Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Posté par Isabelle le Vendredi 08/05/2009 à 00:00
Une découverte majeure pour les maladies neurologiques
Des chercheurs de l'Université de Montréal et de l'Institut neurologique de Montréal (INM), à l'Université McGill, ont découvert que des cellules qui soutiennent habituellement la survie de cellules nerveuses (neurones) jouent aussi un rôle actif et majeur dans la mort (La mort est l'état définitif d'un organisme biologique qui cesse de vivre (même si on a pu parler de la mort dans un sens cosmique plus général, incluant par exemple la mort des...) de neurones dans l'?il. Les résultats de leurs travaux, publiés cette semaine dans The Journal of Neuroscience, pourraient ouvrir la voie à des thérapies plus efficaces pour divers troubles neurologiques aigus et chroniques, dont le glaucome et l'occlusion de l'artère (Une artère (du grec αρτηρία, artêria) est un vaisseau qui conduit le sang du cœur aux poumons ou aux...) centrale de la rétine (La rétine est l'organe sensible de la vision. D'origine diencéphalique, elle est une mince membrane pluri-stratifiée d'environ 0,5 mm d'épaisseur...).

Dans nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) de maladies neurodégénératives, un des principaux facteurs qui tue les neurones est le niveau excessif de glutamate, le neurotransmetteur (Les neurotransmetteurs, ou neuromédiateurs, sont des composés chimiques libérées par les neurones (et parfois par les cellules gliales) agissant sur d'autres neurones,...) de l'excitation le plus abondant dans plusieurs régions du système nerveux (Le système nerveux est un système en réseau formé des organes des sens, des nerfs, de l'encéphale, de la moelle épinière, etc. Il coordonne les mouvements musculaires, contrôle le fonctionnement des...) central (SNC).

Les maladies résultant de niveaux élevés de glutamate comprennent notamment les lésions cérébrales hypoxiques ischémiques (AVC), les traumas, les crises épileptiques, diverses formes de démence (La démence (du latin demens) est une réduction acquise des capacités cognitives suffisamment importante pour retentir sur la vie de la personne et entraîner...) et de neurodégénérescence. Pendant des années, la principale explication pour les effets toxiques du glutamate a été qu'il surexcite des cellules neuronales par l'activation (Activation peut faire référence à :) des récepteurs de glutamate, ce qui tue ces cellules.

"L'aspect le plus intéressant de notre étude, et la raison pour laquelle nous sommes si enthousiastes, est que la voie qui mène à la mort déclenchée par le glutamate des cellules nerveuses met en cause un autre joueur vital ? à savoir, les cellules gliales, de dire la Pre Adriana (Adriana est un genre de plantes de la famille des Euphorbiaceae. Il est endémique en Australie.) Di Polo, neuroscientifique à l'Université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la production du savoir (recherche), sa conservation et sa transmission (études supérieures). Aux...) de Montréal (Montréal est à la fois région administrative et métropole du Québec[2]. Cette grande agglomération canadienne constitue un centre majeur du commerce, de l'industrie, de la culture, de la finance et...). Par une expérimentation (L'expérimentation est une méthode scientifique qui consiste à tester par des expériences répétées la validité d'une hypothèse et à obtenir des données quantitatives permettant...) rigoureuse, nous savons maintenant que le glutamate active des voies de signalisation dans les cellules gliales qui mènent ensuite à la mort neuronale."

Type de cellules le plus abondant dans le système nerveux, les cellules gliales sont considérées comme des cellules "partenaires" des cellules nerveuses, leur procurant soutien, substances nutritives et un environnement (L'environnement est tout ce qui nous entoure. C'est l'ensemble des éléments naturels et artificiels au sein duquel se déroule la vie humaine. Avec les enjeux écologiques actuels, le terme environnement tend actuellement à prendre une dimension...) optimal. Toutefois, cette étude indique que les cellules gliales ont aussi un côté plus sinistre qui leur permet de déclencher ou d'exacerber la mort neuronale dans des pathologies.

"La mort de cellules neuronales déclenchée par le glutamate est une étape clé dans un grand nombre de lésions et de maladies, et cette étude est importante, car elle fournit un guide pour les événements cellulaires et moléculaires qui permettent à cela de se produire, explique le Pr Philip Barker, neuroscientifique à l'INM. Le fait que des événements précis de signalisation dans les cellules gliales soient importants pour déclencher la mort de cellules neuronales est surprenant et laisse entrevoir de nouvelles cibles thérapeutiques pour des affections où l'excitotoxicité est en cause."

Les constatations de l'étude de l'INM et de l'Université de Montréal représentent un changement de paradigme du grand modèle d'excitotoxicité en place depuis de nombreuses années.

Jusqu'à maintenant, on considérait que le glutamate, qui est libéré lors d'une lésion, se lie aux récepteurs de glutamate sur des neurones et les active, déclenchant ainsi une entrée massive (Le mot massif peut être employé comme :) de calcium et la mort de cellules. Cependant, des essais cliniques ciblant des récepteurs de glutamate ont été décevants et semblent indiquer que ces récepteurs jouent seulement un rôle mineur dans le déclenchement de la mort neuronale.

L'étude, soutenue par les Instituts de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par...) en santé (La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité.) du Canada (IRSC), a porté sur les cellules nerveuses dans la rétine qui communiquent l'information de la rétine au cerveau (Le cerveau est le principal organe du système nerveux central des animaux. Le cerveau traite les informations en provenance des sens, contrôle de nombreuses fonctions du corps, dont la motricité...) par le nerf (En neuroanatomie, au sein du système nerveux , périphérique et central, un nerf désigne un regroupement d'axones, myélinisés ou non, issus de cellules nerveuses ou neurones. La myélinisation...) optique (L'optique est la branche de la physique qui traite de la lumière, du rayonnement électromagnétique et de ses relations avec la vision.), et qui sont le lien principal entre la rétine et le cerveau. La mort de ces neurones rétiniens d'un excès de glutamate entraîne une perte de la vision dans divers troubles neurodégénératifs, dont les neuropathies optiques.

En interrompant les événements de signalisation dans les cellules gliales voisines, les chercheurs ont pu protéger la majorité de ces neurones, ce qui confirmait le rôle clé des événements liés aux cellules gliales dans la mort déclenchée par le glutamate.

Cette nouvelle compréhension de la cascade excitotoxique de la mort de cellules nerveuses fournit des cibles claires pour une intervention thérapeutique (La thérapeutique (du grec therapeuein, soigner) est la partie de la médecine qui étudie et applique le traitement des maladies.) fructueuse dans le cas d'un large éventail de maladies neurologiques et neurodégénératives.

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: Université de Montréal
Illustration: Wikipedia