Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Posté par Michel le Vendredi 22/02/2008 à 00:00
Des chercheurs découvrent une étoile à neutrons Jekyll-Hyde
Des chercheurs de la NASA et de l'Université McGill ont découvert un pulsar d'apparence normale qui s'est violemment transformé en magnétar, métamorphose stellaire jamais observée auparavant.


Vue d'artiste d'une magnétar

M. Fotis Gavrill, titulaire d'un PhD de McGill, qui travaille maintenant au centre spatial (Un Centre spatial est un lieu dédié à l'activité astronautique. Il peut être "public" ou "privé". Ces activités peuvent concerner :) Goddard de la NASA (La National Aeronautics and Space Administration (« Administration nationale de l'aéronautique et de l'espace ») plus connue sous son abréviation NASA, est l'agence gouvernementale responsable du programme spatial des États-Unis...) à Greenbelt (Maryland), a découvert de fortes émissions de rayons X du pulsar (Un pulsar, dont le nom provient de l'abréviation de pulsating radio source (source radio pulsante), est le nom donné à une étoile à neutrons tournant très rapidement sur elle-même (période typique de l'ordre de la seconde, voire...) du rémanent de la supernova (Une supernova est l'ensemble des phénomènes conséquents à l'explosion d'une étoile, qui s'accompagne d'une augmentation brève mais fantastiquement grande de sa luminosité. Vue...) Kes 75, en collaboration avec Mme Victoria Kaspi, responsable du groupe de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension métonymique,...) sur les pulsars de l'Université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la production du savoir (recherche), sa conservation et sa transmission...) McGill, Maggie Livingstone, étudiante diplômée et depuis peu, Mme Majorie Gonzalez, titulaire d'un PhD de McGill qui travaille maintenant à l'Université de la Colombie-Britannique. Leurs résultats ont été publiés dans la revue Science du 21 février.

Les pulsars et les magnétars appartiennent à la même catégorie de petits objets stellaires ultra (ULTra (pour (en)« Urban Light Transport ») est un système de transport individuel de type Personal Rapid Transit (PRT), autrement...) denses, appelés étoiles à neutrons, aperçus lorsque de grosses étoiles s'éteignent et explosent comme des supernovae. Les pulsars, de loin le type le plus courant, ont une rotation très rapide et de fortes émissions d'ondes (Une onde est la propagation d'une perturbation produisant sur son passage une variation réversible de propriétés physiques locales. Elle transporte de l'énergie sans transporter de matière.) radioélectriques. Ces ondes sont tellement courantes que lorsqu'elles ont été détectées pour la première fois dans les années 1960, les chercheurs ont envisagé la possibilité qu'il s'agisse de signaux provenant d'une civilisation extraterrestre. En revanche, les magnétars sont des étoiles à neutrons à rotation lente (La Lente est une rivière de la Toscane.) qui puisent leur énergie (Dans le sens commun l'énergie désigne tout ce qui permet d'effectuer un travail, fabriquer de la chaleur, de la lumière, de produire un mouvement.) de champs magnétiques extrêmement puissants, les plus forts de l'Univers (L'Univers est l'ensemble de tout ce qui existe et les lois qui le régissent.). Il existe plus de 1 800 pulsars connus dans notre galaxie (Une galaxie est, en cosmologie, un assemblage d'étoiles, de gaz, de poussières et de matière noire et contenant parfois un trou noir supermassif en son centre.) uniquement, mais les magnétars sont beaucoup plus rares aux dires des chercheurs.

"Les magnétars sont en fait des objets très exotiques, explique Victoria Kaspi, titulaire de la Chaire Lorne Trottier en astrophysique (L’astrophysique (du grec astro = astre et physiqui = physique) est une branche interdisciplinaire de l'astronomie qui concerne principalement la physique et l'étude des propriétés des objets de l'univers...) et cosmologie (La cosmologie est la branche de l'astrophysique qui étudie l'Univers en tant que système physique.) de McGill et de la Chaire de recherche du Canada en astrophysique d'observation (L’observation est l’action de suivi attentif des phénomènes, sans volonté de les modifier, à l’aide de moyens d’enquête et d’étude appropriés. Le plaisir procuré explique la très grande...), leur existence n'a été établie qu'au cours des 10 dernières années et nous n'en connaissons qu'une poignée dans la galaxie. Leurs émissions de rayons X et gamma sont incroyablement puissantes et ils peuvent avoir des éruptions parfois plus importantes que l'ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble désigne intuitivement une collection d’objets (les éléments de l'ensemble), « une multitude qui peut être comprise comme un...) des autres sources de rayons X cosmiques du ciel (Le ciel est l'atmosphère de la Terre telle qu'elle est vue depuis le sol de la planète.)."

Cette découverte, fondée sur des données (Dans les technologies de l'information (TI), une donnée est une description élémentaire, souvent codée, d'une chose, d'une transaction d'affaire, d'un événement, etc.) des satellites (Satellite peut faire référence à :) Rossi X-ray Timing Explorer (RXTE) et Chandra (Le satellite Chandra est un télescope à rayons X. Il a été lancé en 1999 par la navette spatiale Columbia lors de la mission STS-93.) X-ray Observatory de la NASA, est le maillon (Le maillon en language maritime est une longueur de chaîne (ligne de mouillage), qui mesure 15 brasses soit 27,50 m. L'élément de base de la chaîne...) manquant cherché depuis si longtemps entre deux types d'étoiles à neutrons, affirment les chercheurs. Jusqu'à présent, on connaissait mal la relation évolutive entre les pulsars et les magnétars. On ne savait pas vraiment si les magnétars sont simplement une catégorie rare de pulsars, ou si certains d'entre eux ou tous passent dans leur cycle de vie (La vie est le nom donné :) normal par une phase (Le mot phase peut avoir plusieurs significations, il employé dans plusieurs domaines et principalement en physique :) où ils sont des magnétars.
"Les chercheurs sont depuis longtemps en quête d'objets de transition, explique Maggie Livingstone, nous avons particulièrement été attentifs aux pulsars caractérisés par un champ magnétique (En physique, le champ magnétique (ou induction magnétique, ou densité de flux magnétique) est une grandeur caractérisée par la donnée d'une intensité et d'une direction,...) intense."

"Cette source se transforme peut-être en magnétar, ajoute Victoria Kaspi, ou elle présente peut-être simplement à l'occasion des caractéristiques propres aux magnétars, nous ne sommes sûrs de rien pour le moment et nous avons hâte d'en savoir davantage."

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: Université Mc Gilln Science & EurekAlert
Illustration: Wikipedia
 
Archives des News
  Juillet 2018
  Juin 2018
  Mai 2018
  Avril 2018
  Toutes les archives

Samedi 14 Juillet 2018 à 12:00:17 - Multimédia - 1 commentaire
» L'Internet des Objets spatial décolle
Page générée en 0.313 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - Informations légales