Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Posté par jyb le Dimanche 28/09/2008 à 08:29
Identification d'un mécanisme clé en réponse à des lésions ADN
Des chercheurs du Centre de recherche en génomique de l'Academia Sinica associés à des scientifiques australiens et américains ont identifié un nouveau mécanisme du système immunitaire en réponse à des lésions de l'ADN qui pourrait aider à cerner les causes de certains cancers.


Les mutations génétiques contribuent à la formation de tumeurs cancéreuses. Ces mutations sont des phénomènes spontanés, dues à des erreurs dans le processus de réplication de l'ADN et elles peuvent être considérablement augmentées par des agents mutagènes tels que l'exposition à des rayons ultraviolets ou à des toxines. Une très grande partie des erreurs commises au cours de la réplication du génome (Le génome est l'ensemble du matériel génétique d'un individu ou d'une espèce codé dans son ADN (à l'exception de certains virus dont le génome est porté par des molécules d'ARN). Il...) sont corrigées immédiatement par des mécanismes complexes et efficaces de réparation de l'ADN et seule une faible part de ces erreurs devient des mutations qui peuvent conduire à la naissance d'une tumeur (Le terme tumeur (du latin tumere, enfler) désigne, en médecine, une augmentation de volume d'un tissu, clairement délimitée sans précision de cause.).

L'équipe du Dr. TSAI Ming-Daw du Centre de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension métonymique, la recherche scientifique désigne...) en génomique (La génomique est une discipline de la biologie moderne. Elle étudie le fonctionnement d'un organisme, d'un organe, d'un cancer, etc. à l'échelle du génome, et non plus...) a étudié les mécanismes impliqués dans le contrôle (Le mot contrôle peut avoir plusieurs sens. Il peut être employé comme synonyme d'examen, de vérification et de maîtrise.) du cycle cellulaire. Lors de ce cycle, il existe des "points de contrôle" qui permettent à la cellule de vérifier qu'aucune modification au niveau génétique (La génétique (du grec genno γεννώ = donner naissance) est la science qui étudie l'hérédité et les gènes.) et structurale n'a été commise. Ces points de contrôle ont été identifiés dans la levure (Une levure est un champignon unicellulaire apte à provoquer la fermentation des matières organiques animales ou végétales. Les levures sont employées pour la...) saccharomyces cerevisiae et existent également dans toutes les cellules eucaryotes, y compris les cellules humaines. Les chercheurs ont trouvé dans ces levures un mécanisme de phosphorylation réalisé par le kinase Rad53, un régulateur clé dans les mécanismes de réparation de l'ADN.

Lorsqu'un groupe phosphate (Un phosphate, en chimie inorganique, est un sel d'acide phosphorique résultant de l'attaque d'une base par de l'acide phosphorique.) est greffé à ce kinase (monophosphorylation), le processus de réparation de l'ADN n'est pas activé. En revanche, lorsque ce sont deux groupes phosphates qui sont greffés au Rad53, le processus de réparation va être activé. Ces travaux ont été publiés dans la revue en ligne " Molecular Cell " datée du 20 juin 2008.

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: BE Taiwan numéro 17 (19/09/2008) - Institut Français de Taipei (Taiwan) / ADIT - http://www.bulletins-electroniques.com/ ... /56020.htm