérébrales.

L'équipe du Professeur LaFerla, de l'université de Californie (L'université de Californie est une université américaine, fondée en 1868, dont le siège se trouve à Berkeley (Californie), comprenant dix campus situés dans...) à Irvine, est une des premières à mettre en évidence le rôle potentiel des cellules souches neurales dans l'amélioration de la mémoire (D'une manière générale, la mémoire est le stockage de l'information. C'est aussi le souvenir d'une information.) chez des souris (Le terme souris est un nom vernaculaire ambigu qui peut désigner, pour les francophones, avant tout l’espèce commune Mus musculus, connue...) ayant subi des dommages cérébraux.

Leurs travaux ont été menés sur une nouvelle souche de souris génétiquement modifiées dans lesquelles les chercheurs peuvent induire des lésions dans des régions choisies du cerveau. Ils ont ainsi induit (L'induit est un organe généralement électromagnétique utilisé en électrotechnique chargé de recevoir l'induction de l'inducteur et de la transformer en électricité...) la destruction de cellules dans l'hippocampe, une région du cerveau vitale pour la formation de la mémoire et où les neurones meurent souvent. Les souris ont ensuite été soumises à deux tests de mémoire: un test de mémoire spatiale qui fait appel à l'hippocampe et un test de reconnaissance d'objet (De manière générale, le mot objet (du latin objectum, 1361) désigne une entité définie dans un espace à trois dimensions, qui a une fonction précise, et qui peut être désigné par une étiquette verbale. Il...) faisant appel au cortex (En biologie, le cortex (mot latin signifiant écorce) désigne la couche superficielle ou périphérique d'un tissu organique.). Les résultats de leur étude montrent que 70% du temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.) les souris normales se rappellent de leur environnement (L'environnement est tout ce qui nous entoure. C'est l'ensemble des éléments naturels et artificiels au sein duquel se déroule la vie humaine. Avec...), alors que ce n'est le cas que dans 40% du temps pour les souris ayant subi des dommages cérébraux. Dans le test de reconnaissance des objets, les souris normales se souviennent des objets 80% du temps contre seulement 65% pour les souris blessées.

L'équipe du Pr. LaFerla a ensuite analysé le potentiel des cellules souches dans la réparation de la mémoire, en injectant des cellules souches neurales aux souris ayant ou non subi des dommages cérébraux. 3 mois (Le mois (Du lat. mensis «mois», et anciennement au plur. «menstrues») est une période de temps arbitraire.) après, les souris ont été soumises à nouveau à l'exercice de mémoire spatiale. Toutes les souris présentent alors les mêmes capacités de mémorisation (D'une manière générale, la mémoire est le stockage de l'information. C'est aussi le souvenir d'une information.) que les souris normales. En revanche, seulement 4% des cellules souches injectées se sont différenciées en neurones, ce qui indique que ce n'est pas en remplaçant les neurones endommagés que les cellules souches injectées améliorent la mémoire. Il semble que l'action des cellules souches consiste à procurer un support aux neurones endommagés en produisant de la neurotrophine, permettant ainsi aux neurones de rester en vie (La vie est le nom donné :) et fonctionnels.

De ce fait, les futures recherches pourraient être orientées vers la mise au point (Graphie) de traitements visant à augmenter la production ou le relargage de neurotrophine au sein (Le sein (du latin sinus, « courbure, sinuosité, pli ») ou la poitrine dans son ensemble, constitue la région ventrale...) du cerveau.

Cette étude montre que les cellules souches neurales sont capables de rétablir une perte de mémoire et permet d'envisager, qu'un jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil éclairent le ciel. Son début (par rapport à minuit heure locale) et sa...), les cellules souches pourraient être utilisées pour restaurer les fonctions cérébrales chez des patients souffrant de maladies neurologiques diverses ou ayant subi des dommages cérébraux.

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: BE Etats-Unis numéro 99 (13/11/2007) - Ambassade de France aux Etats-Unis / ADIT
 
Archives des News
  Juillet 2018
  Juin 2018
  Mai 2018
  Avril 2018
  Toutes les archives

Jeudi 19 Juillet 2018 à 00:00:10 - Physique - 0 commentaire
» ISOLDE produit des isotopes du chrome
Page générée en 0.137 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - Informations légales