Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Posté par Adrien le Lundi 03/01/2011 à 00:00
Réaction en chaîne de surface par attachement dissociatif: un pas vers l'électronique moléculaire
Une équipe de scientifiques canadiens a découvert une technique de formation de motifs à l'échelle moléculaire ouvrant les voies de la nano-impression. Cette technique pourrait avoir une application dans la formation des fils moléculaires requis pour les futurs (Futurs est une collection de science-fiction des Éditions de l'Aurore.) nano-circuits.


Wafer classique de puces Intel, en silicium

En effet, les spécialistes de microélectronique moléculaire sont aujourd'hui capables d'écrire un motif sur un substrat en déplaçant une molécule (Une molécule est un assemblage chimique électriquement neutre d'au moins deux atomes, qui peut exister à l'état libre, et qui représente la plus petite quantité de matière possédant les...) à la fois. Cette technique, bien qu'efficace, est peu performante pour être utilisée en production de masse (Le terme masse est utilisé pour désigner deux grandeurs attachées à un corps : l'une quantifie l'inertie du corps (la masse inerte) et l'autre la...). La solution serait de trouver une technique qui permettrait une auto-organisation (L'auto-organisation est un phénomène de mise en ordre croissant, et allant en sens inverse de l'augmentation de l'entropie; au prix bien entendu d'une dissipation d'énergie qui servira à maintenir cette structure.) des molécules à grande échelle (La grande échelle, aussi appelée échelle aérienne ou auto échelle, est un véhicule utilisé par les sapeurs-pompiers, et qui emporte une échelle...). Une équipe de scientifiques rassemblant des chercheurs de l'Université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la production du savoir (recherche), sa conservation et sa transmission (études supérieures). Aux États-Unis, au moment où...) de Toronto et de l'Université McGill à Montréal (Montréal est à la fois région administrative et métropole du Québec[2]. Cette grande agglomération canadienne constitue un centre majeur du commerce, de l'industrie, de la culture, de la finance et des affaires...) ont publié récemment un article décrivant les bases d'un tel processus.

Cette même équipe de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension métonymique, la recherche scientifique...) avait précédemment rapporté l'existence de réactions coopératives à la surface (Une surface désigne généralement la couche superficielle d'un objet. Le terme a plusieurs acceptions, parfois objet géométrique, parfois frontière physique, et est...) d'un cristal (Cristal est un terme usuel pour désigner un solide aux formes régulières, bien que cet usage diffère quelque peu de la définition scientifique de ce mot. Selon l'Union internationale de cristallographie, tout...) de silicium. Dans ce dernier cas, la réaction d'un atome (Un atome (du grec ατομος, atomos, « que l'on ne peut diviser ») est la plus petite partie d'un corps simple pouvant se combiner chimiquement avec une autre. Il est généralement constitué...) de la famille des halogènes avec un atome (Un atome (grec ancien ἄτομος [atomos], « que l'on ne peut diviser ») est la plus petite partie d'un...) de silicium provenant d'un dimère de silicium conduisait à l'halogénation de son atome de silicium voisin grâce au transfert de charge (La charge utile (payload en anglais ; la charge payante) représente ce qui est effectivement transporté par un moyen de transport donné, et qui...) par l'intermédiaire de la surface. Lors de cette expérience, la réaction n'avait pas pu de se propager davantage, mais aujourd'hui cette équipe de chercheurs a trouvé comment ce mécanisme est capable de former de longues chaînes grâce à un processus chimique comblant les écarts entre les lignes de ces dimères de silicium. Les agents chimiques utilisés pour la croissance de la chaîne (Le mot chaîne peut avoir plusieurs significations :) sont des molécules de CH3Cl ; ces molécules fixent des groupes CH3 ainsi que des atomes de chlore (Le chlore est un élément chimique de la famille des halogènes, de symbole Cl, et de numéro atomique 17.) à des atomes de silicium de différents dimères. Par le biais d'un transfert de charge à travers la surface, cela entraîne des liaisons pendantes adjacentes aux groupes CH3 et aux atomes de chlore qui se dissocient de nouvelles molécules de CH3Cl, fournissant ainsi les points de croissance pour des chaînes de longueur (La longueur d’un objet est la distance entre ses deux extrémités les plus éloignées. Lorsque l’objet est filiforme ou en forme de lacet, sa longueur est...) indéfinie.

Ce mécanisme de croissance de chaînes est examiné dans cet article du point (Graphie) de vue (La vue est le sens qui permet d'observer et d'analyser l'environnement par la réception et l'interprétation des rayonnements lumineux.) expérimental et théorique.

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: BE Canada numéro 378 (23/12/2010) - Ambassade de France au Canada / ADIT - http://www.bulletins-electroniques.com/ ... /65492.htm
Illustration: Intel